La langue française

Enfants

Sommaire

  • Définitions du mot enfants
  • Phonétique de « enfants »
  • Évolution historique de l’usage du mot « enfants »
  • Citations contenant le mot « enfants »
  • Images d'illustration du mot « enfants »
  • Traductions du mot « enfants »
  • Synonymes de « enfants »
  • Antonymes de « enfants »

Définitions du mot enfants

Trésor de la Langue Française informatisé

ENFANT, subst.

A.− [Être hum. du point de vue de son âge physique ou moral]
1. [Âge physique] Être humain, sans différenciation de sexe, dans les premières années de sa vie et avant l'adolescence. Bel, jeune, petit enfant; enfant blond, rose, au maillot, à la mamelle. Un joli enfant de dix ans, qui a, dans une figure pâle deux grands yeux tout noirs, qui vous regardent comme des diamants (Goncourt, Journal,1865, p. 217):
1. ... Car n'avons-nous point toute la vie devant nous. La seule qui compte. Toute la vie éternelle. Et le vieillard n'a-t-il pas autant de vie devant soi que l'enfant au berceau. Sinon plus. Car pour l'enfant au berceau la vie éternelle, La seule qui compte est masquée par cette misérable vie Qu'il a devant lui. Péguy, Le Porche du Mystère de la 2evertu,1911, p. 286.
Expr. Innocent comme l'enfant qui vient de naître. Quoiqu'il écrive depuis quelque temps déjà, il est innocent comme l'enfant qui vient de naître (Veuillot, Odeurs de Paris,1866, p. 265).Il n'y a plus d'enfants. Les actrices embrassaient le néophyte, (...) le directeur l'invitait à dîner. − Il n'y a plus d'enfants, dit Blondet (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 350).
a) [P. réf. à l'Évangile]
[P. réf. à la parabole de l'enfant prodigue (St Luc, 15, 11-32)] Un enfant prodigue du parlement (Marat, Pamphlets,Marat, l'ami du peuple, aux amis de la Patrie, 1792, p. 310).Eh bien, va comme l'enfant prodigue, va-t'en trouver ton père, et il sera touché de compassion (Martin du G., Thib.,Cah. gr., 1922, p. 672).
[P. réf. à la naissance de Jésus] Sage comme l'enfant Jésus. Comme l'étoile des Mages Si sages Parmi ceux de l'Orient, Qui les mena par des plaines Lointaines Aux pieds du divin enfant, Je vais marchant avec elle Fidèle Comme les trois couronnés (M. de Guérin, Poésies,1839, p. 111).Venez, fidèles, et adorons cet enfant nouveau-né (Claudel, Gdes odes,1910, p. 249).
b) P. méton., B.-A. [L'enfant dans ses représentations plastiques] Cour encombrée de produits sculpturaux en plâtre (...), terre-neuve défendant un enfant nu contre un serpent (Goncourt, Journal,1856, p. 283).On peut voir une charmante fontaine, un enfant nu chevauchant un dauphin, presque à ras du sol (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 176).
En partic. [À propos d'un suj. relig.] Dans le salon une belle madone avec son enfant Jésus (E. de Guérin, Journal,1840, p. 400).Un Jésus en plâtre colorié, un bel enfant blond que portait saint Joseph (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 11).
c) En appos. ou attribut avec valeur d'adj.
Adj. à valeur qualificative. Gervaise (...) entrait à peine dans sa quatorzième année, lorsqu'elle était accouchée du premier, Claude; et aucun de ses deux frères, ni Claude, ni Étienne, né plus tard, ne semblait souffrir d'une mère si enfant et d'un père gamin comme elle (Zola, Bête hum.,1890, p. 43).
P. anal. [En parlant d'un inanimé concr.] Qui n'a pas atteint son plein épanouissement. Un cyprès enfant, un de ces petits plumages effilés en pinceau (Colette, Pays. et portr.,1954, p. 264).Au fond un petit feu d'âtre, un feu jouet, un feu enfant tout gringalet, pas sérieux pour un sou (Giono, Eau vive,1943, p. 42).
Adj. à valeur déterminative. Le peuple enfant et fétichiste est doux, pieux, dévoué, inhumain, bestial selon l'humeur et l'occasion (Alain, Propos,1921, p. 229).
d) Spéc., au fém. Petite fille et, p. ext., jeune fille. J'ai subi le charme de grâce et de délicatesse qui émanait de cette enfant de vingt ans (Bourget, Disciple,1889, p. 120).Cette enfant est l'innocence même (Martin du G., Thib.,Cah. gr., 1922p. 595).
2. En partic.
a) [En parlant d'un être dans les premières années de sa vie] Enfant considéré dans son comportement caractéristique. Caprice, gaieté, joie, pleurs d'enfant. Des cantiques qui remuaient étrangement mon imagination d'enfant. (Bourget, Disciple,1889, p. 69).Vous savez, ce n'est rien, dit le docteur. Une simple maladie d'enfant (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 30).
