Cours : définition de cours


Cours : définition du Wiktionnaire

Nom commun

cours \kuʁ\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. Mouvement d’écoulement naturel.
    1. Dans l’espace. → voir cours d’eau et
      • VERON, petite rivière ou ruisseau de Berri, de quatre lieues de cours. — (Maurille-Antoine Moithey, Dictionnaire hydrographique de la France, Chez l’auteur, 1787, page 123)
      1. (Hydrologie) Flux, étendue parcourue par l’eau des fleuves, des rivières et des ruisseaux. → voir cours d’eau
        • La route parcourt une campagne fertile et variée par des jardins, par des plantations de noyers, et par des coteaux plantés de vignes : à gauche, ou suit presque constamment le cours de l’Yonne ; […] — (Eusèbe Girault de Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France, Firmin Didot frères, 1837, vol.1 (Route de Paris à Genève : Département de l’Yonne), page 1)
        • Dans cette partie de son cours, la Lanterne reçoit les eaux de nombreux ruisseaux ou « rus » provenant des vallons tourbeux voisins. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 6)
        • 24 février. — Temps splendide. Le départ a lieu à dix heures.
          La colonne descend dans la vallée au Sud du camp et suit le cours du ruisseau d’Aïn El-Fert à l’Ouest, puis au Nord-Ouest.
          — (Frédéric Weisgerber, Trois Mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Ernest Leroux, Paris, 1904, page 133)
        • Une rivière dont le cours,
          Image d’un sommeil doux, paisible, et tranquille,
          Lui fit croire d’abord ce trajet fort facile.
          — (Jean de la Fontaine, Fables, VIII, XXIII (« Le Torrent et la rivière »))
      2. (Biologie) Circulation d’un liquide canalisé dans un circuit.
        • C’est en modifiant le calibre des vaisseaux et le cours du sang, c’est-à-dire le phénomène mécanique de transport du sang […] — (Jean Baptiste Baillière, Programme du cours d’histologie, 1864, page 94)
        • Je voudrais que du ciel le barbare secours
          De mon sang dans mon cœur eût arrêté le cours.
          — (Voltaire, Zaïre, III, 3)
      3. (Astronomie) Mouvement, course réel ou apparent des astres.
        • Que puisses-tu, grand soleil de nos jours,
          Faire sans fin le même cours !
          — (François de Malherbe, III, 4)
        • Le soleil pâlit au milieu de son cours, et l’azur du ciel, traversé de bandes verdâtres, semble se décomposer dans une lumière louche et troublée. — (François-René de Chateaubriand, Les Martyrs, livre dix-neuvième, volume 2, éd. Le Normant, 1809, page 239)
      4. (Par analogie) Étendue de certaines choses continues.
        • […] principalement l’idée qu’il avoit d’établir le véritable cours de la ligne de montagnes, qui commence à la mer Noire, va parallèlement au Danube jusqu’au mont St-Gothard, et continue jusqu’à la Méditerranée. — (Bernard le Bouyer de Fontenelle, Éloge de M. le comte Marsigli)
      5. (Vieilli) longueur.
        • Une tenture de tapisserie de laine et de soye relevée d’or, dessein de Raphaël, représentant la fable de Psyché , avec la devise de la Salamandre et deux F couronnés dans la bordure, contenant cent six aunes de cours, en vingt-six pièces […] — (Antoine Louis LACORDAIRE, Notice sur l'origine et les travaux des manufactures de tapisserie et de tapis réunies aux Gobelins et catalogue des tapisseries qui y sont exposées, 1855, page 15)
    2. Dans le temps. → voir au cours de, en cours, cours de ventre et
      • […] nous n’avons pas de maître sinon le grand 道 Dao de ce qui n’en finit pas 到 dao (arriver) et non agir trouver des instructions dans le silence attendre – suivre le cours des choses et finir de l’actualiser mais sans s’en rendre compte […]— (Pierre Vinclair, Le Cours des choses, Flammarion, 2018, page 26)
      1. (Littérature) Durée. → voir cours de la lune
        • Dans le cours d’environ trente ans, Marivaux donna sur la scène française et sur la scène italienne environ trente pièces, qu’il partagea à peu près également entre les deux théâtres. — (Jean le Rond D’Alembert, Éloges, Marivaux)
        • Puis donc, mon cher Polyclès, qu’à l’âge de quatre-vingt-dix-neuf ans où je me trouve, j’ai assez vécu pour connaître les hommes ; que j’ai vu d’ailleurs, pendant le cours de ma vie, toutes sortes de personnes et de divers tempéramens [sic] ; et que je me suis toujours attaché à étudier les hommes vertueux, comme ceux qui n’étaient connus que par leurs vices […] — (Jean de la Bruyère, Avant-propos de Théophraste)
        • Dans le cours d’une seule journée Je suis Héraclius, Léonce et Martian. — (Pierre Corneille, Héraclius empereur d’Orient, V, 6)
        • Chaque fjord islandais a un petit chef-lieu où le steamer fait escale cinq ou six fois dans le cours d'une année. Dans ces localités résident des marchands […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 58)
        • Mais enfin ce héros, sujet au cours des ans,
          A trop longtemps vaincu pour vaincre encor longtemps.
          — (Pierre Corneille, Sertorius, II, 1)
        • Encore une fois, tout est vain en l’homme, si nous regardons le cours de sa vie mortelle […] — (Jacques-Bénigne Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Anne d’Angleterre, Duchesse d’Orléans)
        • Sans les digues élevées et solidement établies qui l’en garantissent, la Camargue serait submergée par le Rhône plusieurs fois durant le cours du printemps, au moment sur-tout de la fonte des neiges, et pendant l'automne lors des pluies équinoxiales : […]. — (M. de Rivière, « Mémoire sur la Camargue », dans les Annales de l'agriculture française, 2e série, tome 34, Paris : chez Madame Huzard, avril 1826, page 77)
      2. (Philosophie) Continuité.
        • Je dis la raison : car ce serait se figurer, comme ces philosophes insensés, une divinité indolente […] qui suit le cours des révolutions humaines, sans leur donner elle-même de mouvement […] — (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le mercredi de la deuxième semaine de Carême sur la vocation)
      3. (Sciences) Conséquence logique, naturelle normalement attendue ou prévisible.
        • J’observe comme vous cent choses tous les jours
          Qui pourraient mieux aller prenant un autre cours.
          — (Molière, Le Misanthrope, I, 1)
        • Les uns se représentoient un dieu oisif […] laissant au hasard le cours des siècles et des saisons, les révolutions des empires, la destinée de chaque particulier, la machine entière de ce vaste univers […] — (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le jour de Noël)
    3. Dans un espace-temps. → voir suivre son cours, parcours et
      • Il y en a un à qui j’enseigne la langue indienne ; il m’apprend en récompense un jargon qui a cours dans l’Europe, et qu’on nomme l’italien. — (Voltaire, Lettres d’Amabed, 1)
      1. Développement, enchaînement, direction que prennent certaines choses, ou qu’on leur donne.
        • Je lui prête mon bras sans engager mon âme ;
          Je m’abandonne au cours de sa félicité,
          Tandis que tous mes vœux sont pour la liberté.

