La langue française

Doré, dorée

Sommaire

  • Définitions du mot doré, dorée
  • Étymologie de « doré »
  • Phonétique de « doré »
  • Évolution historique de l’usage du mot « doré »
  • Citations contenant le mot « doré »
  • Images d'illustration du mot « doré »
  • Traductions du mot « doré »
  • Synonymes de « doré »
  • Antonymes de « doré »

Définitions du mot doré, dorée

Trésor de la Langue Française informatisé

DORÉ, ÉE, part. passé, adj. et subst.

I.− Part. passé de dorer*.
II.− Emploi adj.
A.− TECHNOL. et usuel. Qui est recouvert d'or, d'ornements dorés.
1. [En parlant d'un obj., d'un matériau] Recouvert d'une mince couche d'or ou d'une substance ayant l'apparence de l'or. Bois, bronze, marbre doré; cadre, vase doré; statue dorée. Un long mur avec de grands panneaux de bois noir suspendus, tenus par des clous dorés (Verlaine, Œuvres compl.,t. 5, Confessions, 1895, p. 42):
1. Les fauteuils et les divans ont les pieds dorés. Autour de la salle il y a des consoles dorées; et les lambris (...) ma foi, il y a aussi des lambris dorés. La chose est complète, comme tu vois. Nerval, Voyage en Orient,t. 1, 1851, p. 75.
Spéc., RELIURE. [En parlant d'un livre] Doré sur tranche. Dont la (les) tranche(s) est (sont) recouverte(s) d'une couche d'or. P. plaisant. Fourchevif [apercevant la livrée de Tronquoy]. − Comment, te voilà encore doré sur tranches à neuf heures du matin? (...) va mettre ta petite veste (Labiche, Fourchevif,1859, 3, p. 383).Il faillit tomber sur un état-major entièrement doré sur tranche (Giono, Bonheur fou,1957, p. 446).
Emploi subst. à valeur de neutre. Une seule chambre avait échappé aux fauteuils acajou, au doré des pendules sous globe (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 126).
2. Recouvert, enrichi d'ornements dorés. Un habit doré; un salon doré. Dans les pays religieux, la cathédrale est l'endroit le plus orné, le plus riche, le plus doré, le plus fleuri (Gautier, Tra los montes,1843, p. 155).P. métaph. Les façades dorées des siècles dits chrétiens (Mauriac, Bloc-notes,1958, p. 270).
[En parlant de pers.] Vêtu d'habits dorés, chamarrés. Les généraux dorés galopent triomphants, Regardés par les morts tombés à la renverse (Hugo, Châtim.,1853, p. 20):
2. ... j'ai aperçu (...) des nuées de rabatteurs en béret saxon courant et criant dans les fourrés, pendant que des chasseurs dorés et empanachés s'embusquaient à chaque tournant d'allée. A. Daudet, Robert Helmont,1874, p. 195.
B.− P. anal. Qui a la couleur, l'apparence, l'éclat ou les reflets de l'or.
1. TECHNOLOGIE
a) PEINT. Teintes dorées. Teintes obtenues par mélange de jaune, de rouge et d'orangé, ou par des alliages métalliques. Jaune doré; beige doré; un blond doré. Coulé pour la chair, très fin : le ton de laque jaune et jaune de zinc avec laque rouge dorée (Delacroix, Journal,1853, p. 7).Le pentasulfure d'antimoine, dit aussi soufre doré (...) sert à la fois de vulcanisant (...) et de colorant (Graffigny, Industr. caoutch.,1928, p. 55).
b) CUIS. [En parlant d'une préparation culinaire] Qui a une couleur d'or, un aspect brillant, dû à la cuisson et/ou à un enrobage d'œuf battu. Une belle boulangerie (...) étalait sous le nez des passants des gâteaux et de grands pains dorés (Zola, Travail,t. 1, 1901, p. 18).C'était une cuisse de poulet, rôtie à point, dorée, que je humais déjà (Gide, Journal,1943, p. 208).
Spéc., région. Pain doré. Pain trempé dans du lait, des œufs battus et frit au beurre. Synon. pain perdu :
3. ... il y aurait toujours des repas à la galette de sarrazin que maman faisait si bien et que l'on arrosait de mélasse presque noire; il y avait aussi des repas au « pain doré »; aux crèpes pas chères; ... C. Jasmin, La Petite patrie,Montréal, éd. La Presse, 1972, p. 109.
