Comprise : définition de comprise


Comprise : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

COMPRENDRE, verbe trans.

I.− [L'idée dominante est celle d'un rapport quantitatif de contenant à contenu; le suj. désigne une chose ou une pers.] Emploi trans. Inclure dans sa nature propre ou dans un système telle et telle choses ou personnes.
A.− [Le suj. désigne une chose] Avoir en soi tel et tel éléments constitutifs. Comprendre telles choses, telles personnes :
1. ... dans tous nos jugemens quelconques, l'extension des deux idées comparées étant la même, parce qu'elle est toujours égale à celle du sujet, l'opération intellectuelle consiste à sentir que le sujet comprend l'attribut; (...) nos raisonnemens sont des séries de jugemens successifs par lesquels on voit que ce premier attribut en comprend un second, le second un troisième, et ainsi de suite, en sorte que le premier sujet renferme le dernier attribut. Destutt de Tracy, Élémens d'idéologie,Logique, 1805, p. 165.
2. L'œil se compose de parties distinctes, (...). Pour ne parler que de la rétine, on sait qu'elle comprend trois couches superposées d'éléments nerveux, − cellules multipolaires, cellules bipolaires, cellules visuelles, − dont chacune a son individualité et constitue sans doute un organisme fort complexe : encore n'est-ce là qu'un schéma simplifié de la fine structure de cette membrane. Bergson, L'Évolution créatrice,1907, p. 89.
SYNT. Comprendre + adv. : comprendre environ, essentiellement, généralement, notamment, uniquement; comprendre + subst. : comprendre un (certain/grand) nombre de, comprendre l'ensemble/la totalité de, comprendre (tant de) dépenses/divisions/éléments/espèces/grades/membres/opérations/parties/périodes/phases/représentants/sections/séries/sortes; subst. + comprendre : appareil, catégorie, équipe, groupe, liste, programme, traitement (qui comprend...). PARAD. a) (Quasi-)synon. comporter, compter, contenir, embrasser, enclore, impliquer. b) (Quasi-)anton. exclure.
En partic. emploi pronom. passif. [Le contenant est un mot, une expression; le contenu est une chose abstr.] Être inclus dans tel mot, telle expression, etc. Mille difficultés qui se comprenaient toutes dans ce mot terrible : − et de l'argent? (Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 154).
Rem. Un tel emploi sert de transition entre les emplois I et II; cf. en outre : Il dit [Saint Jean] : « la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas comprise » (...) Or le verbe grec, de même que le verbe français comprendre, signifie renfermer, tenir en soi, de même que, entendre, avoir connaissance (Mérimée, Lettres à Madame de la Rochejacquelein, 1870, p. 123).
B.− [Le suj. désigne une pers.] Faire entrer dans une catégorie, dans un ensemble d'éléments nombrables. Comprendre qqn/qqc. dans/sous qqc. :
3. ... l'homme, qu'ils [des savants trop accrédités] rangent parmi les animaux, n'est lui-même qu'une matière organisée, soumise aux simples lois de la physique, (...). Quant aux puissances élémentaires, ils ont omis de les comprendre dans leur système; de sorte que le temple qu'ils ont prétendu élever à la nature manque à la fois de comble et de fondements. Où placeront-ils donc les lois de la morale, qui doivent régir les sociétés humaines, s'ils n'aperçoivent dans l'univers que quelques lois physiques? Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 260.
SYNT. Comprendre sous (tel) terme (tant de sens). PARAD. a) (Quasi-)synon. englober, envelopper, inclure, incorporer, intégrer, mêler. b) (Quasi-)anton. excepter, omettre.
Rem. Comprendre est parfois employé en ce sens avec un compl. de lieu désignant un ensemble considéré dans son extension. Enfermé dans l'art et dans l'amour (...) j'ai peine à monter, à étendre l'amour, à élargir mon cœur pour y comprendre l'amour universel (Michelet, Journal, 1850, p. 128).
II.− [L'idée dominante est celle d'un rapport qualitatif d'intellection entre une fonction mentale et les objets sur lesquels elle s'exerce]
A.− Emploi trans. [Le suj. désigne une pers.] Avoir, élaborer, recevoir dans son esprit la représentation nette d'une chose, d'une pers.
1. [Par réflexe acquis, par actualisation d'une connaissance mémorisée antérieurement] Saisir intellectuellement le rapport de signification qui existe entre tel signe et la chose signifiée, notamment au niveau du discours. Comprendre qqc.; p. ell. comprendre qqn (comprendre ce que dit qqn) :
