La langue française

Familière

Sommaire

  • Définitions du mot familière
  • Phonétique de « familière »
  • Évolution historique de l’usage du mot « familière »
  • Citations contenant le mot « familière »
  • Traductions du mot « familière »
  • Synonymes de « familière »
  • Antonymes de « familière »

Définitions du mot familière

Trésor de la Langue Française informatisé

FAMILIER, IÈRE, adj.

A.− [Correspond à famille I]
1. [En parlant d'une pers. ou d'éléments qui lui sont attachés]
a) [En parlant d'une pers.]
α) Emploi adj. Qui fait comme partie d'une famille, qui participe à l'intimité d'un foyer ou de quelqu'un. Debray, en homme familier dans la maison, entra le premier dans la cour (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 82).Depuis huit jours, le comte Otto, qu'on ne voyait jamais auparavant, commençait d'être familier et même assidu chez son père (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 160).Son camarade Paul Limousin resté, chose rare, l'ami intime et familier du ménage, après avoir été l'inséparable compagnon de sa vie de garçon (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, M. Parent, 1886, p. 588).
MYTHOLOGIE
Dieux familiers. Divinités qui protègent une famille et auxquelles on sacrifie en famille. Cf. constamment ex. 3.Lare familier (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 177).
Démon, génie familier. Esprit surnaturel (analogue à l'ange* gardien) qui protège, conseille un individu et auquel celui-ci rend un culte. La théorie des anges gardiens n'est pas nouvelle (...). C'était le génie familier qui en tenait lieu chez les Grecs (Dupuis, Orig. cultes,1796, p. 510).Le sacrifice est doux au Démon familier Sur la table de marbre ou sur un bloc de glaise (Heredia, Trophées,1893, p. 49).
P. anal. Mon fusil, ce bâton et ce génie familier du chasseur (Lamart., Tailleur pierre,1851, p. 408).Mon diable familier [Masseau] m'interrompt (Colette, Entrave,1913, p. 284).Lui-même [Passy] sut résister au dégoût et se garder de la vantardise, qui sont les démons familiers de cette sorte d'activité (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 129).
β) Emploi subst. Personne qui, bien que non apparentée avec quelqu'un, vit dans son intimité ou fait partie du cercle de la famille. Un familier de la maison, du Tsar. Clément Marot, devenu le familier des antichambres du Louvre (Murger, Scènes vie Boh.,1851, p. 4).[Disraëli] devint un familier du palais (Maurois, Disraëli,1927, p. 155):
1. Trottant de côté comme un chien qui revient de vêpres, la menette ne laissait plus passer un soir sans aller aux Escures. Peut-être, en se rendant une familière du logis, s'efforçait-elle d'apprendre les affaires et secrets des Grange. Pourrat, Gaspard,1922, p. 170.
Spécialement
HIST. Individu qui espionnait et dénonçait des suspects pour le compte de l'Inquisition. [Le] grand inquisiteur Torquemada, environné des juges et des familiers de l'Inquisition, devant lesquels un hasard favorable au maintien des bonnes doctrines aurait fait amener tout à coup Luther ou Calvin (Stendhal, Racine et Shakspeare,1825, p. 55).
Arg. Familière. ,,Prisonnière de Saint-Lazare qui, en raison de sa bonne conduite, est employée au service des autres prisonnières et jouit, en conséquence, de certaines immunités`` (France 1907).
b) [En parlant de choses]
α) Qui a rapport aux liens étroits avec des familiers (supra A 1 a β). Les débris de la vie privée et familière du Romain (Goncourt, MmeGervaisais,1869, p. 112):
2. La quatrième [fête] honore la moins étendue, mais la plus complète des relations civiques, celle où la cohabitation familière nous rapproche le mieux de l'intimité domestique. Comte, Catéch. posit.,1852, p. 234.
Qui s'adresse à des familiers; p. ext., qui a un caractère intime. La comédie et l'épître familière ne les [les jeux de mots] repoussent pas toujours (Jouy, Hermite,t. 5, 1814, p. 227).Traduire les lettres familières de Cicéron (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 4, 1859, p. 466).