2. Qui a l'éclat ou la couleur de l'or; qui a des reflets irisés.
a) [En parlant d'une chose] Un blé doré; un vin doré; une lumière dorée. Si dur que soit ce marbre du Pentélique, et quelle qu'en soit la patine séculaire, jaune, chaude, blonde, paille, dorée (...) ce marbre reçoit d'autres atteintes (Péguy, Clio,1914, p. 26).Quelques sonneries de clairon dans le ciel encore doré témoignaient seulement que les militaires se donnaient l'air de faire leur métier (Camus, Peste,1947, p. 1285).
Emploi subst. à valeur de neutre. La tiédeur, le doré du jour, la paix, tout ce qui en avait sa gloire subsistaient en traces légères malgré les ombres (Giono, Hussard,1951, p. 332).
BOT. Chêne* doré; épicéa* doré; if* doré; pourpier* doré.
b) [Dans un syntagme nominal caractérisant un être animé] Une chevelure, un pelage, un plumage doré(e). MlleBeaupré suspend un instant sa vitesse et Rose peut admirer cette alezane dorée (Morand, Rococo,1933, p. 51):
4. ... deux jeunes femmes dans un coin mal éclairé riaient doucement avec un marin dont la chevelure tombait en cascade dorée sur un visage où l'alcool mettait un sourire d'enfant. Green, Chaque homme dans sa nuit,1960, p. 207.
En partic.
[En parlant des yeux, du regard] Qui a des reflets, des lueurs rappelant ceux de l'or. Ses yeux n'étaient pas bleus comme je l'avais cru, mais dorés (Vercors, Silence mer,1942, p. 31).
[En parlant de l'épiderme] Hâlé, bronzé. Il haussa les épaules et effleura de la main, en passant, la joue dorée du petit clergeon, debout contre le mur (Bernanos, Crime,1935, p. 850).Au détour de la route, toute rousse, toute dorée dans sa robe blanche, Nini vient vers moi (Vialar, Pt jour,1947, p. 279).
[En parlant d'un animal] Des mouvements glissants, mous et onduleux, comme en ont les tanches dorées aux profondeurs des eaux limpides (Noailles, Nouv. espér.,1903, p. 240).Des lézards dorés se chauffaient parmi les pierres (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 429).
BACTÉRIOL., ZOOL. Staphylocoque* doré; cétoine* dorée; mouche* dorée.
P. métaph. [En parlant d'un son, d'une voix] C'était un charme alors d'ouïr cette voix harmonieuse [de M. Villemain] et dorée qui semblait celle de la sirène (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 12, 1863-69, p. 416).Nous entendions au bout du jardin (...) le double tintement timide, ovale et doré de la clochette pour les étrangers (Proust, Swann,1913, p. 14).
C.− Au fig.
1. [P. réf. à l'or en tant que symbole de richesse]
a) Souvent péj. [En parlant d'une pers., d'un groupe hum., et p. méton. de ses conditions d'existence] Qui vit dans une aisance matérielle extrême et profite des privilèges sociaux. Cette heureuse enfance, cette adolescence dorée n'avait jamais rencontré d'opposition à ses désirs (Balzac, Cabinet ant.,1839, p. 30).Les courtisans dorés sont les vils astronomes Qui contemplent d'en bas les rois, ces faux soleils (Hugo, Pape,1878, p. 74):
5. Il reste que ces sornettes, puisqu'il vous plaît de les appeler ainsi, sont un des luxes de la bourgeoisie et qu'en les lisant, vous prenez le pouls et la température des élites dorées au sort desquelles le vôtre se trouve lié. Aymé, Le Confort intellectuel,1949, p. 204.
Jeunesse dorée
HIST. Jeunes gens de la bourgeoisie aisée qui prirent part à la réaction contre la terreur. Jusqu'aux journées de prairial, les royalistes (...) demeurèrent dans les rangs de cette jeunesse dorée, et servirent sous les ordres de la faction thermidorienne (Sainte-Beuve, Prem. lundis, t. 1, 1869, p. 216).