4. ... il [un moderne, en entendant prononcer le mot arbre] logera ce signe en sa tête, dans une case étiquetée et distincte; c'est là ce qu'aujourd'hui nous appelons comprendre. H. Taine, Philos. de l'art,t. 1, 1865, p. 152.
5. Comprendre consiste dans la substitution plus ou moins rapide d'un système de sonorités, de durées et de signes par tout autre chose, qui est en somme une modification ou une réorganisation intérieure de la personne à qui l'on parle. Et voici la contre-épreuve de cette proposition : c'est que la personne qui n'a pas compris répète, ou se fait répéter les mots. Par conséquence, la perfection d'un discours dont l'unique objet est la compréhension consiste évidemment dans la facilité avec laquelle la parole qui le constitue se transforme en tout autre chose, ... Valéry, Variété V,1944, p. 143.
SYNT. Comprendre + loc. adv. : comprendre à demi-mot. Il avait l'esprit prompt et comprenait à demi-mot (R. Rolland, Jean-Christophe, L'Adolescent, 1905, p. 353), comprendre de travers; comprendre + subst. : comprendre un document, une explication, les finesses de la langue, une idée, le langage de, une langue, le latin, un mot (ne pas comprendre un mot de), les paroles de, une pensée, une question, un raisonnement, le sens de, un signe, la signification de; verbe + comprendre : affecter de (ne pas) comprendre, (n')avoir (pas) l'air de comprendre, avouer (ne pas) comprendre, croire comprendre (je crois comprendre), faire semblant de (ne pas) comprendre, feindre de (ne pas) comprendre, paraître (ne pas) comprendre, se faire comprendre (s'exprimer clairement); comprendre + prop. a) comprendre + prop. compl. : comprendre ce que dit (telle pers.), ce que signifie (telle chose), comprendre ce que parler veut dire; b) comprendre + prop. suj. : comprenne qui pourra (formule utilisée à propos d'une matière délicate, quand on ne veut s'expliquer davantage, cf. J. Bousquet, Traduit du silence, 1935-36, p. 76 et Gide, Journal, 1946, p. 290, avec la var. comprenne qui peut ou qui veut).
PARAD. (Quasi-)synon. déchiffrer, entendre, interpréter, traduire; pop. entraver, piger.
En interj. (dans un dialogue fam.). Je comprends! Tu comprends! Vous comprenez! (Marque ou appelle l'approbation). Citoyens nous avons soupé de (...) Je comprends! y dit un. Oui, oui, y crient les autres tous (Musette, Cagayous partout,1905, p. 21).
2. [Par effort de réflexion]
a) Se faire une idée claire des causes, des conséquences, etc., qui se rattachent à telle chose et qui l'expliquent. Comprendre qqc. (à qqc.).L'intelligence (...) cette faculté de comprendre les relations des choses (Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 141):
6. Les expériences scientifiques sont faites d'après une idée préconçue qu'il s'agit de vérifier ou de contrôler afin de comprendre le phénomène et de saisir dans toutes les circonstances qui accompagnent la production du phénomène celle qui constitue réellement son déterminisme et qui doit être appelée sa cause prochaine. C. Bernard, Principes de méd. exp.,1878, p. 4.
7. ... il est vain d'espérer « comprendre » le fonctionnement du système nerveux, c'est-à-dire de prétendre déduire ce fonctionnement de la seule structure « visible » (actuellement ou virtuellement), et de notre habitude des liaisons mécaniques et physiques. Ruyer, La Conscience et le corps,1937, p. 37.
SYNT. Comprendre + adv. : comprendre admirablement, aisément, bien (fort bien), clairement, difficilement, facilement, mal (fort mal), parfaitement, pleinement, vaguement; comprendre + loc. : comprendre à peine, à merveille, à moitié, sans peine, ne pas comprendre grand chose à, ne rien comprendre à rien, n'y comprendre goutte; comprendre + subst. : comprendre la cause, le fonctionnement, la genèse, le lien, le mécanisme, l'origine, la raison, le rapport, le rôle (de telle chose); subst. + de + comprendre : difficulté, faculté de comprendre; verbe + comprendre : vouloir comprendre; verbe + à + comprendre : aider, arriver, avoir peine, chercher, parvenir à comprendre; verbe + de + comprendre : s'efforcer, essayer, permettre, tâcher de comprendre; prop. + comprendre : il est aisé/difficile/facile/impossible de comprendre, vous êtes assez intelligent pour comprendre/trop intelligent pour ne pas comprendre. (Il ne) faut pas chercher à comprendre ou essayer de comprendre (cf. Esn. Poilu 1919, p. 575 et Bernanos, Journal d'un curé de campagne, 1936, p. 1033), il n'y a rien à comprendre. PARAD. a) (Quasi-) synon. appréhender, pénétrer. b) (Quasi-)anton. embrouiller, enchevêtrer.
