La langue française

Démersaux

Définitions du mot « démersaux »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉMERSAL, ALE, AUX, adj.

ZOOL. Qui ne flotte pas, qui vit sur le fond des eaux. Poissons démersaux (J.-M. Pérès, Vie océan,1966, p. 169).
Rem. N'est attesté que ds Rob. Suppl. 1970.
Étymol. et Hist. 1954 œufs démersaux (R. et M.-L. Bauchot, Les Poissons, Paris, P.U.F., p. 91). Prob. empr. à l'angl. demersal, attesté dep. 1889 ds NED Suppl. (Nature, 13 juin, 159/2 : demersal eggs), dér. du lat. demersus (part. passé du lat. class. demergere « plonger »), suff. -al (-al*).

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

démersaux \de.mɛʁ.so\

  1. Masculin pluriel de démersal.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « démersaux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
démersaux demɛrso

Évolution historique de l’usage du mot « démersaux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « démersaux »

  • Nous ne saurions terminer notre présente contribution, sans évoquer le cas des licences dites illégales, attribuées à des bateaux d’origine chinoise, sans passer par la CCALP et pour une catégorie qui n’existe pas dans le code de la pêche. En outre, le taux de redevance appliqué n’est pas fixé par voie réglementaire. Nous nous demandons si beaucoup des poissons débarqués par ces 12 bateaux ne sont pas, tout simplement, des démersaux côtiers ou des pélagiques côtiers notamment des sardinelles. Ces licences illégales doivent être annulées et retirées du listing des bateaux autorisés à pêcher au Sénégal. Il serait donné aux armateurs concernés la possibilité de déposer de nouvelles demandes de licences qui seront étudiées par la CCALP à sa reprise. SenePlus, TENTATIVE DE RECHERCHE D’UNE SOLUTION A LA POLEMIQUE EN COURS SUR LES LICENCES DE PECHE | SenePlus
  • De deux choses hypothétiques l’une, en souvenir de mon passage dans l’Administration : la tutelle a reçu des instructions fermes de donner des licences de pêche. Si cela est exact, la mise en œuvre ne peut s’opérer que dans le respect des textes en vigueur, comme aimait le rappeler feu Jean Collin (Que la terre lui soit légère) lorsqu’il transmettait des instructions présidentielles. C’est cela l’esprit d’une administration républicaine. En effet, comment des promesses de licences de pêche valables 6 mois et renouvelables une seule fois, peuvent-elles être renouvelées en 2018, en 2019 et validées en 2020 ! Et l’autorité nous dit que je n’ai signé que des renouvellements de licences sur la base des promesses. Eh bien, c’est de l’illégalité que l’on essaie de faire passer en se dédouanant par la continuité du service public et la solidarité gouvernementale. Ces 56 licences de pêche, pour la plupart, sont nulles et non avenues au regard des lois de notre pays (caducité de la promesse, pas de passage obligé à la Commission d’attribution des licences, etc.), et de surcroit sur une ressource inexistante (le merlu). Ce procédé était simplement une porte d’entrée pour taper sur les démersaux et le pélagique côtier. Laisser pourrir la situation pour espérer une lassitude des acteurs semble être la stratégie. Les vrais acteurs sont déterminés mais ouverts au dialogue. Ils ne sont pas des adversaires, encore moins des ennemis ou des «va-t’en guerre». Même les guerres mondiales ont fini autour d’une table de négociation et on est très loin de cette situation. L’autre : la tutelle prendrait ses propres responsabilités ou s’appuierait sur les services techniques qui l’ont induit en erreur, en validant et en délivrant des licences de pêche sur le stock de demandes non conformes. La prudence aurait dû être observée tant pour le démarrage d’une carrière ministérielle que pour le respect des textes de loi, d’autant que l’essentiel des 56 licences est supposé être délivré sur un stock de 3 000 tonnes, soit une pêche de 2 mois par année et par bateau. C’est hallucinant aussi bien pour l’épuisement programmé de cette ressource que pour la rentabilité économique et financière desdits bateaux. Cela veut dire, en réalité, qu’on permet à ces navires de faire des activités en violation de leur licence de pêche. C’est une faute grave (art 125, alinéa f du code de la pêche). SenePlus, FRAUDE SUR LES LICENCES DE PECHE | SenePlus
