Confit : définition de confit


Confit : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CONFIT, ITE, part. passé, adj. et subst. masc.

I.− Part. passé de confire*.
II.− Emploi adj.
A.− [En parlant d'une substance animale ou végétale] Conservé dans le sucre, l'alcool, le vinaigre, l'huile, le sel ou la graisse. Marrons confits, olives confites. Tous les fruits, nature et confits; des montagnes de pâtisserie (Cendrars, L'Or,1925, p. 104).
Fruits confits. Fruits auxquels on a incorporé du sucre, tout en leur conservant leur aspect (cf. condit). Des fruits confits qui brillaient dans leur boîte, comme des joyaux dans un écrin de velours blanc (A. France, Le Petit Pierre,1918, p. 272):
1. À la fin du souper on servit des glaces, dites plombières. Tout le monde sait que ces sortes de glaces contiennent de petits fruits confits très délicats placés à la surface de la glace qui se sert dans un petit verre, sans y affecter la forme pyramidale. Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes,1844, p. 323.
Salade confite. Salade qui a macéré dans son assaisonnement d'huile et de vinaigre :
2. − (...) La salade, ça se mange sans faim... Vous n'allez pas laisser perdre de la romaine? − Vous la mangerez confite demain, dit Madame Lerat. C'est meilleur confit. Zola, L'Assommoir,1877, p. 583.
P. anal. [En parlant d'un fruit parfaitement mûr] Confit dans son suc par l'action du soleil. Agenouillée devant un groseillier, elle [Aliette] en cueillait les dernières grappes, à demi confites par l'automne (O. Feuillet, La Morte,1886, p. 62).Et pour nous décider [à la cueillette des olives], nous nous servons d'un autre maître-mot de la profession : si nous attendons juillet, elles seront confites (Giono, Chroniques,Noé, 1947, p. 58).
B.− Au fig., péj. [En parlant d'une pers.] Qui est imprégné d'un sentiment, figé dans une attitude, au point d'en perdre toute personnalité. Confit en dévotion. Ce pauvre homme sait prendre un air tout confit de respect à l'approche du prince (Stendhal, La Chartreuse de Parme,1839, p. 118).Cet homme était trop bon, trop parfait, trop confit (Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 357).Une ingénuité confite de vieille fille (Colette, La Naissance du jour,1928, p. 11).
Rem. Cf. aussi confire A.
Figure, mine confite. Dépourvue de spontanéité. Elle pinça la bouche dans une sorte de grimace confite et rechignée (Zola, Madeleine Férat,1868, p. 54):
3. Le frère hôtelier n'avait pas au cimetière la tenue confite des ecclésiastiques, il marchait sur les tombes sans façon. Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 192.
III.− Emploi subst. masc.
A.− ART CULIN. Viande cuite et conservée dans sa propre graisse. Confit d'oie. Les confits sont formés par les quartiers de l'oie débitée, cuits en leur graisse fondue; les pâtés viennent uniquement des foies développés à l'extrême (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 42).Les chaudrons de cuivre sur une étagère, et sur une autre les pots de confit alignés (Mauriac, Le Sagouin,1951, p. 106).
B.− PEAUSS. Bain dans lequel on fait macérer les peaux, pendant le chamoisage (cf. chamoiser). Confit d'excréments. Entre le déchaulage et le tannage, la peau est soumise au confitage : on prépare à l'avance la solution de confit (J. Bérard, J. Gobilliard, Cuirs et peaux,1947, p. 79).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃fi], fém. [-it]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1268 « cuve à confire les peaux » (E. Boileau, Métiers, éd. Lespinasse et Bonnardot, 2epart., titre XXX, XX); 2. 1900 « morceaux de volaille conservés dans la graisse » (DG). Part. passé substantivé de confire*; 2 adaptation du gascon et languedocien confit (Mistral, Palay). Fréq. abs. littér. : 165.

