La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « eschaper »

Eschaper

Définitions de « eschaper »

Wiktionnaire

Verbe 2 - ancien français

eschaper \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Échapper.

Verbe 1 - ancien français

eschaper \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Cacher (mettre sous chape).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « eschaper »

(Verbe 1) De chape, voir eschapir.
(Verbe 2) Du latin populaire *excappare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « eschaper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
eschaper ɛsʃape

Évolution historique de l’usage du mot « eschaper »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « eschaper »

  • « Or, de moy, j’ayme mieux estre importun et indiscret que flateur et dissimulé. J’advoue qu’il se peut mesler quelque pointe de fierté et d’opiniastreté à se tenir ainsin entier et descouvert sans consideration d’autruy ; et me semble que je deviens un peu plus libre où il le faudroit moins estre, et que je m’eschaufe par l’opposition du respect. Il peut estre aussi que je me laisse aller apres ma nature, à faute d’art. Presentant aux grands cette mesme licence de langue et de contenance que j’apporte de ma maison, je sens combien elle decline vers l’indiscretion et incivilité. Mais, outre ce que je suis ainsi faict, je n’ay pas l’esprit assez souple pour gauchir à une prompte demande et pour en eschaper par quelque destour, ny pour feindre une verité, ny assez de memoire pour la retenir ainsi feinte, ny certes assez d’asseurance pour la maintenir ; et fois le brave par foiblesse. Parquoy je m’abandonne à la nayfveté et à tousjours dire ce que je pense, et par complexion, et par discours, laissant à la fortune d’en conduire l’evenement. » Philosophie magazine, Un extrait de Montaigne commenté par Claude Romano | Philosophie magazine

Eschaper

Retour au sommaire ➦

Partager