La langue française

Destinée

Sommaire

Définitions du mot destinée

Trésor de la Langue Française informatisé

DESTINÉE, subst. fém.

A.− Puissance (souvent personnifiée) qui selon certaines croyances, réglerait le déroulement inéluctable des événements et les lois régissant l'univers. Destinée cruelle, irrévocable. Synon. destin, fatalité.N'es-tu donc qu'un instrument aveugle de la destinée et ne comprends-tu ni les causes ni les fins de ton œuvre? (Sand, Lélia,1839, p. 430).Il n'était pas le premier des humains que la destinée eût voué au culte de l'impossible (Gobineau, Pléiades,1874, p. 258).
Expr. C'est la destinée. Incorrigible, toi. Mais c'est la destinée. Voilà pourquoi son cœur triste t'a pardonnée (Verlaine, Œuvres compl.,t. 3, Élégies, 1893, p. 54).
Rem. S'emploie fréquemment au plur. et avec une majuscule, dans ce sens, en prenant une valeur allégorique. C'est (...) dans la figuration des lignes du cerveau, que la main toute puissante de la Destinée a écrit les présages (Dumas père, Reine Margot, 1847, III, 1, p. 105). Déesses vénérées (...) terribles ou douces, elles étaient encore les Fatales, elles étaient toujours les destinées (France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 13) :
1. Depuis le premier jour de la création, Les pieds lourds et puissants de chaque destinée (...) Ces froides déités liaient le joug de plomb Sur le crâne et les yeux des hommes leurs esclaves... Vigny, Les Destinées,1863, p. 12.
B.− Sort spécial réservé à quelqu'un ou quelque chose et prédéterminé par sa nature propre ou les événements extérieurs, généralement en dehors de toute volonté humaine. Synon. avenir, destination, fortune, mission, sort, vocation.
1. [À propos d'un être humain] L'interminable histoire d'une destinée de femme et de toutes les autres destinées qu'elle entraîne dans son orbite (Du Bos, Journal,1927, p. 284):
2. Nous ne disposons ni de notre naissance, ni de notre mort, et plus des trois quarts de notre destinée sont décidés par ces deux événements. Nul ne peut changer les données primitives de sa naissance, de son pays, de son siècle, etc. Nul ne peut acquérir la figure ou le génie qu'il n'a pas reçus de la nature; et de combien d'autres circonstances impérieuses encore la vie n'est-elle pas composée? Staël, De l'Allemagne,t. 5, 1810, p. 99.
3. ... dans la destinée de chaque homme, le bien et le mal se compensent : (...) « le ciel en nous formant mélangea notre vie de désirs, de dégoûts, de raison, de folie, de moments de plaisir, et de jours de tourments. De notre être imparfait voilà les éléments. (...) » P. Leroux, De l'Humanité,t. 1, 1840, p. 28.
Expr. Astre, étoile de la destinée. Astre, étoile qui est censé(e) influencer la destinée de tel individu. C'était apparemment les jours nécessaires pour changer le sort d'un homme pareil. Pendant ce temps-là l'astre de sa destinée s'inclinait (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 445).
[P. allus. myth.]
a) [Aux Parques qui filaient les destinées] Longue quenouille chargée de laine, telle que les poètes en imaginaient entre les mains de la Parque qui filait nos destinées (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 101).
b) [Au livre sur lequel est inscrite la destinée de chaque être humain] Ta destinée au ciel même est écrite (Leconte de L'Isle, Poèmes barb.,1878, p. 140).Si les pages de ma destinée se fussent trouvées entre mes mains pour être déroulées ou fermées à jamais, avec quelle indifférence j'eusse abandonné la vaine succession de ces heures si longues et si fugitives, que tant d'amertumes flétrissent (Senancour, Obermann,t. 1, 1840, p. 4).
