La langue française

Échappé, échappée

Définitions du mot « échappé, échappée »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCHAPPÉ, ÉE, part. passé et subst.

I.− Part. passé de échapper*.
II.− Emploi subst. Échappé d'asile (de fous); échappé de Charenton (cf. charenton(n)esque). Fou. Maria était une échappée d'asile, ça aurait dû me sauter aux yeux dès qu'elle avait ouvert la bouche (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 325).
Spéc., MAN. Cheval né d'un étalon et d'une jument d'une race différente (d'apr. Littré).
P. plaisant. :
1. Cet enfant dit le comte, qui se refusait à reconnaître son fils naturel est un échappé de barbe. Autrement dire (...) un poulain né d'un beau cheval barbe et d'une jument ordinaire. D'Esparbès, La Soldate,1905, p. 432.
P. méton. Pas de danse dans lequel le danseur (ou la danseuse) s'élève sur les pointes pour retomber en deuxième ou quatrième position :
2. L'échappé. Dans l'exécution de ce mouvement, la danseuse effectue une flexion, se relève sur la pointe en écartant les jambes de trois demi-pieds et revient ensuite à sa position initiale. Bourgat, Techn. de la danse,1959, p. 99.
Fréq. abs. littér. : 1 543. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 845, b) 2 310; xxes. : a) 1 929, b) 1 735. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 358.

Wiktionnaire

Nom commun

échappé \e.ʃa.pe\ masculin (pour une femme on dit : échappée)

  1. (Figuré) et (Familier) Fou qui a été enfermé ou qui pourrait l’être.
    • Un échappé de Charenton, ou des petites maisons.
  2. Personne qui s’est sauvée du bagne, d’une prison, etc.
    • Un échappé du bagne, de prison.
    • Malgré de sensibles défauts, malgré l’humilité de son origine, ce fils de paysans et de pauvres marins, couvert du triple ridicule d’échappé de séminaire, de clerc défroqué, de cuistre endurci, on l’a tout d’abord accueilli, écouté, choyé même, uniquement parce qu’on trouvait dans sa voix des accents sincères. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 208.)
    • Lefèvre est un échappé de Bicêtre ; Maillard est un intrigant que la société des Cordeliers a chassé de son sein et qui a fait tout pour la détruire. — (Jacques De Cock, Les Cordeliers dans la Révolution française: Textes et documents, Volume 2, 2002)

Forme de verbe

échappé \e.ʃa.pe\

  1. Participe passé masculin singulier de échapper.
    • C’est un cheval échappé.

Nom commun

échappée \e.ʃa.pe\ féminin

  1. Action imprudente par laquelle on s’écarte de son devoir.
    • C’est une échappée de jeune homme. - Il a fait plusieurs échappées.
    • Encore des échappées sur la nappe bleue de Marmara, les îles ou les montagnes d’Asie, mais les passants rares et les cases tristes. — (Pierre Loti, Aziyadé, 1879)
  2. (Architecture) Espace ménagé pour le tournant des voitures à leur entrée dans une cour, dans une remise ou dans un garage.
  3. (Architecture) Espace qu’on laisse entre un escalier et la voûte ou le plafond.
  4. (Architecture) Hauteur comprise entre une volée d'escalier et son couvrement.
    • Si on ne veut pas se cogner la tête, il faut une échappée d'au moins 1,90 m.
  5. (Par ellipse) Échappée de lumière ; échappée de vue.
    • La brume nous enveloppa de nouveau, bien que le soleil brillât dans une échappée de ciel au dessus de nos têtes. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • À cet endroit de la route, il y a une magnifique échappée sur la vallée.
    • (Figuré)Il y a dans cette étude historique des échappées sur d’autres sujets.
    • Cette échappée d’un luxe vu à travers la douleur lui rendit Charles encore plus intéressant, par contraste peut-être.. — (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834)
  6. (Sport) Action de distancer les autres coureurs.
    • Peut-être l’immense majorité du peloton a-t-elle intégré qu’il n’y avait plus rien à tirer de telles échappées, et qu’il valait mieux garder ses forces pour aider son leader en montagne ou dans la préparation des sprints. — (Henri Seckel et Clément Guillou, Tour de France 2019 : l’échappée, un art devenu vain, Le Monde. Mis en ligne le 12 juillet 2019)