En partic. [D'un point de vue métaphysique] Comprendre le passé, les phénomènes, la vie, etc. Comprendre leur principe, leur finalité :
8. La vie, je la comprends de moins en moins, et je l'aime de plus en plus. (...) on ne vieillit pas. Pour le cœur, c'est entendu : on le savait, du moins en amour. Eh bien, pour l'esprit, c'est la même chose. Il reste toujours jeune. On ne comprend pas plus la vie à quarante ans qu'à vingt, mais on le sait, et on l'avoue. C'est ça, de la jeunesse. Renard, Journal,1907, p. 1106.
Absol. Comprendre = comprendre le sens caché de tout ce qui est. Comprendre est le tout de l'homme (Amiel, Journal intime,1866, p. 207):
9. J'ai reconnu que j'étais peu de chose : raison, sentiment, instinct réunis, cela fait encore un être si fini et une action si bornée, qu'il faut en revenir à l'humilité chrétienne jusqu'à ce point de dire : « Je sens vivement, je comprends fort peu et j'aime beaucoup ». Mais il faut quitter l'orthodoxie catholique quand elle dit : je prétends sentir et aimer sans rien comprendre. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 4, 1855, p. 306.
b) Se faire une conception personnelle idéale de telle chose. Comprendre qqc. de telle façon, manière de comprendre (telle chose), voilà comme je comprends telle chose :
10. On demande quelle est cette plénitude de bonheur céleste, promise à la vertu par le christianisme; on se plaint de sa trop grande mysticité : « Du moins, dans le système mythologique, dit-on, on pouvoit se former une image des plaisirs des ombres heureuses; mais comment comprendre la félicité des élus? » Fénelon l'a cependant devinée cette félicité, lorsqu'il fait descendre Télémaque au séjour des mânes : son Élysée est visiblement un paradis chrétien. Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 1, 1803, p. 270.
SYNT. Comprendre l'amour, le bonheur, la vie (de telle façon).
PARAD. Imaginer, se figurer, interpréter, se représenter (telle chose ou telle façon).
En partic., domaine des arts.Concevoir un sujet et l'exprimer de telle façon. La Madone telle que le peintre d'Urbin la comprenait dans les derniers temps de sa vie, au sommet de sa troisième manière (T. Gautier, Guide de l'amateur au Musée du Louvre,1872, p. 33).Comprendre les statues comme l'expression fixée d'une certaine sensibilité (Barrès, Le Voyage de Sparte,1906, p. 66).
3. [Par intuition, dans une saisie spontanée (gén. après une longue maturation plus ou moins inconsciente de l'observation, du jugement, de l'expérience personnelle)]
a) Se rendre compte de la réalité de telle chose, prendre conscience de son importance. Comprendre qqc. :
11. La proposition du prêtre venait de remuer en elle ce coin obscur, où elle évitait de lire; et, à la douleur qu'elle éprouvait, elle comprenait enfin la gravité de son mal, elle avait l'effarement de pudeur d'une femme qui sent glisser son dernier vêtement. Zola, Une Page d'amour,1878, p. 874.
12. ... tout à coup, j'eus le sentiment que le visage de ma mère avait changé. (...) dans la conjugaison de tous ces signes, il me fallait bien distinguer quelque chose de nouveau, de très triste et de très angoissant. (...). Je compris tout cela soudain... G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Jardin des bêtes sauvages, 1934, p. 36.
SYNT. Comprendre + adv. : comprendre immédiatement, rapidement, sur-le-champ, tout de suite, vite; comprendre + subst. : comprendre son devoir, son erreur, comprendre le danger/l'étendue/la gravité/l'importance/l'intérêt/la nécessité/la portée/le prix/l'utilité/la valeur de; verbe + comprendre : faire comprendre (nettement), ne pas oser comprendre, commencer/ne pas tarder à comprendre, refuser de comprendre, finir par comprendre; comprendre + prop. : comprendre qu'il s'agit de. PARAD. a) (Quasi-)synon. apercevoir, discerner, y être (j'y suis!), réaliser, remarquer, se représenter, saisir, voir. b) (Quasi-)anton. ignorer, laisser échapper, méconnaître.
Rem. gramm. (relative aux emplois II B 1, 2, 3). Comprendre que peut se construire avec l'ind. (s'il s'agit d'un jugement de fait) ou, plus fréquemment dans la lang. littér., le subjonctif (s'il s'agit d'un jugement de valeur). Vous comprenez que je ne suis pas la première venue (Bloy, La Femme pauvre, 1897, p. 116).
