La langue française

Culottée

Sommaire

  • Définitions du mot culottée
  • Phonétique de « culottée »
  • Évolution historique de l’usage du mot « culottée »
  • Images d'illustration du mot « culottée »
  • Traductions du mot « culottée »
  • Synonymes de « culottée »
  • Antonymes de « culottée »

Définitions du mot « culottée »

Trésor de la Langue Française informatisé

CULOTTÉ, ÉE, adj.

[Correspond à culot2]
A.− [En parlant de pers.] Qui a une audace, un aplomb excessifs, proches de l'effronterie. Synon. effronté.Elle était devenue culottée et ne manquait pas de répartie (Sartre, Mort âme,1949, p. 59).Une villa tout entourée d'un jardin et d'un grand mur, et mon frangin, qui était culotté, sautait le mur, traversait le jardin et pénétrait dans la splendide villa (Queneau, Pierrot,1942, p. 41).
[Pris en bonne part] Synon. audacieux, courageux, qui a du cran.Ça n'fait rien, i's sont culottés, ces zigues-là, d'sortir par un marmitage pareil (Barbusse, Feu,1916, p. 236):
... je m'embarque au volant sur des routes à peine catholiques. Il [le patron] m'a recommandé d'aller mollo jusqu'au fond de la vallée, mais j'y vais encore plus mollo que ça : les virages au nord sont comme des patinoires. ... On me regarde avec curiosité quand on voit que je m'engage vers les derniers hameaux. Ils pensent que je suis culotté... Giono, Les Grands chemins,1951, p. 91.
Emploi subst. Un culotté. Des culottés, ceux qui avaient sauté les premiers (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 244).
B.− [En parlant d'actions] Dire ça, c'est culotté. Une menterie culottée! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 632).
Étymol. et Hist. Cf. culotter2. Fréq. abs. littér. : 26.

CULOTTER1, verbe trans.

A.− Mettre une culotte ou un pantalon à (quelqu'un). Culotter un enfant. Anton. déculotter.[Elle] taille, dans de vieux draps en loques, des pantalons pour culotter sa fille (Martin du G., Vieille Fr.,1933, p. 1038):
Dans sa nichée [de Marianne], il y en avait de tout âge, un grand qui était père lui-même (...) d'autres, qu'il fallait culotter le matin... Zola, Fécondité,1899, p. 480.
Emploi pronom. réfl. La Poule, qui tuait des poux dans les coutures de ses pantalons, se culotta et monta (Giono, Gd troupeau,1931, p. 205).
B.− Faire des culottes, fournir des culottes à quelqu'un. Auguste Chindé, tailleur spécial et breveté. Je me fis culotter par lui (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 11).
Rem. Lar. 19e, Nouv. Lar. ill. attestent l'emploi abs. Votre tailleur culotte mieux que le mien.
P. métaph. Culotter de.Couvrir de. Un volumineux registre culotté de peau verte (Huysmans, En mén.,1881, p. 66).Culotté d'ailes, de cris, de plumes chaudes, de jaune, de rouge, il brandissait un couteau et lui coupait la gorge (Cocteau, Fin Potomak,1940, p. 110).
Prononc. et Orth. : [kylɔte]. Ds Ac. 1835-1932. Land. 1834 écrit culoter. Étymol. et Hist. 1786 « vêtu d'une culotte » (Correspondance littéraire secrète, 5 janv., pp. 3-4, citation de l'Anti-Chartreux, poème chrétien d'apr. G. von Proschwitz ds Studia neophilologica, t. 36, p. 321); 1792 un parti aussi culotté que celui de Brissot (par opposition au parti des sans-culottes) (La Société des Jacobins, Recueil de documents publié par F. A. Aulard, IV, 520 d'apr. Th. Ranft ds Z. fr. Spr. Lit., t. 35, p. 134); 1803 culoter « mettre une culotte » (Boiste); 1842 se culotter (Reybaud, J. Paturot, p. 174). Dér. de culotte*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 8.

CULOTTÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de culotter1*.
II.− Emploi adj. Revêtu d'une culotte, qui a sa culotte. Quelques vieux Jacobins encore culottés à l'ancienne mode (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 261):
... chaque soir, je prenais le train des bureaucrates, ce long train, lent, qui va, déposant, de gare en gare, une foule d'hommes à petits paquets, bedonnants et lourds, car ils ne marchent guère, et mal culottés, car la chaise administrative déforme les pantalons. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Le Colporteur, 1890, p. 1167.
Culotté de + nom de couleur (sans art.).L'image du commandant serré dans sa tunique, culotté de rouge et couvert d'or (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, MmeParisse, 1886, p. 731).
Fréq. abs. littér. : 18.

CULOTTER2, verbe trans.