Mod. Jeunes gens généralement désœuvrés appartenant aux couches privilégiées de la société. Là, sur des divans (...) des jeunes hommes étaient assis (...). La jeunesse dorée de Fez, la nouvelle génération, les futurs caïds et les futurs vizirs (Loti, Maroc,1889, p. 185).La jeunesse dorée de l'endroit est en train de jouer au baby-foot (Giono, Gds chemins,1951, p. 155).[Avec la connotation asociale de blouson noir] Blousons dorés. Jeunes oisifs issus de la bourgeoisie aisée.
Loc. Rêve, songe doré. Projet merveilleux. Je me suis habituée à voir Arthur (...); je l'épouserai avec joie car je sais que ce mariage est depuis longtemps le songe doré de mon père (Dumas père, Teresa,1832, II, 6, p. 170).
b) [Dans des emplois fondés sur une antithèse; en parlant de conditions jugées basses, mauvaises ou néfastes] Misère dorée. Vous ignorez l'étendue de certaines infortunes dorées (Balzac, Secrets Cadignan,1839, p. 347).Aujourd'hui même, dans ce château, plusieurs frères de Moulay Yousef sont relégués au fond de leurs appartements, dans une captivité dorée (Tharaud, Rabat,1918, p. 236).Le mot bourgeois n'était employé que par la noblesse qui entendait ainsi souligner une distance entre les gens bien nés et la roture dorée (Aymé, Confort,1949, p. 46).
c) Proverbe. Bonne renommée vaut mieux que ceinture* dorée.
2. [Avec l'idée de richesse, de plénitude mor.] :
6. Wolfgang Gœthe va s'éteindre (...). Quel soir auguste! Quel regard sur la vie pleine et dorée, quand, à l'extrême de l'âge, il contemple, − que dis-je − il compose encore son propre crépuscule... Valéry, Variété IV,1938, p. 126.
LITT. La Légende dorée. Histoire des Saints écrite par Jacques de Voragine. Rien de plus beau, de plus robuste et de plus fier que cette figure de guerrier [saint Georges dans la Sainte Famille de Véronèse] qui serait aussi bien à sa place dans un tournoi que dans la Légende dorée (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 82).
3. [P. réf. à la séduction de l'or, à l'aspect trompeur des dorures et à leur fonction d'ornement] Sans effort, sans y attacher d'importance, il jonglait avec les rimes dorées en manière de passe-temps (Saint-Saëns, Portr. et souv.,1909, p. 182).
Langue, parole dorée. Manière de s'exprimer, de présenter les choses, habile et ornée, généralement trompeuse. Le commerce le passionnait [Octave], le commerce du luxe de la femme, où il entre une séduction, une possession lente par des paroles dorées et des regards adulateurs (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 13).C'est réellement à Guignol que fait penser le vainqueur de l'Ordre Moral, un Gambetta, l'aventurier subtil, à la langue dorée (Bernanos, Gde peur,1931, p. 109).
III.− Emploi subst.
A.− Subst. masc., région. (Canada). Poisson d'eau douce estimé en cuisine. Plus humble, sans prétention autre que de donner un beau nom à un beau poisson, le canadien-français a appelé doré l'animal bariolé (A.-N. Montpetit, Les Poissons d'eau douce,1897, p. 52 ds Canadian. 1969).
B.− Subst. fém.
1. Arg., vx. Femme de mœurs légères. « Le Soir » a pris pour des ouvrières les petites dorées, autrement dit : les cocottes (Fustier, Suppl. dict. de Delvau,1889, p. 530).
2. Vx. Mince tranche de pain recouverte de beurre ou de confiture.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. généraux.
3. ICHTYOL. Poisson osseux des mers d'Europe. Synon. de saint-pierre.La dorée (...) mesure 0,60 m de long (...), sa chair, quoique délicate, est peu estimée (Nouv. Lar. ill.).
Fréq. abs. littér. : 3 048. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 687, b) 5 604; xxes. : a) 5 039, b) 3 782.