Rem. Dans l'ex. de Sainte-Beuve, familier est la trad. du lat. ad familiares.
Emploi subst. masc. avec valeur de neutre. La familiarité (v. ce mot A), l'intimité. [Shakespeare] pénétrait dans le familier des existences populaires ou bourgeoises (L. Daudet, Voy. Shakespeare,1896, p. 182).
β) De famille. Tu nous trouverais dans un village méditerranéen, mais j'aime mieux t'avoir dans notre séjour familier (Mallarmé, Corresp.,1868, p. 277):
3. J'ai passé trois semaines à Mordreux, au sein d'une famille, la plus paisible, la plus unie, la plus bénie du ciel, qui se puisse imaginer. Et cependant, dans ce calme, dans cette douce monotonie de la vie familière, mes jours étaient animés intérieurement... M. de Guérin, Journal,1834, p. 194.
2. [En parlant d'un animal] Qui accepte sans crainte la présence proche d'un autre animal ou, plus fréquemment, de l'homme; qui vit dans la société d'un être humain qui se l'est attaché. Troubler dans le bois la biche familière (Sainte-Beuve, Poés.,1829, p. 95).Tel d'entre nous a besoin, sous la forme d'un chien ou d'un animal familier, d'un compagnon muet que l'on ne dissocie plus de sa promenade quotidienne (Du Bos, Journal,1925, p. 395):
4. La Mamèche aussi fait sa chasse, pour elle, à sa façon. Elle s'attaque au petit gibier : aux moineaux que le froid rend familiers et qui sont tout ébouriffés comme des pelotes de laine. Giono, Regain,1930, p. 52.
B.− P. ext.
1. [L'accent est mis sur l'idée d'habitude]
a) Valeur passive
α) [En parlant d'une pers.] Bien connu (de quelqu'un) en raison de rapports fréquents. Je demandai à un voisin déjà familier quelle était cette remarquable figure (Verlaine, Œuvres compl.,t. 5, Quinze jours en Holl., p. 233).
β) [En parlant d'une chose]
Dont on a l'habitude, qui est bien connue, car elle s'impose souvent (à quelqu'un). Bruit, paysage familier; figure, forme, musique, odeur familière. L'individu jette sur l'objet familier le coup d'œil rapide et léger de l'indifférence et passe outre (Maine de Biran, Influence habit.,1803, p. 93).Un décor trop familier rapetisse les plus vives sensations (Barrès, Homme libre,1889, p. 51).La mort est ici une chose familière qui participe au paysage quotidien (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 127).
Familier à qqn.Une image familière aux habitués de la piste (Montherl., Olymp.,1924, p. 239).
À quoi on est habitué, car on en a une pratique courante; bien connu à la suite d'un apprentissage. Des mots peu familiers ou même inconnus (Chateaubr., Génie,t. 2, 1803, p. 287).
Familier à qqn.Par une manœuvre familière aux avoués, habitués à rester calmes (Balzac, Chabert,1832, p. 95).Cette opération très simple doit être familière au gazier (Quéret, Industr. gaz,1923, p. 154).Il parlait plusieurs langues, et les principaux courants de la littérature européenne lui étaient familiers (Martin du G., Confid. afric.,1931, p. 1108).
Qui est habituel, presque automatique. Geste, tic familier. Synon. coutumier, habituel.Repris par une hantise familière (Martin du G., J. Barois,1913, p. 535).
Familier à qqn.Elle achève de s'asseoir, les genoux ramenés sur son ventre et les bras ceignant ses genoux, dans la posture qui lui est familière lorsqu'elle s'efforce d'apprendre ses leçons (Bernanos, Mouchette,1937, p. 1300).
b) Valeur active. [En parlant d'une pers.; avec compl. prép. avec, parfois de]
Qui a l'habitude de (quelque chose), qui connaît bien (une chose), car elle s'impose souvent (à la personne). Il joue, dès l'enfance, entre les genoux de Cybèle, il est déjà familier de ses taillis et de ses sources, de ses nuages et de ses brumes (Mauriac, Journal 3,1940, p. 234).
Qui fréquente souvent (un lieu). À feu mon père, à mon grand-père, familiers des deuxièmes balcons (SartreMots,1964, p. 99).
Qui a l'habitude de (quelque chose) à cause d'une pratique courante, qui connaît bien à la suite d'un apprentissage.
Familier avec qqc.Chacun sera devenu familier avec le chant (Comte, Catéch. posit.,1852, p. 197):
