La langue française

Filiaux

Définitions du mot « filiaux »

Trésor de la Langue Française informatisé

FILIAL, ALE, AUX, adj.

A.− Domaine de la parenté naturelle.Propre, relatif à un fils, une fille; qui caractérise le comportement, les sentiments d'un enfant à l'égard de ses parents. Amour, devoir, obéissance, piété, tendresse filial(e). Les vieilles familles où la tradition du respect filial s'est conservée (Dumas fils, Ami femmes,1864, II, 2, p. 104).Un être dévoré par une passion filiale, ayant concentré sur sa mère tout l'amour en puissance d'une âme ardente (Estaunié, Ascension M. Baslèvre,1919, p. 57).
B.− Domaine de la parenté morale, spirituelle, affective.Comme d'un fils.
[À propos d'un être humain placé sous la protection d'un maître, dévoué à une cause] Martinon ne le quitta plus [M. Dambreuse], devint son secrétaire et l'entoura de soins filiaux (Flaub., Éduc. sent.,t. 2, 1869, p. 126).Je dis qu'il faut faire du nouveau, et ne croyez pas que dans ces paroles il y ait une contradiction ou une espèce d'impiété filiale contre la Révolution française (Fondateurs 3eRépubl., Gambetta, 1870, p. 78).
En partic. [À propos d'un croyant à l'égard de Dieu, de l'Église] Notre père! ce cri filial touche le cœur de Dieu (Guérin, Journal,1835, p. 78).La providence paternelle de Dieu à l'égard des hommes et la confiance filiale de ceux-ci en la bonté infinie du père céleste (Théol. Cath. 14, 1 1939, p. 1017).
REM. 1.
Filialement, adv.D'une manière filiale. Cette France à laquelle j'ai toujours été si filialement attaché (Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 279).Portant à ses lèvres la main du général qu'elle baisa filialement (G. Leroux, Roul. tsar,1912, p. 14).
2.
Filialité, subst. fém.Caractère de ce qui est filial. C'est le sens de la paternité divine et de la filialité humaine (Weill, Judaïsme,1931, p. 221).La filialité est l'école du dévouement aux valeurs transcendantes (Mounier, Traité caract.,1946, p. 103).
Prononc. et Orth. : [filjal], masc. plur. [-o]. Ds Ac. 1718-1932. Pour Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 2 1787, n'a pas de plur. masc. Pour Besch. 1845, ce plur. est filials. Il s'appuie sur l'usage de ,,la plupart des grammairiens``. Étymol. et Hist. 1419 amour filial (Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. 12, p. 274). Empr. au b. lat. filialis « qui est le fait d'un enfant à l'égard de ses parents ». Fréq. abs. littér. : 194. Bbg. Gohin 1903, p. 271 (s.v. filialité).

filial « qui émane d'un enfant à l'égard de ses parents »

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

filiaux \fi.ljo\

  1. Masculin pluriel de filial.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FILIAL, ALE. adj.
Qui convient à un enfant à l'égard de ses parents. Obéissance filiale. Crainte filiale. Respect filial. Amour filial. Tendresse filiale. Elle fut un modèle de piété filiale.

FILIALE, nom féminin, s'emploie pour désigner des Établissements issus d'une société mère ou d'une affaire principale. Une société filiale ou, par ellipse comme nom, La filiale d'une société.

Phonétique du mot « filiaux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
filiaux filjo

Évolution historique de l’usage du mot « filiaux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « filiaux »