          — (Pierre Corneille, Sertorius, III, 2)
        • […] au cours des événements, une proposition pour déclencher la grève générale, mais cette proposition a été rejetée par l'N.V.V. — (La Révolution prolétarienne, 1934)
        • Les choses quelquefois prennent un autre cours. — (Pierre Corneille, Nicomède, IV, 5)
        • […] Mon sang rompt le cours du mal que j’avais fait. — (Pierre Corneille, Nicomède, V, 10)
      2. Déroulement d’une histoire.
        • Vous ne sauriez […] Conter vos malheurs sans conter mon histoire ;
          Et lorsque, ce matin, j’en écoutais le cours,
          Mon cœur vous répondait tous vos mêmes discours.
          — (Jean Racine, Mithridate, II, 6)
        • Désormais que ma muse, aussi bien que mes jours,
          Touche de son déclin l’inévitable cours.
          — (Jean de la Fontaine, Poésies mêlées, LXIX)
        • Mais un trouble importun vient, depuis quelques jours,
          De mes prospérités interrompre le cours.
          — (Jean Racine, Athalie, II, 5)
      3. suivi d’une affaire.
        • Quand on est au cours des plus grandes affaires, rarement tombe-t-on dans certaines petitesses. — (Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Sujétion de l’esprit)
      4. Conséquence prévisible.
        • Ce serait en tous cas à moi qu’il se faudrait prendre du cours qu’ont eu vos deux lettres. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Lettres sur l’affaire du quiétisme, 141, 75 (À M. de Rancé), 22 août 1697)
        • Ni ils ne sont maîtres des dispositions que les siècles passés ont mises dans les affaires, ni ils ne peuvent prévoir le cours que prendra l’avenir, loin qu’ils le puissent forcer. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Théologie historique, III, 8)
        • […] mais ce sont des coups qui se font remarquer, et qui sortent de l’ordre commun, au lieu qu’il n’y a qu’à laisser aller les choses leur cours naturel, et vous mourrez tel que vous êtes […] — (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le lundi de Pâques sur la fausse confiance)
      5. (Éducation) Période globale consacrée à une matière. → voir cours de langue et
        • Il me fait d’abord un cours de géographie, et j’apprends que la terre est un disque dont l’Arabie occupe le centre. — (Frédéric Weisgerber, Trois Mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Ernest Leroux, Paris, 1904, page 123)
        • En début d'année, un « colloscope » est distribué. Cet astucieux emploi du temps organise les horaires de passage de chaque groupe dans chaque matière. Aux heures de cours proprement dites s'ajoutent donc celles de « colle » […]. — (Eric Flatt, ‎Loïc Dilly & ‎Nicolas Guay, La prépa école de commerce, Éditions Eyrolles, 2011, page 88)
        • La tête en l’air, qui suit à Oxford quelques cours de botanique, se prépare à devenir pasteur quand une chance imprévue s’offre à elle : on lui propose de partir, au titre d’homme de compagnie du capitaine Robert Fitz-Roy, âgé de vingt-six ans et au caractère difficile, pour un très long voyage d’étude. — (Jean d’Ormesson, C’est une chose étrange à la fin que le monde, 2010, ISBN 978-2-221-12336-2)
        1. (Par métonymie) Contenu enseigné pendant cette période.
          • Apprenez, ma fille ; faites votre cours [de médecine]. — (Marquise de Sévigné, 387)
        2. (Édition) Traité, publication, ouvrage consacré(e) à un enseignement.
          • Ce cours une fois publié, nous pourrons commencer un journal de langue française, sous le titre de solutions grammaticales, où nous répondrons à toutes les questions qui pourront nous être adressées. — (Pierre-Alexandre Lemare, Cours de langue française, en 9 parties, 1835, page 1070)
      6. (Finance) Validité à un instant donné. → voir cours au comptant, cours de change à terme, cours de la bourse et
        • Ce n’est pas tout : j’ai acheté cent louis d’or cinq ou six pièces d’une monnaie de cuivre qui avait cours il y a deux mille ans. — (Montesquieu, Lettres persanes, page 142)
        • […] une science vaine, aride, dénuée d’agrément et d’utilité, qui ne tombe point dans la conversation, qui est hors de commerce, semblable à une monnaie qui n’a point de cours. — (Jean de la Bruyère, Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle, I)
        1. (Par extension) Se dit des écrits ou idées qui circulent.
          • Plusieurs copies qui eurent cours par la ville. — (Antoine Hamilton, Mémoires de Grammont, 11)
          • Le commerce de tant de peuples divers, autrefois étrangers les uns aux autres, et depuis réunis sous la domination romaine, a été un des principaux moyens dont la Providence se soit servie pour donner cours à l’Évangile. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Théologie historique, III, 1)
        2. Crédit donné à ces écrits ou idées
          • De toutes les erreurs qui ont aujourd’hui cours dans le monde […] — (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour la fête de la Visitation de la sainte Vierge)
          • En général la satire a peu de cours dans les grandes villes, où ce qui n’est que mal est si simple, que ce n’est pas la peine d’en parler. — (Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, 1761, deuxième partie, Lettre XVII à Julie)
          • Les manières polies donnent cours au mérite. — (Jean de la Bruyère, Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle, V)
  2. Alignement, enchainement continu d’éléments. → voir cours d’assise, cours de pannes, cours de plinthe, discours et
    • […] on pourrait aussi ne prendre qu’un seul cours de moellons pour établir les têtes et la partie intermédiaire de la voûte. — (S. Loignon, Ponts biais, C. Bernard, 1872, page 41)
    1. (Urbanisme) Promenade publique, située dans la ville ou à proximité, ordinairement plantée d’arbres, et qui s’étend plus en longueur qu’en largeur.
      • […], nous entrâmes dans la Rue de la République, laissant derrière nous le cours Jean Jaurès et la gare, porte à jamais refermée sur Chambéry. — (Jean-Paul Rebour, Près du pont d'Avignon, Éditions Publibook, 2014, p. 17)
      • Hyde-Park, comme on sait, est le cours de Londres. — (Antoine Hamilton, Mémoires de Grammont, 7)
      • Il se promène avec des femmes à la plaine ou au cours. — (Jean de la Bruyère, Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle, VII)
      • En revenant à Paris, nous trouvâmes au cours presque toutes les filles de qualité à marier. — (Louis de Rouvroy, 28, 72)
    2. (Vieilli) (Agriculture) Rotation des plantations.
      • Le cours général des cultures dans cette division est comme suit : 1 Froment sur jachère fumée. 2 Luzerne avec charrées en couverture […ÿ — (Cours complet d’agriculture, d’économie rurale et de médecine, Volume 19, Bureau du Cours complet d’agriculture, 1848, page 112)
    3. (Filature) L’allée et la venue de la navette, dans les fabriques de soie. — (« cours », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872–1877 → consulter cet ouvrage)
  3. (Vieilli) Action de courir.
    • Que d’un cours si rapide
      La victoire vous ait ramené dans l’Aulide.
      — (Jean Racine, Iphigénie, I, 2)
    • C’est pour vous qu’on l’a vu, vainqueur de tant de princes,
      D’un cours impétueux traverser nos provinces.
      — (Jean Racine, Alexandre le Grand, II, 1)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cours : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COUR. n. f.
Espace découvert qui dépend d'une maison, d'un hôtel, etc., et qui est entouré de murs ou de bâtiments. Cour d'entrée. Cour principale. Cour de devant. Cour de derrière. Cour intérieur. Cour pavée, sablée, gazonnée. Maison bâtie entre cour et jardin. Cour à fumier. Cour d'honneur, La principale cour d'un château, d'un palais.