b) P. anal. [En parlant d'un adulte qui a conservé les particularités physiques ou morales d'un enfant]
Adulte qui offre, notamment dans son comportement physique, l'innocence, la fraîcheur d'un enfant. Être bon enfant. Elle avait gardé une candeur d'enfant, une virginité, toute la honte charmante de la passion qui s'ignore (Zola, Bête hum.,1890p. 130).C'était un petit vieillard merveilleusement agile. Sur sa face de brique usée, tout émiettée, s'enchâssaient, comme deux joyaux, des yeux bleus d'enfant (France, Orme,1897, p. 53).
Personne adulte peu évoluée, immature. Il avait une puérilité d'enfant de cinq ans dans un corps de colosse (Zola, Ventre Paris,1873, p. 852).Qu'il la déteste cette femme « avec son cerveau d'enfant, qui vous condamne à voir les plus grandes choses sous l'aspect du sensuel, du tendre, du gentil... » (Massis, Jugements,1924, p. 225).
Expr. syntagm. et loc. Grand enfant. [En parlant d'un adulte] Quel grand enfant vous êtes! Et moi je suis là, qui vous écoute sérieusement (Becque, Parisienne,1885, I, 3, p. 277).Enfant prodige; enfant sublime. Madame de Bargeton (...) aimait Monsieur de Chateaubriand de ce qu'il avait nommé Victor Hugo un enfant sublime (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 53).Enfant terrible. [En parlant d'un enfant qui met, par ses propos, son entourage dans des situations embarrassantes] P. ext. [En parlant d'un adulte] L'enfant terrible du parti (Bremond, Hist. sent. relig.,t. 4, 1920, p. 415).Vieil enfant gâté, pourri. Faire l'enfant. S'amuser à des choses puériles, avoir un comportement d'enfant. Vous faites l'enfant, Gustave (Giono, Gd troupeau,1931, p. 150).C'est un jeu d'enfant. À propos d'une chose simple, élémentaire. Il va à la ligne et recommence à écrire en disant : − Ceci, maintenant, n'est plus qu'un jeu d'enfant! (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p. 27).Les enfants s'amusent.
B.− [Être hum. du point de vue de sa filiation]
1. [Filiation naturelle] Fils ou fille. Enfant adultérin, incestueux, légitime, naturel, royal; avoir un enfant; enfant de l'amour. Un père altier et sensible qui a enseveli son unique enfant mâle (Sainte-Beuve, Volupté,t. 1, 1834, p. 133).Je suis l'enfant unique du roi Polybe et de la reine Mérope (Cocteau, Machine infern.,1934, III, p. 106).
Enfants de France. ,,Princes, enfants légitimes des rois, et ceux qui descendent des aînés`` (Ac.).
Expr. fam. Faire un enfant. [Le suj. désigne un homme] Engendrer. Il avait voulu devenir peintre, il ne réussit qu'à faire un enfant à une grisette (Queneau, Pierrot,1942, p. 64).[Le suj. désigne une femme] Synon. enfanter.Qu'elle fasse un enfant sans avoir de mari (Pagnol, Fanny,1932, I, 2etabl., 6, p. 100).La mère et l'enfant se portent bien. Les annonces de naissances, dans les journaux, emploient la formule : « La mère et l'enfant se portent bien » (Montherl., Demain,1949, I, 1, p. 705).C'est l'enfant de sa mère/de son père. On dit d'un enfant, c'est l'enfant de sa mère, pour dire qu'il lui ressemble, qu'il a toutes ses manières, qu'il en a toutes les vertus ou tous les défauts. Il se dit plus souvent en mal qu'en bien (J.-F. Rolland, Dict. mauv. lang.,1813, p. 58).
Expr. injurieuses. Enfant de cochon. Il gueule comme un enfant de cochon quand ça dépasse deux cents balles par mois (Vercel, Cap. Conan,1934. p. 99).Enfant de putain. Téléphone à la prison, enfant de putain! On va aller te chercher par les oreilles (Malraux, Espoir,1937, p. 436).
P. anal., rare. [En parlant d'un animal] Quand l'enfant de la marmotte sort de son trou (Ramuz, Derborence,1934, p. 125).
P. ext. (le plus souvent au plur.). Les descendants. Petits-enfants, enfants des hommes. Et les fautes des pères retomberont sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération (Dumas père, P. Jones,1938, V, 2, p. 196).
2. P. anal. [Filiation spirituelle]
a) [P. rapp. à une personnalité relig.] Personne placée sous le patronage d'un saint. Mais bientôt l'école puritaine de Jansénius vint démasquer la tactique des enfants de Loyola (Proudhon, Confess. révol.,1849, p. 310).Quelque congrégation d'Enfants de Marie (Laforgue, Moral. légend.,1887, p. 94).
b) [P. rapp. à Dieu, à une entité mythique ou symbolique] Enfant de Dieu, de l'Église. Les enfans gâtés de la fortune et des hasards (Crèvecœur, Voyage,t. 2, 1801, p. 335).L'ouvrage le plus touchant peut-être de cet enfant des muses, (...) ce sont ces vers qu'il fit d'abord en allemand et qu'il traduisit en vers français (Chateaubr., Mém.,t. 3, 1848, p. 59).
