La langue française

Discours

Définitions du mot « discours »

Trésor de la Langue Française informatisé

DISCOURS, subst. masc.

A.− Vieilli
1. Écrit didactique traitant d'un sujet précis. Synon. usuel traité.Petit discours de Jansénius intitulé « De la réformation de l'homme intérieur » (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 2, 1842, p. 475):
1. Sa vision de l'univers, M. France nous la découvre ici en un long chapitre d'un rythme subtil, au cours duquel, à ce qu'il dit, on voit se dérouler les destinées du monde « en un discours aussi large et magnifique dans ses vues que le « discours sur l'histoire universelle » de Bossuet est étroit et triste dans les siennes ». Massis, Jugements,1923, p. 155.
2. Paroles adressées à une ou plusieurs personnes. Le bon ton, c'est le bon goût appliqué aux discours et à la conversation (Chamfort, Max. et pens.,1794, p. 68).
B.− Usuel
1. Développement oratoire sur un thème déterminé, conduit d'une manière méthodique, adressé à un auditoire; p. méton. texte écrit d'un discours. (Quasi-)synon. allocution, conférence.J'avais ce discours dans ma poche (Courier, Pamphlets pol.,1822-24, p. 200).Écrire des articles de journaux, (...) prononcer des discours de meetings (Guéhenno, Journal« Révol. », 1937, p. 16):
2. Mais il [Joseph] ira présider la distribution des prix et il prononcera un discours. Il prononce des discours presque tous les jours. Il ne donne que peu d'argent. Peu ou pas. Mais il ne refuse pas de prononcer des discours. Duhamel, Chronique des Pasquier,La Passion de Joseph Pasquier, 1945, p. 124.
3. Le marquis parle ou, plutôt, il entonne... Ce discours dure une heure. Je vous en fais grâce. Mais le speech du maire, l'homélie de l'évêque, le compliment des enfants des écoles, le laïus du chef de la branche aînée, à nous, on ne nous en fit pas grâce. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 238.
En partic.
Discours de réception. Discours prononcé par un membre nouvellement élu, lors de son entrée dans une Académie :
4. Je vais m'occuper, si je le puis, d'écrire mon discours de réception dans quelques semaines. On m'a envoyé force notes. Donnez-moi, je vous prie, les renseignements suivants à l'égard de tout ceci. Combien faut-il que dure ce discours? À quelle censure passe-t-il, et combien de temps y reste-t-il? Suffira-t-il que j'aille à Paris dix jours avant de le prononcer? (...) Lit-on le discours, ou le récite-t-on? Lamartine, Correspondance,1830, p. 4.
♦ Domaine homilétique.Sermon, prêche particulièrement élaborée en vue d'une circonstance donnée. Discours de mariage. Le discours de Jésus sur la montagne (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 749).Le curé (...) braille un discours pompier fait de tous les lieux communs patriotiques (Bloy, Journal,1903, p. 170):
5. ... on médite toute sa vie, on feuillette nuit et jour les « oraisons funèbres » de Bossuet, et les sermons de Bourdaloue et de Massillon. Les discours des orateurs chrétiens sont des livres, ceux des orateurs de l'antiquité ne sont que des discours. Chateaubriand, Génie du christianisme,t. 2, 1803, p. 106.
P. méton., RÉTH. Genre littéraire auquel appartient le discours. Un genre [d'éloquence] authentiquement français, le discours académique (Thibaudet, Réfl. litt.,1936, p. 51).
♦ Domaine scolaire,vieilli. Exercice écrit destiné à former les élèves à la composition. Synon. usuel dissertation.Prix de discours français au concours général (Renard, Journal,1902, p. 724).
SYNT. Discours d'apparat, d'inauguration, aux morts, d'ouverture, du trône; discours du chancelier, du député, du ministre, du président, du prince; discours édifiant, éloquent, étudié, improvisé, politique, préliminaire, véhément; discours écrits, insensés, officiels, passionnés, publics; un discours persuade; admirable, beau, fameux, petit, premier discours; interminables, vains discours; adresser, commencer, composer, improviser, poursuivre, tenir, suivre, terminer un discours.
2. Propos suivis, d'une certaine longueur, que l'on tient en conversation; p. ext. propos tenus dans un entretien. Entre deux cœurs charmés, il faut peu de discours (Desb.-Valm., Élégies,1833, p. 196).Ce discours s'adressait à sa petite amie (Queneau, Pierrot,1942, p. 29):
6. Ainsi se termina cet entretien; il ne fut plus question de ces femmes, et Henri retomba bientôt dans un sombre abattement. Mais depuis ce jour nos relations furent moins fréquentes et nos conversations moins intimes. Il avait trouvé mes discours et plus encore mon silence cruels... Toepffer, Nouvelles génevoises,1839, p. 431.
7. La « Karabassen » allait de l'avant, piétinant les scrupules, ne s'occupant que d'assener sur son interlocuteur un long discours, une suite de phrases, l'empêchant de reprendre pied. Queffélec, Un Recteur de l'île de Sein,1944, p. 84.