En partic. Aboutissement, issue fatale. Quant à Pichegru, il fut victime de la plus infâme trahison (...). Sentant approcher sa destinée (...) la nuit venue, l'infidèle ami conduisit les agents de police à la porte de Pichegru (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 661).
Rem. L'emploi de destin dans ce sens est plus fréq., destinée exprimant davantage une idée de durée, de prolongation dans le temps.
2. [À propos d'une collectivité humaine] Un homme qui règle la destinée publique, qui médite et fait de grandes choses, peut ne tenir à aucun individu en particulier; les peuples sont ses amis (Senancour, Obermann,t. 1, 1840p. 185):
4. Le retard d'un courrier a rendu l'Angleterre protestante, et changé la face politique de l'Europe. Les destinées du monde ne tiennent pas à des causes plus puissantes... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 498.
3. [À propos d'une œuvre humaine] Cette lettre qui a eu une destinée si illustre (Tocqueville, Corresp.[avec H. Reeve], 1856, p. 206).[L'école hollandaise] À prendre l'histoire à ce moment [au début du dix-septième siècle], on sait à quoi s'en tenir sur les visées, le caractère et la destinée future de l'école (Fromentin, Maîtres autrefois,1876, p. 161).
SYNT. a) Destinée + adj. : destinée accomplie, commune, éternelle, fatale, humaine, individuelle, lamentable, particulière, personnelle, singulière, spirituelle. b) Adj. + destinée : étrange, propre, triste destinée. c) Destinée(s) + de + subst. : destinée d(e) (l') homme, l'humanité, la patrie, du pays, du/des peuple(s). d) Subst. + de (la) destinée : accomplissement, bizarrerie(s), chances, hasards, problème, secret de la destinée. e) Verbe + la/les/sa destinée : accepter, accomplir, fixer, fuir, remplir la/sa destinée. f) Verbe + prép. + destinée : présider aux destinée(s), lutter contre sa destinée.
C.− Par affaiblissement. Existence d'un être humain, pouvant être modifiée par sa propre volonté. Influence sur sa destinée; conduire, lier les destinées; décider de, manquer sa destinée. Je devais séparer ma destinée de la sienne (Sand, Hist. vie,t. 4, 1855, p. 379):
5. ... j'osai faire à Jenny le libre aveu de mes sentiments, et lui proposer d'unir nos destinées dès que nous serions rendus à une situation plus fixe et moins précaire (...). Elle me dit avec simplicité : « Je serai votre femme, Monsieur Henri ». Toepffer, Nouvelles genevoises,1839, p. 436.
En partic. Situation à venir, considérée principalement du point de vue de la réussite. Belle, brillante, magnifique, grande destinée; destinée manquée. Il le regardoit même avec un mélange de respect et d'admiration, comme un confesseur appelé par le ciel aux plus hautes destinées (Chateaubr., Martyrs,t. 2, 1810, p. 138).Je m'imagine que je joue un peu ma destinée (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p. 155).
Rem. 1. Destin impliquerait essentiellement une idée de cause, dont les effets constitueraient la destinée. L'usage a quasiment confondu les 2 mots et en a fait plus ou moins des synon. 2. De façon inattendue, on remarque une certaine fréq. du plur. dans les catégories B et C. Le plur. insiste sans doute sur les particularités du sort de chaque individu.
Prononc. et Orth. : [dεstine]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1130 « sort » (Le Couronnement de Louis, éd. E. Langlois, 1087); 2. 1640 « vie, existence » (Corneille, Horace, V, 1). Part. passé fém. subst. de destiner*. Fréq. abs. littér. : 4 401. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 9 822, b) 5 429; xxes. : a) 4 749, b) 4 569. Bbg. Perkins (M.L.). Destiny, sentiment and time in the Confessions of J.-J. Rousseau. Studies on Voltaire. 1969, t. 67.