Wiktionnaire

Adjectif

doré \dɔ.ʁe\

  1. Qualifie les choses qui sont d’un jaune brillant, rappelant l’éclat de l’or.
    • Marguerite tira alors de son aumônière une petite clef dorée, ouvrit la porte du cabinet et montra du doigt le jeune homme à sa suivante. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre X)
    • Nous laisserons de côté l’Asphodeline lutea, le vulgaire Bâton de Jacob, qui rehausse les vieux jardins, qu'il orne de ses longues inflorescences dorées, […]. — (Jardins de France, Société nationale d'horticulture de France, 1898, p.409)
    • Par un mystérieux tour de force, il avait réussi à se raser et à lisser ses cheveux dorés. Son visage était tout à fait séraphique. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 262 de l’éd. de 1921)
    • Elle est boisée tout autour, la boisure de la fenêtre est ornée d’une sculpture dorée. — (Les Cahiers haut-marnais, n° 176 à 183, 1989, p. 22)
    • C'est un étalon barbe, pas grand, mais bien formé et bien musclé, un alezan étoile de blanc au front, dont la robe dorée, la queue et la crinière blondes, longues et fournies, reluisent au soleil. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 112)
  2. (Figuré) Qualifie un groupe de personnes à la richesse tapageuse.
    • Les blousons dorés, par opposition aux blousons noirs, d'origine plus populaire.
    • Mais pourquoi aussi la langue a-t-elle repoussé ce z si commode, si liant, si séduisant, [...] que la jeunesse dorée du Directoire a tenté en vain de faire passer dans le langage des salons ? — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Chansons et légendes du Valois, 1854)
  3. Qualifie une chose qui respecte la proportion du nombre d’or.
    • La façade du Parthénon s’inscrit dans un rectangle doré.
  4. (Œnologie) Couleur de la robe d’un vin blanc, indiquant une meilleure maturité que la couleur « légèrement doré » ; mais une maturité moindre qu’une robe de couleur « jaune paille ».
    • Cette robe légèrement dorée est le signe d’un vin bien évolué, vieux.

Nom commun 1

doré \dɔ.ʁe\ masculin

  1. (Canada) (Zoologie) Espèce de poisson (Sander vitreus), grande perche d’Amérique du Nord vivant dans les grandes rivières ou les lacs).

Nom commun 2

doré \dɔ.ʁe\ masculin

  1. (Zoologie) Synonyme de grande tortue (papillon).

Nom commun

dorée \dɔ.ʁe\ féminin

  1. (Ichtyologie) Saint-pierre (poisson de nom scientifique Zeus faber).
  2. (Cuisine) Tartine de pain grillée enduite de beurre, de confiture, etc.
  3. (Cuisine) Spécialité culinaire du Perche.
    • Au menu : une dorée de percheronne au maïs et ficoïde de Tremblay-les-Villages, suivie d’un agneau confit à la bière de Chartres, une feuille de Dreux macérée dans l’eau de vie et en dessert, une crème brûlée à l’Ebly. (L’écho républicain, n° 19.336, 20 juillet 2006)
    • La dorée se présente sous la forme d’une galette fine fourrée au maïs. (l’écho républicain, n° 19.336, 20 juillet 2006)
    • On prépare… la dorée aux pommes (épaisse crêpe aux pommes). — (Delahaye Thierry, Vin Pascal, Le pommier, page 65, 1997, Actes Sud, Le nom de l'arbre)

Forme d’adjectif

dorée \dɔ.ʁe\

  1. Féminin singulier de doré.
    • Elle est boisée tout autour, la boisure de la fenêtre est ornée d’une sculpture dorée. — (Les Cahiers haut-marnais, n° 176 à 183, 1989, page 22)

Forme de verbe

dorée \dɔ.ʁe\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe dorer.