b) Appréhender quelqu'un ou quelque chose dans toute la vérité de sa nature profonde, par une communion affective, spirituelle. Comprendre qqn, qqc.
[Le compl. d'obj. désigne une pers., son tempérament, son comportement, etc.] Percevoir la vraie nature de telle personne par une disposition d'esprit très favorable, voire complice, en allant parfois jusqu'à reconnaître explicitement le bien-fondé de ses motivations particulières et même jusqu'à excuser ses travers avec une extrême indulgence. Comprendre profondément, comprendre l'Homme. Comprendre et approuver ce qu'est une existence vouée à la galanterie (Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 606):
13. Quel mystère que la pensée inconnue d'un être, la pensée cachée et libre, que nous ne pouvons ni connaître, ni conduire, ni dominer, ni vaincre! Et moi, j'ai beau vouloir me donner tout entier, ouvrir toutes les portes de mon âme, je ne parviens point à me livrer. Je garde au fond, tout au fond, ce lieu secret du moi où personne ne pénètre. Personne ne peut le découvrir, y entrer, parce que personne ne me ressemble, parce que personne ne comprend personne. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Solitude, 1884, p. 926.
14. ... je n'oublierai plus ce que je pense et ce que je sens, ce à quoi j'adhère, en épousant jusqu'à me perdre complètement le point de vue de chacun de ceux que j'étudie, ce point de vue, je l'épouserai tout autant pour le comprendre, et pour le comprendre sympathiquement; mais ceci fait, je ne m'interdirai plus de dégager dans chaque cas mon équation ou ma différence personnelle : ... Du Bos, Journal,1927, p. 243.
Absolument :
15. Je suis heureux. Et je vais vous confier le secret de mon bonheur. Il est simple. J'aime autrui. J'aime aimer. Je hais la haine. Je m'efforce de comprendre et d'admettre. Cocteau, Poésie critique 2,1960, p. 16.
SYNT. Comprendre + subst. : comprendre l'attitude, le caractère, l'esprit, les inquiétudes, les intentions, les motifs, la position, les scrupules, les sentiments, la situation de (telle pers.). Un brave homme qui comprendra ma situation et qui me tendra la main (Maupassant, Contes et nouvelles, t. 2, Une lettre, 1885, p. 584); comprendre son temps. Opiniâtre attachement au passé, qui le rendait incapable de comprendre son temps (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 221); verbe + comprendre : devoir comprendre (vous devez me comprendre), être apte à comprendre/être capable, incapable de (tout) comprendre, falloir comprendre (il faut me comprendre), pouvoir comprendre (tu ne peux pas comprendre, etc.), savoir comprendre.
PARAD. (Quasi-)synon. a) se mettre à la place de, participer, saisir, sentir; b) disculper, excuser, justifier, pardonner.
En partic.
[Le compl. d'obj. désigne un artiste, son art] Vibrer de la même sensibilité, partager les mêmes goûts esthétiques, savoir apprécier. Le type tout fait de l'homme riche incapable de comprendre et d'aimer sincèrement les œuvres d'art (Larbaud, A. O. Barnabooth,1913, p. 127):
16. Il ne peut être question pour lui [le snob] d'acquérir les talents qu'il convoite; (...). C'est donc, dans la faculté d'apprécier, dans le goût, dans le jugement qu'il fait tenir le sentiment de sa valeur. Avec soin il évite les œuvres. Il a pour devise « comprendre c'est égaler » et tout bas ajoute « c'est surpasser ». Gaultier, Le Bovarysme,1902, p. 87.
SYNT. Comprendre l'art, le charme, le génie, l'harmonie, l'originalité de.
[Le compl. d'obj. désigne une entité plus ou moins personnifiée] Comprendre Dieu, la nature :
17. ... quelque chose de la vie des éléments émanant d'eux-mêmes, sans doute à l'attraction de nos regards, arrivait jusqu'à nous, et, s'y assimilant, faisait que nous les comprenions dans un rapport moins éloigné, que nous les sentions plus avant, grâce à cette union plus complexe. À force de nous en pénétrer, d'y entrer, nous devenions nature aussi, nous nous diffusions en elle, elle nous reprenait, nous sentions qu'elle gagnait sur nous et nous en avions une joie démesurée; nous aurions voulu nous y perdre, être pris par elle ou l'emporter en nous. Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 256.
P. ext. [Le compl. d'obj. désigne une chose abstr.] Madame Dorval, qui eût très-bien compris et senti les idées générales, mais qui en repoussait vivement l'examen et la préoccupation (G. Sand, Histoire de ma vie,t. 4, 1855, p. 228).Faire immédiatement le point, comprendre vivement des objets nouveaux, situer d'un coup d'œil le cœur des circonstances (Mounier, Traité du caractère,1946, p. 627).
