La langue française

Disjonctive

Définitions du mot « disjonctive »

Trésor de la Langue Française informatisé

DISJONCTIF, IVE, adj.

A.− GRAMM. [En parlant d'une conjonction, d'une particule] Qui unit les expressions et sépare les idées. Particule disjonctive. Ou, soit, ni, sont des mots disjonctifs, des conjonctions disjonctives (Ac.).
Emploi subst. fém. Une disjonctive. Une particule disjonctive. Le fait physique qui motive l'accusation a eu lieu ou n'a pas eu lieu : rien de plus catégorique que cette disjonctive (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 423).
B.− LOG. Proposition disjonctive. Proposition dont les deux membres sont séparés par une particule disjonctive. La proposition disjonctive énonce une disjonction ou une alternative : cette assurance ne peut être qu'inconscience ou mauvaise foi (Foulq.1971, s.v. disjonction).
Jugement disjonctif. Jugement qui pose une alternative :
Qu'est-ce donc que questionner? C'est chercher à corriger un état d'indétermination relative. Toute question implique : 1. un jugement disjonctif; 2. l'affirmation qu'une seule des alternatives est vraie ou valable; 3. l'incapacité reconnue de déterminer laquelle. Marcel, Journal métaphysique,1918, p. 138.
Rem. On rencontre ds la docum. l'adv. disjonctivement. Alternativement. La liberté insondable de Dieu représente pour la créature un destin. Mais cette liberté crée elle-même des libertés qui mystérieusement coopèrent à l'opération divine et qui sont donc à la fois libres et prédestinées : la volonté en instance de choix peut disjonctivement l'un-ou-l'autre (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 213).
Prononc. et Orth. : [dis̬ ʒ ɔ ̃ktif], fém. [-i:v]. Cf. disjoindre. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Av. 1270 subst. desjointive « particule qui marque la séparation » (Livre de Jean d'Ibelni, éd. Beugnot, Assises de Jérusalem, I, p. 144); xives. adj. disjunctive [poteste de conjonction] (Ch. Thurot, p. 194 ds T.-L.); 2. av. 1559 subst. log. (M. du Bellay, 300 ds Littré). Empr. au b. lat. disjunctivus, terme de gramm. et de logique. Fréq. abs. littér. : 3.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

disjonctive \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de disjonctif.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DISJONCTIF, IVE. adj.
T. de Grammaire. Qui disjoint. Il se dit spécialement de Toute conjonction qui, en unissant les membres d'une proposition ou d'une phrase, sépare les choses dont on parle, c'est-à-dire qui unit les expressions et sépare les idées. Ou, soit, ni sont des mots disjonctifs, des conjonctions disjonctives. Il s'emploie aussi comme nom féminin. La disjonctive ou. Dans le langage philosophique, Jugement disjonctif, Jugement qui affirme une alternative. Le dilemme est un raisonnement disjonctif.

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DISJONCTIVE, s. f. terme de Grammaire : on le dit de certaines conjonctions qui d’abord rassemblent les parties d’un discours, pour les faire considérer ensuite séparément. Ou, ni, soit, sont des conjonctions disjonctives. En cette phrase disjonctive est adjectif : mais on fait souvent ce mot substantif ; une conjonctive. On appelle aussi ces conjonctions alternatives, partitives, ou distributives.

On demande si lorsqu’il y a plusieurs substantifs séparés par une disjonctive, le verbe qui se rapporte à ces substantifs doit être au plurier ou au singulier : faut-il-dire, ou la force ou la douceur le feront, ou le sera ?

Vaugelas dit qu’il faut dire le fera ; Patru soûtient qu’on dit également bien le fera & le feront ; qu’il faut dire si Titus ou Mevius étoient à Paris, & non étoit ; qu’on doit dire, ou la honte, ou l’occasion, ou l’exemple, leur donneront un meilleur avis : qu’en ces façons de parler l’esprit & l’oreille se portent au plurier plûtôt qu’au singulier ; tellement qu’en ces rencontres, poursuit M. Patru, il faut consulter l’oreille. Voyez les remarques de Vaugelas avec les notes, &c. édit. de 1738. (F)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « disjonctive »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
disjonctive disʒɔ̃ktiv

Évolution historique de l’usage du mot « disjonctive »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « disjonctive »