Nom commun

dorée \dɔ.ʁe\ féminin

  1. (Ichtyologie) Saint-pierre (poisson de nom scientifique Zeus faber).
  2. (Cuisine) Tartine de pain grillée enduite de beurre, de confiture, etc.
  3. (Cuisine) Spécialité culinaire du Perche.
    • Au menu : une dorée de percheronne au maïs et ficoïde de Tremblay-les-Villages, suivie d’un agneau confit à la bière de Chartres, une feuille de Dreux macérée dans l’eau de vie et en dessert, une crème brûlée à l’Ebly. (L’écho républicain, n° 19.336, 20 juillet 2006)
    • La dorée se présente sous la forme d’une galette fine fourrée au maïs. (l’écho républicain, n° 19.336, 20 juillet 2006)
    • On prépare… la dorée aux pommes (épaisse crêpe aux pommes). — (Delahaye Thierry, Vin Pascal, Le pommier, page 65, 1997, Actes Sud, Le nom de l'arbre)

Forme d’adjectif

dorée \dɔ.ʁe\

  1. Féminin singulier de doré.
    • Elle est boisée tout autour, la boisure de la fenêtre est ornée d’une sculpture dorée. — (Les Cahiers haut-marnais, n° 176 à 183, 1989, page 22)

Forme de verbe

dorée \dɔ.ʁe\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe dorer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DORER. v. tr.
Revêtir un objet d'une mince couche d'or. Dorer un calice, de la vaisselle, un plafond, le cadre d'un tableau. Dorer sur cuir. Dorer à petits fers, à petits filets. Dorer au feu. Dorer au mercure. Un livre doré sur tranche. Le vermeil est de l'argent doré. En termes de Pharmacie, Dorer une pilule, La recouvrir d'une mince feuille d'or pour qu'on puisse la prendre sans en sentir le goût. Fig. et fam., Dorer la pilule, Employer des paroles flatteuses pour déterminer une personne à faire ou à accepter quelque chose qui excite sa répugnance. On lui a si bien doré la pilule qu'il s'est résolu à faire ce qu'on voulait. Il signifie aussi Consoler d'une disgrâce, d'un refus, en l'accompagnant de promesses et de paroles bienveillantes. On lui a doré la pilule pour lui adoucir ce refus. Il sait dorer la pilule. Poétiq. et fig., Le soleil dore la cime des montagnes, des arbres, Il l'éclaire de ses rayons. Cela se dit surtout du Soleil quand il se lève ou quand il se couche. On dit aussi Le soleil dore les moissons, Le soleil jaunit les moissons, en les faisant mûrir; et dans un sens analogue, Les moissons commencent à se dorer. En termes de Pâtisserie, il signifie Revêtir d'une couche de jaune d'œuf délavé. Dorer un pâté, un gâteau. Le participe passé

DORÉ, ÉE, se dit adjectivement des Choses qui sont d'un jaune brillant. Des cheveux d'un blond doré. Du pourpier doré. Des carpes dorées. On dit de même Un jaune doré. Fig., Il a la langue dorée, c'est une langue dorée, se dit de Quelqu'un qui a la parole facile, élégante, propre à séduire. Fig., Vers dorés, Vers sentencieux attribués à Pythagore. La légende dorée, L'histoire des saints écrite par Jacques de Voragine.