Cours : définition du Littré (1872-1877)

COURS (kour ; quelques personnes prononcent l's, disant kours', ce qui est mauvais ; l's ne se lie pas : kou-r éternel des astres ; cependant quelques personnes lient cette s : le kour-z éternel) s. m.
  • 1Action de courir, cheminement, progrès, au propre et au figuré. Que d'un cours si rapide La victoire vous ait ramené dans l'Aulide, Racine, Iphig. I, 2. C'est pour vous qu'on l'a vu, vainqueur de tant de princes, D'un cours impétueux traverser nos provinces, Racine, Alex. II, 1. Un entretien dont le cours m'importune, Racine, Bérén. I, 3. Et pour trancher le cours de leurs dissensions, Corneille, D. Sanche, I, 2. Pour rompre le cours à toutes les dépenses, Molière, le Bourg. V, 2. Il faut, dis-je, pour rompre à toute chose cours…, Molière, l'Étour. I, 9. Il a arrêté le cours d'une corruption publique, Pascal, Prov. 8. La violence et la vérité ne peuvent rien l'une sur l'autre… La violence n'a qu'un cours borné par l'ordre de Dieu, qui en conduit les effets à la gloire de la vérité qu'elle attaque, Pascal, ib. 12. Quand ce grand Dieu a choisi quelqu'un pour être l'instrument de ses desseins, rien n'en arrête le cours, Bossuet, Reine d'Anglet. Hé quoi ! votre courroux n'a-t-il pas eu son cours ? Racine, Andr. I, 4. J'ai cru que votre amour allait finir son cours, Racine, Bérén. V, 7. De mes inimitiés le cours est achevé, Racine, Andr. I, 1. Des exemples qui arrêtent le cours de l'iniquité, Fénelon, Tél. XI. Toutes ses passions reprirent leurs cours, Fénelon, ib. XVI.

    Interrompre le cours d'une chose, l'arrêter, l'empêcher. Les plaisirs dont jamais le moindre remords n'a interrompu le cours, Pascal, Prov. 4. C'est ce qui nous apprend parfaitement la dépendance perpétuelle où nous sommes de Dieu, puisque, s'il en interrompt tant soit peu le cours, la sécheresse survient nécessairement, Pascal, Lettre à Mme Périer, 5 nov. 1648. De combien de soupirs interrompant le cours, Ai-je évité vos yeux que je cherchais toujours ! Racine, Brit. III, 7. Je te vis… Toujours de ma fureur interrompre le cours, Racine, Andr. I, 1. Mais un trouble importun vient, depuis quelques jours, De mes prospérités interrompre le cours, Racine, Ath. II, 5.

    Terme de marine. Voyage de long cours, par opposition au cabotage qui se fait sans presque quitter la côte, tandis qu'on s'en éloigne tous les jours dans le voyage de long cours. On est généralement plus longtemps à se rendre de Dunkerque à Cette que de Nantes à Terre-Neuve ; mais, quelle que soit la durée du voyage, le premier est nommé cabotage ou grand cabotage, et l'autre long cours, Legoarant Les deux souris s'embarquent dans un vaisseau qui allait faire un voyage de long cours, Fénelon, XIX, 57.

