La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « cloîtré »

Cloîtré

Définitions de « cloîtré »

Trésor de la Langue Française informatisé

CLOÎTRÉ, ÉE, adj.

[En parlant de l'un des éléments essentiels d'un édifice] Qui est encadré d'un ensemble de portiques analogue au cloître d'un couvent :
Des fenêtres, je puis apercevoir le dôme et les minarets de cette Sélimié Djami, où lady Falkland m'avait conduit (...) pour m'en faire admirer la cour cloîtrée (...) avec ses arcades de faïence, ses colonnes de vieux marbre et ses grands cyprès. Farrère, L'Homme qui assassina,1907, p. 267.
Étymol. et Hist. 1882 « qui ressemble à un cloître » (Zola, Pot-Bouille, p. 66 : petit logement cloîtré). Dér. de cloître*; suff. *. Fréq. abs. littér. : 7. Bbg. Ploton (D.). Le Lang., témoin de la civilisation monastique. Vie Lang. 1971, p. 682.

CLOÎTRÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de cloîtrer*.
II.− Adj. [En parlant d'une pers.]
A.− Qui vit enfermé dans un monastère, qui est tenu d'observer rigoureusement la clôture monastique. Religieux, religieuses cloîtré(e)s (cf. accide ex. 2) :
1. Il explorait une haute et stricte vie, qui avait besoin d'un facies spécial pour ne rien laisser perdre dans le monde laïque, de l'essentiel du monde cloîtré, où se réfugiaient ses rêves probables. Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 292.
P. ext. Couvent cloîtré. Couvent dont les occupants ne peuvent pas sortir :
2. Cette loge, comme celle de la sœur tourière d'un couvent cloîtré, avait deux portes, l'une à l'extérieur, l'autre intérieure, qui ne s'ouvraient jamais en même temps. Verne, Les 500 millions de la Bégum,1879, p. 101.
B.− Au fig. Qui vit à l'écart du monde, qui n'entretient aucun contact avec lui :
3. Ô bourgeoisie de 1880, jeunes filles oisives et cloîtrées, mais qui trouviez le moyen de « fauter » quasiment sans quitter l'ample jupe maternelle... Colette, La Jument noire,1938, p. 174.
P. ext. :
4. Un médecin appelé, n'ayant rien découvert, accusait la vie trop cloîtrée, se contentait de recommander l'exercice. Zola, Le Rêve,1888, p. 166.
Fréq. abs. littér. : 138.

Wiktionnaire

Adjectif - français

cloîtré \klwa.tʁe\ (orthographe traditionnelle)

  1. (Religion) Qualifie un religieux qui vit dans un cloître.
    • J'avais un mouvement précis de la langue pour empêcher le pain sacré d’effleurer mes dents. Je pratiquais même ma technique en mangeant des retailles d’hosties que j'achetais à la livre chez les religieuses cloîtrées qui les fabriquaient. — (Denise Bombardier, Une enfance à l'eau bénite, éditions du Seuil, 1985, chap. 9)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CLOÎTRER. v. tr.
Faire entrer quelqu'un dans un monastère. Les parents de cette fille résolurent de la cloîtrer. Il voulut se cloîtrer. Religieuse cloîtrée.

SE CLOÎTRER signifie figurément S'enfermer chez soi, se retirer. Il s'est cloîtré dans sa bibliothèque.

Littré (1872-1877)

CLOÎTRÉ (kloi-tré, trée) part. passé.
  • Mis au couvent. Une fille cloîtrée.

    Obligé de garder la clôture. Un couvent cloîtré. Depuis le concile de Trente, il n'y a presque plus de religieuses qui ne soient cloîtrées.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cloîtré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cloîtré klɔitre

Traductions du mot « cloîtré »

Langue Traduction
Anglais cloister
Espagnol claustro
Italien chiostro
Allemand kloster
Chinois 回廊
Arabe الدير
Portugais claustro
Russe монастырь
Japonais 回廊
Basque klaustroa
Corse chjostru
Source : Google Translate API

Antonymes de « cloîtré »

Cloîtré

Retour au sommaire ➦

Partager