Expr. Enfant du diable. On dit encore prov. et fig. que les menteurs sont enfans du diable (J.-F. Rolland, Dict. mauv. lang.,1813, p. 58).
SYNT. Enfant de la Providence; enfant gâté de la fortune, du hasard, de la littérature.
3. P. métaph. ou au fig.
a) Produit de la nature. Le saule et les fleurs, aimables enfants de la terre (Chateaubr., Martyrs,t. 1, 1810, p. 229).
b) Produit, conséquence d'une situation, d'une activité. Il [Lucrèce] s'est contenté de combattre l'existence des Scylles, des Centaures, de la Chimère, et de tous ces êtres fantastiques, enfants de la superstition et de la poésie (Delille, Trois Règnes Nature,1808, p. X).
En partic. Produit d'une activité littéraire :
2. Œuvre pâle et parfaite, pièce noble et sans force, enfant très délicate d'entre les dernières enfants de La Fontaine, cette fable elle-même n'est-elle point une ombre littéraire... Valéry, Variété II,1929, p. 49.
C.− [Être hum., jeune ou adulte, considéré comme membre d'un groupe soc. : famille, État]
1. Être humain, adulte ou non, placé sous la tutelle, la protection de personnes, d'une communauté lui tenant lieu de parents. Je l'avais ramenée d'Espagne cinq ans auparavant. C'était une enfant abandonnée (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Confess. femme, 1882, p. 800).Elle songea brusquement à son livret d'enfant assistée (Zola, Rêve,1888, p. 163).Quelle confiance on avait en lui! Il était l'enfant de la maison! (Montherl., Célibataires,1934, p. 875).
Expr. syntagm. Enfant de la balle (cf. balle1I B 1).Enfants perdus. Soldats envoyés en avant pour une action dangereuse, risquée. Le bois où ses deux enfants perdus étaient comme ensevelis (Balzac, Chouans,1829, p. 34).P. ext. Personne désignée comme bouc émissaire, abandonnée par ses proches. Enfant perdu de la politique astucieuse de Ferdinand VII (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 62).Enfants trouvés. ,,Enfants qu'on trouve exposés et dont le père et la mère ne se font pas connaître`` (Ac.). Enfant trouvé. Passager clandestin à bord d'un navire. Il [le capitaine Random] joua la surprise (...) et finit par dresser procès-verbal de la rencontre à bord d'un enfant trouvé; c'est le terme technique en pareille circonstance (Sand, Indiana,1832, p. 280).Enfant de troupe. Fils de militaire placé sous la tutelle de l'État qui assume les frais de ses études. J'ai commencé par être enfant de troupe, gagnant ma demi-ration et mon demi-prêt dès l'âge de neuf ans, mon père étant soldat aux gardes (Vigny, Serv. et grand milit.,1835, p. 36).Enfant de famille. Enfant favorisé par sa naissance, avantagé aux dépens des autres. Au fig. Un beau matin, elle [la fortune] m'avait tiré d'un abîme pour m'asseoir sur l'édredon et pour me faire enfant de famille (Sand, Mauprat,1837, p. 179).Traiter qqn en enfant de bonne maison. On dit encore à quelqu'un qui a fait une faute, qu'on le traitera en enfant de bonne maison, pour dire qu'on le punira sans l'épargner (J.-F. Rolland, Dict. mauv. lang.,1813, p. 58).
2. Être humain considéré dans des liens affectifs ou spirituels qui l'unissent à une personne, à une communauté ou à un pays :
3. On fait la guerre en Amérique, pensai-je, je me ferai soldat, je combattrai les ennemis de mon pays. Mon pays! hélas! Ce sentiment était pour moi amer comme tous les autres. Enfant déshérité de ma patrie, elle me repousse, elle ne me trouve pas digne de la défendre! Qu'importe? Mon sang coulera pour elle... Duras, Édouard,1825, p. 212.
En partic.
Fam. et affectueux. [Dans la bouche d'une pers. plus âgée ou d'un rang supérieur s'adressant à des êtres proches] Mon enfant, mes enfants. Mes enfants, recevez la bénédiction du vieux bonhomme (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 646).Ma chère enfant, j'ai à vous apprendre une pénible nouvelle (Aymé, Cléramb.,1950, IV, 9, p. 235).
Au fig. C'étaient les enfants chéris du prieur, ces bouquins poudreux, reliés en parchemin (Huysmans, Oblat,t. 2, 1903, p. 207).
Natif d'une région, d'une ville. Enfant de Paris. La petite bastide (...) demeurait noyée dans l'ombre, perdue dans les ténèbres, introuvable pour quiconque n'était pas enfant du pays (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Champ d'oliv., 1890, p. 99).Cette enfant de Jérusalem transplantée en Amérique perdrait sans doute tout son charme. À Ne-wYork ou à Cleveland, elle serait simplement une petite juive de plus (Tharaud, An prochain,1924, p. 292).
