La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « civitate »

Civitate

Définitions de « civitate »

Wiktionnaire

Nom commun - ancien français

civitate \Prononciation ?\ féminin

  1. (Xe siècle) Cité, ville.
    • i escit foers de la civitate — (Fragment de Valenciennes, anonyme, vers 950)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « civitate »

Du latin civitatem, accusatif de civitas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « civitate »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
civitate sivitat

Évolution historique de l’usage du mot « civitate »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « civitate »

  • Assise (Agence Fides) - " Après la marche pour la paix de Lviv, où nous sommes allés porter des aides et ramener en Italie des familles dans le besoin, nous pensons à la Russie. Un nouveau sujet est en train de se former, "StoptheWarNow", qui entend rassembler tout le mouvement non-violent, composé de nombreuses associations et acronymes différents, qui ne se contente pas de manifester contre la guerre, mais qui pense à des actions réelles, à des "invasions pacifiques" qui peuvent répondre aux besoins de ceux qui veulent arrêter le conflit maintenant". C'est ce qu'a expliqué à l'Agence Fides Don Tonio dell'Olio, figure historique du mouvement pacifiste et président de "Pro Civitate Christiana", l'association d'Assise dont le but est d'offrir "accueil et opportunité, sève et souffle, mission et service". Le père Dell'Olio, ancien coordinateur national de "Pax Christi", rappelle des actions historiques telles que le voyage pour la paix effectué à Sarajevo par une importante délégation conduite par Don Tonino Bello (1935-1993), ancien évêque de Molfetta déclaré Vénérable, dont le procès de béatification est en cours. Don Dell'Olio, qui est rentré récemment en Italie après la marche pour la paix de Lviv (voir Fides 2/4/2022 et 4/4/2022), déclare : "Il ne suffit plus de marcher". Selon le président de "Pro Civitate Christiana", la société civile italienne et européenne a fait ces dernières années un saut qualitatif dans la culture de la paix et s'oppose aujourd'hui à une logique de guerre "qui passe par une augmentation des dépenses militaires dans toute l'Europe, ce qui signifie ensuite une nouvelle course aux armements". Outre le réarmement, prévient-il, il y a aussi un élément culturel, une logique selon laquelle "mon voisin peut être mon ennemi", et la peur d'être attaqué peut se transformer en agression, comme cela s'est déjà produit. C'est une culture qui ajoute aux aspects psychologiques et prépare le terrain pour une nouvelle guerre, qui n'est plus définie par son nom mais par des déguisements sémantiques tels que "mission de paix" ou "intervention humanitaire". Cependant, la société civile européenne a été en mesure de changer certains paradigmes : l'aide et l'assistance étaient auparavant considérées uniquement comme un soutien aux populations, comme si un conflit était égal à une catastrophe naturelle, un tremblement de terre ou une inondation. La guerre, par contre, peut être évitée et cela n'est possible que si nous regardons vers l'avenir et travaillons pour que l'approche des conflits change complètement et nous nous opposons à ce message qui arrive subrepticement avec le réarmement". Dell'Olio poursuit : "Le réarmement est le contraire du dialogue. Après tout, Don Milani nous a déjà rappelé qu'après la Seconde Guerre mondiale en Italie, il n'y avait plus de guerres pour défendre le territoire national. C'est pourquoi il y a eu la tromperie des soi-disant "missions de paix" qui étaient en fait des guerres. Il était donc possible de répudier la guerre, comme le dit la Constitution italienne, mais de la faire quand même parce que ce n'était pas la guerre. La société civile peut et doit jouer un rôle", conclut Don Dell'Olio, "car depuis la Seconde Guerre mondiale, la guerre ne se fait pas seulement entre les armées mais entre les peuples, s'il est vrai que dans les conflits modernes neuf victimes sur dix sont des civils. C'est pourquoi nous devons avant tout parler à nos frères ukrainiens et russes, et jouer un rôle actif avec eux pour mettre fin au conflit". (EG-PA) (Agence Fides 13/4/2022) , EUROPA - Le mouvement pour la paix se tourne vers la Russie - Agenzia Fides
