Défaite : définition de défaite


Défaite : définition du Wiktionnaire

Nom commun

défaite \de.fɛt\ féminin

  1. Déroute d’une armée ou de quelques troupes.
    • La terrible défaite de Sedan et l'invasion du territoire, en septembre 1870, mirent fin au régime impérial. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Le soldat des guerres de la Liberté attachait une importance presque supersti­tieuse à l’accomplissement des moindres consignes. De là résulte qu'il n'éprouvait aucune pitié pour les généraux ou les fonctionnaires qu'il voyait guillotiner après quelque défaite, sous l'inculpation de manquement à leur devoir ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.357)
    • Le relâchement du lien vassalitique est une des causes de la défaite finale du Midi et de son suzerain, le comte de Toulouse. — (Paul Gachon, Histoire du Languedoc, Boivin & Cie, 1941, p.89)
    • Dans le passé, la longue série de défaites sous le coups de l'Europe chrétienne avait sapé le respect de soi chez le musulman; ce n'était pas seulement une défaite au sens terrestre, mais une défaite qui jetait le doute sur la vérité de la Révélation musulmane même et faisait perdre la confiance en soi. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.73)
  2. (Vieilli) Facilité plus ou moins grande de se défaire de quelque chose.
    • Ces marchandises-là sont de défaite. — Ces laines sont de mauvaise défaite, de bonne défaite.
  3. (Vieilli) (Québec) Excuse artificieuse, mauvaise raison, prétexte.
    • Il a toujours des défaites prêtes, il s’est tiré d’affaire par une défaite. — Voilà une mauvaise défaite.

Forme d’adjectif

défaite \de.fɛt\

  1. Féminin singulier de défait.

Forme de verbe

défaite \de.fɛt\

  1. Participe passé féminin singulier de défaire.
    • Ici aussi, pas de front plissé par l’effort intellectuel. Mais peut-être la ceinture défaite parce qu’on a trop mangé. — (L’Actualité, 1988, volume 13)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Défaite : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉFAIRE. (Il se conjugue comme FAIRE.) v. tr.
Modifier l'état d'une chose de manière qu'elle ne soit plus ce qu'elle était. Pénélope défaisait, la nuit, l'ouvrage qu'elle avait fait le jour. Ce que l'un fait, l'autre le défait. Alexandre, ne pouvant défaire le nœud gordien, le coupa. Une couture qui se défait. Défaire une malle, un paquet, En ôter les effets qu'on y avait enfermés. Fig., Défaire un mariage, un marché. Par extension, Défaire son gilet, son paletot, Les ôter. En termes de Guerre, il signifie Mettre en déroute. Défaire l'ennemi. Son armée fut complètement défaite. Le participe passé

DÉFAIT, AITE, s'emploie comme adjectif avec le sens de Qui est abattu, amaigri. Je l'ai vu avec un visage défait. Depuis sa maladie il a l'air défait. Cette femme est pâle et défaite.

SE DÉFAIRE signifie encore Se délivrer, se débarrasser d'une personne ou d'une chose. Défaites-moi de cet importun. On a eu bien de la peine à s'en défaire. Se défaire d'une mauvaise habitude, d'un vice, d'une passion. Défaites-vous de ces manières-là. Se défaire d'un mauvais employé, Le mettre dehors, le congédier. Se défaire d'un assaillant, d'un témoin gênant, etc., Le faire mourir. Se défaire d'une chose peut signifier aussi L'aliéner, en transporter le droit et la possession à un autre. Un marchand qui se défait avantageusement de sa marchandise. Se défaire d'un cheval, d'une propriété. Il cherche, sans y réussir, à se défaire de son domaine.

Défaite : définition du Littré (1872-1877)

DÉFAITE (dé-fè-t') s. f.
  • 1Perte d'une bataille. Pour moi, bien que vaincu, je me répute heureux ; Et malgré l'intérêt de mon cœur amoureux, Perdant infiniment, j'aime encor ma défaite Qui fait le beau succès d'une amour si parfaite, Corneille, Cid, V, 7. Combien en a versé [de sang] la défaite d'Antoine, Corneille, Cinna, IV, 3. N'eût-il que d'un moment reculé sa défaite, Corneille, Hor. III, 6. Encore une défaite, et dans Alexandrie Je veux que cette ingrate en ma faveur vous prie, Corneille, Pomp. IV, 3. Naupacte, maintenant Lépante, connu par la défaite des Turcs en 1571, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. II, p. 482. Quand les Scythes vaincus, réparant leurs défaites, S'élancèrent sur nous de leurs vastes retraites, Voltaire, Sémiram. II, 1. Non, ma défaite, ami, ne fait point mon malheur, Voltaire, Adélaïde, III, 1.
  • 2 En termes de galanterie, sujétion d'un cœur. Et qui sait si l'ingrate, en sa longue retraite, N'a point de l'empereur médité la défaite ? Racine, Brit. III, 6.
  • 3Débit d'une marchandise, facilité de placement. Des marchandises de prompte, de difficile défaite. La bonne marchandise est de défaite en ce pays-ci, Dancourt, Foire de Besons, sc. 6.

