La langue française

Fabliaux

Définitions du mot « fabliaux »

Trésor de la Langue Française informatisé

FABLIAU, subst. masc.

LITT. FR. (xiieet xiiies.). Conte populaire en vers, satirique ou moral. Les recueils de nos fabliaux, le Décaméron de Boccace, sont pleins de traits qui respirent cette liberté de penser, ce mépris des préjugés (Condorcet, Esq. tabl. hist.,1794, p. 106).L'aubergiste (...) auquel je prêtais l'aspect disputeur, solennel et médiéval d'un personnage de fabliau (Proust, Swann,1913, p. 388):
... c'est avec prédilection que les auteurs de fabliaux, contes écrits en français, ont exercé leur verve contre les prêtres, pris comme objets préférés de facéties parfois inoffensives et parfois fort acérées. Faral, Vie temps de st Louis,1942, p. 48.
Rem. La forme fableau est également attestée ds la docum. Ce dernier mot n'est pas plus étonnant que « fabliau » jadis « fableau » (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 151). L'infime place qu'occupent les passions politiques chez le bourgeois français tel qu'il apparaît dans les fableaux, dans la comédie du moyen-âge (Benda, Trah. clercs, 1927, p. 18).
Prononc. et Orth. : [fɑblijo] ou [fa-]. Barbeau-Rodhe 1930 admet [ɑ] ou [a], ce qui s'explique parce que la syll. n'est plus sous l'accent. Cf. fable. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. Ca 1200 (J. Bodel, Saxons, éd. F. Menzel et E. Stengel, 25); forme pic. reprise par C. Fauchet, Recueil de l'origine de la langue et poésie française, 1581, éd. Janet G. Espiner-Scott, livre 1, chap. VIII, 1. 35, 49, 115 etc.). Dér. de fable*; suff. -eau* (a. fr. -el), fabliau étant la forme pic. de l'a. fr. fablel, fableau (cf. Gdf. Compl. et T.-L. s.v. fablel). Fréq. abs. littér. : 46. Bbg. Guiette (R.). Fabliau. In : G.(R.). Questions de litt. Gent, 1960, pp. 67-77; In : [Mél. Gessler (J.)]. Louvain, 1948, t. 1, pp. 566-569. − Orr (J.). Mod. Lang. R. 1958, t. 53, pp. 257-258. − Otcherett (O.). Sur la déf. du genre des fabliaux. Annales sc. de l'Inst. pédag. Lénine. Moscou. 1970, no382, pp. 219-245.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FABLIAU. n. m.
Genre de conte en vers, plaisant et satirique, usité dans la littérature du moyen âge. Les anciens fabliaux.

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FABLIAUX, s. m. (Littérat. franç.) Les anciens contes connus sous le nom de fabliaux, sont des poëmes qui, bien exécutés, renferment le récit élégant & naïf d’une action inventée, petite, plus ou moins intriguée, quoique d’une certaine proportion, mais agréable ou plaisante, dont le but est d’instruire ou d’amuser.

Il nous reste plusieurs manuscrits qui contiennent des fabliaux : il y en a dans différentes bibliotheques, & sur-tout dans celle du Roi ; mais un manuscrit des plus considérables en ce genre, est celui de la bibliotheque de saint Germain des Prés, n°. 1830. Les auteurs les moins anciens dont on y trouve les ouvrages, paroissent être du regne de S. Louis.

Ces sortes de poésies du xij. & xiij. siecles, prouvent que dans les tems de la plus grande ignorance, non-seulement on a écrit, mais qu’on a écrit en vers : le manuscrit de l’abbaye de S. Germain en contient plus de 150 mille. M. le comte de Caylus en a extrait quelques morceaux dans son mémoire sur les fabliaux, inséré au tome XX. du recueil de l’académie des Inscript. & Belles-Lettres. Cependant le meilleur des fabliaux de ce manuscrit, ainsi que ceux dont le plan est le plus exact, sont trop libres pour être cités ; & en même tems, au milieu des obscénités qu’ils renferment, on y trouve de pieuses & longues tirades de l’ancien Testament. Une telle simplicité fait-elle l’éloge de nos peres ? Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « fabliaux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fabliaux fablijo

Évolution historique de l’usage du mot « fabliaux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fabliaux »

