La langue française

Ferrasse

Sommaire

  • Définitions du mot ferrasse
  • Étymologie de « ferrasse »
  • Phonétique de « ferrasse »
  • Évolution historique de l’usage du mot « ferrasse »
  • Citations contenant le mot « ferrasse »
  • Traductions du mot « ferrasse »
  • Antonymes de « ferrasse »

Définitions du mot ferrasse

Trésor de la Langue Française informatisé

FERRER, verbe trans.

A.− [Le compl. désigne un objet] Garnir de fer, d'une pièce de fer (ou p. ext. d'un autre métal) pour consolider (cf. fer B). [La] charnière à briquets en fer et en cuivre (...) sert à ferrer les abattants de comptoir (Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât.,t. 3, 1928, p. 63):
Une fumée monte à travers les maisons (...). Ça vient de chez (...) le charron. Pouillaude ne ferre les roues qu'une fois par trimestre, quand il y a assez de commandes pour que ça en vaille la peine... Martin du G., Vieille Fr.,1933, p. 1043.
Spécialement
1. [Le compl. désigne un cheval, un mulet, etc.] Garnir ses sabots de fers. Ferrer les chevaux, les mules; faire ferrer ses bêtes. Trois hommes ferraient une vache qui avait l'air très bête (Hugo, Rhin,1842, p. 383).Vos bœufs ne sont pas ferrés? − Non, monsieur : chez nous, on ne les ferre pas plus que les moutons (R. Bazin, Blé,1907, p. 273).V. charron ex.
En partic. Ferrer (un cheval) à glace. Ferrer (un cheval) avec des fers à crampons ne glissant pas sur la glace. Le froid étant alors très-rigoureux, je fis ferrer mes chevaux à glace (Crèvecœur, Voyage,t. 2, 1801, p. 143).
Rem. 1. La docum. atteste un emploi au sens de « donner de solides connaissances ». Une longue suite de dictées ou de copies faites de mémoire (...) ce travail ferre l'élève sur l'analyse grammaticale qu'il sent de plus en plus nécessaire (Sand, Impress. et souv., 1873, p. 230). Cf. ferré II B. 2. On relève ds la docum. un emploi pronom. réciproque, le suj. désignant un cheval « entrechoquer au trot les sabots armés de fers ». Mes montures (...) sont infatigables et jamais ne bronchent : elles ont encore d'autres qualités; celle de trotter avec beaucoup de vitesse, sans jamais se ferrer (Crèvecœur, Voyage, t. 1, 1801, p. 267).
2. [Le compl. désigne des souliers] Garnir de clous ou de crampons. Elle était nu-pieds; (...) il ferre lui-même les souliers de cette malheureuse avec des clous énormes (France, Lys rouge,1894, p. 33).
Rem. Lar. Lang. fr. atteste un emploi vx au sens de « mettre les fers à un forçat ». Cf. Vidocq, Mém., t. 3, p. 120.
B.− [Le compl. désigne un poisson] Engager le fer d'un hameçon dans les chairs de l'animal qui vient de mordre, en donnant une secousse à la ligne. Ferrer un poisson (Ac.1932).
Emploi abs., fréq. Lignes de pêcheurs qui ferrent. Pascal eut un geste large : presque celui du pêcheur qui a mal ferré et relance sa ligne, garnie d'une nouvelle esche (H. Bazin, Lève-toi,1952, p. 265).
Emploi pronom. Il y eut (...) un éclair de bronze au soleil, et je vis qu'une troisième truite venait de se ferrer d'elle-même (Genevoix, Laframboise,1942, p. 125).
P. ext. et au fig. Attraper quelqu'un (par la ruse). Grâce à moi elle [Fanny] avait d'abord appâté Valancelle, elle venait, cette fois, grâce à moi encore, de la ferrer définitivement (Vialar, Morts viv.,1947, p. 237).
Au fig., vx et fam. [En parlant d'une pers.] Se laisser ferrer. Se montrer soumis, docile. Je vois qu'on rôde autour d'elle, mais ma foi elle ne se laisse pas ferrer à tout le monde (Courier, Lettres Fr. et It.,1805, p. 695).
Loc. fig., vx. Ferrer la mule*.
Prononc. et Orth. : [fε ʀe], [fe-], (je) ferre [fε:ʀ]. Fait partie des mots dans lesquels [ε] est parfois maintenu sous l'infl. graph. des 2 r longtemps prononcés [rr]. Noter cependant que dans l'adj. ferré, Dub. transcrit [feʀe] laissant jouer l'harmonis. vocalique. Étymol. et Hist. 1. Ca 1140 « garnir de fer (ou d'un autre métal) » (Pèlerinage de Charlemagne, éd. E. Koschwitz, 80); 2. a) ca 1140 « garnir de fers les sabots d'un cheval, etc. » (ibid., 81); b) ca 1450 part. passé adj. « habile, sage » (Mistere du Viel Testament, XXXVII, 35406, t. 4, p. 362 : Car il n'y a si ferré qui ne glice); c) ca 1462 se laisser ferrer (Cent nouvelles nouvelles, éd. F. P. Sweetser, II, 69, p. 33); d) ca 1535 ferrer la mule (Nicolas de Troyes, Grand Parangon, 50 ds Hug.); 3. 1176-81 chemin ferré « chemin empierré » (Chr. de Troyes, Le chevalier de la charrette, éd. M. Roques, 603); 4. av. 1233 « mettre (quelqu'un) aux fers » (Hues de La Ferté ds Romancero fr., éd. P. Paris, p. 192 : Ferrant fasse ferrer); 1828-29 « mettre les fers (à un forçat) » (Vidocq, loc. cit.); 5. 1391 ferrer le chanvre (Registre criminel du Châtelet, t. II, p. 345 ds IGLF); 6. 1568 eau ferrée (Paré, Œuvres, l. XXIV, chap. XXIII, éd. J.-F. Malgaigne, t. 3, p. 403a); 7. 1780 ch. de fer chemin ferré (Archives de l'Établissement d'Indret ds Wexler, p. 21); [1814 voie ferrée sens incertain (P. M. Moisson-Desroches, Mém. sur la possibilité d'abréger les distances en sillonnant l'Empire de sept grandes voies ferrées, ibid., p. 18)]; 1851 voie ferrée (Gobineau, Corresp. [avec Tocqueville], p. 184); 8. 1801 pronom. « (d'un cheval) entrechoquer ses sabots » (Crèvecœur, loc. cit.); 1848 intrans. (Chateaubr., Mém., t. 1, p. 98 : un Pégase lunatique qui ferrait en trottant); 9. av. 1856 pêche (Alhoy s. réf. ds Larch. 1872). Du b. lat. ferrare « garnir de fer », lat. class. ferratus « garni de fer, renforcé avec du fer; qui contient du fer; de fer; lié de chaînes de fer ». Fréq. abs. littér. : 106. Bbg. McMillan (D.). Rem. sur esmer-aimer. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1971, t. 9, p. 213.

