Cousu : définition de cousu


Cousu : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

COUSU, UE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de coudre*.
II.− Adjectif
A.− [Correspond à coudre A]
1. Attaché à ou attaché ensemble par des points. Le drap de dessus est toujours cousu à la couverture (Chateaubr., Mém.,t. 4, 1848, p. 200).Les tapis étaient faits d'échantillons cousus (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p. 237).Tous ces petits champs comme un tapis fait de lambeaux cousus ensemble (Larbaud, Barnabooth,1913, p. 275).
Cousu de.Auquel est cousu quelque chose. Des étoffes cousues de pierreries (Zola, Abbé Mouret,1875, p. 1298).
2. Fait de morceaux assemblés par des points. De belles chemises bien cousues (Balzac, Goriot,1835, p. 111).
Cousu main. Le fort crapaud cousu main, à multiples compartiments, article inusable (Céline, Mort à créd.,1936, p. 371).
P. métaph. Le Louvre est une drôle de bâtisse, cousue de bouts et de morceaux (Arnoux, Paris,1939, p. 11).
3. [Correspond à coudre A 1 a] Ce trousseau de souris blanche, qui lui a mangé les yeux avec ses petits points si fin cousus (A. Daudet, Crit. dram.,1897, p. 90).
4. Enfermé dans un contenant cousu. Une pièce d'or de vingt francs cousue dans le haut de mon jupon (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 257).Les soldats, violant les tombeaux Aymaras, En arrachaient les morts cousus dans leurs suaires (Hérédia, Troph.,1893, p. 191).Un énorme ballot soigneusement cousu dans une couverture brune (Benoit, Atlantide,1919, p. 265).
B.− Au fig.
1. [Expr. fig. se référant à une manière de coudre]
a) Cousu main. De bonne qualité, sûr, parfait :
1. [L'inconnu] J'ai pris aussi mes renseignements sur la firme (...). Bonne position partout, du crédit et du large, tout ça solide et cousu-main. Vialar, Le Bon Dieu sans confession,1953, p. 206.
Emploi subst. C'était du cousu main (Le Breton, Rififi hommes,1953, p. 30).
b) Cousu de fil blanc. Peu élaboré, grossier, qui ressemble à quelque chose dont les coutures seraient apparentes. Intrigue, film, roman, mensonge cousu de fil blanc. Des explications de femme cousues de fil blanc (Goncourt, Journal,1859, p. 675).C'est cousu de fil blanc leur machin (Vialar, Fins dern., 1953, p. 107).
Cousu de gros fil, de corde à puits. ... ça ne prend pas avec moi, ces malices cousues de cordes à puits (Courteline, Vie de ménage,Peur des coups, 1895, p. 176).L'orgueil me retient d'amener à mon secours quelque diversion cousue de gros fil (Colette, Cl. ménage,1902, p. 156).
2. [Correspond à coudre B 1 a] Attaché, dépendant :
2. ... c'était touchant de voir ces deux grands garçons (...) cousus à la robe de leur mère et lui obéissant et restés enfants pour elle. MmeV. Hugo, Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie,1863, p. 230.
3. [Se référant à l'idée de fermeture]
a) Cousu de qqc.
Qui a une grande quantité de. Aventurier cousu d'or et de pierreries (Dumas père, Morcerf,1851, V, 3, p. 121).Il est cousu de revolvers, ce vieux trappeur (Labiche, Doit-on le dire?1873, III, 11, p. 118).
Qui est plein de.
[En parlant de pers.] Cousus de cicatrices, de coups, de dettes. [Un écrivain] cousu de grec et de latin (Sainte-Beuve, Portr. litt.,t. 2, 1844-64, p. 469).Il [Martial] la trouva [MmeMatefan] cousue de rhumatisme, gémissante (L. Daudet, Cœur brûlé,1929, p. 120).
[En parlant de choses] Je ne me suis pas contenté de ces sornettes cousues de mensonges (Fabre, Oncle Célestin,1881, p. 402).
b) [Correspond à coudre B 2] Bouche cousue. Bouche fermée pour ne pas parler. Le prédicateur suprême doit ne pas avoir les mains liées et la bouche cousue (Verlaine, Œuvres compl.,t. 4, Mém. veuf, 1886, p. 255).Oreille ouverte, bouche cousue (H. Bazin, Huile sur feu,1954, pp. 178-179).
Lèvres cousues. Tais-toi, Ponce-Chumane, dit Zidore à lèvres cousues, mais si nettement que chacun l'entendit (Arnoux, Rhône,1944, p. 196).
Fam. Bec cousu. Silencieux (...), il demeurait bec cousu, mangeant la jeune fille de ses deux grands yeux affamés (Fabre, Barnabé,1875, p. 231).Le bec cousu à triple fil (Genevoix, Assassin,1948, p. 154).
Prononc. et Orth. : [kuzy]. Ds Ac. 1694-1878. Cf. coudre. Fréq. abs. littér. : 307. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 274, b) 611; xxes. : a) 417, b) 493.