    Capitaine au long cours, celui qui commande les navires qui font le long cours.

    Terme de filature. L'allée et la venue de la navette, dans les fabriques de soie.

  • 2Mouvement réel ou apparent des astres. Que puisses-tu, grand soleil de nos jours, Faire sans fin le même cours ! Malherbe, III, 4. Je n'entends point le cours du ciel ni des planètes, Régnier, Sat. III. L'astre qui commence son cours, Racine, Hymne. Son char vide [du soleil] faisait son cours ordinaire, Fénelon, Tél. II.
  • 3Mouvement d'écoulement, et aussi étendue que parcourt le fleuve, etc. Cette rivière a un cours rapide. Les rivières ne sont guère navigables que dans la dernière moitié de leur cours. Une rivière dont le cours, Image d'un sommeil doux, paisible et tranquille, Lui fit croire d'abord ce trajet fort facile, La Fontaine, Fabl. VIII, 23. Les bateaux qui suivent le cours d'une rivière, Descartes, Monde, 10. Les paroles de Mentor étaient semblables à ces paroles enchantées qui calment la mer irritée, font taire les vents et les flots, et suspendent le cours des fleuves, Fénelon, Tél. X. Le commerce est comme certaines sources ; si vous voulez détourner leur cours, vous les faites tarir, Fénelon, ib. III. Sur un ruisseau rapide Vers la France entraîné, Il s'assied l'œil humide Et le front incliné ; Dans ces champs qu'il regrette, Il sait qu'en peu de jours, Ces flots que rien n'arrête Promèneront leur cours, Béranger, Exilé.

    Un cours d'eau, un ruisseau, une rivière. Les grands cours d'eau qui traversent l'Amérique méridionale.

    Donner cours à l'eau, lui procurer de l'écoulement.

    Donner cours à ses larmes, les laisser couler. De ses premiers sanglots laissez passer le cours, Racine, Bérén. III, 2. Pleurons et gémissons, mes fidèles compagnes ; à nos sanglots donnons un libre cours, Racine, Esth. 5.

    Fig. Donner cours à ses transports, à sa fureur. Et laisse-moi, de grâce, attendant Émilie, Donner un libre cours à ma mélancolie, Corneille, Cinna, III, 2. Je veux pour donner cours à mon ardente haine…, Racine, Théb. IV, 1. Nos habitudes ouvrent nos organes et donnent aux esprits un cours facile et prompt, Vauvenargues, Pénétration.

    Prendre son cours, se dit d'une eau qui prend sa pente. Et fig. avoir origine. Et de là prend son cours mon déplaisir secret, Corneille, Cid, I, 2. La source d'où la grâce a pris son cours, Bossuet, Dév. 1.

    Laisser passer le cours, attendre qu'une eau soit écoulée ; et fig. attendre que quelque chose ait cessé. Ulysse… De ce premier torrent laissa passer le cours, Racine, Iphig. I, 1.

    Par comparaison avec le cours d'un fleuve, on dit le cours d'une chaîne de montagnes. L'idée qu'il avait d'établir le véritable cours de la ligne des montagnes qui commence à la mer Noire, va parallèlement au Danube jusqu'au mont St-Gothard et continue jusqu'à la Méditerranée, Fontenelle, Marsigli.

  • 4 Par analogie. Le cours du sang. Il faut que cette humeur ait son cours. Je voudrais que du ciel le barbare secours De mon sang dans mon cœur eût arrêté le cours, Voltaire, Zaïre, III, 3.
  • 5Cours de ventre, diarrhée.
  • 6Développement, enchaînement. Le cours des saisons, des événements. Je lui prête mon bras sans engager mon âme ; Je m'abandonne au cours de sa félicité, Tandis que tous mes vœux sont pour la liberté, Corneille, Sertor. III, 2. Les choses quelquefois prennent un autre cours, Corneille, Nicom. IV, 5. … Mon sang rompt le cours du mal que j'avais fait, Corneille, ib. V, 10. J'observe comme vous cent choses tous les jours, Qui pourraient mieux aller prenant un autre cours, Molière, Mis. I, 1. Ils ne peuvent prévoir le cours que prendra l'avenir, Bossuet, Hist. III, 7. Ce serait à moi qu'il se faudrait prendre du cours qu'ont pris vos deux lettres, Bossuet, Lett. quiét. 141. Il n'y a qu'à laisser aller les choses leur cours naturel, Massillon, Car. F. conf. Il suit le cours des révolutions humaines, Massillon, ib. Voc. Laissant au hasard le cours des siècles et des saisons, Massillon, Av. Noël. Vous ne sauriez… Conter vos malheurs sans conter mon histoire ; Et lorsque, ce matin, j'en écoutais le cours, Mon cœur vous répondait tous vos mêmes discours, Racine, Mithr. II, 6. Désormais que ma muse, aussi bien que mes jours, Touche de son déclin l'inévitable cours, La Fontaine, Poésies mêlées, LXIX. Quand on est au cours des plus grandes affaires, rarement tombe-t-on dans certaines petitesses, Vauvenargues, Sujétion de l'esprit.
  • 7Durée. La nuit est au milieu de son cours. Le cours de notre existence. Dans le cours de la guerre. J'en romprai bien le cours [de sa vie], Corneille, Hor. III, 6. Dans le cours d'une seule journée Je suis Héraclius, Léonce et Martian, Corneille, Héracl. V, 6. Mais enfin ce héros, sujet au cours des ans, A trop longtemps vaincu pour vaincre encor longtemps, Corneille, Sertor. II, 1. Tout est vain en l'homme si nous regardons le cours de sa vie mortelle, Bossuet, Duch. d'Orl. Puisqu'à l'âge de 99 ans j'ai assez vécu pour connaître les hommes, et que j'ai vu pendant ce cours toute sorte de personnes, La Bruyère, Théophr. Av. propos. Dans le cours d'environ trente ans, Marivaux donna sur la scène française et sur la scène italienne environ trente pièces, qu'il partagea à peu près également entre les deux théâtres, D'Alembert, Éloges, Marivaux.