SYNT. Comprendre les choses (= avoir l'esprit large, se montrer tolérant). Demeure ouvert à toutes les raisons qu'on lui donne (...) comprend les choses (Mauriac, Journal du temps de l'occupation, 1944, p. 322); comprendre la plaisanterie (= l'accepter sans se formaliser et même la pratiquer volontiers). Tel qui ne comprend pas la plaisanterie a pris au tragique une expression jetée en passant (Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, p. 160).
B.− Emplois pronom.
1. Emploi pronom. passif
a) Être appréhendé par l'intelligence dans toute sa signification. Pour m'expliquer n'importe quoi... tout ce qui peut se comprendre et se résoudre, et s'assimiler (Céline, Mort à crédit,1936, p. 424).
b) Être saisi par l'intuition dans toute la vérité de sa nature; être approuvé dans le bien-fondé de ses motivations particulières. Cela se comprend. Cet acte se comprend (Lautréamont, Les Chants de Maldoror,1869, p. 151).
2. Emploi pronom. réfléchi
a) Se représenter nettement la signification de ses propres paroles (même si elle reste obscure pour autrui). Fam. Je me comprends (Colette, Claudine à Paris,1901, p. 225).
b) Se saisir intuitivement dans toute la vérité de sa nature profonde :
18. Je vais essayer de tracer à la hâte quelques lignes moins incohérentes que celles que tu viens de lire, je voudrais que tu me comprisses et je ne me comprends pas moi-même. Va, mon Adèle, je suis bien malheureux. Au milieu du tumulte de mes sentiments, je ne puis distinguer qu'une chose, c'est une passion insurmontable. Hugo, Lettres à la fiancée,1820, p. 13.
Rem. On rencontre parfois la construction se comprendre + adj. qualificatif, employée pour comprendre que l'on est caractérisé par telle qualité. Elle se comprenait bien coupable (Karr, Sous les tilleuls, 1832, p. 300). Elle se comprit belle (Sainte-Beuve, Portraits de femmes, 1844, p. 503).
3. Emploi pronom. réciproque
a) Se représenter nettement le sens de ce que l'on se dit l'un à l'autre. Ils ne se comprenaient qu'assez difficilement les uns les autres, parce qu'ils ne parlaient pas tout à fait le même patois (Ramuz, Derborence,1934, p. 105).
b) Se saisir intuitivement l'un l'autre jusqu'au fin fond de l'être, s'approuver mutuellement avec une indulgente sympathie. Deux cœurs faits pour se comprendre. Nous nous sommes de suite entendues et comprises et aimées (E. de Guérin, Lettres,1839, p. 339).Quand on vit ensemble, il faut s'aider, se comprendre (...) se faire des concessions mutuelles et savoir fermer les yeux (G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Jardin des bêtes sauvages, 1934, p. 220).
PARAD. a) (Quasi-)synon. s'accorder, s'harmoniser, sympathiser. b) (Quasi-)anton. se heurter, s'opposer.
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃pʀ ɑ ̃:dʀ ̥], (je) comprends [kɔ ̃pʀ ɑ ̃]. Enq. : /kõprã/ (il) comprend. Ds Ac. 1694-1932. Cf. prendre. Étymol. et Hist. 1. Ca 1120 « saisir, prendre » (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, 58, 13 : e seient cumpris en la lur superbe [et comprehendantur in superbia sua]) − 1604 ds Gdf.; 2. fin xiie-début xiiies. « concevoir, saisir par l'intelligence » (S. Gregoire, Sermo de Sapientia, éd. Foerster, 286, 3), rare av. le xves. (ca 1450 Mistère Viel Testament, éd. J. de Rothschild, t. 1, p. 210); 3. fin xiies. « inclure, contenir en soi, englober » (Clemence Barking, Vie Ste Catherine, 1164 ds T.-L.). Empr. au lat. class. compre(he)ndere (composé de cum « avec » et prehendere « prendre, saisir ») littéralement « saisir ensemble, embrasser quelque chose, entourer quelque chose » d'où « saisir par l'intelligence, embrasser par la pensée ». Fréq. abs. littér. : 29 948. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 25 445, b) 40 041; xxes. : a) 48 196, b) 55 191.
DÉR.
Compreneur, subst.,rare. Personne qui comprend, qui est capable de comprendre. Mon livret politique (...) n'aura ni ne doit avoir de lecteurs et de compreneurs à présent (Lamartine, Correspondance,1831, p. 216). 1resattest. 1495 « celui qui comprend » (Miroir hist., Maz. 557, fo22a ds Gdf.), attest. isolée; à nouv. 1831 (Lamartine, loc. cit.); du rad. de comprendre, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Darm. Vie 1932, p. 53, 136.

