Défendu : définition de défendu


Défendu : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉFENDU, UE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de défendre*.
II.− Emploi adj.
A.− [En parlant d'une pers. ou d'un inanimé] Qui est aidé, soutenu contre une attaque. Mal défendu. En cette fin de siècle, les vieux chefs d'école sont peu soutenus, peu défendus (Goncourt, Journal,1896, p. 952).J'étais faite pour vivre tranquille et bien défendue (Claudel, Part. de midi,1906, p. 1040).En 1940 Paris, non défendu, tombait aux mains de l'ennemi (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 462).
B.− [En parlant d'un inanimé concr. ou abstr.] Qui fait l'objet d'une interdiction. Plaisir défendu; choses, joies défendues; permis et défendu. Comme un collégien qui cache un roman défendu dans son pupitre (Zola, Ventre Paris,1873, p. 843):
1. C'est par ces pieuses pensées que le peuple et le clergé abrégent la longueur du carême. Ils croient faire assez pour leur salut en s'interdisant les viandes défendues, et ils s'imaginent que la soumission de l'estomac les dispense de celle du cœur. About, La Grèce contemporaine,1854, p. 285.
2. Maintenant elle [ma mère] sentait bien que sa froideur apparente n'eût plus rien changé, et la tendresse qu'elle me prodiguait était comme ces aliments défendus qu'on ne refuse plus aux malades, quand il est assuré qu'ils ne peuvent plus guérir. Proust, La Fugitive,1922, p. 624.
Par hypallage. Faire l'amour pendant les heures défendues du Ramadan (Montherl., Lépreuses,1939, p. 1436).
Fruit défendu, arbre défendu [p. réf. à la Genèse 3,3] :
3. Milton déclare qu'il chante la désobéissance de l'homme, et le fruit défendu qui fit entrer la mort dans le monde, etc. Chateaubriand, Les Martyrs,t. 1, 1810, p. 40.
Au fig. Chose que l'on désire avec d'autant plus de convoitise qu'elle est interdite. C'est fruit défendu [le fou rire], partant exquis (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 73):
4. Elle avait rouvert son sac et en tirait une terrine de foie gras. Les yeux de Chanteau s'allumèrent. Du foie gras! Du fruit défendu! Une friandise adorée que son médecin lui interdisait absolument! Zola, La Joie de vivre,1884, p. 818.
Emploi subst. sing. avec valeur de neutre. Le sentiment du défendu, de l'index, l'écrasait (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 131):
5. Julie toujours nerveuse, surexcitée, (...) toujours à côtoyer le défendu, se lançant à la demi-aventure, demandant sans cesse un plaisir, un divertissement, une émotion qui satisfasse en elle ce désir d'agitation, de mouvement, d'imprévu, d'inconnu, qui enfièvre les sens que les femmes ont dans la tête, Julie est la femme qui côtoie le défendu. Goncourt, Journal,1862, p. 1142.
Prononc. et Orth. : [defɑ ̃dy]. Ds Ac. 1694-1932. Fréq. abs. littér. : 2 168. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 328, b) 3 230; xxes. : a) 3 159, b) 2 748.

Défendu : définition du Wiktionnaire

Adjectif

défendu \de.fɑ̃.dy\

  1. Interdit, prohibé.
    • Livres défendus.
    • Des marchandises défendues.
    • Armes défendues.

Forme de verbe

défendu \de.fɑ̃.dy\

  1. Participe passé masculin singulier de défendre.
    • Alors, ils m’ont défendu de te voir… ils m’ont dit que tu n’étais pas une société pour moi… que je prendrais avec toi de mauvaises habitudes… tu comprends… — (Octave Mirbeau, Sébastien Roch, 1890)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Défendu : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉFENDRE. v. tr.
Protéger une personne contre une attaque. Défendre quelqu'un au péril de sa vie. Défendre ses concitoyens, sa patrie. Par extension, Défendre sa vie, son honneur, les intérêts de son ami. Prov. et fig., Bien attaqué, bien défendu. Voyez ATTAQUER. À son corps défendant. Voyez CORPS. Défendre une place, un poste, etc., Résister à ceux qui veulent s'en rendre maîtres, s'opposer aux ennemis qui l'attaquent. Il défendit ce passage à lui seul contre une vingtaine d'assaillants. Il signifie particulièrement, en termes de Guerre, Empêcher que l'ennemi ne puisse, sans risquer beaucoup, entrer dans un lieu ou en approcher. Une batterie défend l'entrée du port, en défend les approches. La frontière est défendue de ce côté par plusieurs places fortes.

