La langue française

Choyé

Sommaire

  • Définitions du mot choyé
  • Phonétique de « choyé »
  • Évolution historique de l’usage du mot « choyé »
  • Citations contenant le mot « choyé »
  • Traductions du mot « choyé »
  • Antonymes de « choyé »

Définitions du mot choyé

Trésor de la Langue Française informatisé

CHOYÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de choyer*.
II.− Emploi adj.
A.− [En parlant d'une pers. ou d'une chose]
1. Cour. [En parlant d'une pers., d'un enfant, d'un être aimé] Cf. choyer A 1.Je suis riche, choyé, fêté, recherché, sans souci du présent ni de l'avenir (Toepffer, Nouvelles genevoises,1839, p. 261).Il a été trop gâté. Toujours choyé, câliné comme tous les uniques (R. Martin du Gard, Les Thibault,La Belle saison, 1923, p. 847):
1. Quand mon ami rapportait de ses courses un œil poché, un habit déchiré, il était plaint, caressé, choyé, rhabillé : en pareil cas, j'étais mis en pénitence. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 54.
En mauvaise part. Une femme française est nécessairement une poupée parée, choyée, gâtée, sans cœur (Quinet, Allemagne et Italie,1836, p. 95):
2. J'ai connu plus d'un roi. C'étaient de petits rois, d'un petit royaume; rois dans leur famille, trop aimés, trop flattés, trop choyés, trop bien servis. Ils n'avaient point le temps de désirer. Des yeux attentifs lisaient dans leur pensée. Eh bien, ces petits Jupiters voulaient malgré tout lancer la foudre; ils inventaient des obstacles; ils se forgeaient des désirs capricieux, changeaient comme un soleil de janvier, voulaient à tout prix vouloir, et tombaient de l'ennui dans l'extravagance. Alain, Propos,1908, p. 29.
Emploi subst., rare. Moi le triomphateur (...), l'acclamé, le choyé à l'étranger (Verlaine, Œuvres complètes, t. 4, Mes prisons, 1893, p. 432).Hier, je vis mourir une de mes joies, un de ces petits choyés, dévoré par une marâtre (E. de Guérin, Lettres,1834, p. 53).
2. [En parlant d'un inanimé concr.] Cf. choyer A 3.Les objets ainsi choyés naissent vraiment d'une lumière intime (Bachelard, La Poétique de l'espace,1957, p. 74).
B.− [En parlant d'une entité abstr.] Cf. choyer B.Un rêve si longtemps choyé (G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Vue de la Terre promise, 1934, p. 118).
P. iron. Cette mort aimée, choyée, parée, momifiée, sauvée (E. et J. de Goncourt, Journal,1891, p. 134).
Fréq. abs. littér. : 132.

Wiktionnaire

Forme de verbe

choyé \ʃwa.je\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe choyer.
    • Jacquemin, que choyait la petite baronne ; Jacquemin, un des gardiens patentés de la gloire et de la gloriole, pour tous ceux qui, à Paris, vivent de tapage et pour le tapage, grandes dames éprises de réclames ou comédiennes affolées de rôles nouveaux ; Jacquemin, un des porte-plumes de la Renommée, reçu partout, choyé, adulé, caressé, pouleté, ce Jacquemin que le prince venait de revoir, très élégant, avec son stick et son monocle, et l’air pimpant, léger, dégagé, dédaigneux et qui disait, en homme habitué à toutes les élégances, fatigué de luxe, blasé de fêtes, n’estimant que ce qui est chic, comme on dit, coté et parfumé : Les belles petites sont rares ! — (Jules Claretie, Le prince Zilah, E. Dentu éditeur, Paris, 14e édition)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHOYER. (Je choie; nous choyons.) v. tr.
Soigner quelqu'un avec tendresse, avec affection. Cette mère choie trop ses enfants. Fig., Choyer quelqu'un, Avoir pour quelqu'un de grands égards, chercher à lui plaire par toute sorte de prévenances. Il signifie aussi Conserver une chose avec grand soin. Ce collectionneur choie ses œuvres d'art.

Littré (1872-1877)

CHOYÉ (cho-ié ou choi-ié, ée) part. passé.
  • Enfant choyé par ses parents. À l'avenir Mazet serait choyé, La Fontaine, Mazet.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « choyé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
choyé ʃɔje

Évolution historique de l’usage du mot « choyé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « choyé »

  • Le cinquième prix Régine Deforges couronne un roman poignant sur la déchéance d'un homme à qui pourtant tout devait sourire. Fils choyé de la bourgeoisie guinéenne, il finit proxénète dans une banlieue parisienne, alors que ses sœurs s'accrochent. Rencontre. France 3 Nouvelle-Aquitaine, La lauréate du prix Régine Deforges 2020 veut changer le regard sur la migration
  • Mis à mal par la pandémie de Covid-19, le secteur est choyé par le Département avec un plan de soutien de 300 000 euros et aujourd’hui, une campagne qui se décline, entre autres, à Paris. SudOuest.fr, Tourisme en Lot-et-Garonne : l’éloge de la lenteur
  • En fin de compte, la plupart des fans sont bien conscients que les animaux de compagnie préférés de la reine Elizabeth sont et ont toujours été ses corgis. Elle a été photographiée avec eux un nombre incalculable de fois et a possédé plus de 30 chiens dans sa vie. Maintenant, nous avons appris que les corgis de la reine Elizabeth étaient choyés avec un menu spécial préparé par le chef. Breakingnews.fr, Le corgis de la reine Elizabeth a été choyé avec un menu spécial préparé par le chef
  • « C’est une pépite », lâche Mickaël. Pas mécontent d’avoir fait signer ce garçon des Yvelines dans son team. Pour quatre ans ! « Il est déjà très courtisé », sourit le boss du team. Le garçon est choyé. Le matériel lui est fourni. , Vendée : Cayenne Danion, la petite pépite du team VRT-KTM | Le Journal des Sables

Traductions du mot « choyé »

Langue Traduction
Anglais pampered
Espagnol mimado
Italien coccolato
Allemand verhätschelt
Portugais mimado
Source : Google Translate API

Antonymes de « choyé »

Partager