5. ... la princesse qui, n'étant pas familière avec les travaux de Darwin et de ses successeurs, comprenait mal la signification des plaisanteries de la duchesse. Proust, Guermantes 2,1921, p. 517.
Familier de qqc.Ainsi, maintenu hors de la hiérarchie paroissiale régulière, familier des besognes les plus serviles, en toute occasion maître Jacques et bon à toutes fins, le pauvre curé... (Bernanos, Imposture,1927, p. 338).
Emploi subst. Le héros était je pense un familier de la musique (Chardonne, Ciel,1959, p. 44).
2. [L'accent est mis sur l'idée d'aisance, de non-contrainte]
a) [En parlant d'une pers. ou d'un trait de son comportement dans ses relations avec autrui]
α) Qui manifeste de la liberté, du naturel. Accueil familier; allure, manières familière(s). C'est vrai, Vial, que je suis plus familière que liante (Colette, Naiss. jour,1928, p. 48).Cf. amical ex. 4 :
6. Louis est un garçon de vingt-deux ans, qui porte lorgnon, se vêt de drap noir, comme un instituteur. Il plaisante volontiers, n'étale pas son savoir, et sait garder, vis-à-vis du maître, une attitude familière et cependant respectueuse, dont le dosage est plein de tact. Martin du G., Devenir,1909, p. 185.
β) En mauvaise part. Qui outrepasse, dans sa liberté, les limites de la discrétion, de la politesse. Synon. grossier, vulgaire.Mais il se souvint aussi qu'elle avait dit « Vinca » tout court, d'une manière trop familière et un peu injurieuse (Colette, Blé en herbe,1923, p. 46).Cf. apostrophe1ex. 4.
b) Simple, dénué d'apprêt, de prétention. « (...) J'aime la vertu familière, sans tunique, ni cothurnes, sans phrases, qui agit à la dérobée (...) » (L. Daudet, A. Daudet,1898, p. 140).Il est heureux pour sa mémoire que les Rêveries du Promeneur solitaire nous aient donné de lui [Rousseau] une image si familière et si charmante que l'avenir l'a retenue de préférence à toutes les autres (Mauriac, Trois gds hommes dev. Dieu,1947, p. 128).
− Dans le domaine de l'expression, de la création.Qui se caractérise par l'enjouement, le naturel, la simplicité. Anton. élevé, guindé, recherché.[Un] style familier, gai, d'une piquante simplicité (Berlioz, À travers chants,1862, p. 75).Nous ne connaissions pas sous cet aspect le talent du jeune sculpteur. Nous l'avions vu sévère et fort dans son David, héroïque et fier dans son Gloria victis : nous le retrouvons ici familier et gracieux (Castagnary, Salons,t. 2, 1875, p. 196).
Dans l'expression langagière. Dont on use dans l'intimité, dans la conversation courante. Expression, locution familière. Une conversation explicative, où de temps en temps le « tu » familier succédait au « vous » de la discussion officielle (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 169).Car il convenait, n'est-ce pas, de choisir des termes familiers et populaires, ceux mêmes qu'eût employés la pauvre mère Rambaud (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 402).
Prononc. et Orth. : [familje], fém. [-ε:ʀ]. Enq. : /familje, -ʀ/. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1160-74 adj. « qui est regardé comme étant de la famille » fameliers (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 4750); fin xiiies. subst. « attaché à une maison » famillÿers (Trad. Ovide, Remède d'Amour, 1653 ds T.-L.); 2. ca 1240 adj. « qui est intime avec quelqu'un, ami » (St. François, 1705, ibid.); ca 1370 subst. (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, L. I, ch. 7, p. 113); 3. 1530 adj. « qui vit habituellement avec quelqu'un » (Contreditz de Songecreux, fo48 rods Gdf. Compl.); 1580 fig. « qui est bien connu (en parlant de livres) » (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, p. 194); 4. 1680 « qu'on emploie naturellement » (Rich. : stile familier. Les épîtres familieres de Ciceron). Empr. au lat. familiaris « qui fait partie de la maison, de la famille », d'où « ami, intime ». Fréq. abs. littér. : 3 059. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 526, b) 3 223; xxes. : a) 4 622, b) 6 347. Bbg. Boulan 1934, p. 72. − Gohin 1903, p. 295. − Reinh. 1963, p. 293.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