Au plur., parfois péj. [Gén. p. oppos. à un acte ou à un fait concr.] Synon. bavardage (cf. argutie ex. 5).Je compris ce geste mieux que de longs discours (Lamart., Confid.,1849, p. 218).La petite-maîtresse qui fait des discours à son amour de chien (Alain, Propos,1913, p. 157):
8. Crois-tu donc que les dieux se soucient de tes discours? Tais-toi. Accomplis les rites, faiseur de phrases. Voilà tout ce qu'on te demande. Renan, Drames philos.,Le Prêtre de Némi, 1885, IV, 2, p. 589.
Loc., péj. Beaux discours. Propos en l'air ou propos flatteurs qui cherchent à persuader. Ce garçon (...) est venu vous faire de beaux discours, mais il ne faut pas vous laisser prendre (Hémon, M. Chapdelaine,1916, p. 193).
Perdre le fil de son discours. S'interrompre dans ses propos ou faire une digression. Cette apparition et cette disparition [d'une femme] impressionnèrent Volpatte qui en perdit le fil de son discours (Barbusse, Feu,1916, p. 65).
C.− Emplois partic.
1. LINGUISTIQUE
a) Actualisation du langage par un sujet parlant. P. méton. résultat de cette actualisation. Discours écrit, parlé :
9. Nous savons que tout système de signes est un langage : ajoutons maintenant que tout emploi d'un langage, toute émission de signes, est un discours; et faisons que notre grammaire soit l'analyse de toutes les espèces de discours. Puisque tout discours est la manifestation de nos idées, c'est la connaissance parfaite de ces idées qui peut seule nous faire découvrir la véritable organisation du discours... Destutt de Tracy, Éléments d'idéologie,Grammaire, 1803, p. 23.
10. Honneur des hommes, saint langage, Discours prophétique et paré, Belles chaînes en qui s'engage Le dieu dans la chair égaré... Valéry, Charmes,1922, p. 136.
Partie du discours. Catégorie servant à classer les mots du point de vue du sens et de l'emploi grammatical :
11. On s'aperçoit moins de la rudesse de leur langue lorsqu'ils chantent. Je n'ai pu faire que très-peu d'observations sur les parties du discours, vu la difficulté de communiquer des idées abstraites par des signes : j'ai cependant reconnu qu'ils avaient des interjections pour exprimer les sentiments d'admiration, de colère, ou de plaisir; je ne crois pas qu'ils ayent des articles... Voyage de La Pérouse,1797, p. 212.
b) STYLE. Discours direct. Mode d'expression selon lequel un narrateur rapporte les propos d'autrui dans leur forme originale. (Lorsqu'il s'agit d'un texte écrit, ces propos sont généralement placés entre guillemets). Synon. style direct.Discours indirect. Mode d'expression selon lequel un narrateur rapporte les propos d'autrui en les faisant entrer dans la dépendance grammaticale de son propre énoncé (par la subordination, la substitution des pronoms, la transposition des personnes, des modes et des temps des verbes; la référence grammaticale est faite à la personne du narrateur). Synon. style indirect :
12. ... autant sa manière [à Françoise] d'écouter nos assertions témoignait de son incrédulité, autant l'accent avec lequel elle rapportait (car le discours indirect lui permettait de nous adresser les pires injures avec impunité) le récit d'une cuisinière qui lui avait raconté qu'elle avait menacé ses maîtres et, en les traitant devant tout le monde de « fumier », en avait obtenu mille faveurs, montrait que c'était pour elle parole d'évangile. Proust, Le Côté de Guermantes 2,1921, p. 359.
2. LOG. Mode de pensée qui atteint son objet par une suite d'énoncés organisés. P. méton. Exposé de la pensée ainsi conduite, raisonnement. Synon. pensée discursive; anton. intuition.La mathématique (...), qui n'est après tout qu'un discours à règles exactes (Valéry, Variété III,1936, p. 170).Ce Dieu que le discours [apophatique] n'appréhende qu'en le niant (G. Bataille, Exp. int.,1943, p. 19).
3. P. anal. Le discours grave de l'orgue (Pirro, J.-S. Bach,1919, p. 7).Le discours musical est divisé en (...) phrases musicales (Rougnon1935).
Prononc. et Orth. : [disku:ʀ]. On fait la liaison devant voyelle d'apr. Fér. Crit. t. 1 1787, Gattel 1841. D'apr. Fél. 1851 et Littré on peut l'entendre mais rarement et ils ne la recommandent pas. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1503 [éd. 1534] « récit, exposé (écrit ou oral) » (Le Guidon en françoys, 151 d ds Rom. Forsch., t. 32, p. 48); av. 1613 « suite de mots qui constituent le langage » (Régnier, Satire IX, 71, éd. G. Raybaud, p. 96). Empr. avec influence decours* au b. lat. discursus « discours, conversation, entretien » attesté en lat. class. au sens de « action de courir çà et là » (ce dernier sens attesté en fr. au xvies. ds Hug.). Fréq. abs. littér. : 6 237. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 11 192, b) 6 660; xxes. : a) 7 986, b) 8 602. Bbg. Barthes (R.). Éléments de sémiologie. Communications. 1964, t. 4, pp. 91-135. − Gottsch. Redens. 1930, p. 343. − La Charité (R. C.). The Concept of judgement in Montaigne. The Hague, 1968, passim.