    Cours de la lune, le temps qui s'écoule depuis le premier quartier jusqu'à la pleine lune.

    On dit qu'une maladie a son cours quand elle passe inévitablement par certaines périodes. Je pense qu'il fallait que le mal eût son cours, Régnier, Sat. XII. Il faut que le reste [du mal] ait son cours, et nous comptons sur trois semaines, Sévigné, 245.

  • 8Enseignement suivi sur une matière. Suivre un cours de chimie, d'algèbre, de littérature. Apprenez, ma fille ; faites votre cours [de médecine], Sévigné, 387. Outre les leçons publiques, M. Chirac faisait chez lui des cours particuliers, Fontenelle, Chirac.

    Traité spécial sur un enseignement. Ce professeur a publié un cours de philosophie.

    Études universitaires. Ce jeune homme a fini ses cours.

    Ancien terme de jurisprudence. Recueil de lois, de canons. Cours civil. Cours canonique.

  • 9Circulation, crédit. Cette monnaie n'a plus cours. Donner cours forcé aux billets, obliger de les recevoir comme argent. Une monnaie de cuivre qui avait cours il y a deux mille ans, Montesquieu, Lett. pers. 142. Semblable à une monnaie qui n'a point de cours, La Bruyère, I.

    Par extension, se dit des écrits ou idées qui ont circulation et crédit. Plusieurs copies qui eurent cours par la ville, Hamilton, Gramm. 11. Ces ouvrages [de parti] ont cela de particulier qu'ils ne méritent ni le cours prodigieux qu'ils ont pendant un certain temps, ni le profond oubli où ils tombent, La Bruyère, I. Les choses qui ont cours [qui sont usuelles], La Bruyère, XIII. Un ouvrage qui n'ait nul cours [nulle vogue], La Bruyère, XII. Jusqu'à ce qu'ils aient vu le cours que l'ouvrage aura dans le monde, La Bruyère, I. Les erreurs qui ont aujourd'hui cours dans le monde, Massillon, Myst. Visit. Il m'apprend un jargon qui a cours dans l'Europe, Voltaire, Amabed, 1. En général la satire a peu de cours dans les grandes villes, Rousseau, Hél. II, 9.

    Donner cours à une monnaie, à un papier ; et, par extension, donner cours à un bruit, à une opinion. Le commerce de tant de peuples divers, autrefois étrangers les uns aux autres, et depuis réunis sous la domination romaine, a été un des principaux moyens dont la Providence se soit servie pour donner cours à l'Évangile, Bossuet, Hist. III, 1. Les manières polies donnent cours au mérite, La Bruyère, V.

  • 10 Terme de commerce. Valeur sur le marché. Acheter des marchandises au cours de la place ou du marché. Rien n'eut cours ni crédit, La Fontaine, Fabl. VII, 14.

    Fig. C'est le cours du marché des affaires humaines, Régnier, Sat. XI. La vertu… Se transforme aux humeurs, suit le cours du marché, Régnier, Sat. V.

  • 11 Terme de bourse. Le cours est ouvert. Le cours du change, de la rente, des obligations. Les cours sont élevés, les fonds sont en hausse. Puisque le change, dans son cours, éprouve nécessairement des hausses et des baisses alternatives, il est évident que les marchands, tour à tour, donneront tantôt une plus grande somme pour une plus petite, tantôt une plus petite pour une plus grande, Condillac, Comm. gouv. I, 17.

    Cours moyen, cours également distant du plus haut et du plus bas de la bourse courante Acheter de la rente au cours moyen.

  • 12L'étendue d'une chose en longueur. Une tapisserie de dix mètres de cours.
  • 13 Terme d'architecture. Cours de plinthe, plinthe de pierre ou de plâtre continuée dans les murs de face, à l'effet de marquer la continuation des étages.

    Cours de pannes, réunion de toutes les pannes pour faire la longueur du comble.

    Cours d'assise, rang continu de pierres dans une bâtisse.

  • 14Lieu agréable qui est un rendez-vous pour se promener à certaines heures à cheval ou en voiture, et qui est ordinairement en dehors de la ville. Au XVIIe siècle, le cours du mardi gras se tenait au bout du faubourg St-Antoine. Hyde-Park, comme on sait, est le cours de Londres, Hamilton, Gramm. 7. Il se promène avec des femmes à la plaine ou au cours, La Bruyère, VII. En revenant à Paris, nous trouvâmes au cours presque toutes les filles de qualité à marier, Saint-Simon, 28, 72.

    Nom de promenades publiques dans des villes.

  • 15 Terme de liturgie. Cours ecclésiastique, heures canoniales ou bréviaire.

HISTORIQUE

XIe s. [Il] Descent à pied, alet i est plein curs, Ch. de Rol. CCII.

XIIe s. El curs del tens e del termine Qui est, qui vient et qui sera, Benoit de Sainte-Maure, II, 1023. Cum li fluies [fleuve] remfle suvent E creist pur la mer dusqu'en som Par les curs de la luneison, Benoit de Sainte-Maure, II, 3022.

XIIIe s. Des douze signes par coi li solaus fait son cours, Alebrand, f° 1. Des testamens ont hui ces deux ordres [les moines mendiants] le cours ; Et si s'en entremetent par commun entre-cours ; Testamens, sepultures leur font si grant secours, Que de quanque il leur fault treuvent ilec recours, J. de Meung, Test. 906. Le cours de nostre vie humaine, J. de Meung, Tr. 96. Gardez-vous del trot ou del cors, Fabl. et contes anc. t. II, p. 186.