Wiktionnaire

Nom commun

destinée \dɛs.ti.ne\ féminin

  1. Destin particulier d’une personne ou d’une chose.
    • Il fera certainement de bons ouvrages, moyennant quoi il mourra de faim, sera honni et persécuté ; mais il faut que chacun remplisse sa destinée. — (Voltaire, Lettre à Monsieur de Cideville, Ferney, 31 auguste 1765, dans Œuvres complètes de Voltaire : Correspondance, vol. 10, Lefebvre & Cie, Paris, 1830, p. 29)
    • Ah ! s’écria le général, pourquoi faut-il que je te retrouve ainsi, mon Hélène, toi que j’ai tant pleurée ! Je devrai donc gémir encore sur ta destinée. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Mais les hommes n’échappent pas à leur destinée, et la mienne consiste à gagner deux mille francs. Je ne suis point né pour acquérir de la fortune, et je m’en consolais, jadis, en me disant que chacun, sur la terre, est payé selon ses mérites. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
  2. (Par extension) Puissance suprême qui règle le cours des choses.
    • Se soumettre à la destinée.
  3. (Poésie) Vie, existence.
    • Finir sa destinée.
    • Trancher la destinée de quelqu’un.

Forme de verbe

destinée \dɛs.ti.ne\

  1. Participe passé féminin singulier de destiner.
    • En 1957, en avant-propos à la dernière édition de leur grammaire grecque (destinée à l’enseignement du grec classique), MM. Allard et Feuillâtre notaient tout l’intérêt qu’il y a à présenter une grammaire adaptée à l’esprit de la linguistique moderne, rédigée dans un langage simple, avec ordre et clarté, presque comme si le grec ancien était encore une langue vivante. — (Maurice Carrez, Grammaire grecque du Nouveau Testament, 2009)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DESTINÉE. n. f.
Destin particulier d'une personne ou d'une chose. Il eut une singulière destinée. Heureuse, malheureuse destinée. Remplir ses destinées. Accomplir ses destinées. Il faut suivre sa destinée. S'abandonner à sa destinée. On ne peut fuir, on ne peut vaincre sa destinée. On ne peut se dérober à sa destinée. Il se dit, par extension, de la Puissance suprême qui règle le cours des choses. Se soumettre à la destinée. Il s'emploie, surtout en poésie, pour Vie, existence. Finir sa destinée. Trancher la destinée de quelqu'un.

Littré (1872-1877)

DESTINÉE (dè-sti-née) s. f.
  • 1L'effet du destin. Le cours des destinées. C'est sa destinée d'être parfaitement aimé, Sévigné, 496. On rencontre sa destinée Souvent par des chemins qu'on prend pour l'éviter, La Fontaine, Fabl. VIII, 16. Les Juifs attachaient au temple leur destinée, Bossuet, Hist. II, 8. Sous un nom emprunté sa noire destinée Et ses propres fureurs ici l'ont amenée, Racine, Iphig. V, 6. Celui par qui le ciel règle ma destinée Sur ce secret encor tient ma langue enchaînée, Racine, Esth. I, 1. Chacun doit suivre courageusement sa destinée, Fénelon, Tél. XII. Et puis qu'on dise qu'il n'y a pas de destinée ; c'est vous, madame, qui m'avez valu cette destinée-là ; c'est à vous que je dois votre grand-maman [la duchesse de Choiseul qui rendit des services à Voltaire], Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 1er juin 1770. L'essentiel, pour être le moins mal possible, est de se soumettre à sa destinée, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 15 déc. 1780.

    Au plur. Remplir, accomplir ses destinées. N'en craignez point, seigneur, les tristes destinées, Corneille, Cinna, II, 1.

    Par extension. La destinée des passions, ce que les passions font de nous. Cette tendresse née avec nous, cette destinée des penchants, Massillon, Car. Enf. prof.