Wiktionnaire

Nom commun

discours \dis.kuʁ\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. (Linguistique) Actualisation de la langue ; suite de mots qu’on emploie concrètement pour exprimer sa pensée.
    • En proposant le passage, incessant, d’un discours ordinaire au champ de la science, en devenant un « agitateur de mots », le vulgarisateur se donne un joli rôle: celui de l’intermédiaire, du « passeur de mots ». — (Sabine Pétillon-Boucheron, Les détours de la langue: étude sur la parenthèse et le tiret double, page 299, éditions Peeters, 2002)
    • Les parties du discours.
    • Discours direct, indirect.
  2. (Désuet) Exposé ou traité sur un sujet quelconque.
    • Ce que nous disons, Sire, n'est pas une hyperbole, ni un discours cérébrin ; nous l'avons vu, en l'année 1612, au chapitre général des jacobins. — (Louis-Clair de Beaupoil de Sainte-Aulaire, Histore de la fronde, chap.15 : 1651, Paris : chez Baudouin frères, 1827, vol.2, p.345)
    • La véridicité se confirme donc quand le discours dit vrai conformément à son être, quand se présente en ressemblance la chose du discours. Elle diffère nécessairement d'un discours à l'autre. — (François Bousquet, La Vérité, Éditions Beauchesne, 1983, page 104)
    • Le 5 mars 1946, le discours de Churchill à Fulton, évoquant le « rideau de fer », peut être considéré comme l'un des prémices de la guerre froide. […]. Le 21 août, un discours d'Andreï Jdanov, à Leningrad, inaugure le « jdanovisme » , le « réalisme socialisme » érigé en dogme politico-culturel. — (Pierre Jeanneret, Popistes: histoire du Parti ouvrier et populaire vaudois, 1943-2001, Editions d'en bas, 2002, p. 69)
  3. (Souvent au pluriel) Propos de la conversation, choses que l’on dit dans le commerce habituel de la vie.
    • Discours sensé.
    • Discours impertinent, extravagant.
    • Discours à perte de vue.
    • De vains discours.
    • Trêve de discours.
    • Faire des discours en l’air.
    • Cela fera plus d’effet sur lui que tous les discours.
    • Où veut-il en venir avec ces discours ?
    • Où tend ce discours ?
  4. (Spécialement) Texte lu ou propos improvisés devant un public.
    • Mais Mirabeau était réellement l’âme de la Constituante. […] ; le souffle qui animait ses discours faisant de ce tribun le véritable souverain de la Chambre. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • […] ; car dans un discours du 11 mai 1907, à la Chambre des députés, Jaurès m’a appelé le « métaphysicien du syndicalisme », sans aucun doute avec une intention ironique. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, note de bas de page 57)
    • Lorsque l’interprète me traduisit le sens général du discours, je fus émerveillé. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Tout le monde a déjà subi l’épreuve des discours sans fin pendant lesquels on réprime difficilement ses bâillements. — (Saladin, Jean-Christophe, Mieux parler en public, Vuibert, Paris, 2004)
    • De tout temps, il y a eu des discours. Ce ne sont que des mots, mais lorsqu'ils sont prononcés dans un contexte précis, ils ont le pouvoir d'informer, de sensibiliser, d'expliquer, de convaincre, de faire réfléchir et parfois de changer le cours de l'histoire. Au siècle dernier, l'Europe n'aurait peut-être pas subi un sort aussi effroyable si Hitler n'avait pas maîtrisé l'art du discours. De l'autre côté du spectre, certains discours de Martin Luther King, de Nelson Mandela et de Barack Obama ont contribué à changer les mentalités, à faire évoluer les esprits et à rendre le monde meilleur. — (Gilles Trudeau, Discours gagnants – Petit guide de rédaction, Linguatech éditeur, Montréal. 2018, p. 159)
  5. (Spécialement) (Désuet) Dans les lycées et les collèges, exercice destiné à former les élèves aux principes de la composition.
    • Prix de discours français, de discours latin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DISCOURIR. (Il se conjugue comme COURIR.) v. intr.
Parler sur une matière avec quelque étendue. Discourir d'une affaire, sur une affaire. Socrate passa le dernier jour de sa vie à discourir de l'immortalité de l'âme, sur l'immortalité de l'âme. Absolument, Ne faire que discourir, Ne dire que des choses frivoles et inutiles.