Être humain considéré dans ses liens avec un élément naturel. Ces fiers enfants de la nature [les Senneccas] se déterminèrent enfin à solliciter un congrès (Crèvecœur, Voyage,t. 3, 1801, p. 84).
Rem. La docum. atteste a) Enfanticide, subst. masc. Meurtre d'un enfant. Synon. usuel infanticide. Un enfanticide. (...) Tant de filles vertueuses comptent leurs printemps par des meurtres (Borel, Champavert, 1833, p. 241). b) Les mots composés α) Enfant-Dieu, subst. masc. Jésus. Cet Enfant-Dieu (...) a bien besoin d'être consolé (Guéhenno, Journal « Révol. », 1937, p. 92). Cf. aussi Apoll., Alcools, 1913, p. 89. β) Enfant-loup, subst. masc. Enfant élevé par des loups et vivant comme eux. L'un des ancêtres est incontestablement l'enfant-loup de la Hesse (...), sautant et galopant, découvert en 1344. Les loups avaient, raconte-t-on, creusé pour lui une fosse tapissée de feuilles et l'entouraient la nuit pour le protéger du froid (L. Malson, Les Enfants sauvages, Paris, Union générale d'Éditions, 1964, p. 45).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃fɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. Fin xes. « garçon ou fille en bas âge » (Saint Léger, éd. J. Linskill, 13 : Quant infans fud); en partic. ca 1100 « adolescent » (Roland, éd. J. Bédier, 3106); 2. 1180-90 « qui a le caractère, la conduite d'un enfant » tenir por enfant (A. de Paris, Alexandre, II, 599, in Elliot Monographs, p. 87); 3. 1532 terme d'amitié, d'affection (Rabelais, Pantagruel, éd. V. L. Saulnier, chap. 15, p. 130). B. 1. Ca 1050 « garçon ou fille par rapport à sa filiation » (Alexis, éd. Chr. Storey, 54); 2. p. ext. 1538 « descendant » enfant de (Est.); 3. ca 1562 « être humain considéré comme rattaché par ses origines à qqn ou qqc. » les enfants de Dieu (Bonivard, Advis et devis de la source de l'idolatrie..., p. 6 ds FEW t. 4, p. 660b); 4. xves. « celui qui est originaire d'une ville ou d'un milieu » enfant de bonne ville (Prov. communs ds Le Livre des proverbes fr., éd. Le Roux de Lincy, 1859, t. 1, p. 215); 5. 1640 « conséquence, effet de qqc. » (Corneille, Cinna, I, 1; Enfants impétueux de mon ressentiment). Empr. au lat. class.infans, infantis « qui ne parle pas » d'où « tout enfant, jeune enfant ». Fréq. abs. littér. : 50 0520. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 66 443, b) 85 894; xxes. : a) 81 211, b) 61 292. Bbg. Chautard (R.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 373. − Cohen 1946, p. 14. − Fiche (Une) de Radio-Canada. Vie Lang. 1971, p. 217. − Gir. 1834, p. 37. − Gohin 1903, p. 373. − Gottsch. Redens. passim.Reinh. 1963, p. 165. − Roques (M.). Enfant de la balle. In : [Mél. Michaëlsson (K.)]. Göteborg, 1952, pp. 401-406. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 85.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENFANT. n. m.
Garçon ou fille qui est en bas âge. Un bel enfant. Tenir un enfant sur les fonts baptismaux. Un enfant à la mamelle. Un enfant mort-né. Pleurer comme un enfant. S'amuser, rire comme un enfant. Des jouets d'enfants. Laissez venir à moi les petits enfants. Fam., Ce n'est pas un jeu d'enfant, ce n'est pas jeu d'enfant, se dit d'une Affaire grave et sérieuse, ou d'un engagement dont on ne peut se dédire. Fig., Il est aussi innocent que l'enfant qui vient de naître, se dit pour mieux affirmer l'innocence de quelqu'un. Fig., Faire l'enfant, Badiner comme un enfant, s'amuser à des choses puériles. On dit de même Être enfant. Est-elle enfant! Que vous êtes enfant! Se comporter, se conduire, agir comme un enfant, parler comme un enfant, Agir sans réflexion, tenir des discours puérils. On dit de même Propos d'enfant. Conduite d'enfant, etc. Fig. et fam., Il n'y a plus d'enfants, se dit à propos d'un Enfant qui parle de choses qu'il devrait encore ignorer. Fig. et fam., Il est bon enfant, bien bon enfant de croire cela, de se prêter à cela, Il est bien simple de croire cela, etc. Être bon enfant signifie aussi Être de bon caractère, commode à vivre, toujours de bonne humeur. C'est une bonne enfant, une bien bonne enfant. Enfant trouvé, Enfant abandonné et dont le père et la mère ne se font pas connaître. L'hospice des enfants trouvés, ou, simplement, Les Enfants trouvés. Aller aux Enfants trouvés. Enfant de troupe, Fils de militaire élevé aux frais de l'État. Enfant de chœur. Voyez CHŒUR. Fig., Enfants perdus, s'est dit des Soldats que l'on porte en avant un jour de combat et que l'on considère comme perdus.

