La langue française

Fardeaux

Définitions du mot « fardeaux »

Trésor de la Langue Française informatisé

FARDEAU, subst. masc.

A.− Chose pesante qu'il faut soulever ou porter. Porter un fardeau sur sa tête, sur ses épaules; charger un fardeau sur son dos; déposer son fardeau. On peut juger du poids d'un fardeau aux gouttes de sueur qu'il vous cause (Flaub., Corresp.,1853, p. 206).Synon. charge, faix, poids :
1. Tantôt c'est un coussinet, qui assujettissant le fardeau sur la tête, donne à la démarche des femmes une allure de cariatide, tantôt c'est un bâton sur lequel s'appuie le portefaix dont les épaules plient sous le poids. Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 217.
Spéc. (dans certaines expr.). Enfant. La femme enceinte porte son cher fardeau (Rolland, J.-Chr.,Nouv. journée, 1912, p. 1556).
B.− Au fig. Ce qui est pénible à supporter, en partic. sur le plan moral. Le fardeau des dettes, des impôts; le fardeau de la solitude, des responsabilités; fardeau des ans. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve (Baudel., Poèmes prose,1867, p. 167).Je traîne en moi comme un fardeau le souci d'écrire ce livre (G. Bataille, Exp. int.,1943, p. 98):
2. Le vieux eut un accès de franchise brutale, estimant sans doute qu'il avait assez longtemps porté ce fardeau de douleur à lui tout seul : − Le gueux est parti avec une fille des bateaux. Moselly, Terres lorr.,1907, p. 268.
Être un fardeau pour qqn. Être à charge à quelqu'un, le gêner. Étaient-ils mes parents, ces gens pour qui je fus un fardeau abominable, une terreur, une tache d'infamie (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Parricide, 1884, p. 477).
Prononc. et Orth. : [faʀdo]. Ds Ac. 1694-1932. Au plur. des fardeaux. Étymol. et Hist. 1. Ca 1205 fardel « botte d'herbe » (J. Bodel, Congés, éd. P. Ruelle, 168); 2. Début xiiies. « chose pesante » (Reclus de Moilliens, Carité, CLIII, 12, éd. A.-G. van Hamel, p. 82); 3. 1remoitié xiiies. fig. (Hugues Piaucele, D'Estormi ds A. de Montaiglon et G. Raynaud, Rec. de fabliaux, t. 1, p. 207). Dér. de farde*; suff. -eau*. Fréq. abs. littér. : 1 100. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 053, b) 1 524; xxes. : a) 1 392, b) 1 272. Bbg. Gir. 1834, pp. 45-46. − Hotier (H.). Le Vocab. du cirque et du music-hall en France. Paris, 1973, p. 52, 135.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FARDEAU. n. m.
Faix, charge. Pesant fardeau. Porter un fardeau. Se charger d'un fardeau. Il se dit, par extension, dans les Mines, des Terres et des roches qui menacent d'ébouler. Figurément, il se dit aussi des Soucis, des peines, des douleurs qu'on a à supporter. C'est un pesant fardeau qu'une couronne. Cette administration est un fardeau trop lourd pour lui. La vie n'était plus pour lui qu'un pénible fardeau.

Phonétique du mot « fardeaux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fardeaux fardo

Évolution historique de l’usage du mot « fardeaux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fardeaux »

  • Cet épineux fardeau qu'on nomme vérité. Théodore Agrippa d'Aubigné, Les Tragiques
  • Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. , Évangile selon saint Matthieu, XI, 28
  • La pensée fait mal aux reins. On ne peut à la fois porter des fardeaux et des idées. De Rémy de Gourmont / Promenades philosophiques
  • L’amitié donne son lustre à la prospérité, et soulage en partageant les fardeaux de l’adversité. De Cicéron
  • Il n'est pas plus déshonorant d'acquérir de l'argent en gagnant des courses qu'en portant des fardeaux ou en écrivant des livres. De Tristan Bernard / Journal des vélocipédistes
  • Il a exprimé son regret sur l'échec de la conclusion d'un accord final lors de la réunion tripartite entre représentants du gouvernement, des syndicats et du patronat pour une réponse conjointe à la crise de nouveau coronavirus (Covid-19). Ils avaient prévu de signer un projet d'accord la semaine dernière pour minimiser les suppressions de postes et partager les fardeaux. Agence de presse Yonhap, Moon appelle à transformer les relations syndicats-patronat à l'ère du numérique | AGENCE DE PRESSE YONHAP
  • Sa rivalité avec Lachaud, son ancien et lointain camarade de jeu, a fait un mal fou à la ville de Nîmes. Son acharnement, l’antipathie qu'il a toujours manifestée aux vrais patriotes et autres souverainistes, le discréditent à mes yeux. Sa personnalité et son manque de courage ont fait qu'au fil des décennies la ville de Nîmes est devenue ingérable, l'insécurité y est manifeste, le plan de circulation fait en dépit du bon sens, sont autant de handicaps pour l'économie locale ... le manque d'imagination municipale sont autant de fardeaux. L'absence de réseau de bus gratuits couplés avec des parkings aux entrées de la ville et d'autres mesures incitatives, ont tué le commerce de ville et laissé place nette pour les trafics divers qui se répandent comme la chienlit dans le centre, boulevard Gambetta etc ... La chienlit va encore se répandre, l'insécurité exploser,... Avignon, Nîmes, Montpellier, Marseille ... Le Midi perd son âme ! Tristes résultats. Un point positif : il a chanté la Marseillaise et non l'internationale mais sera-ce suffisant ? midilibre.fr, Nîmes : Jean-Paul Fournier se projette déjà sur la présidence de l’Agglo - midilibre.fr

Traductions du mot « fardeaux »

Langue Traduction
Anglais burdens
Espagnol cargas
Italien oneri
Allemand belastungen
Chinois 负担
Arabe أعباء
Portugais fardos
Russe бремя
Japonais 負担
Basque kargak
Corse poveri
Source : Google Translate API

Synonymes de « fardeaux »

Source : synonymes de fardeaux sur lebonsynonyme.fr

Fardeaux

Retour au sommaire ➦

Partager