Littré (1872-1877)

DISCOURS (di-skour ; l's ne se lie pas : un diskour audacieux ; cependant quelques-uns la lient : un di-skour-z audacieux) s. m.
  • 1Propos de conversation, d'entretien. [Ils] Dressent cent fois le jour en discours une armée, Régnier, Sat. VI. Qu'a de fâcheux pour toi ce discours populaire ? Corneille, Cid, IV, 2. Les discours ordinaires des hommes sont tout pleins des éloges qu'ils se donnent les uns aux autres pour les qualités d'esprit, Nicole, Ess. de mor. 1er traité, ch. 6. Je sais bien les discours dont il le faut bercer, Molière, l'Étour. I, 6. Ton discours de son cœur est-il bien l'interprète ? Molière, Dép. I, 2. Tenez, tous vos discours ne me touchent point l'âme, Molière, Éc. des f. V, 4. Je veux que l'on soit homme, et qu'en toute rencontre Le fond de notre cœur dans nos discours se montre, Molière, Mis. I, 1. C'est à vous, s'il vous plaît, que ce discours s'adresse, Molière, ib. I, 2. Tous ces discours sont des sottises, Partant d'un homme sans éclat ; Ce seraient paroles exquises Si c'était un grand qui parlât, Molière, Amph. II, 1. Que ce discours grossier terriblement assomme ! Molière, Femm. sav. II, 7. Cessez de m'opposer vos discours imposteurs, Confesseurs insensés, ignorants séducteurs, Boileau, Epît. XI. Un discours trop sincère aisément nous outrage, Boileau, Sat. VII. Pensez-vous qu'ébloui de vos vaines paroles, J'ignore qu'en effet tous ces discours frivoles Ne sont qu'un badinage, un simple jeu d'esprit ? Boileau, Sat. X. À ces discours pressants que saurait-on répondre ? Boileau, Épît. XI. J'ai voulu devant elle en ouvrir le discours, Racine, Bérén. II, 2. Ses superbes discours tourneront à sa honte, Racine, Théb. I, 6. Madame, quel regard et quelle voix sévère Malgré votre discours m'assure du contraire ! Racine, Baj. IV, 6. Mais que sert d'affecter un superbe discours ? Racine, Iphig. I, 1. Oui, vos moindres discours ont des grâces secrètes, Racine, Esther, III, 4. Qui attaquent par des discours de blasphème les pratiques du culte, Massillon, Car. Culte.

    Fig. Que les pleurs d'une amante ont de puissants discours ! Corneille, Hor. II, 5.

    Faire des discours, parler de. Tous les discours que je fais, comme une innocente, de l'horreur qu'il faut avoir pour les femmes qui poussent cette tendresse un peu trop loin, et du mépris que cela leur attire, Sévigné, 236. Au discours qu'il m'a fait que saurai-je comprendre ? Molière, l'Étour. II, 14. Ces vains discours que vous faites contre la piété, Massillon, Car. Avenir. Pendant que Mentor faisait ce discours, Fénelon, Tél. V.