XIVe s. Elle [la monnaie] n'a pas son pris ne son cours par nature, mes par la loi et par ordenance humaine, Oresme, Eth. 152. Et le sors d'ingremanche [nécromancie] scet-elle bien user, Et le cours des esteles scet-elle regarder, Baud. de Seb. XII, 730.

XVe s. Je savoie bien que encore au temps à venir sera cette haute et noble histoire en grand cours, et y prendront tous nobles et vaillans hommes plaisance et exemple de bien faire, Froissart, II, III, 1. Et au corps ils avoient le cours du ventre dont ils mouroient sans remede, Froissart, II, III, 83. L'escuyer anglois qui venoit là le cours [en courant] pour lui aider, n'y put venir à temps, Froissart, II, II, 85. Il faut que les choses aient leur cours, Froissart, II, II, 142. Mais il convient que je l'endure, Puisque c'est le cours de nature, Orléans, Ball. 98. … tant d'ordure y a cours [à la cour] Qu'eureus est cils qui ne la poursuit mie, Deschamps, Douleur advenant à ceux qui suivent la cour. À vostre mort [vous] courez plus que le cours ; Trop me merveil comment vie vous dure, Deschamps, Vie dissipée. Pour congnoistre selon les espaces des charpenteries, à veoir le cours des tois par un descours seulement, quans milliers de clou et de latte et de tieulle il aura sur un toit, Deschamps, Poésies mss. f° 394, dans LACURNE. Escoliers qui vuellent estre licentiés en medecine doivent oïr en la dicte science par cinquante six mois ou par six ans à ordinaire et à cours, non comptées les vacations d'entre Saint Pere et la Sainte Crois, Ord. des rois de Fr. t. II, p. 70.

XVIe s. Diane en l'onde il vaudroit mieux trouver Ou voir Meduze, ou au cours s'esprouver Avecques Atalante…, Du Bellay, J. VII, 26, verso. Mettre en traficque la raison, et donner aux loix cours de marchandise, Montaigne, I, 118. J'avois achevé mon cours [mes études], Montaigne, I, 196. On laisse ce vain cours à son auctorité, Montaigne, II, 80. Leur monnoye de fer n'avait point de cours aux autres villes de la Grece, Amyot, Lyc. 14. Aucunes rivieres ne furent destournées de leurs cours, Amyot, Fab. 6. La roideur du cours de la riviere, Amyot, Tim. 42. Ne pouvant demeurer oisif sans rien faire avec un si bon nombre de galeres, il s'en alla en cours, où il prit quelques isles, Amyot, Lysand. 15. Il envoia quelques galleres et fustes en la mer pour descouvrir ; ceux-là n'eurent pas fait grand cours qu'ils rencontrerent Uluzali, D'Aubigné, Hist. II, 202.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COURS. Ajoutez : - REM. J. J. Rousseau écrit couper cours au lieu de couper court, qui est la véritable orthographe. Un avis très important et propre à couper cours au mal qu'on aura pu prévenir, Rousseau, Lett. au prince de Wirtemberg, 10 nov. 1763. Ce n'est pas couper le cours, c'est couper court, c'est-à-dire couper très court.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Cours : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

COURS, s. m. (Gram.) se dit des élémens & des principes d’une science, ou rédigés par écrit dans un livre, ou démontrés en public par des expériences.

C’est en ce dernier sens qu’on dit, un cours d’Anatomie, de Chimie, de Mathématiques, &c. Le mot de cours vient apparemment de ce qu’on y parcourt toutes les matieres qui appartiennent à la science qui en est l’object.

Le cours d’une science doit contenir non-seulement toutes les parties de cette science & leurs principes, mais les détails les plus importans. Au reste, comme les principes de chaque science ne sont pas en fort grand nombre, sur-tout pour un esprit philosophique, il ne seroit peut-être pas impossible de faire un cours général de Sciences, dans lequel chaque science seroit réduite à ses principes essentiels : un tel ouvrage, s’il étoit bien fait, dispenseroit un génie inventeur de bien des lectures inutiles ; il sauroit jusqu’où les hommes ont été, & ce qu’il peut avoir à y ajoûter. Voici quel pourroit être le plan d’un tel ouvrage. On poseroit chaque principe, on le démontreroit, & on indiqueroit ensuite en peu de mots tous les usages & toutes les applications qu’on auroit fait de ce principe, en se contentant d’indiquer les auteurs qui en auroient le mieux traité ; peu-à-peu cet ouvrage pourroit en produire un plus grand, où presque toutes les connoissances humaines seroient renfermées. Je doute qu’il y ait aucune science sur laquelle il ne soit possible d’exécuter ce projet : il me le paroît du moins sur le petit nombre de celles que j’ai étudiées, entre autres sur les différentes parties des Mathématiques ; & je pourrois tenter de l’exécuter un jour sur ces différentes parties. Je ne doute point, par exemple, que des élémens de Géométrie & de Méchanique faits dans ce goût ou sur ce plan, ne fussent un ouvrage très-utile : mais il y a beaucoup d’apparence qu’un tel ouvrage ne ressembleroit guere aux élémens ordinaires qu’on donne de ces Sciences. Voyez Elémens. (O)

Cours, est aussi le tems qu’on employe à étudier & à apprendre les principes d’une science : en ce sens on dit, qu’un écolier a fait son cours de Philosophie.

Cours d’une Courbe. Voyez Courbe. (O)

Cours royales, Cours solennelles, Cours couronnées, ou Fêtes royales, (Hist. mod.) assemblées pompeuses que les anciens rois de France tenoient aux principales fêtes de l’année, pour se faire voir à leurs sujets, aussi-bien qu’aux étrangers, dans toute leur majesté & avec une magnificence vraiment royale.