Forme de verbe

échappée \e.ʃa.pe\

  1. Participe passé féminin singulier de échapper.
    • Echappée aux disputes retentissantes que mon dernier article vous signalait, elle vient de se donner un comité de rédaction nouveau, décidé à chercher par tous les moyens à coordonner, à synarchiser les efforts artistiques non seulement de l'école tchèque, mais de toute les écoles slaves de façon à faire si possible de Prague une véritable capitale slave. — (Mercure de France, 1909, page 371)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCHAPPER. v. intr.
Se sauver des mains de quelqu'un. d'une prison, de quelque péril, etc. Laisser échapper un prisonnier. Tous ses compagnons furent massacrés, et lui-même n'échappa qu'à grand-peine. Dans cette acception, il a aussi la forme pronominale. S'échapper de prison, des mains de quelqu'un. S'échapper de cet endroit à toutes jambes. L'oiseau que j'avais pris s'est échappé. L'animal rompit son lien et s'échappa.

ÉCHAPPER DE signifie Cesser, par la force ou par la fuite, par un mouvement violent ou adroit, d'être où l'on était, où l'on était retenu, Échapper des mains des ennemis. Échapper du naufrage, du feu.

ÉCHAPPER À signifie Se soustraire, se dérober par la fuite à, être préservé de. Il ne peut échapper au dilemme pressant de son adversaire. Échapper à la fureur, à la poursuite des ennemis. Il ne peut m'échapper. Échapper à la tempête. Échapper au danger. Échapper à la mort. Fig. et fam., C'est un cheval échappé. Voyez CHEVAL. Le participe passé

ÉCHAPPÉ s'emploie aussi comme nom. Fig. et fam., Un échappé de Charenton, ou simplement des petites maisons, Un fou qui a été enfermé ou qui pourrait l'être. Un échappé du bagne, de prison, Un homme qui a été au bagne, en prison ou qui l'a mérité.

S'ÉCHAPPER se dit aussi, par extension, d'une Chose qui d'elle-même sort d'un lieu, d'un endroit, d'une autre chose où elle était retenue, enfermée, contenue. L'eau s'échappe par une fente du rocher. La fumée ne s'échappait que par une étroite ouverture. Des pleurs s'échappèrent de mes yeux. L'épée s'échappa de mes mains. On dit aussi L'épée échappa de mes mains.

ÉCHAPPER signifie plus particulièrement, tant au sens physique qu'au sens moral, N'être pas saisi, aperçu, découvert, ou seulement remarqué; et alors il se conjugue toujours avec l'auxiliaire Avoir. Des étoiles si éloignées, des insectes si petits échappent à la vue, aux yeux. La cause de ce phénomène échappe à toutes les recherches. Bien des choses échappent à notre attention. Rien n'échappe à sa pénétration. Le véritable sens avait échappé à tous les traducteurs. Votre observation m'avait d'abord échappé. Il a dit une sottise qui n'a point échappé à ses auditeurs. Il se dit figurément et absolument de Quelqu'un qui se dérobe à la discussion. Il échappe. Il est fuyant, il échappe. Il se dit encore, figurément, des Choses dont on est frustré, ou que l'on ne saurait conserver, fixer, qui se perdent, s'évanouissent, se dissipent. Cet emploi, cet héritage lui échappe au moment où il croyait le tenir. Laisser échapper une place. Laisser échapper l'occasion, une bonne occasion. Cet avantage pourrait bien lui échapper. Son autorité lui échappe. La vie, le temps nous échappe. Ce dernier espoir allait aussi lui échapper. On dit aussi pronominalement. Il vit s'échapper le dernier espoir qui lui restait. Toutes ses illusions se sont échappées l'une après l'autre. La patience lui échappe, lui a échappé, Il commence à perdre patience, il a témoigné de l'impatience; ou Il s'emporte, il s'est emporté, après s'être longtemps contenu. Échapper de la mémoire, se dit des Choses dont on perd le souvenir, que l'on oublie. Cela m'avait, m'était échappé de la mémoire. Laisser échapper un cri, un soupir, Pousser involontairement un cri, un soupir. Dans un sens analogue, Un cri, un soupir lui échappa, lui a échappé, lui est échappé, vint à lui échapper.

