La langue française

Courbé

Sommaire

  • Définitions du mot courbé
  • Phonétique de « courbé »
  • Évolution historique de l’usage du mot « courbé »
  • Citations contenant le mot « courbé »
  • Images d'illustration du mot « courbé »
  • Traductions du mot « courbé »
  • Synonymes de « courbé »
  • Antonymes de « courbé »

Définitions du mot courbé

Trésor de la Langue Française informatisé

COURBE, adj. et subst.

I.− Adj. Dont la forme ou la direction ne comportent aucun élément droit ou plan. Le tir courbe. La plage était dorée et courbe comme la croûte du pain couronne (Morand, Chron. homme maigre,1941, p. 151).Le notaire esquissa le geste courbe de quelqu'un qui met de l'argent dans sa poche (Druon, Lis et lion,1960, p. 107).
SYNT. Un dos, un espace, un fleuve, un sol, un tronc courbe; des miroirs courbes; une lame courbe; des formes, des moustaches, des serres, des surfaces courbes.
Emploi subst. sing. avec valeur de neutre. De déroutantes combinaisons (...) de la volute et de la droite, du courbe et du brisé (Arnoux, Solde,1958, p. 153).
Au fig. Qui emprunte des détours, indirect. La ligne courbe en matière d'éreintage (Baudel., Salon,1846, p. 167):
1. Intentionnellement disposés çà et là dans la vaste pièce, sont des emplacements spéciaux par lesquels il convient de passer, des invitations courbes, à se rendre à telle place précise et non pas à telle autre. Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 23.
Emploi subst. Anton. de droit.Vous voici désormais dans toute cette fange. Vous voici désormais dans l'oblique et le courbe. Vous voici désormais dans le faux et le fourbe (Péguy, Ève,1913, p. 767).
II.− Subst. fém.
A.− Ligne courbe. Le nez à la courbe judaïque adoucie (Péladan, Vice supr.,1884, p. 105):
2. Une courbe de l'allée, une brèche dans le feuillage permirent à Camille de revoir, à distance, la chatte et Alain. Colette, La Chatte,1933, p. 207.
SYNT. Suivre, épouser, former, dessiner, tracer une courbe; la courbe d'un fleuve, d'un chemin, du rivage, de l'avenue; la courbe de la chevelure; une courbe hardie, douce, rapide, large.
Rare. Forme courbe produite par quelque chose :
3. De grands arbres immobiles qui ont la courbe du vent, des femmes voilées de noir (...) de hautes montagnes crénelées de fortifications et ravinées de torrents desséchés, une ville tassée (...), quelle image que je voudrais aller revoir et encore enrichir. Barrès, Mes cahiers,t. 11, 1914-18, p. 47.
Spéc. Partie d'une voie ferrée, d'une route présentant la forme d'un arc.
Lang. techn.
a) Pièce courbe.
CHARPENT. Pièce de bois cintrée (cf. Chesn. 1857).
En partic., ARCHIT. Courbe rampante. Limon courbe d'un escalier à vis.
MAR. Pièce de bois (ou de métal) à deux branches, utilisée pour réunir deux pièces. Courbes d'assemblage, de liaison; courbe d'étambot, de bancs (cf. Will.1831; Soé-Dup. 1906).
TRANSP. ,,Ustensile à l'aide duquel le porteur d'eau porte ses deux seaux`` (Littré) avec un ex. de M. Du Camp); ,,pièce de bois courbe qui unit les baculs de deux chevaux attelés`` (DG) et p. méton. ,,attelage de deux chevaux unis par cette pièce`` (DG).
b) P. anal. ART VÉTÉR. Tumeur osseuse à la partie interne du jarret du cheval. MÉD. Courbe frontale totale. ,,Segment de la courbe antéro-postérieure de Topinard`` (Méd. Biol. t. 1 1970). Courbe intermastoïdienne de Morton. ,,Courbe unissant le sommet des deux apophyses mastoïdiennes en passant par la voûte du crâne`` (Méd. Biol. t. 1 1970). VITIC. Jeune pousse de vigne (cf. Fén. 1970).
B.− P. ext., GÉOM. Lieu des positions successives d'un point qui se meut suivant une loi déterminée. La circonférence est une courbe :
4. Si la grâce préfère les courbes aux lignes brisées, c'est que la ligne courbe change de direction à tout moment, mais que chaque direction nouvelle était indiquée dans celle qui la précédait. Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience,1899, p. 22.
Au fig. De la solitude à la solitude la courbe de sa vie [Byron] était bouclée (Maurois, Lord Byron,1925, p. 234):
5. Je ne regrette qu'une chose : c'est que toi qui vibres à tous les vents quoique tu en penses (...) au lieu de te retrouver dans cette courbe d'êtres d'élite qui ont suivi mon âme avec facilité, on te voit trottinant péniblement après un cri d'admiration, te pinçant les lèvres pour ne pas le pousser complètement, cela au nom de je ne sais quelles théories mesquines. Jammes, Correspondance[avec A. Gide], 1893-1938, p. 193.
