La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « dérobé »

Dérobé

Définitions de « dérobé »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉROBÉ, ÉE, part. passé, adj. et loc. adv.

I.− Part. passé de dérober*.
II.− Adjectif
A.−
1. Soustrait à. Argent, objet, livre, secret dérobé. Savourer la liberté menacée à toute heure dont ils jouissaient comme d'un bien dérobé (Lamart., Confid.,1849, p. 369).
Faire qqc. à ses heures dérobées (Ac.). Prendre sur ses occupations ordinaires le temps de faire quelque chose.
2. En partic. Soustrait à l'observation, aux regards de :
1. ... la beauté de ce visage à demi dérobé me frappait moins que le sentiment de dépossession exaltée que je sentais grandir en moi de seconde en seconde. Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 55.
Corridor, escalier, porte dérobé(e). Corridor, escalier, porte par lesquels on peut passer sans être vu. Elle n'avait pu sauver sa propre vie qu'en fuyant dans l'appartement du roi par une issue dérobée (Staël, Consid. Révol. fr.,1817, t. 1, p. 271):
2. La cité est trouée, comme un terrier. Elle possède ses entrées dérobées, ses issues secrètes; ses maisons communiquent entre elles par des passages invisibles. Morand, Londres,1933, p. 253.
B.− Au fig. Caché (cf. secret). Causerie secrète, intime, dérobée, qui s'arrête au moindre bruit, au moindre regard (E. de Guérin, Journal,1837, p. 119).Il subsiste en nous une part muette, dérobée, insaisissable (G. Bataille, Exp. int.,1943, p. 32):
3. ... un sourire dérobé et noir que cette Joconde s'adressait à elle-même au plus profond de sa pensée, parut comme la sombre aurore de quelque machination d'enfer, qu'elle venait de concevoir. Bourges, Le Crépuscule des dieux,1884, p. 129.
III.− Loc. adv. À la dérobée. En cherchant à ne pas se faire remarquer, à échapper aux regards (cf. en cachette, subrepticement). Jeter, lancer un coup d'œil, un regard à la dérobée; regarder, examiner, observer, surveiller, guetter à la dérobée. Pas un regard tendre? Pas un baiser pris à la dérobée? (Musset, Lorenzaccio,1834, II, 3, p. 139):
4. Un soir, à table, je m'avisai de mettre à la dérobée une pincée de poivre sur la part de tarte à la crème réservée à la vieille Mélanie qui raffolait de sucreries. A. France, Le Petit Pierre,1918, p. 125.
Rem. On rencontre ds la docum., le subst. fém. dérobée au sens de « inconnu ». Dieu sans doute, dans l'immense dérobée de domaines vagues, peut longuement reporter plus loin l'apaisement nouveau d'une inquiétude recommencée (G. Bataille, op. cit., p. 190).
Fréq. abs. littér. : 884. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 499, b) 1 024; xxes. : a) 961, b) 1 352. Bbg. Rog. 1965, p. 130.

Wiktionnaire

Adjectif - français

dérobé \de.ʁɔ.be\ masculin

  1. Qui est soustrait
  2. (En particulier) Se dit du temps que l’on prend sur ses occupations ordinaires pour faire une chose.
    • Je ferai ce mémoire à mes heures dérobées.
  3. (Architecture) Se dit d'une ouverture, d’un passage, qui sert à dégager un appartement et par lequel on peut entrer et sortir sans être vu.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉROBER. v. tr.
Enlever, voler en cachette. Dérober une bourse, un bijou, une montre, un manteau. Argent dérobé. Il peut avoir pour complément le nom de la personne à qui l'on dérobe quelque chose. Ce domestique dérobe ses maîtres. Fig., Dérober à quelqu'un le secret qu'il ne voulait pas révéler. Les faveurs que l'intrigue dérobe au mérite. Dérober à quelqu'un la gloire qui lui est due, le mérite d'une belle action. Dérober un baiser, Embrasser quelqu'un par surprise. Il se dit particulièrement d'un Auteur qui prend dans un autre quelque pensée, quelque passage, quelques vers et qui se les approprie. Il n'y a rien de bon dans son livre que ce qu'il a dérobé. C'est un hardi plagiaire, il dérobe des chapitres entiers. Il se dit encore en parlant du Temps, des moments pris sur les heures que l'on consacre à ses affaires, à ses occupations ordinaires. Il dérobe chaque jour quelques moments à son travail pour venir prendre de mes nouvelles. Faire quelque chose à ses heures dérobées, Prendre sur ses occupations ordinaires le temps de faire une chose. Je ferai ce mémoire à mes heures dérobées. Il signifie en outre Cacher, empêcher de voir, de découvrir. Un mur lui dérobait la vue de la campagne. Un voile dérobait la statue à nos regards. Le vaisseau se déroba en peu de temps à nos yeux. Ils mirent à la voile, et bientôt tous les objets du rivage se dérobèrent à leur vue, à leurs yeux. À mesure que le jour baisse, les objets se dérobent insensiblement à la vue. Escalier dérobé, Porte dérobée, Corridor dérobé, Escalier, porte, corridor qui servent à dégager un appartement et par lesquels on peut entrer et sortir sans être vu.