ÉCHAPPER s'applique particulièrement à Ce qu'on dit, à ce qu'on fait par imprudence, par indiscrétion, par mégarde, par négligence, etc.; et alors il se conjugue le plus souvent avec l'auxiliaire Être. À peine cette parole me fut-elle échappée, que je sentis mon imprudence. Son secret lui échappa. Il est impossible qu'une pareille bévue lui soit échappée. Quelques fautes, quelques négligences vous sont échappées par-ci par-là. On dit dans un sens analogue Laisser échapper un mot, un secret, etc. Il s'emploie souvent dans le même sens comme verbe impersonnel. Il lui est échappé un mot inconvenant. Il m'est échappé, il lui est échappé de dire, de faire. Il lui échappe souvent de dire des choses déplacées. Il lui est échappé des fautes, des négligences. Il est quelquefois verbe transitif et signifie alors Éviter. Échapper la potence. Il ne l'échappera pas. Prov., L'échapper belle, Éviter heureusement un péril dont on était menacé. Il l'a échappé belle. Il signifie aussi, figurément, S'emporter inconsidérément à dire ou à faire quelque chose contre la raison ou la bienséance. Il est sujet à s'échapper. Il s'échappe souvent. Il s'est échappé jusqu'à injurier ce vieillard.

Littré (1872-1877)

ÉCHAPPÉ (é-cha-pé, pée) part. passé.
  • 1Soustrait à… par la retraite, par la fuite. Échappé de la prison. Échappé des mains des ennemis. Il te tarde déjà qu'échappé de mes mains, Tu ne coures me perdre et me vendre aux Romains, Racine, Mithr. III, 1. Tel d'un coup incertain par un prêtre frappé, Mugit un fier taureau de l'autel échappé, Delille, Én. II.

    Terme de fauconnerie. Gibier échappé, gibier auquel on donne l'échappe.

    Un cheval échappé, un cheval qui s'est débarrassé du cavalier ou de la voiture, et qui court sans personne qui le guide ; et fig. un jeune homme indocile, emporté.

    Substantivement. Vous couriez par le monde comme des échappés, Voltaire, Dial. XXVIII, 3.

    Un échappé des petites-maisons, un insensé.

    Un échappé de prison, un homme mal vêtu, à mine suspecte. J'avais plus l'air d'un échappé de galères que d'un enfant de famille, Lesage, Guzm. d'Alfar. II, 2.

    PROVERBE

    N'est pas échappé qui traîne son lien, celui qui garde le souvenir d'une passion n'en est point encore délivré.
  • 2 Par extension, sauvé de… Échappé à une mort imminente. Lucrèce était échappée aux blondins, La Fontaine, Mandr. Les enfants d'Israël, lorsque, échappés de la mer Rouge et tournant les yeux vers ces abîmes d'eau…, Massillon, Prof. rel. Serm. 1. Échappée aux périls et aux orages du siècle, Massillon, Prof. rel. Serm. 1. Avec un seul guerrier de la mort échappée, J'ai [moi Julie] marché quelque temps dans cette île escarpée, Voltaire, Triumv. II, 4.
  • 3 Fig. Qui a été dit ou fait sans volonté ou sans conscience. Des paroles échappées à la colère. Aucun gémissement à ton cœur échappé, Corneille, M. de Pomp. II, 2. N'envoyer ni désirs vers le propre intérêt Ni regards échappés vers le propre mérite, Corneille, Imit. II, 9. Des espérances vagues, quelques paroles échappées au dépit, nul dessein formé, Voltaire, Lett. Schouvaloff, 22 nov. 1759.
  • 4 Terme de peinture. Jour échappé, voy. ÉCHAPPÉE.
  • 5 Terme de manége. Qui est engendré, en parlant du cheval, d'un étalon et d'une cavale qui sont de différentes races. Un cheval échappé de normand.

    Substantivement. Un échappé de barbe, un cheval né d'un étalon de race barbe et d'une jument d'une autre race.

    Fig. et familièrement, Se dit d'un homme qu'on soupçonne appartenir à telle ou telle race. C'est un échappé de juif. Les fratricelles, moines échappés de l'ordre de Saint-François, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuvres, t. IV, p. 344.

    Un échappé d'Ésope, un homme contrefait, bossu par devant et par derrière. Regarde Dorilas, cet échappé d'Ésope, Qu'on ne peut discerner qu'avec un microscope, Dont le corps de travers et l'esprit plus mal fait D'un Thersite à nos yeux retracent le portrait, Poëte anonyme dans RICHELET.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « échappé »

(1732) Déverbal de échapper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « échappé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
échappé eʃape

Évolution historique de l’usage du mot « échappé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « échappé »

Langue Traduction
Anglais escaped
Espagnol escapado
Italien sfuggito
Allemand entkam
Chinois 逃脱了
Arabe هرب
Portugais escapou
Russe спасся
Japonais 脱出した
Basque ihes
Corse scappatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « échappé »

Source : synonymes de échappé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « échappé »

Échappé

Retour au sommaire ➦

Partager