Cousu : définition du Wiktionnaire

Adjectif

cousu

  1. Lié par une couture.
  2. (Figuré) Qui est plein.
    • Les truands se dissimulaient dans toutes les encoignures des maisons, et gare au bon bourgeois cousu d'or, qui rentrait trop tard chez lui. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 43)

Forme de verbe

cousu \ku.zy\

  1. Participe passé masculin singulier de coudre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cousu : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COUDRE. (Je couds, il coud ; nous cousons. Je cousais. Je cousis. J'ai cousu. Je coudrai. Couds. Que je couse. Que je cousisse. Cousant. Cousu.) v. tr.
Assembler deux ou plusieurs objets avec un fil passé dans une aiguille ou un autre instrument semblable. Coudre du linge. Coudre des boutons à un gilet. Coudre une pièce à un vêtement, à des souliers. Coudre des cahiers ensemble pour en faire un volume. Cela doit être cousu avec de gros fil, avec de la soie, etc. Coudre une plaie, les bords, les lèvres d'une plaie, pour qu'elle se ferme plus promptement. Absolument, Coudre proprement. Coudre dans du linge. Coudre à grands points, à points rabattus. Il s'est piqué en cousant. Coudre à la main. Coudre à la machine. Machine à coudre. Il se dit quelquefois au figuré, surtout en parlant des Ouvrages de l'esprit. Cette étude n'est fuite que de citations cousues ensemble, d'emprunts mal cousus. Fig. et fam., Des finesses cousues de fil blanc. Voyez FINESSE. Fig. et fam., Bouche cousue, Gardez le secret, ne parlez point de cela, n'en dites mot. Faites ce qu'il vous plaira, mais surtout bouche cousue. On dit plus ordinairement et mieux Bouche close. Fig. et fam., Être tout cousu d'or, Avoir beaucoup d'argent comptant, être fort riche. Fig. et fam., Avoir le visage cousu, tout cousu de petite vérole, Avoir le visage fort marqué de petite vérole.

Cousu : définition du Littré (1872-1877)

COUSU (kou-zu, zu-e) part. passé de coudre
  • 1Des souliers bien cousus.

    Fig. des finesses cousues de fil blanc, de gros fil, des finesses grossières et faciles à reconnaître.

    Terme de blason, qui se dit d'une pièce d'une autre couleur, ou d'un autre métal, placée sur une autre pièce, comme si elle y était cousue.

  • 2Joint, uni comme par une couture. Que d'éloges charmants cousus les uns aux autres ! Boursault, Merc. gal. IV, 3.
  • 3 Par extension. Elle ne s'est point condamnée à être cousue avec la reine [toujours avec elle], Sévigné, 419.

    Terme de manége. Cousu à la selle, se dit d'un homme qui est solide à cheval.

    Bouche cousue, se dit pour recommander de ne pas divulguer un secret, comme si la bouche était fermée par une couture. Tenir bouche cousue, garder le silence. M. de Revel et moi dans la confidence, nos bouches cousues, Sévigné, 574. Lisette, quelque temps tiens la bouche cousue, Si tu peux ; va fermer la porte de la rue, Regnard, Légat. III, 8. Adieu, bouche cousue au moins, Molière, G. Dand. I, 2. Motus, bouche cousue, La Fontaine, Jum.

  • 4Avoir les joues cousues, avoir le visage très maigre, comme si les joues étaient tenues près des os par une couture.

    Ce cheval a les flancs cousus, il est maigre et efflanqué.

  • 5Être tout cousu de… avoir une grande quantité, comme si la chose dont il s'agit était cousue partout à la personne ou à la chose dont on parle. Un livre cousu de passages grecs, hébreux, arabes, de citations de rabbins et d'autres auteurs obscurs et extraordinaires, Malebranche, Recherche, IV, 7. Loin de ces sots atrabilaires Qui, cousus de petits mystères, Ne nous parlent qu'incognito, Gresset, Chartreuse.

    Être tout cousu d'or, avoir en ornements beaucoup d'or sur ses habits. Aux pieds de prélats cousus d'or Charles dit son confiteor, Béranger, Ch. le Simple.