  • - Les personnages, entiers, sont écartelés entre devoir et sentiments filiaux, ce qui accroît la tension tout au long de la saison. Atlantico.fr, "Fauda, saison 3" de Lior Raz et Avi Issacharoff : un retour tant attendu ! | Atlantico.fr
  • Après avoir rapidement analysé la nature de la maternité de Marie, voyons quelles conséquences en découlent pour ses enfants. D’abord, Jésus désire que nous traitions sa Mère avec respect — le respect dû à Celle par lequel le salut est venu dans le monde, à celle qui sacrifia pour nous Celui qui lui était plus cher que sa propre vie : Jésus-Christ. En toute justice, les baptisés doivent nourrir envers Marie des sentiments filiaux de gratitude et d’honneur. La piété mariale ne relève pas d’abord de l’attendrissement mais de la plus stricte justice. Le chrétien est appelé à l’aimer comme Jésus l’a aimée le premier, lui qui, infiniment saint, est à ce titre notre modèle. Il connaissait les trésors de bonté et de sagesse de sa mère ! Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Comment par le baptême nous devenons enfant de Dieu…. et de Marie
  • Notre modernité tardive, avec son machiavélisme froid, a détruit la maisonnée de nos pères et mères pour y substituer une agora concentrationnaire qui menace toute forme d’intimité. Véritables ilotes, sans attaches, ni liens filiaux, les consommateurs laissent le soin à une caste de politicards de présider aux destinées d’une polis pervertie par les forces du grand Capital. À contrario, les patriotes de l’antique cité grecque participaient à la magistrature d’un pouvoir qui n’avait pas été confisqué par des métèques, c’est-à-dire des forces extérieures à la cité. La polis représente, in fine, la prise de la parole au sein d’une agora qui rassemble tous les citoyens libres qui composent cette authentique société. L’oikos représente le lieu de l’intimité familiale, un espace en soustraction vis-à-vis de la polis, véritable matrice de la naissance et du travail nécessaire à la survie biologique. En outre, l’espace familiale est le lit d’une tradition propre à une lignée qui tentera de s’illustrer au cœur des débats qui président aux destinées de la cité. La cellule familiale, de l’aveu de Arendt, représente « un lieu que l’on possède pour s’y cacher ». Voilà pourquoi l’oikos est inviolable, malgré le fait que ses membres fassent partie de cette cité qui représente l’espace des échanges humains. Le vivre-ensemble n’est possible qu’au gré de la symétrie démocratique, d’une participation de tous aux affaires courantes de la polis, alors que l’intimité familiale, l’oikos, permet au citoyen de se ressourcer auprès des membres de son clan. Dedefensa.org, Dedefensa.org | Les Carnets de Patrice-Hans Perrier | Vers une authentique renaissance de la cite
  • Sentiments « filiaux » ? Le patriache Homère voulait sans doute dire sentiments « paternels ». Car tout présumé « père de la Nation » que Macky Sall est, Homère n’est pas son fils. Tout haut fonctionnaire qu’il fut, Homère Seck traîne des lacunes en français. Tract, Petrosen Holding : le beau-père limogé de Macky Sall dit garder des "sentiments filiaux" (sic!) envers le président | Tract
  • Au Moyen Âge, la famille est avant tout une unité de production. Quelle place reste-t-il à l’affection des rapports filiaux au sein de ces familles-entreprises, où la mortalité infantile est monnaie courante ? France Culture, Marmots médiévaux - Ép. 1/3 - Les âges de l'enfance
  • Faut-il désacraliser "les liens du sang", peut-on rompre les "liens filiaux" entre les enfants confiés à l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et leurs parents ? Le débat refait surface après le meurtre de la petite Vanille.  SudOuest.fr, Mort de Vanille : l’épineuse question du maintien des "liens du sang"
  • Tom Wiscart-Goetz, 1,87 mètre, « baigne depuis longtemps dans le basket ». Son père, Frédéric, a joué avec Fabrice Courcier à l’Insep. « C’était au début des années 80, se remémore le Nordiste. C’est là qu’on voit que le temps passe ! » Ce ne sont toutefois pas les liens filiaux qui ont valu au jeune homme son recrutement à Caen.  , Basket - Nationale 1. Tom Wiscart-Goetz sixième recrue du Caen BC | Sport à Caen

Traductions du mot « filiaux »

Langue Traduction
Anglais subsidiaries
Espagnol subsidiarias
Italien filiali
Allemand tochterunternehmen
Chinois 子公司
Arabe الشركات التابعة
Portugais subsidiárias
Russe дочерние компании
Japonais 子会社
Basque subsidiarioak
Corse filiali
Source : Google Translate API

Filiaux

Retour au sommaire ➦

Partager