    Le destin. Mais enfin le succès dépend des destinées, Racine, Baj. I, 1. Votre plus jeune fils, à qui les destinées Avaaient à peine encore accordé quatre années, Voltaire, Zaïre, II, 3. Mon cœur est à vous, mais la destinée n'est à personne ; elle se moque de nous tous, Voltaire, Lett. Richelieu, 8 nov. 1769. La mort de cet homme, tué précisément au lieu de lui et parce qu'il l'avait voulu sauver… lui fit croire que sa destinée, qui le conservait si singulièrement, le réservait à l'exécution des plus grandes choses, Voltaire, Charles XII, 2. Ne touchons pas à la destinée : elle fait tant de peur, quand on veut s'en mêler, quand on tâche d'obtenir plus qu'elle ne donne ! Staël, Corinne, VIII, 4. Que peut-elle cette destinée sur les êtres vulgaires et paisibles ? ils suivent les saisons, ils parcourent docilement le cours habituel de la vie, Staël, ib. XIII, 4.

  • 2Condition, sort. Jamais tu n'as vu journée De si douce destinée, Malherbe, II, 5. Il devait subir la destinée de tous les autres, Bossuet, Hist. III, 1. La destinée ordinaire de ceux qui refusent de prêter l'oreille à la vérité est d'être entraînés à leur perte par des prophètes menteurs, Bossuet, ib. II, 8. Celui qui a la conscience d'avoir bien mérité de son pays… ne doit attendre sa moisson, sa destinée, la seule qui l'intéresse, la destinée de son nom, que du temps, juge incorruptible qui fait justice à tous, Mirabeau, Collection, t. III, p. 357.
  • 3Vie, existence. Vous pouvez d'un seul mot trancher ma destinée, Corneille, Hor. V, 1. Sache donc que je touche à l'heureuse journée Qui doit avec Clarice unir ma destinée, Corneille, Ment. IV, 2. Et mes sanglantes mains sur moi-même tournées Aussitôt malgré lui joindront nos destinées, Racine, Andr. IV, 3. On dit qu'Iphigénie, en ces lieux amenée, Doit bientôt à son sort unir ma destinée, Racine, Iphig. I, 2. Cette charmante mère, avant sa destinée [mort], Molière, Mélic. II, 2. Chercher une nouvelle destinée dans l'île de Chypre, Fénelon, Tél. IV.

    PROVERBE

    On ne peut fuir sa destinée.

HISTORIQUE

XIIe s. Ah ! Dex de gloire, com male destinée ! Ronc. p. 33. Frere Olivier, com dure destinée ! ib. p. 175. Oïl, par Dieu, tels est ma destinée, Couci, VI. Entre lui e le rei resurst mult grant meslée Des fous clers ki esteient par male destinée Larrun e murdrisur e felun à celée, Th. le mart. 26. À icest mot l'a Bernier acolée, Et ele lui, grant joie ont demenée, L'un baise l'autre par bone destinée, Raoul de C. 225.

XIIIe s. Bien diriez que [je] n'ai coulpe en ceste destinée, Berte, XVI. Saluez moi roi Flore par bonne destinée, ib. LXVIII. Ah ! Dieu, loés soiez de ceste destinée, ib. CXXVI. Ce fut par pute destinée Que Renart s'est dedenz couchiez ; Ysengrin est par tens iriez, Ren. 6866.

XIVe s. Quant le dieu de fortune ou destinée donne du bien assez, quel mestier est il de amis ? nul, Oresme, Eth. 282. Livres sibilins en quelx estoient contenues les destinées futures de l'empire de Rome, Bercheure, f° 2, verso.

XVIe s. Ce sont, pour vrai, choses determinées Par l'immuable arrest des destinées, Marot, I, 229. Incessamment ma destinée tourne Comme une roue, et jamais ne sejourne…, Amyot, Démétr. 64.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DESTINÉE, s. f. (Métaph.) en général, signifie un évenement infaillible qui dépend d’une cause supérieure. Les Latins se servoient du mot fatum.