SE DÉFENDRE signifie Repousser une attaque, une agression quelconque, y résister. Il se défendit vaillamment. Se défendre contre un ennemi, contre un assassin, contre un voleur. Il l'a tué en se défendant. Ils se défendirent dans ce poste pendant un jour et une nuit. Il signifie aussi Garantir, tant au propre qu'au figuré. La montagne défend cette maison du froid, des vents du nord. Qui le défendra des séductions du monde, contre les séductions du monde? Porter un manteau pour se défendre du froid. Il est difficile de se défendre de quelque partialité pour ses proches. On dit dans le même sens et familièrement Ce vieillard se défend, Il résiste aux atteintes de l'âge. Cette place se défend d'elle-même, Elle est facile à défendre et difficile à attaquer. On dit, dans le sens contraire, qu'Une place n'est pas en état de se défendre. Défendre quelqu'un signifie spécialement Soutenir son innocence contre ceux qui l'accusent. Cet avocat a très habilement défendu son client. Cet accusé a voulu se défendre lui-même. On ne lui a pas permis de se défendre. Par extension, Défendre une cause. En termes de Procédure, il s'emploie absolument dans le sens de Fournir des défenses aux demandes de la partie adverse. Il a été condamné faute de défendre.

SE DÉFENDRE signifie encore Se disculper, nier quelque chose qu'on vous reproche. On l'accuse de telle chose, mais il s'en défend. Il signifie encore S'excuser de faire quelque chose à quoi on voudrait vous obliger. On voulait le forcer d'aller dans cette maison, il s'en est défendu. On voulait lui donner cette mission, il s'est toujours défendu de l'accepter.

DÉFENDRE signifie aussi Prohiber, interdire quelque chose. Défendre les duels. Défendre quelque chose sous peine de la vie. Défendre sa maison, sa porte à quelqu'un. La viande est défendue en carême deux jours par semaine. Il est défendu de passer en tel endroit. La raison nous défend de faire une injustice. On lui défendit le vin. J'ai défendu que vous fissiez telle chose. Livres défendus. Des marchandises défendues. Armes défendues. Adam mangea du fruit défendu.

Défendu : définition du Littré (1872-1877)

DÉFENDU (dé-fan-du, due) part. passé de défendre
  • 1Mis à couvert contre ce qui attaque. La tortue défendue par sa carapace. La forteresse vaillamment défendue. Certes une ennemie à qui je dois l'honneur… Devrait trouver une âme un peu moins défendue, Corneille, Théod. IV, 3. Et d'un si fol espoir mon cœur mal défendu Vole après un amant que Chimène a perdu, Corneille, Cid, II, 5. Ces couleurs étant défendues de toute impression étrangère et nuisible, Diderot, Peinture en cire, Œuvres, t. XV, p. 385. Davoust choisit un terrain haut, défendu par un ravin et resserré entre deux bois, Ségur, Hist. de Nap. IV, 6.

    Terme de blason. On dit qu'un sanglier est défendu d'une telle couleur ou d'un tel métal, quand ses défenses sont d'un autre émail que son corps.

