La langue française

Enlevé

Sommaire

  • Définitions du mot enlevé
  • Phonétique de « enlevé »
  • Évolution historique de l’usage du mot « enlevé »
  • Traductions du mot « enlevé »
  • Synonymes de « enlevé »
  • Antonymes de « enlevé »

Définitions du mot enlevé

Trésor de la Langue Française informatisé

ENLEVÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de enlever*.
II.− Adjectif
A.− LITT., MUS. Exécuté avec rapidité ou énergie et cependant justesse de ton. Morceau bien enlevé; quadrille enlevé par l'orchestre :
Je comprends très bien l'emportement de Barnier pour la religieuse ensuite, cela est discret et enlevé. Bref, votre bouquin [Sœur Philomène des Goncourt] m'a plu extrêmement et ça me semble une chose « réussie ». Flaubert, Corresp.,1861, p. 435.
B.− B.-A. Comme un mouvement exécuté avec rapidité et d'un seul jet. Tableau enlevé. Pose enlevée [d'un personnage] (cf. Barb. d'Aurev., 3eMemor.,1856, p. 71).
Fréq. abs. littér. : 1 868. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 338, b) 3 302; xxes. : a) 2 346, b) 1 1914. Bbg. Gohin 1903, p. 254.

Wiktionnaire

Forme de verbe

enlevé \ɑ̃.lə.ve\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe enlever.
    • Le fait de lui avoir enlevé sa bulle d’air ne l’a pas irrémédiablement désallégé, puisqu’en raréfiant l’air qui se trouve dans son corps, il y remplace par un volume équivalent de vide —- s’il est permis de s’exprimer ainsi — le volume de la bulle qu’on lui a enlevée. — (Annales de biologie lacustre, 1913, volumes 5 à 6, page 169)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENLEVER. (J'enlève; nous enlevons.) v. tr.
Déplacer vers le haut. Ce plateau de la balance enlève l'autre. On enlève les plus grosses pierres avec une grue. Le ballon s'enleva dans les airs. Le cheval s'enlevait sur ses jambes de derrière. Il signifie particulièrement Lever avec rapidité, avec violence. Il vint un tourbillon qui l'enleva. Un coup de vent a enlevé le toit de cette maison. Fig. et fam., Cela enlève la paille, Cela emporte l'objection, cela est décisif. On dit aussi Cela lève la paille. Il signifie aussi Ravir, emmener, emporter par force. On l'a enlevé de sa maison. Il se dit spécialement dans ce sens du Rapt d'un enfant qu'on soustrait à ses parents ou du rapt d'une femme, d'une jeune fille qu'on a réussi à séduire. Il aimait cette jeune fille, il l'a enlevée. Il signifie encore simplement Emporter, retirer, ôter quelque chose d'un endroit. Il faudra faire enlever ces matériaux. Enlevez cela de dessus la table. Enlever ce qui couvre quelque chose. On dit, par extension, Vous ne pourrez pas enlever vos meubles avant d'avoir payé votre loyer. Enlever des marchandises, Se hâter de les acheter, de s'en fournir, de sorte que les autres marchands n'en trouvent plus que difficilement. On ne peut plus acheter de cette qualité de drap que chez un tel, il a enlevé tout ce qu'il y en avait dans les magasins. On dit aussi, dans un sens voisin, qu'Une marchandise est bientôt enlevée, est enlevée ou s'enlève en moins de rien, etc., pour dire que Le débit en est prompt et qu'elle ne reste que fort peu de temps chez le marchand. Fig., Enlever quelqu'un se dit de Ce qui fait mourir quelqu'un promptement, prématurément, d'une manière inattendue. La fièvre l'a enlevé en peu de jours. La mort a enlevé ce jeune homme à la fleur de l'âge. Ce père fut enlevé à ses enfants, à l'affection des siens. En termes de Guerre, Enlever un poste, une place, Se rendre rapidement maître d'une position, d'une place. On dit aussi Enlever une patrouille.