  • Lviv (Agence Fides) - " Le conflit en cours évoque pour l'Europe le fantôme d'un passé que l'on croyait définitivement archivé. Au contraire, les bombes, les destructions, les morts ukrainiens et russes, les ravages de ces dernières semaines nous ont mis face à un danger, une menace, toujours tapie. C'est une guerre cruelle et insensée qui, comme toute guerre, représente une défaite pour tous, pour chacun d'entre nous, a déclaré le Pape François lors de l'Angélus du dimanche 27 mars, réitérant son invitation à répudier la guerre, un lieu de mort où les pères et les mères enterrent leurs enfants, où les hommes tuent leurs frères sans même les avoir vus, où les puissants décident et les pauvres meurent". C'est ainsi que commence la lettre que Monseigneur Stefano Russo, secrétaire général de la Conférence épiscopale italienne, a envoyée à la veille de la marche pour la paix en Ukraine, conçue par la Communauté du Pape Jean XXIII, au président de Pro Civitate Christiana don Tonio Dell'Olio. "J'exprime donc mon appréciation pour l'initiative européenne qui, entre le 1er et le 3 avril, rejoindra la ville de Lviv dans une caravane, organisant des rencontres avec les représentants des institutions civiles et religieuses présentes dans cette ville", écrit Mgr Russo. Un signal important", a commenté Don Dell'Olio, l'un des inspirateurs de la marche, "car il reconnaît l'importance, la pureté et le sens de cette action pour la paix. Et d'une certaine manière, c'est la façon dont la Conférence épiscopale italienne se range du côté du pape, qui a été très clair sur la guerre en Ukraine". L'initiative, promue par la Communauté Pape Jean XXIII, mais à laquelle participent des dizaines de groupes catholiques et laïcs de la société civile italienne, a quitté Gorizia hier matin à l'aube. Son principal organisateur, le secrétaire de l'association portant le nom du pape Roncalli, Pierluigi Cofano, explique qu'une marche aura lieu cet après-midi, le 2 avril, autour de la gare de Lviv "où nos 66 véhicules, qui ont apporté des médicaments et des produits de première nécessité, recueilleront quelques familles déplacées pour les emmener en Italie où plusieurs municipalités, dont Rome, ont déjà donné leur feu vert pour les accueillir". La caravane, qui est arrivée hier soir à la frontière polonaise-ukrainienne, est composée de 221 personnes issues de diverses associations. Une réunion avec le maire et les autorités religieuses locales de Lviv est également prévue pour aujourd'hui, si la situation le permet. "Le Conseil épiscopal permanent - écrit Mgr Russo dans la lettre adressée à Dell'Olio et aux marcheurs - a décidé de promouvoir un moment de prière pour la paix pendant les célébrations du dimanche des Rameaux et d'exprimer sa proximité et sa solidarité avec l'Église ukrainienne, à travers les nombreuses initiatives que coordonne Caritas Italiana". La lettre rappelle que "la paix naît avant tout dans le cœur de chaque personne, du désir de s'accompagner mutuellement sur le chemin de la vie, d'établir des relations fondées sur la fraternité. En ce sens, les Eglises, dans tous les coins du monde, peuvent jouer un rôle irremplaçable dans la construction d'une paix véritable, axée sur la dignité humaine, le respect des droits et des libertés de chaque personne et de la vie, et la construction de communautés fondées sur la solidarité et l'ouverture". (EG-PA)(Agence Fides 2/4/2022) , EUROPE/Ukraine - La marche pour la paix de la société civile italienne arrive à Lviv - Agenzia Fides
  • [5] Augustin, De civitate Dei, X, 6. , Deuxième prédication de carême du cardinal Cantalamessa - Vatican News

Civitate

Retour au sommaire ➦

Partager