    Tenir un discours, tenir des discours, même sens. Est-ce à moi que l'on tient de semblables discours ? Tu gagnerais autant à parler à des sourds, La Fontaine, Fabl. XII, 5. Mais quels discours faut-il que je lui tienne ? - L'occasion, le ciel pourra vous les dicter, Racine, Baj. II, 5.

    De beaux discours, se dit de paroles, de raisonnements que l'on qualifie de beaux, pour n'en tenir que peu de compte. Je sais que vous parlez, monsieur, le mieux du monde ; En beaux raisonnements vous abondez toujours ; Mais vous perdez le temps et tous vos beaux discours, Molière, Mis. V, 1. À tous ces beaux discours j'étais comme une pierre, Boileau, Sat. III.

    C'est un autre discours, il ne s'agit pas de cela.

    Cela est bon pour le discours, ce sont de ces choses qu'on dit, mais qu'on n'exécute pas.

  • 2Il se dit quelquefois de toute espèce de composition considérée surtout par rapport à la diction. Ils attifent leurs mots, enjolivent leur phrase, Affectent leur discours tout si relevé d'art, Et peignent leurs défauts de couleur et de fard, Régnier, Sat. IX. De vouloir sottement que mon discours se dore Aux dépens d'un sujet que tout le monde adore, Régnier, ib. VI. Voulez-vous du public mériter les amours, Sans cesse en écrivant variez vos discours, Boileau, Art p. I. Vous savez que c'est le goût de notre siècle d'aimer le naturel dans le discours, Bayle, Lett. 93, 18 mai 1691, t. I, p. 319.

    Cribler le discours, le passer au crible, voir s'il est vrai. Mais pour nous, moins hardis à croire nos raisons, Qui réglons nos esprits par les comparaisons D'une chose avec l'autre… Qui criblons le discours…, Régnier, Sat. IX.

  • 3 Absolument. Le talent de discourir. Auguste eut le discours prompt et facile qui convient à un souverain, Diderot, Claude et Nér. I, 37.

    Il s'est dit anciennement pour conversation. Un de mes amis me mena un jour chez une demoiselle appelée Luce, me disant que c'était la femme du meilleur discours qui se pût voir, Francion, liv. VI, p. 225.

  • 4 Terme de grammaire. La suite des mots ou des phrases, en tant qu'ils expriment nos pensées.

    Les dix parties du discours, les différentes espèces de mots.

    Terme de rhétorique. Le discours familier, le parler familier. Le discours écrit, le parler tel qu'il est quand, écrivant, on soigne la diction.

  • 5Ce qui, dit en public, traite d'un sujet avec une certaine méthode, et une certaine longueur. Prononcer un discours. Un discours éloquent. Ce discours fit une vive impression sur l'assemblée. … Ce discours un peu fort Doit commencer à vous déplaire, La Fontaine, Fabl. XI, 7. Un discours qu'il fit aux ennemis de l'empire, Bossuet, Hist. I, 11. Aucun rhéteur encore, arrangeant le discours, N'avait d'un art menteur enseigné les détours, Boileau, Ep. IX. Ceux qui, interrogés sur le discours que je fis à l'Académie française, le jour que j'eus l'honneur d'y être reçu, ont dit sèchement que j'avais fait des caractères, croyant le blâmer, en ont donné l'idée la plus avantageuse que je pouvais moi-même désirer, La Bruyère, Disc. à l'Acad. franç. Préface. J'ai pris soin de m'écarter des lieux communs et des phrases proverbiales usées depuis si longtemps pour avoir servi à un nombre infini de pareils discours depuis la naissance de l'Académie française, La Bruyère, ib. Un discours ne prouve jamais rien par lui-même ; il tire tout son caractère, toute sa force de l'avant-propos, de l'avant-scène, de la nature du moment, de l'espèce des interlocuteurs, Mirabeau, Collection, t. IV, p. 198.

    Discours en vers, nom donné par Voltaire et depuis par tout le monde à une sorte de dissertation en vers sur un sujet ordinairement moral, comme l'égalité des conditions, le bonheur, etc.

    Se dit aussi d'ouvrages en prose. Discours sur les passions de l'amour, par Pascal. C'est à peu près ce que nous intitulons Essai aujourd'hui.

    Composition que l'on donne dans les colléges et qui consiste à développer en latin ou en français une esquisse dictée par le maître et relative au discours d'un personnage connu en une circonstance donnée. Au concours général, le prix d'honneur est attaché au discours latin.