    Familièrement. Cette fille est de défaite, elle est belle, ou riche, ou instruite, et on peut aisément la marier.

  • 4Excuse, échappatoire, prétexte. Mais enfin si c'était quelque sotte défaite…, Hauteroche, le Souper mal apprêté, sc. 3. Or çà, voyons si ce que je projette Peut être apparemment une honnête défaite, Hauteroche, ib. sc. 4. C'est un vieux importun qui n'a pas l'esprit sain, Et pour qui j'ai toujours quelque défaite en main, Molière, Fâch. III, 3. Vous n'osiez résister en face ; c'est ce qui vous faisait promettre trop facilement, et éluder ensuite toutes vos paroles par cent défaites captieuses, Fénelon, Dial. des morts mod. Richel. Mazarin. Ne doutant pas que ce ne fût une défaite, Hamilton, Gramm. 9. Il ne reste qu'une défaite aux nouveaux mystiques, Bossuet, Or. 3. … Fort bien ! la réponse est honnête, Et vous avez toujours quelque défaite prête, Regnard, Distr. I, 1. Que l'amour-propre abonde en mauvaises défaites ! Lachaussée, Préj. à la mode, V, 2. Il crut que je cherchais une défaite, Rousseau, Conf. v. Va, mon pauvre Figaro, n'use pas ton éloquence en défaites ; nous avons tout dit, Beaumarchais, Mar. de Figaro, II, 20.

SYNONYME

DÉFAITE, DÉROUTE. Ces mots désignent la perte d'une bataille, faite par une armée, avec cette différence que déroute ajoute à défaite et désigne une armée qui fuit en désordre, Encycl. IV, 731.

HISTORIQUE

XVIe s. Ceux qui accompaignerent Cn. Fulvius en sa desfaicte, Montaigne, I, 56. Donner une desfaicte en payement, Montaigne, I, 123. La philosophie a armé l'homme de patience, ou, si elle couste trop à trouver, d'une desfaicte infaillible [le suicide], Montaigne, II, 301. Il se fait amener cette mule, et baille la sienne vieille à Didier pour en trouver la desfaite, Despériers, Contes, XXVIII. Tatius le remettoit de jour à autre et lui usoit tousjours de quelque desfaicte, Amyot, Rom. 36. En memoire de ceste desfaitte ilz sollennisent encore ceste feste que l'on appelle les Nones Capratines, Amyot, ib. 49. Ilz n'userent plus de desguisement ny ne controuverent plus de desfaittes pour la reverence de Caton, Amyot, C. d'Utiq. 80.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Défaite : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « défaite » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « défaite »

Étymologie de défaite - Wiktionnaire

Déverbalisation de défaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « défaite »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
défaite defɛt play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « défaite »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « défaite »

  • La vérité ne vainc que dans la défaite. Henrik Wergeland, L'Armée de la vérité
  • Les peuples apprennent plus d'une défaite que les rois de la victoire. Alessandro Manzoni, Lettre à Charles-Albert
  • On verra clairement un jour que le triomphe est la défaite ! Henrik Ibsen, Brand, III
  • [Il y a] des pertes triomphantes à l'envi des victoires. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, I, 31
  • À une belle défaite selon les règles, la naïve enfant* préfère une victoire fautive. Joseph Delteil, Jeanne d'Arc, Grasset
  • À l'issue d'une longue guerre nationale, la victoire bouleverse comme la défaite. Léon Blum, À l'échelle humaine, Gallimard
  • Si l'on vit assez longtemps, on voit que toute victoire se change un jour en défaite. Simone de Beauvoir, Tous les hommes sont mortels, Gallimard
  • La victoire s'use par ses excès ; on ne réussit véritablement qu'à force de patientes défaites. Alexandre Arnoux, Faut-il brûler Jeanne ?, Gallimard

Traductions du mot « défaite »

Langue Traduction
Corse scunfitta
Basque porrot
Japonais 敗北
Russe поражение
Portugais derrota
Arabe يهزم
Chinois 打败
Allemand niederlage
Italien la sconfitta
Espagnol derrota
Anglais defeat
Source : Google Translate API

Synonymes de « défaite »

Source : synonymes de défaite sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « défaite »


Mots similaires