COMPRIS, ISE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de comprendre*.
II.− Adjectif
A.− [En parlant gén. d'une chose, plus rarement d'une pers. alors assimilée à une chose] Qui est inclus dans un certain espace ou dans une catégorie, un système de gradations, de valeurs. Compris/ise à l'intérieur de, dans, entre, sous. Bourse de l'encre du poulpe (...) enveloppée entre les deux lobes du foie (...). Dans le calmar (...) au devant du foie, mais libre et non comprise dans sa substance (Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 5, 1805, p. 263).Sensation comprise dans le genre très naturel des odeurs (...) sensation qui ne rentre pas dans la catégorie des impressions reçues par un des sens spéciaux (Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 343).Cet étroit golfe compris entre les deux caps (Verne, L'Île mystérieuse,1874, p. 134).Une série de nouvelles comprises sous le titre générique d'« Histoires moroses » (Huysmans, À rebours,1884, p. 255).
SYNT. Angle, arc, espace, intervalle, période, température, valeur, zone compris/ise. EXPR. Non compris/ise. Le service non compris (M. de Guérin, Correspondance, 1836, p. 253). Non compris les intérêts (Reybaud, Jérôme Paturot, 1842, p. 47). Bibliothèques populaires (non comprises les bibliothèques de syndicat) (La Civilisation écrite, 1939, p. 4608). Y compris/ise. Avec notre passé tout entier, y compris notre courbure d'âme originelle (Bergson, L'Évolution créatrice, 1907, p. 5). Toute la maisonnée, cuisinière y comprise (Montherlant, Fils de personne, 1943, p. 323).
Rem. 1. Y compris/ise peut s'employer avec ell. de y quand l'expr. se situe après le subst. ou le pronom. Tout compris (Mauriac, Le Mystère Frontenac, 1933, p. 249). Vin et pourboire compris (Romains, Les Hommes de bonne volonté, La Douceur de la vie, 1939, p. 24). Tous frais compris (L'Enseign. en France. L'enseign. de la mus. et l'éduc. musicale, t. 1, 1950, p. 8). Cet emploi ell. se rencontre parfois en antéposition. Une grande salle (...) pouvant contenir, compris les tribunes (Viollet-Le-Duc, Entretiens sur l'archit., t. 2, 1872, p. 92) et dans la loc. jusques et y compris (cf. Druon, Les Grandes familles, t. 2, 1948, p. 20). Les choses utiles (...) jusques et compris les plus intellectuelles (Destutt de Tracy, Commentaire sur l'Esprit des lois de Montesquieu, 1807, p. 292). À la tournure négative, l'ell. de y est obligatoire (cf. non compris). 2. Y compris, non compris sont gén. invariables en antéposition et variables en postposition (mais on rencontre de nombreuses exceptions à cet usage; cf. supra).
PARAD. a) (Quasi-)synon. contenu, enclos, enfermé, englobé, enveloppé, impliqué, incorporé, intégré. b) (Quasi-)anton. excepté, exclus, omis.
B.− [En parlant d'une chose ou d'une pers.] Dont on a ou dont on se forme en esprit une représentation nette.
1. [Par réflexe acquis, actualisation d'une connaissance mémorisée antérieurement] Qui est saisi intellectuellement dans sa signification précise. Un parti pris rapidement et compris dans toute son étendue entre ces deux hommes par deux phrases dites d'oreille à oreille (Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 354).Quoiqu'elles échangeassent des phrases commencées et sitôt comprises (A. de Noailles, Le Cœur innombrable,1903, p. 2).
PARAD. (Quasi-)synon. assimilé, déchiffré, enregistré, interprété, traduit; pigé (pop.).
En interj. (dans un dialogue fam.)
[Parfois avec la valeur d'un ordre] (C'est) compris? L'agent demanda d'une voix brève et rude si c'était compris (A. France, Crainquebille,1904, p. 15).
[Parfois avec une nuance d'humour complice] (C'est) compris! Que vous dirai-je? (...) Rien de plus... Compris! (E. Labiche, Deux papas très bien,1845, 3, p. 387).
2. [Par effort de réflexion] Qui est conçu (par l'imagination, les facultés créatrices de telle personne) de telle façon. Bien/mal compris.
a) [En parlant d'une chose abstr.] Avec le principe de la charité compris comme nous le comprenons, c'est-à-dire avec le principe de la solidarité mutuelle (Leroux, De l'Humanité,t. 1, 1840, p. 219).Travailler le moins possible du travail matériel pour travailler le plus possible du travail impalpable (...) la contemplation ainsi comprise (...) une des formes de la paresse (Hugo, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 817).Religion éclairée et bien comprise (Gyp, Souvenirs d'une petite fille,1927, p. 243).
b) [En parlant d'une chose concr.] Une robe mauve, assez mal comprise (Zola, La Curée,1872, p. 531).Le tapis muet d'une garçonnière bien comprise (Colette, Claudine en ménage,1902, p. 137).Au moyen de papillons convenables ou d'ajutages bien compris (C. Ratel, Préparation mécan. des minerais,1908, p. 264).
En partic., domaine des arts.Une belle figure, bien comprise, bien exécutée, élégante et forte à la fois (Castagnary, Salons,t. 2, 1875, p. 188).Tons (...) généralement bien compris et réalisés (Valéry, Correspondance[avec Gide], 1893, p. 179).
3. [Par intuition, dans une saisie spontanée] Qui est appréhendé dans toute la vérité de sa nature profonde, par une communion affective, spirituelle.
a) [En parlant d'une pers., de son tempérament, de son comportement, etc.] Je me sentis compris et excusé (Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 284):
Si les consciences avaient moins de secrets, si elles étaient moins passionnelles, moins timides, moins ironiques, moins nerveuses, moins faciles à froisser, elles seraient comprises ou incomprises, mais non point « mécomprises » : ainsi l'on devrait dire d'un génie qu'il est méconnu quand sa célébrité tient à d'autres raisons que celles qui font de lui un génie... Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 146.
En partic. [En parlant d'un artiste, de son art] Les artistes de café-concert (...) mal connus, et décriés, et peu compris! (Colette, La Vagabonde,1910, p. 46).
b) P. ext. [En parlant d'une chose abstr.] Cet amour platonique si rare, si peu compris, la première illusion des jeunes filles, le plus délicat de tous les sentiments, la friandise du cœur (Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 53).L'obligation morale (...) cette nécessité, comprise ou méconnue, consentie ou repoussée (M. Blondel, L'Action,1893, p. 136).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃pʀi], fém. [-i:z]. Ds Ac. 1694-1878. Fréq. abs. littér. : 8 229. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 8 471, b) 9 153; xxes. : a) 11 315, b) 16 060. Bbg. Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, pp. 35-36.