P. anal. ARCHIT. Courbe des pressions. ,,Courbe obtenue dans l'étude de stabilité d'un arc ou d'une voûte, en réunissant les points par lesquels passe, dans chaque point, la résultante des forces`` (Noël 1968). CARTOGR. Courbe de niveau. Ligne unissant les points de même altitude et représentant un relief :
6. Au fond et à gauche, une sape non terminée était destinée à ouvrir un jour, à flanc de coteau, vers la courbe de niveau 300; ... Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 8.
Spéc. Ligne déterminée par une abscisse et une ordonnée et représentant la loi, l'évolution d'un phénomène. Courbe barométrique, courbe de température :
7. Descartes lui-même spécifiait qu'avec leur aide [des graphiques] on pouvait « construire tous les problèmes », c'est-à-dire leur donner une forme, donc les muer en images (...). Les fonctions et leurs courbes, en visualisant les connaissances et en les faisant tenir dans les variations d'une simple ligne, permettent, au surplus, à l'esprit de saisir un phénomène d'emblée, sans se perdre dans l'énoncé successif et fragmentaire du discours mental. « D'un coup d'œil », tout un ensemble complexe de notions est appréhendé concrètement. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, p. 57.
P. anal. ou p. métaph. Je suis né en 1862. Ces années 60 sont pour l'énergie française le point le plus bas de sa courbe. Une époque de profonde dépression. Cela commandait mon rôle (Barrès, Cahiers,t. 1, 1896-98, p. 8).Le marchand lui téléphona pour lui dire encore son inquiétude devant la courbe des ventes (Camus, Exil et Roy.,1957, p. 1646):
8. Rien de plus curieux que la variation de cet effet [l'influence de Mallarmé] dans la manière de plusieurs. La courbe de l'imitation monte brusquement, et après un palier de quelques années, descend. Et ce fut comme une maladie. Beaucoup sont heureusement revenus à leur température normale. Valéry, Lettres à quelques-uns,1945, p. 98.
Au fig. :
9. ... la guerre ne fait pas dévier d'un pouce la courbe que sa fatalité lui [Cézanne] a tracée. Il fait partie de la grande lignée des poètes qui va de Paolo Ucello, du Vinci et du Gréco à Georges de La Tour, ... Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 124.
C.− Mouvement plus ou moins sinueux d'un objet, d'une chose, d'un phénomène.
1. [D'un obj. concr.] J'aperçus dans le lointain les feux d'une locomotive et la courbe d'un train se déformant vers nous. Tout me parut irréel (Maurois, Climats,1928, p. 113):
10. Poussée par les employés, épuisée, perdue, elle se jeta dans le premier compartiment venu (...) tandis que, lui, prenait sa course légère de matelot, décrivait une courbe d'oiseau qui s'envole, afin de faire le tour et d'arriver à la barrière, dehors, à temps pour la voir passer. Loti, Pêcheur d'Islande,1886, p. 114.
2. [D'un phénomène abstr.] Briser la courbe de mon rêve (Genevoix, Mains vides,1928, p. 173).Dans cette abondance et cette profusion [à Alger], la vie prend la courbe des grandes passions, soudaines, exigeantes, généreuses. Elle n'est pas à construire, mais à brûler (Camus, Noces,1938, p. 54):
11. Il n'est point probable que les hommes de mon espèce convertissent des hommes tels que toi qui aimes les courbes complexes de la pensée où pourrait les suivre un Claudel. Jammes, Correspondance[Avec A. Gide], 1914, p. 227.
3. Au fig., MUS. Ces quelques passages particulièrement éloquents sont assez nettement désignés par la courbe expressive de la mélodie (Cortot, Ét. de Chopin,1917, p. 9):
12. Comme le chanteur déroule sa courbe sonore en une succession de sons le long du temps, le peintre disposait dans l'espace ses couleurs juxtaposées. É. Faure, L'Esprit des formes,1927, p. 40.
Prononc. et Orth. : [kuʀb]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. Adj. apr. 1170 masc. curb (La Chanson de Guillaume, éd. Mac Millan, 2268); id. fém. curbe (ibid., 3172); 1262 masc. corbe (J. Le Marchand, Mir. ND de Chartres, 91 ds T.-L.). B. Subst. mil. xiiies. [date du ms.] corbe « morceau de jante (?) » (Le Roman de Thèbes, éd. Raynaud de Lage, 2896); 1314 « pièce de bois recourbée » (Arch. KK 394, fo29 ds Gdf.); 1699 courbe géom. (Mémoires de l'Académie des Sciences, 57). Du lat. vulg. *curbus, class. curvus « courbe, recourbé ». Fréq. abs. littér. : 1 264. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 111, b) 1 611; xxes. : a) 1 851, b) 2 450. Bbg. Sain. Arg. 1972 [1907], p. 72.