Wiktionnaire

Nom commun

ferrasse \fɛ.ʁas\ féminin

  1. Porte qui, dans les verreries, fermait le bout du tunnel de recuisson nommé arche ou carcaise.
    • La gueule de l'arche est fermée par une porte en tôle communément appelée ferrasse de l'arche, qui s'abaisse sur la gueule au moyen d'un boulon, autour duquel la ferrasse tourne comme sur une charnière. — (Diderot et D'Alembert, 'L'Encyclopédie, tome35, Lausanne 1781)

Forme de verbe

ferrasse \fɛ.ʁas\

  1. Première personne du singulier de l’imparfait du subjonctif de ferrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FERRER. v. tr.
Garnir de fer. Ferrer une porte, une fenêtre. Ferrer un coffre, une malle. Un bâton ferré. Ferrer des roues. Il signifie particulièrement Garnir de fers les pieds d'un cheval, d'un mulet, etc., à l'aide de clous. Ferrer un cheval des quatre pieds, le ferrer à neuf. Ferrer des chevaux à glace, Leur mettre des fers à crampons pour empêcher qu'ils ne glissent sur la glace. Ferrer des aiguillettes, un lacet, En garnir les extrémités de fer-blanc, de cuivre ou d'autre métal. Par extension, Ferrer d'or, ferrer d'argent, de cuivre, Garnir d'or, d'argent, etc., ce qui est ordinairement garni de fer. Cette cassette est ferrée d'or. Eau ferrée. Voyez EAU. Chemin ferré, Chemin dont le fond est ferme et pierreux et où l'on n'enfonce point. Il se dit aussi, par opposition à Chemin pavé, d'un Chemin qu'on a construit avec des cailloux. Fig. et Fam., Cet homme est ferré, Il connaît à fond telle question. Il est ferré sur ce sujet, on ne peut aisément l'embarrasser. Fig. et pop., Il a la gueule ferrée, c'est une gueule ferrée, se dit de Quelqu'un qui mange avidement des mets très chauds. Ferrer un poisson, en termes de Pêche à la ligne, Engager par un coup sec du poignet la pointe de l'hameçon dans la bouche du poisson qui a mordu.

Littré (1872-1877)

FERRASSE (fè-ra-s') s. f.
  • Coffre de tôle qui contient les pièces de verre qu'on met recuire.

    La porte même du fourneau qui est faite de tôle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ferrasse »

Du latin ferratus (« férré ») 
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ferrasse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ferrasse fɛras

Évolution historique de l’usage du mot « ferrasse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ferrasse »

  • Se ki ne c'est jamais dit c'est qu'albert ferrasse cherchait un prétexte pour plomber nice et informé du différent léger quand on regarde bien par le corps arbitral a mis en place ce trakenard. Tout fut programmé.. . Provoquer et reculer, gestes spectaculaires car en fait il n'y eut meme pas un blesse et un cokard, arbitrage dédié, délégué idem. Le lundi on savait deja dans les milieux informes que nice serait sanctionné, le mardi on connaissait le tarif..... Nice chargerait et lavelanet récompenses indirectement. En fait vrai fausse bagarre... Télé Envoyé, presse.... Tout avait ete prevu pour faire degoupiller nice.... Pari reussi d'albert ferrasse. On se gauze de bagarre epique ? En fait un beau scenario de tonton... ladepeche.fr, Les bagarres de légende du rugby (6/6) : le Lavelanet-Nice de 1972, l’apothéose du rugby western - ladepeche.fr

Traductions du mot « ferrasse »

Langue Traduction
Anglais ironwork
Espagnol herraje
Italien lavoro in ferro
Allemand schmiedearbeiten
Chinois 铁工
Arabe صناعة الحديد
Portugais ferro
Russe железное изделие
Japonais 鉄工
Basque burdinazko
Corse ferrarie
Source : Google Translate API

Antonymes de « ferrasse »

Partager