familière \fa.mi.ljɛʁ\

  1. Féminin singulier de familier.
    • À cette façon de remarteler chaque geste ou chaque syllabe, de ralentir la diction, de se pétrifier peu à peu devant l’impensable, l’étrangeté de la folie devenait à la fois charnelle et familière. — (Jean-Baptiste Goureau, Rappels : demi-roman, 2001, page 77)

Nom commun

familière \fa.mi.ljɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : familier)

  1. Personne très proche dans ses habitudes et ses fréquentations.
    • En tout cas, je te félicite d’avoir choisi une familière aussi puissante pour maîtresse. — (Michele Hauf, Une dangereuse attraction, 2007)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAMILIER, IÈRE. adj.
Qui vit dans l'intimité de quelqu'un. Un ami familier. Substantivement, Les familiers de la maison. C'est un de ses familiers. Il se dit aussi des Choses qui ont rapport à l'intimité d'une personne avec une autre. Ils vivent dans un commerce familier. Avoir des relations familières avec quelqu'un. La conversation prit un tour plus familier. Avoir un entretien familier avec quelqu'un. Par extension, il signifie Qui se comporte trop librement à l'égard de quelqu'un. Vous devenez trop familier avec vos supérieurs. Dans cette acception, il se dit surtout des Choses. Prendre un air, un ton familier. S'exprimer en termes familiers. Il a des manières par trop familières. Par extension aussi, il signifie Qui est devenu facile, aisé, par la pratique, l'habitude. Il s'est rendu cette langue familière. Le maniement du fusil lui est devenu familier. Dans cette acception, il se dit des Choses devenues ordinaires, habituelles. Ce défaut est familier aux auteurs. Ce geste lui est familier. Il se dit aussi des Choses que l'on reconnaît aisément pour les avoir vues souvent. Cette figure m'est familière. Ces notions lui sont familières. Tout m'est familier dans cette ville, les choses et les gens. Par extension encore, en parlant de la Langue parlée, par opposition à la langue écrite, il signifie Qui se dit dans la conversation, qui ne convient qu'à la conversation. Cet auteur emploie trop de termes familiers. Ce tour est trop familier. Détaler, décamper sont des mots familiers. Il signifiait autrefois Qui est de la famille. Il n'a plus ce sens que dans les expressions Les dieux familiers des anciens. Démon, génie familier, Sorte de génie que l'on croyait attaché à une personne pour la guider, l'inspirer, la servir. Le démon familier de Socrate.

Phonétique du mot « familière »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
familière familjɛr

Évolution historique de l’usage du mot « familière »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « familière »

  • Toute vue de choses qui n'est pas étrange est fausse. Si quelque chose est réelle, elle ne peut que perdre de sa réalité en devenant familière. Méditer en philosophe, c'est revenir du familier à l'étrange, et dans l'étrange affronter le réel. Paul Valéry, Choses tues, Gallimard H. de Montherlant l'a reprise comme épigraphe de son roman les Garçons
  • Une Espagnole familière de la bulle bruxelloise, un Irlandais soucieux d'économies budgétaires et un Luxembourgeois rompu aux compromis sont candidats à la présidence de l'Eurogroupe. L'Echo, Trois candidats pour diriger l'Eurogroupe | L'Echo
  • Sa ligne "oiseau, insolite et familière", en appelle aux carafes traditionnelles des arts de la table provençaux que l’on retrouve au détour d’une étagère dans les cuisines de famille. "Cette carafe se veut également un hommage aux vignobles du Midi et à ses plus beaux crus", explique Margaux Keller. La précision du bec verseur, les stries qui permettent une meilleure oxydation, le dôme bombé qui enveloppe les arômes… permettent de décanter et d’aérer le vin pour mieux en valoriser la personnalité. Ce qui n’a pas échappé à Stéphane Mesnier, chef sommelier du restaurant étoilé marseillais Le Petit Nice du chef Gérald Passedat, avec qui la créatrice a échangé. Le Figaro - Le Figaro Vin, Une bartavelle se pavane - Le Figaro Vin
  • La voiture à hydrogène est déjà familière aux Parisiens : une centaine de Toyota Mirai ou de Hyundai Nexo, composant la flotte de taxis Hype , sillonnent aujourd'hui les rues de la capitale. Pourtant, c'est sans doute d'abord par les véhicules lourds, camionnettes, camions ou bus, que l'hydrogène s'imposera dans la mobilité. Les Echos, Dans la mobilité, l'hydrogène s'imposera d'abord par les véhicules lourds | Les Echos
  • Naya est pucée et porte un collier rose, elle est très familière avec les gens et les enfants. , Insolite | Saint-Léger-du-Bois : Avez-vous aperçu Naya ?

Traductions du mot « familière »

Langue Traduction
Anglais familiar
Espagnol familiar
Italien familiare
Allemand familiär
Chinois 熟悉的
Arabe مألوف
Portugais familiar
Russe знакомый
Japonais おなじみ
Basque ezagunak
Corse familiarizatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « familière »

Source : synonymes de familière sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « familière »

Partager