ENFANT s'emploie aussi comme nom des deux genres en termes d'amitié et de familiarité. Ma belle enfant. Venez, mon enfant. Ma chère enfant, écoutez-moi. Enfant que vous êtes! Courage, enfants, criait-il à ses soldats.

ENFANT est quelquefois féminin quand il sert à désigner précisément qu'il s'agit d'une Fille et non d'un garçon. Voilà une belle enfant! Vous êtes une aimable enfant. La pauvre enfant. Que cette enfant est laide! Oh! la vilaine enfant. Il se dit aussi d'un Fils ou d'une Fille, quel que soit leur âge, par relation au père et à la mère, ou à l'un des deux seulement. Avoir des enfants. Être chargé d'enfants. Il laisse une veuve et quatre enfants en bas âge. Dans son extrême vieillesse, il resta entouré de ses enfants. Cette mère est faible, elle gâte ses enfants. Enfant mâle. Enfant légitime. Enfant naturel. Enfant adoptif. Enfant d'adoption. Enfant du premier lit, du second lit.

ENFANTS, au pluriel, se dit aussi des Petits-fils et arrière-petits-fils. Ce père de famille a dîné avec tous ses enfants. Les petits-enfants d'une personne, Ses petits-fils et arrière-petits-fils. Ses petites-filles et arrière-petites-filles. On dit aussi Enfants pour exprimer Toutes les générations. Il se dit également quelquefois de Tous ceux qui sont sortis d'une même souche, qui ont la même origine. Nous sommes tous enfants d'Adam. Les Juifs sont appelés les enfants d'Israël. Fig., Nous sommes les enfants de Dieu par la grâce. Tous les fidèles sont enfants de Dieu, enfants de l'Église. La patrie vit alors tous ses enfants s'armer pour elle. Les enfants de France, Les princes enfants légitimes des rois de France, et ceux qui descendent des aînés. Gouverneur des enfants de France. Gouvernante des enfants de France. Fig., Enfant de Paris, Natif de Paris, qui a l'esprit parisien. Fig., Enfant de la balle, Enfant d'un maître de jeu de paume; et, populairement par extension, Toute personne élevée dans la profession de son père. Il se dit spécialement quand la profession du père touche au théâtre. En style de l'Écriture, Les enfants de lumière, Ceux qui sont éclairés des lumières de l'Évangile. Les enfants de ténèbres, Les idolâtres. Les enfants des hommes, Les hommes. Cela se dit principalement par opposition à l'expression Les enfants de Dieu. Enfant de l'amour, Enfant naturel. Il s'est dit autrefois, figurément, d'une Chose qui est produite par une autre, qui en naît, qui en résulte. Le remords est enfant du crime.