À LA DÉROBÉE, loc. adv. Secrètement, avec une sorte de mystère. Il s'en est allé à la dérobée. Ils ne se voient qu'à la dérobée. Dérober sa marche, se dit d'une Armée qui fait une marche sans que l'ennemi s'en aperçoive. Ce général sut habilement dérober sa marche à l'ennemi. Dérober sa marche se dit aussi familièrement d'une Personne qui va d'un côté après avoir fait entendre qu'elle voulait aller d'un autre. Il signifie encore, figurément et familièrement, Cacher les moyens dont on se sert pour aller à ses fins. C'est un homme habile à dérober sa marche. Il signifie également Soustraire. Dérober un criminel à la justice. Dérober quelqu'un au péril. Dérober à la vue de quelqu'un les objets qui lui rappellent des souvenirs pénibles. Il pénétra le secret que l'on cherchait à lui dérober. Se dérober aux coups de quelqu'un. Ils se sont jusqu'à présent dérobés à toutes les recherches. Les causes de ce phénomène se dérobent à l'intelligence humaine. Se dérober d'une compagnie, ou simplement Se dérober, Se retirer d'une compagnie sans dire mot, sans être aperçu. Se dérober à la discussion, et absolument Se dérober, Échapper volontairement à la discussion, la fuir ou esquiver une difficulté. En termes de Manège, Ce cheval se dérobe de dessous son cavalier, se dit d'un Cheval qui, tout à coup, et par un mouvement irrégulier, s'échappe de dessous celui qui le monte. Fig., Ses genoux se dérobent sous lui, Ses genoux vacillent et il a peine à se soutenir.

Littré (1872-1877)

DÉROBÉ (dé-ro-bé, bée) part. passé.
  • 1Enlevé, soustrait. Une liasse de papiers importants dérobée sur le bureau même. Mais quand tu récitais des faits moins glorieux, Sa foi partout offerte et reçue en tous lieux, Hélène à ses parents dans Sparte dérobée, Racine, Phèdre, I, 1.

    Fig. Qui se cache, qui se dérobe. J'examinais les contenances ; toutes marquaient une surprise honteuse, timide, dérobée, Saint-Simon, 60, 11.

    Heures dérobées, heures qu'on soustrait au courant des occupations et que l'on consacre à quelque autre chose. Faire un travail à ses heures dérobées.

  • 2À qui on a fait un vol. Cet homme dérobé par son domestique.
  • 3 Terme d'agriculture. Culture dérobée, culture des racines semées après une récolte principale faite dans l'année.
  • 4 Terme de vétérinaire. Pied dérobé, pied du cheval duquel des portions de corne ont été enlevées, soit par éclat, soit par usure.
  • 5Escalier dérobé, corridor dérobé, porte dérobée, escalier, corridor, porte qui sert de dégagement secret à un appartement. Elle mène Candide, par un escalier dérobé, dans un cabinet doré, Voltaire, Candide, 7.
  • 6Fèves dérobées, fèves dont on a enlevé l'enveloppe.
  • 7À la dérobée, loc. adv. En cachette, avec mystère. Lycurgue voulait que les nouveaux mariés ne se vissent qu'à la dérobée, Perrot D'Ablancourt, Apophth. dans RICHELET. Il ne prenait le sommeil qu'à la dérobée, changeant même souvent de lit sans garder les bienséances de son rang, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 592, dans POUGENS. Ils ont toujours quelques caresses à se faire à la dérobée, Diderot, Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 195, dans POUGENS.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DÉROBÉ, (Maréchal.) pié dérobé. Voyez Pié.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « dérobé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dérobé derɔbe

Évolution historique de l’usage du mot « dérobé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dérobé »

  • La modestie peut être une espèce d’orgueil qui arrive par l’escalier dérobé. De Jules Renard / Journal
  • Au total, les deux intérimaires ont dérobé une soixantaine de bouteilles d’alcool, pour un préjudice total chiffré à environ 2400€. Des bouteilles que les deux employés revendaient ensuite sous le manteau, pour se faire un peu d’argent.  , Près de Toulouse, deux intérimaires ont dérobé une soixantaine de bouteilles d'alcool | Actu Toulouse
  • La porte du Bataclan attribuée à l’artiste avait été dérobée en janvier 2019. midilibre.fr, Dérobé, le Banksy retrouvé en Italie - midilibre.fr
  • Semer un maïs en dérobé pour pallier un manque de fourrage : faut-il l'envisager ? Si le maïs peut être irrigué, pas de problème. Dans les autres situations, le bilan peut être plus mitigé. Web-agri, Maïs en dérobé face au manque de fourrage : indice très précoce, irrigation

Images d'illustration du mot « dérobé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dérobé »

Langue Traduction
Anglais stolen
Espagnol robado
Italien rubato
Allemand gestohlen
Chinois 被盗
Arabe مسروق
Portugais roubado
Russe краденых
Japonais 盗まれた
Basque lapurtutako
Corse arrubbatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « dérobé »

Source : synonymes de dérobé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dérobé »

Dérobé

Retour au sommaire ➦

Partager