Comprise : définition du Wiktionnaire

Forme d’adjectif

comprise \kɔ̃.pʁiz\ féminin

  1. Féminin singulier de compris.
    • Si une seconde citation est comprise à l’intérieur de la première, chaque ligne de la citation incluse sera précédée d’un guillemet ouvrant. — (Jean Girodet, Dictionnaire des pièges et difficultés de la langue française, 2012)

Forme de verbe

comprise \kɔ̃.pʁiz\

  1. Participe passé féminin singulier de comprendre.
    • Ainsi, des deux parts, la terre, c’est-à-dire la vie présente, ou, en d’autres termes, la vie éternelle dans sa manifestation présente, au lieu d’être comprise religieusement et sanctifiée, est désanctifiée, si je puis m’exprimer ainsi, avilie, profanée, et abandonnée au hasard, à la fatalité, et au mal. — (Pierre Leroux, De l’humanité, 1840, page 226)

Verbe

comprise transitif

  1. Comporter, être composé de, contenir, renfermer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Comprise : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COMPRENDRE. (Il se conjugue comme PRENDRE.) v. tr.
Contenir en soi. L'univers comprend tout ce qui est. L'Europe comprend plusieurs grands États. Cette famille de plantes comprend un grand nombre de genres. Les pays compris entre la Loire et la Seine. L'enseignement de la philosophie comprend celui de la logique, de la morale, de la psychologie et de la métaphysique. Il signifie aussi Faire entrer dans un ensemble. Il a compris dans sa quittance tout ce qui lui était dû. Il a tant de revenu, sans y comprendre ce que sa place lui donne. Dans le dénombrement de ses dettes, je n'entends pas comprendre celles qu'il a faites depuis un an, je comprends seulement les plus anciennes. Dans ce tableau de la population, on n'a pas compris les étrangers. Comprendre plusieurs choses sous une même dénomination. Il signifie aussi figurément Embrasser, saisir par l'intelligence. Je comprends fort bien ce que vous me dites. Cela est difficile à comprendre. Cela se comprend. Il ne comprend rien de ce qu'on lui dit. Tout ce que j'ai pu comprendre, c'est que... Cette maxime n'a pas été comprise, a été mal comprise. Absolument, Comprenez-vous? Je commence à comprendre. Je vois qu'il n'a pas compris. Il se dit, dans un sens particulier, de l'Intelligence des langues, des mots, etc. Comprenez-vous l'anglais? Il comprend cette langue, mais il ne sait pas encore la parler. Je ne comprends pas ces deux mots. Ce passage est très difficile à comprendre. Il signifie également Concevoir, se faire une juste idée de quelque chose. Les méchants ne peuvent comprendre la vertu. Il sut comprendre ses devoirs. Je compris alors toute la grandeur du péril. Comprenez-vous tout ce qu'il faut de prudence et d'habileté pour réussir dans une telle entreprise? Vous ne comprenez pas la difficulté de l'affaire. Pour bien vous faire comprendre l'état de la question. Ils comprirent que le moment était venu. Il signifie encore Se rendre raison d'une chose, en découvrir le motif. Je ne comprends pas sa conduite. Comprenez-vous un tel langage? Je ne comprends pas comment il peut faire, comment il ose se montrer. Vous comprenez que cela doit m'inquiéter. Je ne comprends pas qu'on puisse être fâché de cela. Dans ce sens, on emploie souvent Ne rien comprendre à ou interrogativement Comprendre à. Je ne comprends rien à sa conduite. Je ne comprends rien à ce langage. Je ne comprends rien à ce que vous dites. Comprenez-vous quelque chose à tout cela? Comprendre quelqu'un, Bien saisir les explications, les ordres