Phonétique du mot « enfants »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enfants ɑ̃fɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « enfants »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « enfants »

  • Mon enfant, ma sœur, Songe à la douceur D'aller là-bas vivre ensemble. Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, l'Invitation au voyage
  • Une belle Minerve est l'enfant de ma tête Une étoile de sang me couronne à jamais […]. Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, Calligrammes, Tristesse d'une étoile , Gallimard
  • Un enfant est un grand politique dont on se rend maître comme du grand politique par ses passions. Honoré de Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées
  • Il arrive un moment, dans la vie intérieure des familles, où les enfants deviennent, soit volontairement, soit involontairement, les juges de leurs parents. Honoré de Balzac, La Recherche de l'absolu
  • Il n'y a que les oiseaux, les enfants et les saints qui soient intéressants. Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz, dit O. V. de L. Milosz, Propos rapporté par A. Godoy in Milosz, poète de l'amour
  • Il fait noir, enfant, voleur d'étincelles ! […]. Édouard Joachim, dit Tristan Corbière, Rondels pour après
  • À quoi sert la vie si les enfants n'en font pas plus que leurs pères ? Gustave Courbet, Manuscrit du Cabinet des Estampes
  • Seuls les artistes et les enfants voient la vie telle qu'elle est. Hugo von Hofmannsthal, Le Livre de Peter Altenberg Das Buch von Peter Altenberg
  • Ah ! il n'y a plus d'enfants. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Le Malade imaginaire, II, 8, Argan
  • Pour l'enfant, amoureux de cartes et d'estampes, L'univers est égal à son vaste appétit. Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes ! Aux yeux du souvenir que le monde est petit ! Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, le Voyage
  • On est toujours l'enfant de quelqu'un. Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, III, 18
  • En un sens le mystère de l'incarnation se répète en chaque femme ; tout enfant qui naît est un dieu qui se fait homme. Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, tome II , Gallimard
  • Qu'est-ce qu'un adulte ? Un enfant gonflé d'âge. Simone de Beauvoir, La Femme rompue, Gallimard
  • Le monde va être jugé par les enfants. Georges Bernanos, Les Grands Cimetières sous la lune, Plon
  • Béni soit celui qui a préservé du désespoir un cœur d'enfant ! Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne, Plon
  • En présence de la mort d'un petit enfant, l'Art et la Poésie ressemblent vraiment à de très grandes misères. Léon Bloy, La Femme pauvre, Mercure de France
  • À vingt ans l'enfant déforme les femmes, à trente ans il les conserve et je crois bien qu'à quarante il les rajeunit. Léon Blum, Du mariage
  • Ce n'est pas la souffrance de l'enfant qui est révoltante en elle-même, mais le fait que cette souffrance ne soit pas justifiée. Albert Camus, L'Homme révolté, Gallimard
  • Les enfants c'est comme les années, on ne les revoit jamais. Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, Gallimard
  • Il faut être l'homme de la pluie et l'enfant du beau temps. René Char, Le Marteau sans maître, José Corti
  • Il faut avoir le courage d'abandonner ses enfants ; leur sagesse n'est pas la nôtre. Jacques Boutelleau, dit Jacques Chardonne, L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour, Albin Michel
  • Un des plus clairs effets de la présence d'un enfant dans le ménage est de rendre complètement idiots de braves parents qui, sans lui, n'eussent peut-être été que de simples imbéciles. Georges Moinaux, dit Georges Courteline, La Philosophie de G. Courteline, Flammarion
  • Les parents d'aujourd'hui veulent être aimés de leurs enfants. Cette erreur les entraîne à toutes sortes de faiblesses et de facilités. Jean Dutourd, Le Fond et la forme, Gallimard
  • Faites comme les petits enfants qui de l'une des mains se tiennent à leur père, et de l'autre cueillent des fraises ou des mûres le long des haies […]. saint François de Sales, Introduction à la vie dévote