Cette cour se tenoit aux grandes fêtes de Pâques & de Noël, & étoit fort différente des champs de Mars ou de Mai dont on a parlé. Grégoire de Tours rapporte que Chilperic fit cette cérémonie à Tours aux fêtes de Pâques. Eginhard dit que Charlemagne paroissoit dans ces solennités revêtu d’habits de drap d’or, de brodequins enrichis de perles & d’autres ornemens royaux, avec la couronne sur la tête. Les rois de la 3e race imiterent en cela leurs prédécesseurs. Le moine Helgaud raconte que le roi Robert tint des cours solennelles aux jours de Pâques en son palais de Paris, où il fit des festins publics ; & S. Louis nonobstant sa modestie ordinaire, paroissoit dans les mêmes occasions avec tout l’appareil de la royauté, comme il fit, dit Joinville, en cette cour & maison ouverte qu’il tint à Saumur, où le roi de Navarre se trouva en cotte & mantel, avec le chapel d’or fin ; & comme en ces occasions les rois paroissoient avec la couronne en tête, on donna à ces solennités le nom de cours couronnées, curiæ coronatæ. Sous les rois de la seconde race, on ne les célébroit qu’à Noël & à Pâques ; mais ceux de la troisieme y ajoûterent les assemblées des fêtes de l’Epiphanie & de la Pentecôte. Elles étoient accompagnées d’un festin où le roi mangeoit en public, servi par ses grands officiers ; leur faisoit des libéralités, & faisoit jetter au peuple une grande quantité de toutes sortes de monnoies, tandis que les hérauts crioient largesse. A l’imitation de la France, Guillaume le Conquérant en introduisit l’usage en Angleterre. Eadmer, parlant du roi Henri I. les appelle les jours de la couronne du roi, parce que le souverain y paroissoit avec la couronne sur la tête. Les marches ou processions des rois avec les chevaliers de leur ordre, telle que celle des chevaliers du saint-Esprit à la Pentecôte, des chevaliers de la Jarretiere le jour de l’Epiphanie, ont succédé à ces anciennes cours royales, mais n’en ont pas conservé toute la magnificence. Chambers & Morery. (G)

Cours, (Jurispr.) a plusieurs significations. Le cours du change, c’est le taux de ce que les banquiers prennent pour droit de change, à raison de tant pour cent, pour faire tenir de l’argent d’un lieu dans un autre. Voyez Change.

Cours d’eau, signifie une certaine étendue d’eau courante.

Cours des intérêts, c’est le tems pendant lequel les intérêts s’accumulent.

Cours de la place, est la même chose que cours du change.

Cours de la peremption, c’est le tems qui est compté pour acquérir la peremption.

Cours de la prescription, est le tems qui sert pour la prescription. Voyez Prescription. (A)

Cours, terme fort usité dans le Commerce, où il a diverses significations.

Cours se dit des longs voyages qui se font par mer pour le commerce ; ainsi l’on appelle les voyages des Indes, des voyages de long cours.

Cours signifie aussi quelquefois la mesure & l’étendue d’une étoffe : cette tapisserie a vingt aulnes de cours.

Cours, signifie encore le crédit ou le discrédit que les billets d’un marchand, négociant, ou banquier, ont dans le commerce. Ils ont cours lorsqu’on les trouve bons, & qu’on veut s’en charger : quand on les trouve mauvais, & que personne ne veut les accepter, ils n’ont plus de cours.

Cours se prend encore dans le même sens, pour la faveur que prennent ou perdent dans le public, suivant les circonstances, les billets introduits dans le commerce ; tels qu’ont été en France les billets de l’épargne, les billets de monnoie, de banque, &c.

Cours se dit aussi parmi les marchands de la bonne ou mauvaise vente des étoffes, des denrées. C’est la mode qui donne le cours aux étoffes nouvelles ; celles qui sont d’ancienne mode n’ont plus de cours. Chambers & Dict. du Comm.

Cours d’une riviere, voyez Riviere.

Cours, en terme d’Architecture, est un rang de pierres continu, de même hauteur dans toute la longueur, d’une façade, sans être interrompu par aucune ouverture.

Cours de plinthe, c’est la continuité d’une plinthe de pierre ou de plâtre dans les murs de face, pour marquer la séparation des étages. V. Plinthe. (P)

Cours, Course, Chemin, Sillage, (Mar.) ces mots sont synonymes, & s’employent pour désigner la route que fait le vaisseau. Voyez Courir ; voyez aussi Route & Sillage.

Cours, voyages de longs cours, (Marine.) cela se dit des voyages éloignés, & plus particulierement de ceux où l’on passe la ligne.

Cours, Course, Faire la course, Armer en course, (Marine.) c’est se mettre en mer avec un ou plusieurs vaisseaux armés en guerre, pour en tems de guerre attaquer les ennemis, & enlever les vaisseaux marchands : on dit à cet effet, armer en course. Voyez Corsaire. (Z)

Cours, (à la Monnoie.) est le prix que le prince & l’hôtel des monnoies attachent tant aux especes répandues actuellement dans le commerce, qu’à celles qui se reçoivent suivant leur titre ; conséquemment aux arrêts du conseil, enregistrés à la cour des monnoies. Voyez les articles Monnoie, Evaluation, Titre, Valeur, &c.

Cours de pannes, en termes de Charpente, sont toutes les pannes qui sont au bout l’une de l’autre, pour faire la longueur du comble : ainsi sur un comble il peut y avoir autant de cours de pannes qu’il y a de rangs de pannes. Voyez la fig. 17. Pl. du Charpentier.

* Cours ou Course, (Manuf. en soie, Passement. Rubann.) se dit de l’ordre entier selon lequel il faut faire mouvoir les marches pour exécuter l’ouvrage : ainsi le cours ou course commence à la premiere marche que l’on presse, & il finit lorsque l’ouvrier revenu à la même marche, va lui faire succéder les autres dans le même ordre ; si le cours ne consistoit pas dans un certain nombre fixe & déterminé de mouvemens des marches, quel est l’ouvrier qui pourroit travailler ?