Confit : définition du Wiktionnaire

Nom commun

confit \kɔ̃.fi\ masculin

  1. (Cuisine) Spécialité culinaire de Gascogne à base de viande cuite dans de la graisse.
    • Sauf lady Makinson, ils mangèrent le confit d'oie que Mme Graux avait préparé comme ils eussent mangé n'importe quel plat anonyme dans un restaurant. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. IV, Gallimard, 1937)

Adjectif

confit \kɔ̃.fi\

  1. Se dit d’un fruit glacé au sucre.
    • Un fruit confit est un fruit dont une partie de l’eau de composition a été remplacée par un sirop de sucre concentré, selon un processus précis et minutieux. — (Annie PERRIER-ROBERT, Dictionnaire de la gourmandise, Groupe Robert Laffont, 2012)
  2. Se dit d'une volaille ou autre viande cuite longuement dans la graisse.
    • Il paraît que nous allons manger une oie confite que vous avez apportée de France. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. IV, Gallimard, 1937)
  3. (Figuré) Imprégné d’un sentiment ; figé dans une attitude.
    • En apparence, ce turbulent apôtre des lumières fait contraste avec ses ancêtres confits en dévotion et abondants en patenôtres. — (Ernest Denis, La Question d'Autriche ; Les Slovaques, Paris, Delagrave, 1917, in-6, p.60)
    • […] ; aussi, malgré qu’il fût républicain, républicain comme l'étaient les quarante-huitards, dans un pays confit en religion, il avait été durant douze ans maire de son village, […]. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

Forme de verbe

confit \kɔ̃.fi\

  1. Participe passé masculin singulier de confire.
    • J’ai confit le mont Saint-Bernard, J’ai glacé la ville ’'IIanovre. — (Augustin Challamel, Histoire-Musée de la République Française, 1842)
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de confire.
    • Il enveloppe aussi de sucre les écorces de citron et de l’orange, il confit même ces fruits tout entiers lorsqu’ils sont jeunes.— (Obo - Pan, Volume 16, Deterville, 1803)
  3. Troisième personne du singulier du passé simple de confire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Confit : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONFIRE. (Je confis ; nous confisons. Je confisais. Je confis. Je confirai. Confis. Que je confise. Confisant. Confit.) v. tr.
Faire cuire des fruits, des fleurs ou des légumes dans certain sirop, dans certaine liqueur, qui pénètre leur substance et qui s'y incorpore. Confire au sucre, au miel, à l'eau-de-vie. Confire au sel et au vinaigre. Fruits confits. Prunes, cerises confites à l'eau-de-vie. Fig. et fam., Être tout confit en dévotion, Être dans les grandes pratiques de la dévotion.

Confit : définition du Littré (1872-1877)

CONFIT (kon-fi, fi-t') part. passé de confire
  • 1Citrons, marrons confits.

    On dit qu'un fruit est confit sur l'arbre, pour exprimer qu'il est en sa pleine maturité et comme confit dans son suc par l'action du soleil.

    Salade confite, salade tout assaisonnée, qui, n'ayant pas été mangée entièrement le jour même, se trouve comme confite le lendemain par l'assaisonnement.

    Par extension et plaisanterie. Ses refus ne valent rien que confits ; et encore faut-il employer beaucoup de sucre en cette sorte de confiture, pour en ôter l'amertume, Costar, t. I, lettre 388, dans RICHELET.

  • 2 Fig. Compagnons de Minerve, et confits en science, Régnier, Sat. II. Par ces plaisirs d'amour tout confits en délices, Régnier, Élég. II. Cet hymen de tous biens comblera vos désirs, Il sera tout confit en douceurs et plaisirs, Molière, Tart. II, 2. Confit dans les maximes et dans la politique de sa société, il [le père Tellier] était profondément faux, trompeur, Saint-Simon, 217, 178. Le régent fit prêcher la Ferté, au scandale de tout le monde non confit en cabale de constitution, Saint-Simon, 450, 38. Bien est-il vrai qu'il parlait comme un livre, Toujours d'un ton confit en savoir-vivre, Gresset, Vert-Vert, ch. II.

    Être confit en dévotion, affecter des airs et des pratiques de sainteté. Et confite en détresse Imite avec ses pleurs la sainte pécheresse, Régnier, Sat. XII.