ENLEVER signifie encore Soulever du sol. Enlever un cerf-volant. Enlever un cheval, Le porter vigoureusement en avant. En termes de Chasse, Enlever la meute, Entraîner les chiens, par le plus court chemin, où l'on a vu le cerf et où l'on retrouve la voie. Par extension, Ce colonel enleva son régiment, Il le porta vivement contre l'ennemi. Fig., Enlever un morceau de musique, L'exécuter rapidement et bien. Figurément,

ENLEVER signifie Transporter d'enthousiasme. Cet orateur enlève son auditoire. Ses vers enlèvent le lecteur. La musique enlève tout le monde. Il y a dans cette pièce des passages qui enlèvent. Adjectivement, Un discours, un orateur enlevant. On dit, dans la même acception, Enlever les suffrages, Exciter l'enthousiasme, obtenir un succès brillant. Cette pièce, cet auteur a enlevé tous les suffrages. Cette proposition a enlevé l'approbation unanime. Il signifie en outre Séparer, détacher une chose de celle sur laquelle elle est appliquée, ou à laquelle elle est adhérente. Enlever la croûte d'un pâté. Enlever la peau d'une partie du corps. Enlever l'écorce d'un arbre, d'une branche. Il signifie encore particulièrement Ôter, faire disparaître. Ce savon enlève les taches. Enlever de l'écriture à l'aide d'un agent chimique. Enlever la couleur d'une étoffe. Cette gomme élastique enlève très bien l'encre.

Littré (1872-1877)

ENLEVÉ (an-le-vé, vée) part. passé.
  • 1Levé en haut. Le plateau de la balance enlevé par un poids. Un fardeau enlevé de terre.

    Terme de blason. Se dit de certaines pièces de l'écu qui paraissent enlevées.

    Terme de sculpture. Feuilles enlevées, feuilles d'arbres qui sont détachées du fond.

    Fig. et familièrement. Cela est enlevé, se dit d'un dessin large, facile et hardi, d'un morceau de musique joué très bien et très vivement, et aussi d'une scène, au théâtre.

    Fait rapidement. Un volume enlevé en dix jours est un volume fait en dix jours.

  • 2Emporté, soustrait. Pour un âne enlevé deux voleurs se battaient, La Fontaine, Fabl. I, 13.
  • 3Pris de vive force. Une place enlevée à l'ennemi. Position enlevée à la baïonnette.
  • 4Qui est l'objet d'un rapt. Une femme enlevée.
  • 5Qui a perdu la vie par une maladie. Elle a été enlevée en six jours, sans connaissance ; enfin cela est pitoyable, Sévigné, 353.
  • 6Acheté avec empressement. Mon livre était enlevé, la première édition en était épuisée, Marmontel, Mém. VIII.
  • 7Ravi, charmé. Cet événement est grand, et si singulier, si brillant, si extraordinaire qu'on en est enlevé, Sévigné, 600. On était enlevé des grâces de sa conversation [de Mlle Rose], Saint-Simon, 87, 131. Ici je me sentis enlevé hors de moi par de plus invincibles charmes, Marmontel, Mém. X.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ENLEVÉ, adj. terme de Blason ; il se dit des pieces qui paroissent enlevées, comme aux armoiries d’Anglure en Champagne, qui sont d’or à pieces enlevées à angles ou croissans de gueules, soûtenant des grelots d’argent dont tout l’écu est semé.

Anglure en Champagne, d’or à pieces enlevées à angles ou en croissans de gueules, soûtenant des grelots d’argent dont tout l’écu est semé.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « enlevé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enlevé ɑ̃lœve

Évolution historique de l’usage du mot « enlevé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « enlevé »

Langue Traduction
Anglais removed
Espagnol remoto
Italien rimosso
Allemand entfernt
Chinois 已移除
Arabe إزالة
Portugais removido
Russe удален
Japonais 削除された
Basque kendu
Corse cacciatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « enlevé »

Source : synonymes de enlevé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « enlevé »

Partager