La langue française

Dépolitisant

Définitions du mot « dépolitisant »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉPOLITISER, verbe trans.

Retirer tout caractère politique à, soustraire à l'influence des idéologies ou des partis politiques. L'invocation de l'intérêt général permet de suppléer à toute idéologie, de dépolitiser les problèmes (Ca. R. 1. 56 ds Gilb.1971).La part du spectacle est de plus en plus grande dans la vie de l'homme : (...) ce phénomène universel, (...) est exploité pour dépolitiser (par le confort) ou politiser (par la contagion affective) (Hist. spect.,1965, p. 16).
Emploi pronom. réfl. Cesser de s'intéresser à la politique. Les Polonais ne se formalisent pas lorsqu'on leur dit que le pays s'est dépolitisé, que la jeunesse est tournée vers l'Occident (O. 23-11-66 ds Gilb.1971).
Rem. 1. Gilb. 1971 illustre l'emploi de dépolitisant, ante, adj. « qui dépolitise » : ,,Cette presse d'aujourd'hui, qui doit se consacrer avant tout au divertissement et à l'évasion, et dont l'action est fondamentalement « dépolitisante » (Schwœbel, 68)``. 2. On rencontre ds la docum. le part. passé adj. dépolitisé. Qui a perdu ou à qui l'on a ôté tout caractère politique. L'armée nouvelle, l'armée régénérée et « dépolitisée » pourrait devenir, il me semble, la grande pensée d'une nouvelle gauche (Mauriac, Nouv. Bloc-notes, 1961, p. 192). C'est un fait, écrit G. Picon, que l'esprit bourgeois suggère une indépendance parfaite de la culture et de l'art par rapport aux formes sociales, une vision déshistorisée, dépolitisée, désocialisée (Traité sociol., 1968, p. 301).
Prononc. : [depɔlitize], (je) dépolitise [depɔliti:z]. Étymol. et Hist. 1956 (Les Cahiers de la République ds Gilb.). Dér. de politiser*; préf. dé-*.
DÉR.
Dépolitisation, subst. fém.Action d'ôter tout caractère politique (à quelque chose), action de se détourner de la politique. La dépolitisation des syndicats (Pineau, S.N.C.F. et transp.,1950, p. 153).Pour beaucoup la « dépolitisation » entraînerait la promotion de l'administration. Si l'on entend ainsi qu'il est possible, en fonction d'une équation politique et technique donnée, d'examiner sans passion un problème (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr.,1967, p. 433). [depɔlitizasjɔ ̃]. 1reattest. 1950 id.; du rad. de dépolitiser, suff. -(a)tion.
BBG. − Dub. Dér. 1962, p. 34, 57.

Wiktionnaire

Forme de verbe

dépolitisant \de.pɔ.li.ti.zɑ̃\

  1. Participe présent de dépolitiser.
    • Pour le stratégiste, elle risque, entre autres problèmes, de « tacticiser » la stratégie — réduisant la stratégie à une pure exécution technique, la dépolitisant au passage — imposant également de reconsidérer l’articulation entre efficacité et efficience militaire, au risque de déboucher sur de « nouvelles armées d’ancien régime », techniquement très avancées, mais stratégiquement inaptes. — (Joseph Henrotin, L’art de la guerre à l’âge des réseaux, 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dépolitisant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dépolitisant depɔlitisɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « dépolitisant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dépolitisant »

  • Ce côté non seulement dépolitisant, mais de reproduction permettant la perpétuation de l’institution et de ses pratiques n’est pas un phénomène accidentel mais s’inscrit dans la logique et les fonctions générales qui développent les « appareils idéologiques d’Etat ». Cette notion avancée par Louis Althusser – penseur marxiste français de la moitié du XXème – tentait de donner compte notamment du rôle de l’Ecole dans sa globalité et plus particulièrement de l’université dans la société capitaliste, – qui à ce moment-là commençait à se transformer en une institution de masse entretenant l’idée d’ascension sociale et cooptant au passage tout un secteur des classes moyennes qui, de par ses illusions, tendait à être la base sociale des régimes bourgeois. Rien de surprenant dès lors que les enseignements depuis le prisme marxiste soient inexistants, ou presque au sein de l’institution. Révolution Permanente, ScPo Toulouse. Dépolitiser, reproduire, coopter : vers quel mouvement étudiant pour organiser la réponse ?
  • Posé ainsi, cela me semble beaucoup trop général. Je ne crois pas qu’en ajoutant « humains/non-humains », on crée une compréhension plus fine du phénomène… Il y a même quelque chose d’un peu dépolitisant : dire que cela ressort d’un problème ontologique, c’est fascinant, mais cela reste bien vague. On s’attaque à quoi, une fois qu’on a dit ça ? Le fait que le Covid soit apparu en Chine où il est censé régner un rapport entre humains et non-humains « animiste », très différent du « naturalisme » occidental, montre bien que les modes de production n’ont pas, ou plus, grand-chose à voir avec l’anthropologie de la nature. Basta !, « Ce qui est inédit, c’est que la plupart des gouvernements ont choisi d’arrêter l’économie pour sauver des vies » - Basta !
  • Mais nous ne saurions consentir à ce mauvais sort et nous laisser endormir pour de bon dans une fédération canadienne que Leroux présente comme une «forme de mondialisme à petite échelle». S’affranchir du Canada, aujourd’hui, cela ne consiste pas seulement à rompre avec Ottawa mais à se soulever contre l’idéologie dominante qui pousse à la diabolisation des peuples. Et nous retrouvons ici l’intuition fondamentale de Leroux: le souverainisme doit se délivrer du progressisme technocratique et dépolitisant qui le condamne à l’impuissance. À toujours donner des gages au régime diversitaire, à multiplier à son endroit les gestes de soumission, il se neutralise. C’est un leurs travers: les souverainistes rêvent davantage de construire ici une société édénique, réconciliée, fleurie, immaculée, que de constituer un État indépendant pour permettre au peuple québécois d’exercer la pleine souveraineté chez lui. Ils préfèrent la pureté morale à la puissance étatique. Les souverainistes, nous dit Leroux, peinent à comprendre le pouvoir. Ils peinent aussi à comprendre le politique.   Le Journal de Montréal, David Leroux sur la piste d'un populisme québécois | JDM
  • Le projet dataterministe, en tant qu’il porte un projet social dépolitisant, est donc éminemment dangereux. Comme l’affirme Antoinette Rouvroy : « La gouvernementalité algorithmique est un système immunitaire développé par le capitalisme pour lutter contre tout ce qui pourrait le mettre en crise. Les êtres humains ne sont capables de se rebeller que s’ils deviennent des sujets à part entière. Or la technologie vient les saisir un niveau infrasubjectif, au stade pulsionnel, et leur donne ce qu’ils veulent tout de suite. » The Conversation, L’avenir de la robotique sociale : assistance ou surveillance ?

Traductions du mot « dépolitisant »

Langue Traduction
Anglais depoliticizing
Espagnol despolitizar
Italien depoliticizzante
Allemand entpolitisieren
Chinois 去政治化
Arabe نزع التسييس
Portugais despolitizante
Russe деполитизация
Japonais 脱政治化
Basque depoliticizing
Corse depolitizzante
Source : Google Translate API

Dépolitisant

Retour au sommaire ➦

Partager