  • 6Dans le style élevé, récit, histoire. J'en sais tout le discours, mais dis-moi…, Régnier, Dial. Si l'on nous fait un fidèle discours, Racine, Iph. IV, 1. On sème de sa mort d'incroyables discours, Racine, Phèd. II, 1.
  • 7Discours sur-le-champ, s'est dit pour improvisation.

SYNONYME

DISCOURS, HARANGUE, ORAISON. Discours est le terme le plus général ; il se dit de tout ce qui est prononcé avec une certaine méthode et une certaine longueur : discours dans les assemblées législatives ; discours académiques ; les discours de distribution des prix. La harangue est un discours qui a de la solennité, et qui s'adresse à un corps, à un roi, à un personnage constitué en dignité, à une armée ; on donne souvent le nom de harangues aux discours que les anciens historiens rapportent comme ayant été adressés par les généraux à leurs troupes. Oraison se dit ou plutôt s'est dit des discours des orateurs anciens : les oraisons de Démosthène, de Cicéron.

HISTORIQUE

XVIe s. Et lui conta tout le discours [plan] de l'entreprise bien au long, Marguerite de Navarre, Nouv. LIX. Il se presenta avecques un beau discours premedité sur…, Montaigne, I, 189. Lui qui estoit homme de bon discours [sensé], raisonnoit en soi mesme que…, Despériers, Contes, VI. Les Peloponesiens se fussent bien tost lassez de la guerre, ainsi que Pericles leur avoit predit, s'il n'y eust eu quelque divine puissance, qui eust secrettement empesché le discours de la raison humaine, Amyot, Péric. 65. Il feit depuis peindre tout le discours de ceste histoire au long en un tableau, Amyot, Marius, 71. Contrainte fut d'empescher le discours De leur propos…, les Marguerites de la marguerite, f° 382, dans LACURNE. Discours au vieux loup [discours inutile], Oudin

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DISCOURS. Ajoutez :
8Dans le langage parlementaire, discours-ministre, discours où un homme d'État, en passe de devenir ministre, expose ses vues politiques. L'honorable M. Bethmont, s'élevant plus haut que moi, vient de faire un discours qu'on aurait appelé, dans un autre temps, un discours-ministre, Journ. offic. 31 mai 1874, p. 3531, 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DISCOURS, (Belles-Lett.) en général se prend pour tout ce qui part de la faculté de la parole, & est dérivé du verbe dicere, dire, parler ; il est genre par rapport à discours oratoire, harangue, oraison.

Discours, dans un sens plus strict, signifie un assemblage de phrases & de raisonnemens réunis & disposés suivant les regles de l’art, préparé pour des occasions publiques & brillantes : c’est ce qu’on nomme discours oratoire ; dénomination générique qui convient encore à plusieurs especes, comme au plaidoyer, au panégyrique, à l’oraison funebre, à la harangue, au discours académique, & à ce qu’on nomme proprement oraison, oratio, telles qu’on en prononce dans les colleges. (G)

Le plaidoyer est ou doit être l’application du droit au fait, & la preuve de l’un par l’autre : le sermon, une exhortation à quelque vertu, ou le développement de quelque vérité chrétienne ; le discours académique, la discussion d’un trait de morale ou de littérature ; la harangue, un hommage rendu au mérite en dignité ; le panégyrique, le tableau de la vie d’un homme recommandable par ses actions & par ses mœurs. Chez les Egyptiens les oraisons funebres faisoient trembler les vivans, par la justice sévere qu’elles rendoient aux morts : à la vérité les prêtres égyptiens loüoient en présence des dieux un roi vivant, des vertus qu’il n’avoit pas ; mais il étoit jugé après sa mort en présence des hommes, sur les vices qu’il avoit eus. Il seroit à souhaiter que ce dernier usage se fût répandu & perpétué chez toutes les nations de la terre : le même orateur loüeroit un roi d’avoir eu les vertus guerrieres, & lui reprocheroit de les avoir fait servir au malheur de l’humanité ; il loüeroit un ministre d’avoir été un grand politique, & lui reprocheroit d’avoir été un mauvais citoyen, &c. Voyez Éloge. M. Marmontel.

Les parties du discours, selon les anciens, étoient l’exorde, la proposition ou la narration, la confirmation ou preuve, & la peroraison. Nos plaidoyers ont encore retenu cette forme ; un court exorde y précede le récit des faits ou l’énoncé de la question de droit ; suivent les preuves ou moyens, & enfin les conclusions.