COURBER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− Rendre courbe.
1. Courber un objet; courber des branches, un bâton, des arbres. Quelques autres [lépreux] courbaient des nasses d'osier, ou taillaient des hanaps de buis (Bertrand, Gaspard,1841, p. 157).Leurs [des déesses des eaux] chevelures de pourpre emmêlées de perles que semblait avoir courbées l'ondulation du flux (Proust, Guermantes 1,1920, p. 40):
1. Courtiser Messaline, infante aux sens troublés, Très belle, quoi qu'on fasse, Ou Camille, aux bras nus, qui courait sur les blés Sans courber leur surface; ... Banville, Les Cariatides,Auguste Supersac, 1842, p. 177.
Emploi abs. Ainsi le vent, qui n'a point de poids ni d'odeur, connaît qu'il existe en creusant les blés. « Je suis, pense-t-il, puisque je courbe » (Saint-Exup., Citadelle,1944, p. 920).
2. Courber une partie du corps. Sa taille [de Françoise] que l'âge commençait à courber (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 896).
P. méton. Courber une personne. Un mal courbe ma mère et lui brûle le foie (A. France, Poésies,1876, p. 138).
B.− Pencher, en l'abaissant, une partie du corps. Courber sa tête sur les livres :
2. Il fallut après franchir un espace découvert. La fausse Hora laissa prendre de l'avance à Poëri, courba sa taille, se fit petite et rampa contre le sol. T. Gautier, Le Roman de la momie,1858, p. 270.
3. Il s'est tenu trente ans de suite à la porte de son magasin de nouveautés, courbant l'échine devant les gens qui entraient, et disant : − « Qu'y a-t-il pour le service de Madame? ... » Taine, Notes sur Paris,Vie et opinions de M. F.-T. Graindorge, 1867, p. 32.
P. méton. Le héros est courbé au labeur comme un animal de trait (Baudel., Salon,1845, p. 21).
En partic. [En signe de soumission] Courber la tête, le front, le genou :
4. Mais, dès qu'ils arrivaient devant le flamboiement, Les clairons effarés se taisaient brusquement, Tout ce bruit s'éteignait. Reculant en désordre, Leurs chevaux se cabraient et cherchaient à les mordre, Et la lance et l'épée échappaient à leur poing. En voyant la lueur qu'ils ne comprenaient point, Ils s'arrêtaient, courbant leurs faces étonnées; Ils avaient ce front bas des bêtes enchaînées Quand, le loup étant pris au piège et garrotté, L'air terrible fait place à l'air épouvanté. Hugo, La Légende des siècles,t. 6, La Vision de Dante, 1883, p. 346.
Courber la tête. Se résigner :
5. Sa mort. − Il en appelle à la nature, aux espaces. Il courbe la tête. Il se rend à la mort, il s'abandonne entre les mains de la mort. Barrès, Mes cahiers,t. 13, 1921-22, p. 205.
P. métaph. [Le compl. d'obj. désigne une abstraction] :
6. Vraiment, le pardon calme à défaut d'espérance; Il détend la colère; on pleure, on apprend Dieu, Dieu triste! Comme nous voyageur en ce lieu, Et l'on courbe sa vie au pied de sa souffrance. M. Desbordes-Valmore, Élégies,Affliction, 1859, p. 42.
7. Eh bien, la grande erreur de notre temps, ç'a été de pencher, je dis plus, de courber, l'esprit des hommes vers la recherche du bien-être matériel... Hugo, Actes et paroles,1, 1875, p. 254.
8. Oui, vraiment, ce soir même où elle me parlait comme j'ai rapporté, je me sentais l'âme si légère et si joyeuse que je me méprenais encore, et encore en transcrivant ces propos. Et parce que j'eusse cru répréhensible l'amour, et que j'estimais que tout ce qui est répréhensible courbe l'âme, ne me sentant point l'âme chargée je ne croyais pas à l'amour. Gide, La Symphonie pastorale,1919, p. 912.
C.− Au fig. Courber qqn sous la domination de qqc. Soumettre quelqu'un à quelque chose :
9. Il veut tromper pour fonder un système dont la chaîne ait le premier anneau rivé dans le ciel au pied d'une divinité, ou bien il s'est enivré lui-même du vin des ciboires, et par peur du diable, s'agenouille en tremblant et voudrait courber le monde sous l'égoïsme et la terreur, sous l'attente d'une récompense mal rêvée ou d'un supplice burlesque. Vigny, Le Journal d'un poète,1863, p. 1382.