  • Homme, enfant tragique qui n'en finis pas André Frénaud, Il n'y a pas de paradis, Gallimard
  • L'on ne peut gouverner les enfants d'aujourd'hui. Robert Garnier, Bradamante
  • Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire, Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire, Ses pleurs vite apaisés. Victor Hugo, Les Feuilles d'automne, Lorsque l'enfant paraît
  • Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille Applaudit à grands cris. Son doux regard qui brille Fait briller tous les yeux. Victor Hugo, Les Feuilles d'automne, Lorsque l'enfant paraît
  • Seigneur ! préservez-moi, préservez ceux que j'aime Frères, parents, amis et mes ennemis même Dans le mal triomphants, De jamais voir, Seigneur ! l'été sans fleurs vermeilles, La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles, La maison sans enfants ! Victor Hugo, Les Feuilles d'automne, Lorsque l'enfant paraît
  • Personne ne garde un secret comme un enfant. Victor Hugo, Les Misérables
  • Les enfants n'ont ni passé ni avenir, et, ce qui ne nous arrive guère, ils jouissent du présent. Jean de La Bruyère, Les Caractères, De l'homme
  • Il y a d'étranges pères, et dont toute la vie ne semble occupée qu'à préparer à leurs enfants des raisons de se consoler de leur mort. Jean de La Bruyère, Les Caractères, De l'homme
  • Mais un fripon d'enfant (cet âge est sans pitié) […]. Jean de La Fontaine, Fables, les Deux Pigeons
  • Ce qui fait que la plupart des petits enfants plaisent, c'est qu'ils sont encore renfermés dans cet air et dans ces manières que la nature leur a donnés, et qu'ils n'en connaissent point d'autres. François, duc de La Rochefoucauld, Réflexions diverses
  • Et je me dis : Je suis enfant de septembre, Moi-même, par le cœur, la fièvre et l'esprit. Patrice de La Tour du Pin, Une somme de poésie, Gallimard
  • La beauté est le propre des enfants. Friedrich Hölderlin, Sur la mort d'un enfant Auf den Tod eines Kindes
  • Il y a quelque chose de plus triste que de vieillir : c'est de rester enfant. Cesare Pavese, Le Métier de vivre Il Mestiere di vivere, 25 décembre 1937
  • Les jeux des enfants ne sont pas des jeux, et les faut juger en eux comme leurs plus sérieuses actions. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, I, 23
  • Quelquefois le génie est le mot d'un enfant. Germain Nouveau, La Doctrine de l'amour, Gallimard
  • - Une enfant naturelle !- Naturelle ! Eh bien quoi ? naturelle ! Est-ce que tous les enfants ne sont pas naturels ? Édouard Pailleron, Le monde où l'on s'ennuie, I, 7 , Calmann-Lévy
  • Les enfants qui s'effrayent du visage qu'ils ont barbouillé, ce sont des enfants ; mais le moyen que ce qui est si faible étant enfant, soit bien fort étant plus âgé ! Blaise Pascal, Pensées, 88 Pensées
  • Rien n'est beau comme un enfant qui s'endort en faisant sa prière, dit Dieu. Charles Péguy, Le Mystère des saints Innocents, Gallimard
  • Il est aussi vain d'écrire spécialement pour le peuple que pour les enfants. Ce qui féconde un enfant, ce n'est pas un livre d'enfantillages. Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, Gallimard
  • Rien n'étonne quand tout étonne : c'est l'état des enfants. Antoine Rivaroli, dit le Comte de Rivarol, Maximes et pensées
  • Les enfants flattent quelquefois les vieillards, mais ils ne les aiment jamais. Jean-Jacques Rousseau, Émile ou De l'éducation
  • Le plus grand respect est dû à l'enfant. Juvénal en latin Decimus Junius Juvenalis, Satires, XIV, 47
  • Enfants, obéissez en tout à vos parents, c'est cela qui est beau dans le Seigneur. Parents, n'exaspérez pas vos enfants de peur qu'ils ne se découragent. , Saint Paul, Épître aux Colossiens, III, 20-21
  • Laissez venir à moi les petits enfants ; ne les empêchez pas, car c'est à leurs pareils qu'appartient le royaume de Dieu. , Évangile selon saint Marc, X, 14
  • On n'a pas un enfant comme on a un bouquet de roses. Federico García Lorca, Yerma