  • L’histoire est tragique, ce qui a commencé en mystique, finit en produits dérivés. Compréhensible, lorsqu'on jette un regard transversal sur l’histoire contemporaine de l’Algérie. Par le passé, la réalité de notre condition échappait en grande partie à notre perception collective, parce qu’elle ne cessait de passer par des filtres et des prismes qui ont conduit à des positions politiques radicales et disjonctives. Les solutions apportées à nos problèmes les compliquaient davantage. Le présent ne démentit pas le constat.  http://www.liberte-algerie.com/, LA PENSÉE SOUS CLOCHE ET RÉMINISCENCE: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com
  • « La révélation foudroyante des bouleversements que nous subissons est que tout ce qui semblait séparé est relié, puisqu’une catastrophe sanitaire catastrophise en chaîne la totalité de tout ce qui est humain. Il est tragique que la pensée disjonctive et réductrice règne en maîtresse dans notre civilisation et tienne les commandes en politique et en économie. Cette formidable carence a conduit à des erreurs de diagnostic, de prévention, ainsi qu’à de décisions aberrantes. J’ajoute que l’obsession de la rentabilité chez nos dominants et dirigeants a conduit à des économies coupables comme pour les hôpitaux et l’abandon de la production des masques en France. » (Le Monde, 19/20 avril 2020) Club de Mediapart, Comprendre: le simple, le compliqué, le complexe | Le Club de Mediapart
  • d’une modernité disjonctive au-delà du dilemme dichotomique tradition arabo- islamique ou modernité occidentale. Le dépassement de ce dilemme s’inscrit dans  un double mouvement : relativiser le singulier de la modernité occidentale, érigé en paradigme universel, et proposer une réflexion sur la modernité hétérogène venue d’Occident et d’Ailleurs. Maroc Diplomatique, Livre: Moderntés Arabes, de la modernité à la globalisation, un ouvrage de Khalid Zekri
  • Pour revenir à ta question, les discussions banales, meublant mon quotidien avec des interlocuteurs de tout bord, corroborent la perplexité généralisée devant un matheux qui écrit de la poésie. Ce qui s’interprèterait, à mon sens, par l’inquiétante étrangeté que ressentiraient certains eu égard à un matheux – supposé représenter le modèle abouti du « scientifique » – traficotant des vers soupçonneux. La disjonction entre le sourcier et le voyageur intermondain serait consommée. Sauf qu’une synthèse disjonctive – au sens deleuzien – entre les deux termes est immédiate, voire même nécessaire. Pour conclure, je pense que le renvoi à « Alchimie du verbe » dans Une saison en enfer serait d’une extrême trivialité. Rimbaud tout comme Artaud sont des sourciers de l’infini. Et Rimbaud fut un sur-voyageur (« l’homme aux semelles de vent »). Je n’entrerai pas dans la dialectique de la vie et de l’œuvre. Mais il existe bel et bien une coexistence entre les deux figures. Dans le poème en question, nous pouvons lire ceci :  « Loin des oiseaux, des troupeaux, des villageoises, Que buvais-je, à genoux dans cette bruyère Entourée de tendres bois de noisetiers, Dans un brouillard d’après-midi tiède et vert ! Que pouvais-je boire dans cette jeune Oise, — Ormeaux sans voix, gazon sans fleurs, ciel couvert ! — Boire à ces gourdes jaunes, loin de ma case Chérie ? Quelque liqueur d’or qui fait suer. Je faisais une louche enseigne d’auberge. Un orage vint chasser le ciel. Au soir L’eau des bois se perdait sur les sables vierges, Le vent de Dieu jetait des glaçons aux mares ; Pleurant, je voyais de l’or — et ne pus boire. » DIACRITIK, Mohamed Ben Mustapha: une écriture qui danse sur les ruines (Eden, l’été)
  • PZ : Mais pourquoi vouloir à toute force enfermer dans un genre ou dans une case un auteur qui cherche à tout prix à échapper à toutes les assignations, à tous les enfermements ? Il y a des auteurs, comme Echenoz par exemple, dont l’absence de genre assignable provient de leur désir de revisiter l’ensemble des genres un peu usés : le roman policier, la biographie, le roman historique… Mais ce n’est pas le cas chez Cadiot. Il me semble au contraire qu’il les affirme tous en même temps sans pour autant les confondre. On pourrait dire en un sens que toute son œuvre relève de la grande synthèse disjonctive deleuzienne : son œuvre c’est ou de la poésie ou du théâtre ou du roman ou du récit ou de l’essai, le ou étant non-exclusif, alors que la plupart des autres écrivains « récents » opèrent plutôt par synthèse conjonctive : on fait et de la poésie et du roman et de l’essai, etc., soit par synthèse connective : on passe de la poésie au roman puis du roman à l’essai, etc. DIACRITIK, Dominique Rabaté et Pierre Zaoui : « Travailler sur Olivier Cadiot, c’est un peu comme partir à la chasse au Snark »

Traductions du mot « disjonctive »

Langue Traduction
Anglais disjunctive
Espagnol disyuntivo
Italien disgiuntivo
Allemand disjunktiv
Chinois 析取
Arabe طباقي
Portugais disjuntivo
Russe разъединяющий
Japonais 選言的
Basque disjuntiboan
Corse scuntenti
Source : Google Translate API

Synonymes de « disjonctive »

Source : synonymes de disjonctive sur lebonsynonyme.fr

Disjonctive

Retour au sommaire ➦

Partager