Fatum est un terme fort en usage parmi les anciens philosophes. Il vient de fando, parler, & signifie proprement la même chose que effatum, c’est-à-dire mot, decret prononcé par Dieu, ou une déclaration fixe par laquelle la Divinité a reglé l’ordre des choses, & désigné ce qui doit arriver à chaque personne

Les Grecs l’appellent εἱμαρμένη, nexus, chaîne, ou une suite nécessaire de choses liées ensemble d’une maniere indissoluble, & les modernes l’appellent providence. Voyez Providence.

Mais outre qu’on se sert du mot fatum pour signifier la connexion des choses, soit dans la nature, soit même dans la détermination divine ; on lui donne encore un sens plus étendu : car on l’employe pour exprimer je ne sai quelle nécessité ou destination éternelle des choses, qui conduit & dirige vers leurs fins tous les agens, soit nécessaires, soit volontaires. Voyez Nécessité.

Quelques auteurs ont divisé la destinée en astrologique & stoïcienne.

Destinée astrologique, signifie une nécessité de choses & d’évenemens qui dépend de l’influence & de la position des corps célestes qui dirigent les élémens, les corps mixtes, & la volonté des hommes.

C’est dans ce sens que Manilius l’employoit souvent : Certum est & inevitabile fatum ; materiæque datum est cogi, sed cogere stellis. Voyez Astrologie.

Destinée stoïcienne ou fatalité, suivant la définition qu’en donne Cicéron, est un ordre ou une suite de causes, dans laquelle une cause est enchaînée avec une autre ; & c’est ainsi, dit cet auteur, que toutes choses sont produites par une premiere cause.

Chrysippe dit que c’est une succession naturelle & invariable de toutes choses ab æterno, dont l’une renferme l’autre.

Les dieux mêmes étoient soûmis à cette destinée ; en effet un ancien dit : « L’auteur de toutes choses a fait des lois des le commencement, auxquelles il a soûmis toutes choses & lui-même. » Séneque dit aussi : eadem necessitas & deos alligat, irrevocabilis divina pariter & humana cursus vehit : ille ipse omnium conditor & rector seripsit quidem fata, sed sequitur ; semel scripsit, semper paret.

Les Poetes appellent cette suite éternelle de causes μοῖραι, & parcæ ou destins. Voyez Stoïcisme & Destin.

Quelques auteurs modernes divisent la destinée, fatum, en physique & divine.

Destinée physique, est l’ordre ou la suite des causes naturelles qui sont appliquées à leurs effets.

Le principe ou fondement de cette destinée est la nature, ou le pouvoir & la maniere d’agir que Dieu a donné dès le commencement aux différens corps, élémens, mixtes, &c. C’est par cette destinée que le feu échauffe, que les corps communiquent leurs mouvemens à chaque autre, que le soleil & la lune occasionnent les marées, &c. & les effets de cette destinée sont tous les évenemens & les phénomenes qu’on remarque dans tout l’univers, excepté ceux qui dépendent de la volonté de l’homme. Voyez Nature.

Destinée divine, est ce que nous appellons ordinairement la providence. Voyez Providence.

Platon, dans son Phædon, les renferme l’une & l’autre dans une même définition, & les regarde comme la même chose considérée activement & passivement. Voici sa définition : Fatum est ratio quædam divina, lexque naturæ comes quæ transiri nequeat, quippe à causa pendens quæ superior sit quibusvis impedimentis. Cependant celle de Boëce paroît plus claire & plus juste : Fatum, dit-il, est inhærens rebus mobilibus dispositio, per quam providentia suis quæque nectit ordinibus. Chambers.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « destinée »

(Vers 1131) De destiner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Destiné ; provenç. destinada ; ital. destinata.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « destinée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
destinée dɛstɛ̃e

Évolution historique de l’usage du mot « destinée »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « destinée »