  • En revanche, d'autres espèces ont connu des baisses de la production, durant la même période de comparaison. Il s'agit des poissons démersaux avec 6.177 tonnes contre 6.792 tonnes (-9,1%), les crustacés avec 2.192 tonnes contre 2.326 tonnes (-5,8%) et la production plaisancière et autres avec 18.000 tonnes contre 20.139 tonnes (-10,6%). , Pêche: poursuite de la tendance haussière de la production en 2018
  • Dans le contexte du changement climatique, les gestionnaires des pêches risquent d’avoir davantage de difficultés à restaurer les stocks surexploités de grands poissons démersaux (vivant au-dessus du fond des mers), tels que la morue ou le merlu, comparativement aux petits poissons pélagiques. Les mesures de gestion visant à la diminution de la pression de pêche sur ces grandes espèces de poissons prédateurs risquent de ne pas atteindre le niveau d’effets positifs attendus. The Conversation, Surpêche et changement climatique : la Méditerranée et la mer Noire en première ligne
  • Le nouvel accord permettra à une flotte d’environ 50 navires européens d’opérer dans les eaux territoriales du pays pour une durée de cinq ans. Les pêcheries démersales, les thons et les espèces de petits pélagiques bénéficieront de l'accord. Les limites de capture sont de 1 500 tonnes pour les céphalopodes, 2 500 t. pour les crustacés, 11 000 t. pour les démersaux et 18 000 t. pour les petits pélagiques. Commodafrica, Nouvel accord de pêche entre l’Union européenne et la Guinée Bissau | Commodafrica
  • Cette amélioration de la production globale de l’ordre de 6% s’explique par une hausse de la pêche des poissons pélagiques à 77.776 tonnes en 2017 contre 75.289 tonnes en 2016 (hausse de 3,3%), suivie des poissons démersaux avec 6.792 tonnes contre 6.644 tonnes (+2,2%), des crustacés avec 2.326 tonnes contre 2.126 tonnes (+9,4%), et de la production plaisancière et aquacole avec 20.139 tonnes contre 16.603 tonnes (+21,3%). African Manager, Algérie : Hausse de la production halieutique en 2017 - African Manager
  • Wenzhou Ocean Distant Water Fishing Co. a lancé six navires simultanément, trois se dirigeant vers le Sénégal et les autres vers la Guinée-Bissau, a déclaré le PDG Wu Xiu Ling à la télévision d’État. Les navires cibleront le thon, les poissons démersaux, les céphalopodes et les crevettes. La firme a dépensé 150 millions CNY (21 millions USD, 19,5 millions EUR) pour construire les navires, selon Wu. Intellivoire, 6 nouveaux navires chinois à destination du Sénégal et de la Guinée-Bissau pour du thon et des crevettes
  • Pour Claire Saraux, chercheuse à l’Ifremer rattachée au laboratoire halieutique Méditerranée de Sète, il est important de signaler que les chiffres avancés par la Commission européenne reposent sur les données des stocks évalués. « Les évaluations sont faites espèce par espèce et zone par zone. Il existe de très nombreux stocks pour lesquels nous ne disposons d’aucune donnée », explique-t-elle. Précision faite, la scientifique poursuit : « Les espèces que l’on suit sont les plus ciblées par la pêche, c’est-à-dire celles qui logiquement souffrent le plus de la surpêche. Nous utilisons deux classifications différentes : les ressources démersales, c’est-à-dire qui vivent au fond ou proche du fond comme le merlu ou le rouget, et les espèces dites pélagiques, comme la sardine ou les anchois, qui évoluent dans les colonnes d’eau. » Globalement, à l’échelle de la Méditerranée, « tandis que 92 % des stocks démersaux évalués sont jugés en surexploitation, 80 % des stocks pélagiques évalués sont jugés en mauvais état, 60% d’entre eux le sont directement à cause de la pêche, et 20 % pour des raisons environnementales. C’est le cas de la sardine dans le golfe du Lion, qui souffre de déséquilibres écologiques. » L'Humanité, Pêchera bien qui pêchera le dernier poisson de Méditerranée | L'Humanité

Traductions du mot « démersaux »

Langue Traduction
Anglais demersal
Espagnol demersal
Italien demersali
Allemand grundwasser
Chinois 下沉的
Arabe قاع
Portugais demersal
Russe придонный
Japonais 解体
Basque demertsalen
Corse demersale
Source : Google Translate API

Démersaux

Retour au sommaire ➦

Partager