    Fig. Être tout cousu d'or, être fort riche. Oui, de pareils discours et les dépenses que vous faites, seront cause qu'un de ces jours on me viendra couper la gorge, dans la pensée que je suis tout cousu de pistoles, Molière, l'Avare, I, 5. Son voisin au contraire, étant tout cousu d'or, Chantait peu, dormait moins encor, La Fontaine, Fabl. VIII, 2. Ce vieux Crésus, en sablant du champagne, Gémit des maux que souffre la campagne Et, cousu d'or, dans le luxe plongé, Plaint le pays de tailles surchargé, Voltaire, Épît. LXIV.

    Être tout cousu de coups, être couvert de blessures.

    Avoir le visage cousu de petite vérole, être très marqué de petite vérole.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COUSU. Ajoutez :
6 Terme militaire. Se dit de soldats qui, en quelque péril que ce soit, ne se disjoignent pas ni ne rompent leurs rangs. En 1809.. le maréchal Macdonald… vous avertit que vos soldats ne sont plus cousus ensemble… oui, messieurs, cousus ensemble ; c'est le mot, Duc D'Aumale, Journ. offic. 29 mai 1872, p. 3578, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Cousu : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

COUSU, part. (Maréch.) se dit d’un cheval fort maigre. On dit qu’il a les flancs cousus, pour dire qu’il y a si peu d’épaisseur d’un flanc à l’autre, qu’il semble qu’ils sont cousus ensemble.

On dit qu’un homme est cousu dans la selle, pour signifier qu’il est si ferme à cheval, qu’il en branle si peu, qu’il semble y être attaché. (V)

Cousu, en termes de Blason, signifie la même chose que rempli, & se dit d’une piece de métal ou de couleur placée sur le champ de l’écu. On l’appelle ainsi, parce que par la regle générale du Blason de ne pas mettre métal sur métal, ni couleur sur couleur, elle ne doit pas avoir place dans l’écu ; & l’on sauve cette espece d’irrégularité, en disant qu’elle y est cousue. Voyez le P. Menet. & le dictionn. de Trév.

Bonne de Lesdiguieres en Dauphiné, de gueules au lion d’or, au chef cousu d’azur, chargé de trois vases d’argent. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cousu »

Étymologie de cousu - Wiktionnaire

Participe passé de « coudre » issu du latin consuere. Le d de « coudre » est euphonique (comme pour « moudre » du latin moluere qui donne « moulu », ce qui explique ce participe passé, sinon irrégulier, du moins fidèle à ses racines étymologiques latines.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cousu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cousu kuzy play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « cousu »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cousu »

  • Ce qui est intéressant dans cet épisode, c’est que l’auteur du crime n’est pas, à proprement parler, un assassin. Il n’est pas mauvais. C’est un homme fragile et renfermé, d’une sensibilité à fleur de peau. Ce sont les circonstances qui vont l’amener à commettre ce crime diabolique. J’ai adoré ce scénario cousu de fil blanc.  Télé 7 Jours, Crimes parfaits (France 3) Bruno Debrandt : "J’ai adoré ce scénario cousu de fil blanc"
  • Depuis mars, ils ont également cousu des combinaisons de protection. Red'Action, Coronavirus : Des prisonniers ont cousu 3 millions de masques en Turquie - Red'Action
  • Mardi 23 juin, Christian Peyret, maire de Nogaro, organise une réception pour remercier les couturières, qui ont bénévolement cousu 2 600 masques pour la population, pour Fabien Agnel, responsable de Bricomarché, qui a donné 2 000 masques et pour Jean-Jacques Farbos, responsable de Autre foies, qui a fourni les produits alimentaires (volailles, magrets, cœurs de canards) pour les repas des enfants des personnes prioritaires, gardés à l’école. , Elles ont cousu des masques pour Nogaro - Le journal du Gers
  • -Motus et bouche cousue : c’est notre devise. -Oui, botus et mouche cousue : c’est votre denise. De Hergé / Dupond et Dupont dans L'Affaire Tournesol
  • Une chemise de toile cousue par sa mère est chaude, une chemise de laine cousue par une étrangère est froide. De Proverbe finnois
  • L'automne, c'est cousu de moments de grâce, qui ne durent pas. De Janine Boissard / La Maison des enfants

Images d'illustration du mot « cousu »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cousu »

Langue Traduction
Corse cusutu
Basque josi
Japonais 縫った
Russe пришитый
Portugais costurado
Arabe مخيط
Chinois 缝制
Allemand genäht
Italien cucito
Espagnol cosido
Anglais sewn
Source : Google Translate API

Synonymes de « cousu »

Source : synonymes de cousu sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « cousu »


Mots similaires