  • J'approche tout doucement du moment où les philosophes et les imbéciles ont la même destinée. De Voltaire
  • De la notion que l'on a de Dieu dépend de la manière de concevoir la destinée de l'homme. De Edmé Caro
  • Si tu as de la chance, traverse. Si tu as de la destinée, avance. De Proverbe grec moderne
  • Les destinées humaines sont entre elles soudées d'un ciment de sagesse. De Milan Kundera / La plaisanterie
  • On ne peut pas plus regarder face à face la destinée que le soleil et pourtant elle est grise. Henri Barbusse, L'Enfer, Librairie Mondiale
  • Tout le monde n'est pas fait pour être heureux. Paul Claudel, L'Otage, I, 1, Coûfontaine , Gallimard
  • Le génie est dans cette alchimie supérieure qui change les vices de nature en éléments d'une destinée. Pierre Emmanuel pseudonyme littéraire devenu le patronyme légal de Noël Mathieu, Baudelaire, Desclée de Brouwer
  • On rencontre sa destinée Souvent par des chemins qu'on prend pour l'éviter. Jean de La Fontaine, Fables, l'Horoscope
  • Nos destinées et nos volontés jouent presque toujours à contretemps. André Maurois, Climats, Grasset
  • L'homme s'oppose en vain contre la destinée. Mathurin Régnier, Élégie, V
  • Si la destinée ne nous aide pas, nous l'aiderons nous-mêmes à se réaliser. Khosrô Ier, AnôchirvânChosroês, Anouchirvan, Mémoires
  • Celui qui parvient à la Grande Destinée s'adapte, mais celui qui ne saisit que sa petite destinée la subit. De Philippe Sollers / Passion fixe
  • Le tragique de la destinée humaine ne vient-il pas de ce que l'homme comprend qu'il en connaît assez pour savoir qu'il ne connaît rien de sa destinée, et qu'il n'en connaîtra jamais suffisamment pour savoir s'il y aura autre chose à connaître. De Henri Laborit / Eloge de la fuite
  • On ne peut vaincre sa destinée. De Jean Racine / Phèdre
  • Sans destination, il n'est pas de destinée. De Abbé de Rancé
  • C'est son caractère qui fait à chacun sa destinée. De Cornélius Nepos
  • Jamais la souris ne confie sa destinée à un seul trou. De Plaute
  • Nous méritons toutes nos rencontres. Elles sont accordées à notre destinée. De François Mauriac
  • La destinée de la femme et sa seule gloire sont de faire battre le coeur des hommes. De Honoré de Balzac
  • Les destinées vulgaires n'ont pas d'horoscopes. De Victor Hugo / Amy Robsart
  • Dans la balance de la destinée, le muscle ne pèse jamais autant que le cerveau. De James Russell Lowell
  • S’occuper quotidiennement d’un enfant ou d’un adulte en situation de handicap, ou d’une personne âgée dépendante, reste souvent une situation lourde à gérer. C’est encore plus le cas dans le contexte sanitaire actuel. En effet, en raison de l’épidémie de Covid-19, les aidants n’ont pas pu bénéficier d’un soutien aussi fort que d’habitude de la part des professionnels. C’est pourquoi l’association Handissimo a décidé de lancer une enquête destinée aux aidants. Objectif : trouver des solutions et outils pour leur venir en aide.  Handicap : Suivez l'actualité en temps réel, Enquête destinée aux aidants : Faciliter l'entraide entre aidants et proches
  • Le texte évoque notamment la loi destinée à créer une cinquième branche de la Sécurité sociale destinée à couvrir les risques liés à la dépendance des personnes âgées : "Son projet nous inquiète déjà", affirment les signataires. Franceinfo, Remaniement : des syndicats de retraités demandent la nomination d'un ministre chargé des personnes âgées

Images d'illustration du mot « destinée »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « destinée »

Langue Traduction
Anglais destiny
Espagnol destino
Italien destino
Allemand schicksal
Chinois 命运
Arabe مصير
Portugais destino
Russe судьба
Japonais 運命
Basque patu
Corse destinatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « destinée »

Source : synonymes de destinée sur lebonsynonyme.fr
Partager