[Le compl. d'obj. désigne une abstraction] :
10. On sait avec quel noble désintéressement (...) Léonard Astier-Réhu se démit de sa charge au bout de quelques années (1878), refusant de courber sa plume et l'impartialité de l'Histoire devant les exigences de nos gouvernants actuels. A. Daudet, Immortel,1888, p. 18.
Rem. On rencontre en Suisse, arg. scol., courber. Manquer un cours, faire l'école buissonnière (cf. Itten-Bastian, Santé! Conversation! Lausanne 1970, p. 108).
II.− Emploi pronom.
A.− Devenir courbe, prendre une forme courbe, décrire une courbe. Ses épaules s'étaient courbées, elle grelottait un peu dans le froid de ses vêtements trempés de sueur (Zola, Germinal,1885, p. 1172):
11. J'avais pitié d'un poisson rouge plus long que le diamètre de son bocal, et qui tournait en se courbant. A. Arnoux, Paris-sur-Seine,1939, p. 16.
12. Entre deux assez hauts murs de terre il [le chemin] circule comme indolemment; les formes des jardins, que ces hauts murs limitent, l'inclinent à loisir; il se courbe ou brise sa ligne; dès l'entrée, un détour vous perd; on ne sait plus ni d'où l'on vient, ni où l'on va. Gide, L'Immoraliste,1902, p. 391.
B.− S'incliner, se pencher. La plante se courbe au grand soleil (Alain, Propos,1913, p. 160).Les maisons royales ressemblent à ces figuiers de l'Inde dont chaque rameau, en se courbant jusqu'à terre, y prend racine et devient un figuier (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 11).Les blés jeunes se courbaient et luisaient, comme couchés par une immense main d'argent (La Varende, Manants du Roi,1938, p. 157):
13. ... des femmes charmantes, qui, subissant elles-mêmes l'influence de ce spectacle, se courbent sur les balcons, se penchent hors des fenêtres, font pleuvoir sur les voitures qui passent une grêle de confetti qu'on leur rend en bouquets; ... A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 511.
[En signe de soumission] Noble sicambre, à demi dépouillé au milieu de l'âge, courbez-vous! (Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 266).Il [l'évêque] dressa les deux doigts de sa main droite et bénit l'homme qui ne se courba pas (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 105).
Au fig :
14. Une heure arrivait dans cette vie où Germinie renonçait à la lutte. Sa conscience se courbait, sa volonté se pliait, elle s'inclinait sous le sort de sa vie. E. et J. de Goncourt, Germinie Lacerteux,1864, p. 193.
Rem. 1. On rencontre ds la docum. a) Un ex. d'emploi abs. au sens de « s'incliner ». L'Empereur se fâcha (...). Le grand-maître courba devant l'orage, et n'en continua pas moins son train accoutumé (Las Cases, Mémor. S.-Hélène, t. 1, 1823, p. 815). b) Emploi normal avec suppression du pron. réfl. derrière faire + inf. (cf. aussi Littré). − Qu'on se hâte! dit une voix au fond de la galerie. Cette voix fit courber tout le monde, comme le vent en passant sur la plaine fait courber un champ d'épis. Moi, elle me fit tressaillir. Cette voix, c'était celle de mon père (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 260). 2. On rencontre ds la docum. un ex. de courbeur correspondant au prov. mod. courbaire, employé (imprimé en italique) par Mistral dans sa trad. de Mireille et cité par Lamartine « ... le vent de mer, courbeur puissant des peupliers » (Cours litt., 40eentretien, 1859, p. 291).
Prononc. et Orth. : [kuʀbe], (je) courbe [kuʀb]. Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. Ca 1170 curberent le genuil (devant Baal) (III Rois, XIX, 18, éd. E. R. Curtius, p. 161). Du lat. vulg. *curbare, class. curvare « courber ». Fréq. abs. littér. : 1 095. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 405, b) 2 325; xxes. : a) 1 682, b) 1 199. Bbg. Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, p. 25. − Gottsch. Redens. 1930, p. 153.

COURBÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de courber*
II.− Emploi adj.
A.− Qui est rendu courbe, qui est devenu courbe. Courbé par l'âge. Les lèvres courbées par un sourire sardonique (Mérimée, Colomba,1840, p. 60).Cf. aussi cadenas ex. 2.Demain je ne croirai pas emporter cette image, mais il me semble qu'une ombre, détachée de moi comme une feuille, demeurera ici, un peu courbée de fatigue (Colette, Vagab.,1910, p. 265):
1. Les jeunes filles ont sur les épaules un long bois courbé qui porte deux seaux et sous ce joug familier elles s'avancent avec fierté, jeunes princesses de villages. Barrès, Mes cahiers,t. 11, 1914-17, p. 171.
B.− Incliné. Ce matin, quand le jour a frappé ta paupière, Quel séraphin pensif, courbé sur ton chevet, Secouait des lilas dans sa robe légère, Et te contait tout bas les amours qu'il rêvait? (Musset, Nuit mai,1835, p. 64).Ces lettres courbées dans le même sens comme les pins par le vent d'ouest (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 17).
Au fig. :
2. On se demande quel Dieu pourra bien se dégager jamais de ces êtres sordides, courbés vers les contentements les plus immédiats, guenilleux, poussiéreux, abjects et délaissés de l'avenir. Gide, Journal,1943, p. 231.
C.− Au fig. Soumis, écrasé. Le regard baissé, l'attitude triste de sa petite femme lui firent juger [à Granville] qu'elle était courbée sous quelque despotisme inconnu (Balzac, Double fam.,1830, p. 264).Et voici, dans le fond de nos campagnes, les plus humbles de mes frères, voici les plus obscurs et les plus courbés (Psichari, Voy. Cent.,1914, p. 142).Ève toujours belle habite en ces lieux [les enfers] courbée par le désespoir bien qu'elle ait à sa nudité la consolation d'un nimbe (Jacob, Cornet dés,1923, p. 215).
Emploi subst. (notamment au plur. pour désigner une catégorie d'êtres) :
3. À tous les déshérités, les courbés sous un joug et chargés, les assoiffés, les meurtris, les dolents, l'assurance d'une survie compensatoire! Si chimérique qu'elle soit, oserez-vous leur enlever cette espérance? Gide, Journal,1935, p. 1234.
Fréq. abs. littér. : 1 246. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 744, b) 2 270; xxes. : a) 2 275, b) 1 225.