  • Un enfant endormi est bien le plus beau, le plus tendre et le plus plaisant spectacle qui puisse s'offrir à des yeux humains. Frank Lateur, dit Stijn Streuvels, Poucette, la Vie quotidienne
  • Les enfants commencent par aimer leurs parents. En grandissant, ils les jugent, quelquefois ils leur pardonnent. Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, 5 The Portrait of Dorian Gray, 5
  • Enfants petits, petits soucis ; enfants grandis, grands soucis. De Proverbe français
  • A pauvres, enfants sont richesses. De Proverbe français
  • Les enfants sont des sages. De René Barjavel / La charrette bleue
  • Les enfants sont des énigmes lumineuses. De Daniel Pennac / Messieurs les enfants
  • Nos enfants, c’est notre éternité. De Robert Debré / Ce que je crois
  • Les hommes sont de grands enfants. De Proverbe français
  • Quand les saltimbanques, les enfants trinquent. De Jean-Claude Dauphin
  • Les enfants sont des adultes ratés. De Yann Moix
  • Les enfants sont les symptômes des parents. De Françoise Dolto
  • Les enfants sont un fardeau éternel. De Proverbe japonais
  • Les enfants grandissent, même sans parents. De Proverbe japonais
  • Les pères nobles ont des enfants nobles. De Euripide
  • Petits enfants, gardez-vous des idoles ! De Saint Jean / Première épître
  • Accompagné d'un complice, le père s'est emparé "violemment de deux de ses trois enfants" présents au domicile de son ex-belle-mère, puis a pris la fuite à pied avant de monter à bord d'un véhicule blanc, a-t-elle indiqué.   LCI, Deux enfants enlevés par leur père en Seine-Saint-Denis, un appel à témoins lancé | LCI
  • Plus d’une famille sur deux a modifié ses projets de vacances, en raison de la crise sanitaire, selon une étude publiée le 7 juillet. Soit par choix, soit de façon contrainte. Au total, ce sont près de deux millions d’enfants qui risquent de ne pas partir cet été. La Croix, La crise du Covid-19 a chamboulé les vacances des enfants
  • Quels sont les effets indésirables des antidépresseurs chez les enfants et les adolescents ? La question a rarement été posée. « Elle est pourtant essentielle. Pour la population pédiatrique, nous manquons de données de façon dramatique. Les enfants ne sont pas des adultes en miniature, les médicaments n’ont pas les mêmes effets sur eux  », souligne le Dr Alexis Revet, chef de clinique au CHU de Toulouse. ladepeche.fr, Antidépresseurs : une étude toulousaine alerte sur les dangers pour les enfants - ladepeche.fr
  • Les infections par des coronavirus saisonniers, fréquentes et responsables de rhumes hivernaux, peuvent-elles contribuer à protéger contre le SARS-CoV-2 ? A cette question récurrente d’une immunité croisée, une étude française sur une population de 775 enfants répond par la négative. Les résultats de ce travail PED-Covid, mené par Isabelle Sermet-Gaudelus (Inserm, Assistance publique-Hôpitaux de Paris) et Marc Eloit (Institut Pasteur), ont été prépubliés, le 30 juin, sur le site MedRxiv, et sont soumis à The Lancet. Le Monde.fr, Coronavirus : l’immunité croisée remise en question chez les enfants
  • Le 25 juin dernier, Martine accueille ses petits-enfants dans les Landes. Ils arrivent de Guyane et sont porteurs du coronavirus sans le savoir. Cette Landaise s'interroge : pourquoi les tests de dépistage ne sont-ils pas plus systématiques ? France Bleu, Landes : ses petits-enfants arrivent de Guyane avec le coronavirus sans être testés
  • Avec quatre mois de retard sur son planning habituel, le parc d'attraction dédié aux enfants de 2 à 14 ans se prépare à accueillir à nouveau les familles. France Bleu, La Relance Eco : l'Ilot Z'enfants rouvre ses portes le 11 juillet à Châteauroux

Images d'illustration du mot « enfants »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « enfants »

Langue Traduction
Anglais children
Espagnol niños
Italien bambini
Allemand kinder
Chinois 孩子们
Arabe الأطفال
Portugais crianças
Russe дети
Japonais 子供達
Basque haurrak
Corse i zitelli
Source : Google Translate API

Synonymes de « enfants »

Source : synonymes de enfants sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « enfants »

Partager