    PROVERBE

    Bien attaqué, bien défendu, c'est-à-dire, dans une lutte, dans une discussion, la défense et l'attaque ont été aussi bien conduites l'une que l'autre.
  • 2Qui n'est pas permis. Un livre défendu. Il est défendu de bâtir en cet endroit. Et le moindre entretien de la beauté qu'on aime, Quand il est défendu, devient grâce suprême, Molière, Fâcheux, III, 1. Il est défendu de scandaliser son prochain, Molière, Pourc. II, 4. On voudrait que ce qu'on aime ne fût pas défendu de Dieu, Bourdaloue, Pénitence, 2e avent.

    Fruit défendu, le fruit de l'arbre dans le paradis terrestre, auquel Adam et ève, par le commandement de Dieu, ne devaient pas toucher ; et fig. tout ce qui excite vivement le désir sans qu'il soit permis ou convenable de s'y laisser aller.

SYNONYME

DÉFENDU, PROHIBÉ. Ces deux mots désignent quelque chose qu'il n'est pas permis de faire. Mais défendu est un terme général qui s'applique à tout, tandis que prohibé est un terme du langage spécial qui ne s'applique qu'aux défenses faites par une loi ou un règlement. La calomnie est défendue par la morale ; la contre-bande est prohibée.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉFENDU. Ajoutez :
3Démenti, combattu. Mme d'Heudicourt est partie avec un désespoir inconcevable, ayant perdu toutes ses amies, convaincue de tout ce que Mme Scarron avait toujours défendu, et de toutes les trahisons du monde, Sévigné, 9 fév. 1671.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « défendu »

Étymologie de défendu - Wiktionnaire

Du participe passé de défendre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « défendu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
défendu defɑ̃dy play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « défendu »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « défendu »

  • Il a aussi défendu Djokovic, organisateur de l'Adria Tour qui a fait étape en Serbie et en Croatie avant son annulation à la suite de l'annonce des contaminations de plusieurs joueurs et membres de leur entourage. RDS.ca, Tennis : Dominic Thiem donnera sa prime de participation à l'Adria Tour; son père défend Djokovic | RDS.ca
  • Dans le monde, il n'est pas défendu d'avoir l'air franc mais de l'être. De Marguerite Grépon
  • Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues. De André Maurois
  • Le Dieu, combien j'aurais aimé lui obéir en tout s'il ne m'avait rien défendu. De Luc Estang / Le Jour de Caïn
  • Si Eve a mangé le fruit défendu, c'est pour avoir le plaisir d'être habillée. Et elle continue. De Douglas Jerrold
  • Confessez-vous à vous-même : mourriez-vous s'il vous était défendu d'écrire? De Rainer Maria Rilke / Lettres à un jeune poète
  • Les choses où l'on a volonté, plus elles sont défendues et plus elles sont désirées. De Marguerite de Navarre / Pensées de la reine de Navarre
  • Ce que nous recherchons, c'est le fruit défendu. Sans lui, le Paradis n'est pas pour nous le paradis. De Alexandre Pouchkine / Eugène Onéguine
  • Porter secours c’est défendu. Le monde autour est sourd, bien entendu.
  • Que de gens resteraient muets, s'il leur était défendu de dire du bien d'eux-mêmes et du mal d'autrui. De Madame de Fontaines
  • J’ai reçu la vie comme une blessure et j’ai défendu au suicide de guérir la cicatrice. De Lautréamont / Les chants de Maldoror
  • Un état totalitaire est un état où tout ce qui n'est pas défendu est obligatoire. De Curzio Malaparte
  • Il est défendu aux enfants de contrarier le monde créé par les adultes. De Dominique Blondeau / Les Errantes
  • Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant. De Ovide / Amours
  • Une cause bien défendue est une cause juste. De Gheorghe Calinescu / Éloges pour la liberté
  • Chose défendue, chose désirée. De Proverbe français

Traductions du mot « défendu »

Langue Traduction
Corse difesu
Basque defendatu
Japonais 守った
Russe защитил
Portugais defendeu
Arabe دافع
Chinois 捍卫
Allemand verteidigt
Italien vietato
Espagnol defendido
Anglais defended
Source : Google Translate API

Synonymes de « défendu »

Source : synonymes de défendu sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « défendu »


Mots similaires