La méthode des scholastiques a introduit dans l’éloquence une autre sorte de division qui consiste à distribuer un sujet en deux ou trois propositions générales, qu’on prouve séparément en subdivisant les moyens ou preuves qu’on apporte pour l’éclaircissement de chacune de ces propositions : de-là on dit qu’un discours est composé de deux ou trois points. (G)

La premiere de ces deux méthodes est la plus générale, attendu qu’il y a peu de sujets où l’on n’ait besoin d’exposer, de prouver & de conclure ; la seconde est reservée aux sujets compliqués : elle est inutile dans les sujets simples, & dont toute l’étendue peut être embrassée d’un coup d’œil. Une division superflue est une affectation puérile. Voyez Division. M. Marmontel.

Le discours, dit M. l’abbé Girard dans ses synonymes françois, s’adresse directement à l’esprit ; il se propose d’expliquer & d’instruire : ainsi un académicien prononce un discours, pour développer ou pour soûtenir un système ; sa beauté est d’être clair, juste & élégant. Voyez Diction, & c.

Accordons à cet auteur que ses notions sont exactes, mais en les restreignant aux discours académiques, qui ayant pour but l’instruction, sont plûtôt des écrits polémiques & des dissertations, que des discours oratoires. Il ne fait dans sa définition nulle mention du cœur, ni des passions & des mouvemens que l’orateur doit y exciter. Un plaidoyer, un sermon, une oraison funebre, sont des discours, & ils doivent être touchans, selon l’idée qu’on a toûjours eue de la véritable éloquence. On peut même dire que les discours de pur ornement, tels que ceux qui se prononcent à la reception des académiciens, ou les éloges académiques, n’excluent pas toute passion ; qu’ils se proposent d’en exciter de douces, telles que l’estime & l’admiration pour les sujets que les académies admettent parmi leurs membres ; le regret pour ceux qu’elles ont perdus ; l’admiration & la reconnoissance de leurs travaux & de leurs vertus. Voyez Éloquence, Oraison, Rhétorique. (G)

Discours, (Belles-Lettres.) c’est le titre qu’Horace donnoit à ses satyres.

Les critiques sont partagés sur la raison qu’a eu le poëte d’employer ce nom qui semble plus convenir à la prose qu’à la poésie. L’opinion du pere le Bossu paroît la mieux fondée. Il pense que la simple observation des piés & de la mesure du vers, en un mot, tout ce qui concerne purement les regles de la prosodie, telle qu’on la trouve dans Térence, Plaute, & dans les satyres d’Horace, ne suffit pas pour constituer ce qu’on appelle poésie, pour déterminer un ouvrage à être vraiment poétique, & comme tel distingué de la prose, à moins qu’il n’ait quelque ton ou caractere plus particulier de poésie qui tienne un peu de la fable ou du sublime.

C’est pourquoi Horace appelle ses satyres sermones, comme nous dirions discours en vers, & moins éloignés de la prose, quasi sermoni propiora, que les poëmes proprement dits. En effet, qu’on compare ce poëte avec lui-même, quelle différence quand il prend l’essor & s’abandonne à l’enthousiasme dans ses odes ! aussi les appelle-t-on poëmes, carmina. La même raison a déterminé bien des personnes à ne mettre Regnier, & Despreaux pour ses satyres, qu’au nombre des versificateurs ; parce que, disent-ils, on ne trouve dans ces pieces nulle étincelle de ce beau feu, de ce génie qui caractérise les véritables poëtes. Voyez Poeme & Versification. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « discours »

(1694-1932) Du latin discursus dérivé de cursus avec le préfixe dis-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. discor ; ital. discorso ; du latin discursus, proprement excursion ; de discurrere, de dis… préfixe, et currere, courir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « discours »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
discours diskur

Évolution historique de l’usage du mot « discours »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « discours »