qu'il donne, la langue qu'il parle, etc. Il faut que vous ne m'ayez pas compris, que vous m'ayez mal compris. Je ne vous comprends pas. Expliquez-vous plus clairement, si vous voulez qu'on vous comprenne. Cet étranger a beaucoup de peine à se faire comprendre. Il ne se comprend pas lui-même. Il signifie aussi Se rendre raison de la conduite, des discours de quelqu'un. C'est un homme difficile à comprendre. Il tient une conduite si bizarre et si contraire à ses intérêts, que je ne le comprends pas. Comprenez-vous cette femme, avec ses caprices? Il se dit, dans le même sens, mais avec une nuance de sympathie, d'intimité, de la Connaissance que deux personnes ont l'une de l'autre. Quoique leurs goûts fussent différents, ces deux amis se comprenaient à merveille. Deux cœurs faits pour se comprendre. Y compris, En y comprenant ; et Non compris, Sans y comprendre. Il a dix mille francs de revenu, y compris les profits de sa place, non compris la maison où il loge. Depuis tel article du code jusques et y compris tel autre. On dit également, en faisant accorder, Les indications y comprises. La maison où il loge non comprise.

Phonétique du mot « comprise »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
comprise kɔ̃priz play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « comprise »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « comprise »

  • Ce mardi 30 juin, La Croix-Valmer se lèvera sous un temps dégagé, et la température de l'air sera chaude pour un mois de juin. Le thermomètre restera stable à 24 °C. La force du vent sera comprise entre 10 et 20 km/h, et sa direction sera instable. Var-Matin, Quel temps fera-t-il à La Croix-Valmer le mardi 30 juin 2020 ? - Var-Matin
  • En bord de côte, durant toute la journée, le temps sera dégagé, sans aucune précipitation prévue. La température de l'air sera haute : elle atteindra 30 °C et sera de 27 °C en moyenne. Le vent aura une force comprise entre 5 et 35 km/h. Var-Matin, Soleil, chaleur et mistral pour débuter la semaine ce lundi dans le Var - Var-Matin
  • Tablant sur une perte de revenus comprise entre 15 % et 20 % pour l'année 2020, Thierry Jadot, PDG de Dentsu Aegis France, estime néanmoins avoir limité les dégâts : « Moins d'une quarantaine de personnes quitteront le groupe, soit moins de 4 % du total des effectifs. Nous avons procédé à des reclassements et évité de remplacer les partants. » A l'interne, certains évoquent néanmoins une baisse plus proche de 10 % des effectifs. Les Echos, Dentsu Aegis revoit son modèle et réduit ses effectifs | Les Echos
  • Six vélos peuvent désormais être loués à la gare d’Oloron pour une durée comprise entre une heure et 24 heures. La-R%C3%A9publique-des-Pyr%C3%A9n%C3%A9es, Oloron : six vélos à assistance électrique désormais disponibles à la gare - La République des Pyrénées.fr
  • Dans le cadre du déconfinement suite à la crise sanitaire du coronavirus, la base de loisirs des Étangs des Moines, à Fourmies, ouvrira le samedi 4 juillet. Baignade comprise. La Voix du Nord, Fourmies : la base des Étangs des Moines ouvre le 4 juillet, baignade comprise

Traductions du mot « comprise »

Langue Traduction
Corse inclusa
Basque sartuta
Japonais 含まれる
Russe включены
Portugais incluído
Arabe متضمن
Chinois 包括在内
Allemand inbegriffen
Italien incluso
Espagnol incluido
Anglais included
Source : Google Translate API

Synonymes de « comprise »

Source : synonymes de comprise sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « comprise »


Mots similaires