Littré (1872-1877)

DORÉ (do-ré, rée) part. passé.
  • 1Recouvert d'une couche d'or. Un livre relié en veau et doré sur tranche. De l'argent doré. Ces palais tout dorés qu'assiége la misère, Chénier M. J. Gracques, II, 3. Que font ces nains si bien parés Sur des trônes à clous dorés ? Béranger, Bon Dieu. À la vue de cette ville dorée [Moscou, dont les coupoles étaient dorées], de ce nœud brillant de l'Asie et de l'Europe, de ce majestueux rendez-vous où s'unissaient le luxe, les usages et les arts des deux plus belles parties du monde, nous nous arrêtâmes…, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 4.
  • 2Qui est fait d'or. Il faudrait craindre peu pour la toison dorée, Corneille, Tois. I, 1. Mais si Plutus revient de sa source dorée Conduire dans mes mains quelque veine égarée, Chénier, Fragments, p. 171.

    Siècle doré, âge doré, s'est dit pour âge d'or. Vivre au siècle de Marie Sera vivre au siècle doré, Malherbe, III, 2.

  • 3Il se dit des objets qui sont d'un jaune brillant. Jaune doré. Cheveux d'un blond doré.

    Qui a une belle couleur, en parlant du rôti. Ce chapon est bien doré.

    Pâtisserie dorée, pâtisserie enduite d'un mélange de jaune d'œuf et de beurre.

  • 4 Fig. Riche, brillant. Quand je vois un homme doré décrier le luxe, Rousseau, Hél. II, 16. … Ces rois, cour dorée et nombreuse, Qui naguère peuplait d'une tente poudreuse Le vestibule impérial ! Hugo, Odes, III, 7.

    Être doré comme un calice, avoir des habits chargés de galon ou de broderies d'or.

    Jeunesse dorée, nom donné à des jeunes gens de la classe riche et moyenne qui, à Paris, s'étaient associés, en 1794, pour soutenir les thermidoriens.

  • 5 Fig. Qui est comme embelli par une couche d'or. …par des fers dorés se laissent entraîner, Corneille, Cinna, II, 1. Mots dorés en amour font tout, La Fontaine, Pâté. M. le duc d'Orléans nous fit un discours bien doré pour nous persuader de n'innover rien, Saint-Simon, 417, 27. Les vertus les plus sublimes N'étaient que des vices dorés, Lamartine, Harm. III, 5.

    Familièrement. Avoir la langue dorée, avoir l'art d'endoctriner, de séduire.

    Vers dorés, vers sentencieux attribués à Pythagore.

    La légende dorée, nom de l'histoire des saints par Jacques de Voragine.

  • 6 Terme de vénerie. Fumées dorées, ou, substantivement, les dorées, fumées du cerf qui sont jaunes.
  • 7 S. m. Dorure. Le doré d'une glace.
  • 8Doré de soufre, espèce d'agaric.

PROVERBES

À vieille mule frein doré, se dit des vieilles femmes qui se parent, d'une marchandise qu'on pare pour s'en défaire.

Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée (voy. CEINTURE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « doré »

→ voir dorer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « doré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
doré dɔre

Évolution historique de l’usage du mot « doré »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « doré »

  • Mors doré ne rend pas le cheval meilleur. De Proverbe français
  • Si de beaucoup travailler on devenait riche Les ânes auraient le bât doré. De Proverbe français
  • Le fourreau doré de la compassion cache parfois le poignard de l’envie. De Friedrich Nietzsche
  • Le poulailler est un palais doré pour le coq malgré la puanteur des lieux. De Proverbe agni
  • Prenez ces deux plantes : le riz doré et la promesse dorée, une variété d'orge. L'orge a été conçue au cours des années 1960 dans des installation... Le Point, La cynique campagne de Greenpeace contre le riz doré - Le Point
  • Pourquoi pas un pain perdu ou doré aux feluers et aux fraises ? France Bleu, un pain perdu ou doré pour une balade culinaire à Peyrelevade...

Images d'illustration du mot « doré »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « doré »

Langue Traduction
Anglais golden
Espagnol dorado
Italien d'oro
Allemand golden
Chinois 金色的
Arabe ذهبي
Portugais dourado
Russe золотой
Japonais ゴールデン
Basque urrezko
Corse d'oru
Source : Google Translate API

Synonymes de « doré »

Source : synonymes de doré sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « doré »

Partager