  • La fin du discours importe plus que le commencement. De Francis Bacon
  • Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours. De Napoléon Bonaparte
  • Les discours les moins longs sont les plus courts. De Pierre Dac
  • Les discours doivent correspondre aux saisons. De Pierre Mauroy / Discours - 17 Avril 1982
  • Tout acte manqué est un discours réussi. De Jacques Lacan / Ecrits
  • Il est évident que le discours long et le discours bref aboutissent au même. De Epicure
  • La parenthèse est l'île du discours. De Victor Hugo
  • Le discours est le visage de l’âme. De Sénèque
  • Abrège ton discours, beaucoup de choses en peu de mots. De Ben Sira
  • Il n'est pas pour la civilisation de danger plus redoutable que le fossé que l'on voit parfois s'élargir entre le discours et la coutume. Roger Caillois, Circonstancielles, Gallimard
  • C'est à vous, s'il vous plaît, que ce discours s'adresse. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Le Misanthrope, I, 2, Oronte
  • Nu comme un plat d'argent, - nu comme un mur d'église, Nu comme le discours d'un académicien. Alfred de Musset, Premières Poésies, Namouna
  • C'est la plus radicale manière d'anéantir tout discours que d'isoler chaque chose de tout le reste ; car c'est par la mutuelle combinaison des formes que le discours nous est né. Platon, Le Sophiste, 259e (traduction A. Diès)
  • Les proverbes illuminent le discours. De Proverbe arabe
  • Il n'est pas de savoir sans discours. De Jacques Lacan / Préface à la thèse d’A. Lemaire
  • La poésie n'est autre chose que la santé du discours. De Henry David Thoreau / Journal
  • Le malheur de l'humain est sa langue. De ton discours bannis la longueur. De Nasser-e Khosrow
  • Le peuple : on lui fait des discours, on ne cause pas avec lui. De Jules Renard
  • Toujours selon Richard Ferrand, le discours de politique générale de Jean Castex devrait avoir lieu "après le 14 juillet parce que le président de la République avait indiqué vouloir revenir devant les Français. Le jour de la fête nationale sera peut-être l'occasion de le faire ou un peu avant". Jean Castex devrait donc parler après Emmanuel Macron. "C'est mon intuition", a ajouté Richard Ferrand. Franceinfo, VIDEO. Remaniement : le discours de politique générale de Jean Castex aura lieu "après le 14 juillet", selon Richard Ferrand
  • Ce dimanche 5 juillet, Edouard Philippe a prononcé son tout premier discours en tant que maire du Havre. L’ancien Premier ministre a notamment fait part de ses ambitions, et a immédiatement précisé ses propos. Voici.fr, Edouard Philippe « ambitieux » ? Il réagit en plein discours au Havre - Voici
  • Mais le discours de Daniel Benquet, samedi 4 juillet 2020, alors qu’il ouvrait la séance d’installation du nouveau maire, Joël Hocquelet, et de son conseil municipal en a étonné plus d’un.  , Marmande. Joël Hocquelet devient maire : l'étonnant discours de Daniel Benquet | Le Républicain Lot-et-Garonne
  • Malgré tout cela, c'est sur un ton résolument optimiste qu'Emmanuel Macron a parlé pendant vingt minutes devant 23,6 millions de téléspectateurs, annonçant d'emblée que la France a tourné officiellement la page du "premier acte de la crise" du coronavirus, s'appliquant à défendre sa gestion de cette crise en faisant fi des nombreuses critiques qui ont émergé . "Nous pouvons être fiers de ce qui a été fait et de notre pays", a-t-il lancé, tout en promettant de corriger "vite et fort" les "faiblesses" que l'épidémie a mises à nu. "Nous n'avons pas à rougir" du bilan de ces trois mois, a insisté le président : "Des dizaines de milliers de vies ont été sauvées par nos choix, par nos actions. Dans son discours d'une vingtaine de minutes, Emmanuel Macron s'est aussi félicité de la réponse économique à la crise, vantant les "500 milliards" mobilisés : "Dans combien de pays tout cela a-t-il était fait ? C'est une chance et cela montre la force de notre Etat et de notre modèle social." , Discours d'Emmanuel Macron : la vidéo et les 10 annonces clés à retenir de l'allocution
  • Voici le premier discours d'Edouard Philippe redevenu maire du Havre. La mission de maire," le plus beau mandat que la  République puisse offrir." LCI, Municipales : Edouard Philippe réélu maire du Havre, "le plus beau des mandats" | LCI
  • Emmanuel Macron : ce discours qui a divisé ses conseillers Gala.fr, Emmanuel Macron : ce discours qui a divisé ses conseillers - Gala

Traductions du mot « discours »

Langue Traduction
Anglais speech
Espagnol habla
Italien discorso
Allemand rede
Chinois 言语
Arabe خطاب
Portugais discurso
Russe речь
Japonais スピーチ
Basque hizkera
Corse discorsu
Source : Google Translate API

Synonymes de « discours »

Source : synonymes de discours sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « discours »

Discours

Retour au sommaire ➦

Partager