La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « GNL »

Gnl

Définitions de « GNL »

Wiktionnaire

Nom commun - français

GNL \ʒe.ɛn.ɛl\ masculin singulier et pluriel identiques

  1. (Industrie pétrolière) Abréviation de gaz naturel liquéfié.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « GNL »

Abréviation de gaz naturel liquéfié.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « GNL »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
GNL njl

Évolution historique de l’usage du mot « GNL »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « GNL »

  • L'Union européenne est forcée de se tourner vers le GNL des Etats-Unis et du Qatar pour remplacer le gaz russe. Or les capacités de production mondiales ne seront pas suffisantes pour répondre à la demande avant plusieurs années. L'Europe paiera le prix fort pour obtenir les quantités nécessaires également convoitées par l'Asie. Les Echos, L'Europe lance la grande bataille du GNL | Les Echos
  • Le gaz naturel liquéfié (GNL), un carburant prétendument plus vert que le fioul et utilisé par les transporteurs maritimes, serait en fait plus polluant que ce que l'on pensait. C'est ce que révèle une enquête réalisée par l'ONG Transport & Environnement. Franceinfo, Environnement : les navires propulsés au GNL seraient bien plus polluants qu'il n'y paraît
  • Dans son divorce avec FMC en 2021, Technip Energies a gagné une pépite industrielle : l’usine de Sens (Yonne), ex-Luceat, qui fabrique des bras de chargement, initialement pour le pétrole et désormais principalement le gaz naturel liquéfié (GNL). Leur point fort ? Un système de déconnexion d’urgence automatique totalement sécurisé. Déjà, 15 000 bras produits ici ont été installés dans le monde, dans les terminaux pétroliers et gaziers, terrestres, flottants ou navigants. Des bras qu’il faut ensuite entretenir. Avec l’essor du GNL, le carnet de commandes est plein. En 2020, l’entité a réalisé un chiffre d’affaires de 53 millions d’euros. usinenouvelle.com, Cette usine française de Technip Energies profite à fond du développement du GNL
  • Pour assurer notre sécurité énergétique, l'Union européenne se tourne vers le gaz naturel liquéfié (GNL). La Commission européenne vient de signer un accord avec les États-Unis pour assurer un approvisionnement stable jusqu'en 2030. De nouvelles infrastructures vont ainsi voir le jour sur le continent. Mais le GNL a un impact carbone plus important que le gaz transporté par gazoduc. Cette stratégie pourrait donc mettre à mal nos objectifs climatiques.  , Remplacer le gaz russe par le GNL américain, le pire des scénarios climatiques : on vous explique pourquoi en une infographie
  • (CercleFinance.com) - Eni annonce avoir signé un accord cadre avec EGAS (Egyptian Natural Gas Holding Company) afin de maximiser la production de gaz et les exportations de GNL. L'accord vise à promouvoir les exportations de gaz égyptien vers l'Europe, et plus particulièrement vers l'Italie, dans le cadre de la transition vers une économie bas carbone. La Tribune, Eni: accord cadre autour du GNL en Egypte
  • TotalEnergies a annoncé la signature d'un protocole d'accord en vue de l'extension d'un terminal de production et d'exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) aux Etats-Unis. usinenouvelle.com, En quête d'autres sources d'approvisionnement, TotalEnergies prévoit l'extension d'un projet de GNL aux Etats-Unis
  • Dans ce nouvel ordre du monde, les entreprises « brandées » GNL font des étincelles en Bourse. Alors que l’Europe s’est mise en branle pour se sevrer du pétrole et du gaz russes, Shell, le plus gros fournisseur de gaz naturel liquéfié au monde (25% de parts de marché), gagne 30% depuis le début de l’année sur le Footsie de Londres, en surperformance de 15 points par rapport à l’indice Stoxx « pétrole et gaz », sur lequel sont cotés les plus grands acteurs européens du marché, parmi lesquels BP (+18%), TotalEnergies (+8%) ou ENI (+11%). Ces géants pétroliers, convertis aux renouvelables, ont fait du GNL le cœur de leur stratégie de transition.À LIRE ÉGALEMENT : L'Europe veut diviser par trois l'achat de gaz russe d'ici à 2023 L'Europe veut diviser par trois l'achat de gaz russe d'ici à 2023 Total, devenu TotalEnergies l’an dernier pour justement acter de la métamorphose, est le numéro 2 du secteur. « Pour répondre à la croissance de la demande mondiale en énergie, tout en contribuant à contenir le réchauffement climatique, notre compagnie a fait du gaz naturel, la moins émettrice des énergies fossiles, un pilier de sa stratégie », explique le groupe sur son site Internet. Mais, à la différence de ses concurrents, le français a misé gros sur la Russie, ce qui explique ses réticences à en sortir complètement : 30% de son GNL est produit dans ce pays devenu un paria de la scène internationale. La Russie représente 40% de ses réserves gazières mondiales. Investir, GTT, cette entreprise française, pure player du GNL, est au plus haut historique en Bourse, Actualité des sociétés - Investir-Les Echos Bourse

Gnl

Retour au sommaire ➦

Partager