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Cours : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « cours » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « cours »

Étymologie de cours - Littré

Bourguig. cor de ventre ; provenç. cors ; esp. curso ; ital. corso ; du latin cursus, de currere (voy. COURIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de cours - Wiktionnaire

(c. 1100) Du latin cursus, de currere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cours »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cours kur play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « cours »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cours »

  • La rentrée 2020 s’annonce inédite, aussi bien du point de vue de l’organisation des cours et des locaux que du profil des nouveaux étudiants, observe Gilles Rousse, le président de la Conférence des présidents d’université, dans un entretien au « Monde ». Le Monde.fr, « Beaucoup d’étudiants ne disposent pas d’outils adaptés pour suivre des cours à distance »
  • (CercleFinance.com) - Crédit Suisse confirme son conseil sous performance sur la valeur et abaisse son objectif de cours à 121 couronnes suédoises (contre 132 couronnes suédoises). Boursorama, H&M : Crédit Suisse abaisse son objectif de cours - Boursorama
  • Pour fêter ensemble la fin de l’année scolaire, se rassembler et mettre un éclairage sur les conditions peu habituelles dans lesquelles se sont déroulés les cours pendant la pandémie, les élèves de Guynemer ont organisé une grande flash mob dans la cour de récréation de leur établissement, ce mardi. , Education | Au collège Guynemer, la fin des cours est l’occasion d’une flash mob
  • En juillet, le foyer rural intercommunal des Frontignes propose des cours de dessin en extérieur qui se tiendront de 17 heures à 19 heures. En cas d’intempéries, repli à la mairie de Sainte-Marie en vallée de Barousse. Le groupe sera constitué de 10 personnes maximum, le professeur compris. Ces cours auront lieu les 2 juillet et 9 juillet dans le pac de la mairie de Labroquère ; le 16 juillet à la chapelle Saint Julien à Saléchan ; le 2 juillet à l’aire de pique-nique route de Seilhan à Labroquère. ladepeche.fr, Labroquère. Des cours de dessin en extérieur - ladepeche.fr
  • Comme son nom l’indique, ce cours s’adresse à des adultes qui ont peur de l’eau, débute Lucile Médard, maître nageur et éducateur sportif à la piscine. Cette année, on a une grande majorité de femmes retraitées. Globalement, ce sont des personnes qui ont vécu un traumatisme en lien avec l’eau. Certaines ont été poussées à l’eau quand elles étaient petites, ont assisté à des drames ou se sont fait une grosse frayeur… D’autres craignent simplement de couler quand elles n’ont pas pied car la profondeur leur fait peur ou qu’elles craignent d’être aspirées. , Ancenis : des cours pour vaincre la peur de l’eau à la piscine | L'Écho d'Ancenis
  • Si le réacteur est arrêté depuis 1996, ses structures internes sont actuellement en cours de démantèlement par EDF. C'est dans cette zone en travaux de la centrale nucléaire « Superphénix » de Creys-Malville (Isère) qu'un incendie s'est déclaré mardi peu avant 11 heures, à l'intérieur d'un atelier de découpe de la partie supérieure de la cuve inactive. Une partie tout de même assez sensible pour que des mesures radiologiques soient menées ce mercredi pour s'assurer de la sécurité du site. leparisien.fr, Isère : incendie dans un réacteur nucléaire, des vérifications en cours - Le Parisien
  • En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 226 hospitalisations, dont 36 en réanimation. En Guyane, des évacuations sanitaires sont en cours. Le Figaro.fr, Coronavirus: 18 morts en 24h, 128 «clusters» en cours d'investigation
  • Ce protocole se décline en trois étapes : avant le cours, pendant le cours, et après le cours. Outre l’évident respect des gestes barrières et de la distanciation physique, le document impose notamment la prise d’une douche au domicile (l’accès aux vestiaires est interdit), la désinfection des mains et le rangement des affaires sur une chaise réservée, avant le cours. , Reprise des cours en intérieur dans ce club de judo de la Somme | L'Éclaireur du Vimeu
  • L'Agence française de biodiversité le craignait, une étude le confirme : la truite fario a disparu de certains cours d'eau creusois. L'espèce est néanmoins toujours présente dans certains ruisseaux où l'Agence avait peu d'espoir d'en trouver. France Bleu, La sécheresse 2019 a fait disparaître la truite fario de certains cours d'eau creusois
  • Ne cours pas derrière un homme ou un autobus : il y en aura toujours un autre. De Proverbe jamaïcain
  • Le parcours des stars nous dit quelque chose du cours du monde. De Yves Bigot
  • Ne cours pas après le monde, laisse le monde te suivre. De Hazrat Ali
  • La justice a beau suivre son cours, elle n'est jamais assez instruite. De Marc Favreau
  • Avant que ne se lève le jour, mille événements naissent, changeant ainsi le cours des circonstances. De Anonyme
  • Si on te promet une vache, cours vite chercher la corde. De Proverbe français
  • Oui, les cours d'art dramatique sont utiles... pour les professeurs. De Francis Blanche
  • La flatterie est une fausse monnaie qui n'a de cours que par notre vanité. De François de La Rochefoucauld
  • Tant que je cours, mon père a un fils. De Proverbe brésilien
  • Il ne faut pas s'irriter contre le cours des choses. De Euripide
  • Ne pensez pas que vous pouvez infléchir le cours de l'amour, car l'amour, s'il vous trouve digne, dirige votre cours. De Khalil Gibran / Le prophète
  • Mon intérêt seul est le but où tu cours. De Jean Racine / Esther
  • Dépravé. Celui qui descend le cours ascendant des plaisirs. De Mimi Benoît
  • Diamantaire : suit le cours des rivières. De Tristan Bernard / Mots-croisés

Images d'illustration du mot « cours »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cours »

Langue Traduction
Corse classi
Basque klaseak
Japonais クラス
Russe классы
Portugais aulas
Arabe الطبقات
Chinois 班级
Allemand klassen
Italien classi
Espagnol clase
Anglais classes
Source : Google Translate API

Synonymes de « cours »

Source : synonymes de cours sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « cours »


Mots similaires