    Une âme confite en amertume, en douleurs, personne éprouvée par de longues et fortes afflictions.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Confit : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONFIT, s. m. Pelletier, Chamoiseur, Maroquinier, &c. a deux acceptions ; il se dit d’une certaine composition nécessaire pour la préparation des peaux. Voyez les articles Peaux, Chamois, Tannerie, Maroquin, &c. Il se dit aussi de la cuve où l’on tient cette préparation.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « confit »

Étymologie de confit - Wiktionnaire

(1176) Du verbe confire (« préserver »), du latin cōnfectus, participe passé du latin cōnficere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « confit »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
confit kɔ̃fi play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « confit »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « confit »

  • En critiquant les citrons confits, Bigflo a reçu beaucoup de tacles. C’est pourquoi, il a voulu faire son « mea culpa » sur Instagram MCE TV, Bigflo s'en prend aux citrons confits et se fait lyncher !
  • On ne dira jamais assez à quel point le temps est un élément majeur en cuisine. Quand il détermine le rosé du foie de veau ou du pavé de bœuf. Quand il fait chanter l’œuf dans la casserole, à la coque ou dur. Quand il scande la cuisson des pâtes et des haricots verts al dente. Tout cela appartient aux fondamentaux des fourneaux et d’autres activités où le temps est un ordonnancement que partagent la cuisinière, le boucher et le conducteur de train. Le chronomètre n’est pas un ennemi quand il confit le rôti de porc, fait souffler les meringues. Pourtant, il y a un hic aujourd’hui : le temps en cuisine n’est plus une évidence, il est devenu une contrainte. La dictature du micro-ondes-surgelés a sans doute contribué à ce malentendu. Car oui, il s’agit d’un quiproquo : en contemplant le temps du mijotage, on a l’impression de le perdre. Pire, en nombrilisant notre bectance à coups de livraisons par des sans-papiers exploités, nous sommes devenus des obsédés de la montre dans l’assiette.Alors aujourd’hui, on vous propose de revenir à l’essentiel: le frichti au long cours qui donne du temps au temps. Ecoutez Marguerite Duras dans la Cuisine des écrivains (1) évoquant la potée: «Ça doit cuire trois heures en tout et dans cette recette-ci, le jambonneau ayant cuit une demi-heure, il reste deux heures et demie de cuisson. Vous mettez beaucoup d’eau et vous êtes tranquille pendant deux heures et demie. Petit à petit l’odeur merveilleuse se répand dans la maison fermée, fermée parce que c’est un plat d’hiver. Quand c’est fini vous n’êtes pas obligé de manger ce plat. Il faut que vous le sachiez : rien ne vous oblige à en manger. Vous pouvez aussi bien aller vous coucher. Vous vous réveillez vers minuit. Vous allez au frigidaire, vous buvez un grand verre de lait glacé. Vous retournez dans votre lit, vous vous rendormez, vous souriez d’aise tellement se rendormir est toujours délicieux.» Libération.fr, Le temps retrouvé du bœuf confit à la sangria - Culture / Next
  • Mettre les morceaux de pintade à rissoler dans l’huile puis mettre les oignons, carottes et ail, faire bien suer puis mettre les épices et le citron confit en morceaux puis mouiller avec le bouillon de volaille laisser mijoter ½ heure à feu doux terminer en mettant les herbes fraiches et rectifier l’assaisonnement. France Bleu, Et si on cuisinait... un Tajine de Pintade de Loué au citron confit
  • Il y a cette différence entre un cornichon et un mari que l'un se confit dans son entier et l'autre dans sa moitié. De Louis Auguste Commerson / Pensées d'un emballeur

Images d'illustration du mot « confit »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « confit »

Langue Traduction
Corse candita
Basque konfitatuak
Japonais 砂糖漬け
Russe засахаренный
Portugais cristalizado
Arabe ملبس
Chinois
Allemand kandiert
Italien candito
Espagnol azucarado
Anglais candied
Source : Google Translate API

Synonymes de « confit »

Source : synonymes de confit sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « confit »


Mots similaires