Wiktionnaire

Adjectif

courbé

  1. Qui a l’allure d’une courbe.
  2. (Héraldique) Se dit d’un meuble, une pièce, dont la représentation prend une posture courbée contrairement à sa représentation ordinaire rectiligne.
    • Taillé d’azur et de gueules, au saumon d’argent courbé brochant sur la partition, qui est de Geiswasser → voir « saumon courbé »

Forme de verbe

courbé \kuʁ.be\

  1. Participe passé masculin singulier de courber.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COURBER. v. tr.
Rendre courbe une chose qui était droite. Une charge trop forte a courbé cette pièce de bois, cette poutre. La vieillesse l'a courbé, l'a tout courbé. Il se tient tout courbe. Se courber pour ramasser quelque chose. Courber un arc pour le bander. Courber une règle. Poétiq., L'âge a courbé sa tête, son front.

SE COURBER et

COURBER, intransitif, signifient Devenir courbe. Cette poutre, cette branche se courbe. Il devient vieux, il commence à se courber. Il courbait sous le faix.

SE COURBER signifie figurément Plier sous la volonté d'un autre, donner à quelqu'un des marques de soumission, de respect. Tout se courbe, tout est courbé devant cet homme. Se courber devant l'idole.

Littré (1872-1877)

COURBÉ (kour-bé, bée) part. passé.
  • 1Rendu courbe. Un bâton courbé. Tantôt vous tracerez la course de votre onde ; Tantôt d'un fer courbé dirigeant vos ormeaux, Vous ferez remonter leur séve vagabonde Dans de plus utiles rameaux, Rousseau J.-B. Odes, III, 6.

    Terme de blason. Se dit des fasces un peu voûtées en arc.

  • 2Infléchi, en parlant des personnes. Je ne suis pas courbé sous le poids des années, Boileau, Sat. I. Un pauvre bûcheron tout couvert de ramée, Sous le faix du fagot aussi bien que des ans Gémissant et courbé, marchait à pas pesants, La Fontaine, Fabl. I, 16. On ne voyait de tous côtés que des femmes tremblantes, des vieillards courbés, de petits enfants les larmes aux yeux, qui se retiraient dans la ville, Fénelon, Tél. I. Oh ! que ne suis-je couvert de cheveux blancs, courbé et proche du tombeau comme Laërte, mon aïeul ! Fénelon, Tél. IV. L'ambitieux, courbé sous le fardeau des ans, De la fortune encore écoute les promesses, Deshoulières, Poésies, t. I, p. 171, dans POUGENS. Et notre dernier roi, courbé du faix des ans, Voltaire, Zaïre, II, 1. Des sacrificateurs courbés par la vieillesse, Voltaire, Œdipe, I, 1.

    Terme de botanique. Qui est infléchi sur soi-même.

    Fig. Courbés sous nos tyrans nous attendons leurs coups, Voltaire, Orphel. V, 5. Que les enfants de ta mère soient courbés devant toi, Voltaire, Phil. IV, 77.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COURBÉ, adj. en termes de Blason, se dit de la situation naturelle des dauphins & des pars, aussi bien que des faces un peu voûtées en arc. Beget en Forêt, d’azur au dauphin courbé d’argent, accompagné de trois étoiles de même. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « courbé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
courbé kurbe

Évolution historique de l’usage du mot « courbé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « courbé »

  • Marché mondial Verre courbé qui permet au consommateur d’évaluer la demande à long terme et d’estimer des implémentations particulières. La croissance croissante qui est vraiment attendue en fonction de l’analyse donne des informations complètes sur le marché mondial Verre courbé. Les moteurs et les contraintes se préparent après toute la prise de conscience de la croissance de l’industrie mondiale Verre courbé. boursomaniac, Globale Verre courbé Marché État du développement, aperçu des activités et prévisions jusqu'en 2029 - boursomaniac
  • Il fait un peu plus de 4 kilomètres et ne comporte que 8 virages, ce qui est aussi un record sur la saison. Après la ligne droite de départ, un virage en 4e mène sur une ligne droite courbée qui se passe largement à fond, avant une épingle qui mène sur une autre ligne droite. Nextgen-Auto.com, Formule 1 | Présentation du Grand Prix d'Autriche 2020

Images d'illustration du mot « courbé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « courbé »

Langue Traduction
Anglais curve
Espagnol curva
Italien curva
Allemand kurve
Chinois 曲线
Arabe منحنى
Portugais curva
Russe кривая
Japonais 曲線
Basque kurba
Corse curva
Source : Google Translate API

Synonymes de « courbé »

Source : synonymes de courbé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « courbé »

Partager