A.− Culotter une pipe. Faire se recouvrir l'intérieur du fourneau, à force d'usage, d'une sorte de dépôt noir, afin que le tabac dégage pleinement son arôme lors de sa combustion. Il avait une pipe en terre et il s'appliquait à la culotter, malgré le goût fade et brûlant qu'elles ont au commencement (Ramuz, A. Pache,1911, p. 72):
1. ... en reprenant sa pipe, comme il tremblait, il la cassa. Alors il eut un geste désespéré, et il dit : « Tiens! C'est un vrai chagrin, ça, par exemple. J'en ai pour un mois à en culotter une nouvelle ». Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Garçon, un bock! 1884, p. 901.
B.− P. anal. Noircir, patiner par l'usage. Les crachats qui culottaient son parquet de pavés (Flaub., Corresp.,1840, p. 64).C'était d'la saloperie : du vin à culotter les quarts comme des pipes (Barbusse, Feu,1916, p. 207).
2. On sait d'ailleurs que les antiquaires qui fabriquent des vierges gothiques ou des fausses plaques d'évangéliaires romans, les confient à des spécialistes qui les culottent en les portant sous l'aisselle. Morand, Paris-Tombouctou,1929, p. 228.
Emploi pronom. réfl. :
3. De toutes les peintures modernes, celles qui prennent la plus belle patine de cristallisation, celles qui se culottent le mieux en chefs-d'œuvre, ce sont les Decamps. Goncourt, Journal,1864, p. 37.
[Le compl. d'obj. désigne la peau] Synon. bronzer, tanner.Le soleil s'est enfin décidé à me culotter la peau : je passe au bronze (Flaub., Corresp.,1849, p. 129).
Emploi pronom. réfl. Se colorer. Sa face d'ivrogne, avec sa mâchoire de singe, se culottait, prenait des tons de vin bleu (Zola, Assommoir,1877, p. 646).
Au fig. ou p. métaph., emploi pronom. réfl. Se renforcer sous l'effet du temps. Voici un pied d'Andalouse, se dit-il à part lui : ceci est de bonne couleur, et ma passion se culotte tout à fait (Gautier, Jeunes-Fr.,1872, p. 108).
Prononc. : [kylɔte]. Ds Ac. 1878 et 1932. Étymol. et Hist. 1. 1823 pipe culottée (Arcien, Diorama de Londres, 163 ds Barb. Misc. 9, p. 63); 1827 « donner une teinte foncée, noirâtre » (Th. Gautier, Le Petit cénacle ds Les Annales, 5 déc. 1926, 591, ibid.); 2. 1821 pronom. « s'enivrer » (Desgranges, Pt dict. du peuple à l'usage des 4/5 de la France, Paris); 3. 1838 pronom. « prendre corps, prendre une tournure décidée » (Th. Gautier ds Larch. 1872); 1842 trans. « rendre expert et audacieux » (ds Esn.); av. 1866 adj. « qui a de l'aplomb, aguerri » (Gavarni ds Larch. 1872, s.v. culotté). Dér. de culot* (d'une pipe); dés. -er. Les sens 2 et 3 sont issus du sens 1, p. métaph. allusion au culottage de la pipe; cf. avec 2 noir « ivre ». Fréq. abs. littér. : 14.
DÉR.
Culotteur. subst. masc.Culotteur de pipes. Personne qui culotte des pipes, p. ext. grand fumeur. Je résolus de fumer un peu pour me distraire. Cependant, quoique je fusse un culotteur de pipes renommé, je ne pus pas; dès la seconde bouffée, le cœur me tourna et je cessai (Maupass., Sur l'eau,1888, p. 87). [kylɔtœ:ʀ]. 1reattest. 1845 (Besch.); de culotter2, suff. -eur2*.
BBG. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 100, 242; p. 223 (s.v. culotteur).

CULOTTÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de culotter2*.
II.− Emploi adj.
A.− [En parlant d'une pipe] Teintée d'un brun noirâtre par l'usage; dont le fourneau est recouvert d'un dépôt noir. Des pipes de terre culottées. Un brûle-gueule merveilleusement culotté (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 36).
B.− P. anal.
1. [En parlant d'objets] Patiné par l'usage ou le temps, usagé, défraîchi. Des chapeaux de feutre culottés et crasseux. Peut-être avait-il [le docteur] compris aux vêtements, aux bretelles culottées, que ce n'était pas là [Romuald] un client fortuné (Vialar, Pt jour,1947, p. 398).
[Avec un compl. indiquant la nature de la patine] Vieilles murailles culottées de crasses :
1. Sur les murs salis de traînée de fumée, culottés d'un ton d'estaminet, dans les angles, aux quatre coins il s'amassait un voile de brouillard. Goncourt, Manette Salomon,1867, p. 135.
2. [En parlant de la peau] Synon. tanné.Large tonsure, fille des ans, culottée ainsi que la peau d'âne d'un tambour hors de service (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 5etabl., p. 175).Sa chemise ouverte laissait voir un coin de sa poitrine nue, gercée, gaufrée, culottée comme du vieux cuir (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 77).
3. [En parlant des yeux] Vieilli. Synon. cerné.Les paresses molles des lendemains de noce, les yeux culottés, ce noir des yeux que Madame Lerat appelait honnêtement les coups de poing de l'amour (Zola, Assommoir,1877, p. 717).
Rem. Culotté, pris dans ces sens, détermine généralement un subst. concr.; toutefois, on rencontre ds la docum. un emploi de culotté déterminant un subst. abstr. Une dèche affreuse, une misère culottée (Ponson du Terr., Rocambole, t. 5, 1859, p. 90).
Fréq. abs. littér. : 33.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

culottée \ky.lɔ.te\

  1. Féminin singulier de culotté.

Forme de verbe

culottée \ky.lɔ.te\

  1. Participe passé féminin singulier de culotter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CULOTTER. v. tr.
Vêtir d'une culotte. Être bien, être mal culotté. Pop., Culotter une pipe, Donner à une pipe, par l'usage qu'on en fait, une couleur foncée.

Phonétique du mot « culottée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
culottée kylɔte

Évolution historique de l’usage du mot « culottée »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « culottée »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « culottée »

Langue Traduction
Anglais cheeky
Espagnol fresco
Italien sfacciato
Allemand frech
Chinois 厚脸皮
Arabe صفيق
Portugais atrevido
Russe нахальный
Japonais 生意気な
Basque lotsagabea
Corse gattivu
Source : Google Translate API

Synonymes de « culottée »

Source : synonymes de culottée sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « culottée »

Partager