  • La plupart des fabliaux reposent sur une méprise et des histoires grivoises. Parmi les thèmes de prédilection des auteurs : la tromperie, la lubricité, l’avarice, la couardise... Il y a le paysan ou le bourgeois naïf, l’ecclésiastique gourmand, voire cupide, le voleur sympathique... Retournements de situation et rebondissements sont au service de la narration. Futura, Que sont les fabliaux du Moyen Âge ?
  • Doctorant au sein de l’équipe de recherche Études et Éditions de textes médiévaux, Nicolas Garnier s’intéresse au roman de Renart et les fabliaux, deux types de récits brefs des XIIe et XIIIe siècles. France Culture, Le Roman de Renart et les fabliaux
  • Après la classe verte, qui les a immergés dans le quotidien du Moyen-Âge à la Renardière, avec leurs camarades du RPI (regroupement pédagogique intercommunal) d’Eschbach-au-Val, les élèves de l’école primaire de Griesbach-au-Val ont parfait leur culture sur cette grande période de l’histoire avec d’authentiques fabliaux et chansons du XIIIe  siècles adaptés en français moderne et joués par la Compagnie Eutrapelia, de Rochesson (Vosges). , Griesbach-au-Val | Des fabliaux du XIIIe  siècle
  • Cette bande dessinée, nous l'avions déjà conseillée pour s'évader du confinement. Les critiques de bande dessinée l'ont retenue pour les dix titres indispensables à emporter sur la plage. L'occasion de saluer à nouveau l'immense talent de Gipi et Luigi Critone, auteurs d'une épopée mettant en scène Aldobrando. Fils d'un riche seigneur confié dès son plus jeune âge à un vieux mage. Ce dernier l'éduquera dans le cocon d'une vieille maison isolée, coupé du monde extérieur, jusqu'à ce qu'il en soit en âge de découvrir le monde. Quand l'heure est venue, le maître envoie sous un prétexte fallacieux l'adolescent explorer l'humanité. Le jeune garçon innocent affrontera alors la cruauté d'une société médiévale gangrenée par les abus de pouvoir, pour accomplir de grands exploits. Luigi Critone offre un superbe récit picaresque où s'entremêlent allègrement récit initiatique et d'aventures. Vivacité des fabliaux du Moyen-Âge, esprit chevaleresque de Don Quichotte, héroïsme de la chanson de geste, l'aura de toute cette savoureuse littérature pénètre un album sublimé par le trait aquarellé et expressionniste de Luigi Critone. À lire sans modération. Le Figaro.fr, Aldobrando, Mohamed Ali, Stanley Greene... Les bandes dessinées à lire cet été
  • Mais qu’a donc ce récit pour recevoir le qualificatif de «merveilleux»? Elle mobilise les ingrédients habituels: mobilise la crainte, la stupeur, pointe l’insuffisance humaine, l’impuissance, et révèle le héros, dont les attributs, clairvoyance, ruse et malice envers les puissants, rappelle le personnage de Renart, fameux «trickster» des fabliaux du moyen âge. Renart se joue des puissants, se moque de l’autorité, et fait fi des règles académiques. Renart ne poursuit qu’un but: se sortir d’affaire. Alors, on lui pardonne sa roublardise, tant sa geste et sa faconde sont étourdissantes. Et au final, nous sommes sauvés. N’est-ce pas là l’essentiel? Le Figaro.fr, «La science déçoit: c’est sa fonction principale»
  • Le trickster, ou fripon divin, qui joue des bons tours et nargue la société, est un personnage récurrent des traditions littéraires européennes. Il est bien représenté dans le domaine français médiéval : Tristan, Renart et Pathelin ont ainsi passé les siècles en amusant petits et grands, alors que ce sont davantage les situations que le nom des héros qu’a retenues la tradition des fabliaux. Les deux contes à rire ici édités nous en présentent des spécimens bien contrastés : au boucher d’Abbeville, qui ne cherche qu’à se venger des mesquineries qu’il a subies et qui illustre l’expression « l’occasion fait le larron », s’oppose Trubert, dont les tours, souvent ignobles et gratuits, trahissent une propension innée à faire le mal. L’opposition des deux textes est également formelle : alors que Le Boucher d’Abbeville est un fabliau tout à fait typique, ne narrant qu’une anecdote brève, Trubert est, avec ses nombreux épisodes, un véritable petit roman comique qui anticipe le genre picaresque. Les deux récits se complètent ainsi pour donner un aperçu représentatif du thème de la ruse dans la littérature facétieuse du Moyen Âge. , Deux contes à rire médiévaux. Le Boucher d'Abbeville suivi de Trubert

Traductions du mot « fabliaux »

Langue Traduction
Anglais fablials
Espagnol fablials
Italien fablials
Allemand fablials
Chinois 面料
Arabe خرافات
Portugais fablials
Russe fablials
Japonais ファブリアル
Basque fablials
Corse fabbriali
Source : Google Translate API

Synonymes de « fabliaux »

Source : synonymes de fabliaux sur lebonsynonyme.fr

Fabliaux

Retour au sommaire ➦

Partager