La langue française

Choeur

Sommaire

  • Définitions du mot choeur
  • Étymologie de « choeur »
  • Phonétique de « choeur »
  • Évolution historique de l’usage du mot « choeur »
  • Citations contenant le mot « choeur »
  • Traductions du mot « choeur »
  • Synonymes de « choeur »

Définitions du mot choeur

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHŒUR. (CH se prononce K.) n. m.
Troupe de gens qui chantent ensemble. Un excellent chœur de musique. La messe fut chantée à quatre chœurs de musique. Les chœurs de l'Opéra. Le chœur a fort bien chanté ce morceau. Après qu'une voix a fait un récit, le chœur répond. Les neuf chœurs des anges, Les neuf ordres des anges. En chœur, En chantant tous ensemble. Chanter en chœur. Répéter en chœur. Par extension, Ils nous ont tous répondu en chœur. Il se dit aussi d'un Morceau de musique à plusieurs parties qui est chanté par le chœur. Il y a deux beaux chœurs dans cet opéra. Le premier chœur est excellent. Il désigne aussi la Partie de l'église où l'on chante l'office divin et qui est séparée de celle qu'on appelle la Nef. Il est entré dans le chœur. On a fermé le chœur. Le chœur est magnifiquement orné. Avoir place au chœur. Il désigne encore l'Ensemble des chantres qui sont dans le chœur. Après que le célébrant a fini, le chœur répond. Enfants de chœur, Enfants qui chantent au chœur, qui répondent à la Messe, qui aident le prêtre dans les cérémonies. Dans les Couvents de femmes, Religieuses du chœur, dames du chœur, Toutes les religieuses qui sont astreintes à la récitation de l'office. Dans les pièces dramatiques des anciens, il se disait d'un Groupe de personnages qui, accomplissant dans une partie du théâtre certaines évolutions, chantaient, soit dans le cours de la pièce, soit dans les intervalles de l'action et prenaient quelquefois le rôle d'interlocuteurs. Chœur de vieillards. Le chef du chœur ou Coryphée. Il se dit par extension de Ce que chante un chœur. Les chœurs d'Eschyle. Il y a dans les chœurs de cette tragédie des passages très obscurs. Il se dit, par analogie, de Certains intermèdes lyriques qui se chantent entre les actes de quelques tragédies modernes. Les chœurs d' " Esther, " d' " Athalie. "

Littré (1872-1877)

CHOEUR (keur) s. m.
  • 1 Terme de l'antiquité grecque. Ensemble de gens qui dansent ou marchent en cadence : ce sens n'est guère usité que dans la poésie ou en parlant des anciens. Apollon musagète dirige le chœur des muses. Diane guide les chœurs des nymphes. Formant des chœurs de danse, portant des corbeilles, Rousseau, Ém. v. Faunes, sylvains, bacchantes et dryades, Autour de moi formez des chœurs joyeux, Béranger, Vin de Chypre.
  • 2Dans la tragédie ou comédie grecque, réunion de gens qui marchaient ou dansaient ensemble en chantant ou déclamant des vers lyriques ; sorte de personnage collectif et chantant, soit qu'il occupât les intermèdes, soit qu'il intervînt dans le cours même de la pièce. La tragédie, informe et grossière en naissant, N'était qu'un simple chœur où chacun, en dansant, Et du dieu des raisins entonnant les louanges, S'efforçait d'attirer de fertiles vendanges, Boileau, Art p. III. Sophocle … intéressa le chœur dans toute l'action, Boileau, ib.

    Par extension de l'antique, les membres d'un corps de ballet qui dansent ensemble. Les coryphées sont employés utilement dans les chœurs qui offrent l'image de ceux des Grecs, Noverre, Lett. XXV, Sur les arts imitateurs.

    Dame de chœurs, celle qui danse dans les chœurs et qui ne danse pas seule.

    Par extension, ce que les chœurs chantent ou sont supposés chanter. Les chœurs d'Eschyle. Il y a de beaux chœurs dans cet opéra. Racine a mis des chœurs dans Esther et dans Athalie.

  • 3Réunion de personnes qui chantent ensemble, sans figurer marche ni danse. Les chœurs de l'opéra. Un chœur de vieillards, de jeunes filles. Être engagé dans les chœurs. Pourquoi une actrice des chœurs discordants de l'Académie royale de musique a-t-elle été trois jours dans sa cave [avant d'être enterrée] ? Voltaire, Dial. XX.

    Terme d'église. Ceux qui chantent. Le chœur répond au célébrant.

    Terme de théologie. Les neuf chœurs des anges, les neuf ordres de la hiérarchie céleste. De tous les chœurs des cieux va remplir les souhaits, Rotrou, St. Gen. IV, 6.

  • 4Partie de l'église où l'on chante l'office divin, et qui est en tête de la nef. Avoir place au chœur.

    Le service du chœur. Il serait bien dur qu'un grand chanoine fût sujet au chœur, pendant que le trésorier, l'archidiacre, le pénitencier et le grand vicaire s'en croient exempts, La Bruyère, XIV.

    Enfants de chœur, enfants employés dans le chœur au chant des offices, et, plus souvent encore, aux petites besognes d'église, comme servir le vin au prêtre, etc.

    Tondu comme un enfant de chœur, se dit d'un homme dont les cheveux sont coupés de très près, ou même qui est chauve.

    Dans les couvents de filles, religieuses du chœur, dames du chœur, toutes les religieuses qui ne sont point converses.

  • 5 Terme de musique. Composition de musique à plusieurs parties et exécutée par plusieurs voix pour chaque partie. Le chœur des démons dans Orphée. Le chœur des chasseurs dans Robin des bois. Le chœur des soldats dans Œdipe à Colone est un chœur à trois parties qui commence par un unisson. Ce chœur est écrit à cinq parties.

    Chœur réel, quatuor dans lequel chaque voix a une mélodie distincte.

    Se dit encore en parlant des grandes subdivisions d'un orchestre. Le chœur des cuivres.

  • 6Dans le langage ordinaire, chant exécuté par plusieurs voix ensemble. Chanter en chœur. On répéta le refrain en chœur.

HISTORIQUE

XIIIe s. Quant il furent entré el cuer, Chascuns vousist bien estre fuer [hors], Car trestuit si grant paor orent, Rutebeuf, 316. Et s'en entre dedenz le cuer à ses barons qui portent sa corone et la pome, Ass. de Jér. I, 30.

XVIe s. Et le maistre du chœur [des poëtes, Virgile], après avoir estalé les noms des plus grands Romains en sa paincture, finit en ceste maniere : His dantem jura Catonem, Montaigne, I, 267. Pensons-nous que les enfants de chœur prennent grand plaisir à la musique ? la satiété la leur rend plus tost ennuyeuse, Montaigne, I, 331.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHŒUR, s. m. (Belles-Lett.) dans la Poésie dramatique, signifie un ou plusieurs acteurs qui sont supposés spectateurs de la piece, mais qui témoignent de tems en tems la part qu’ils prennent à l’action par des discours qui y sont liés, sans pourtant en faire une partie essentielle.

M. Dacier observe, après Horace, que la tragédie n’étoit dans son origine qu’un chœur qui chantoit des dithyrambes en l’honneur de Bacchus, sans autres acteurs qui déclamassent. Thespis, pour soulager le chœur, ajoûta un acteur qui récitoit les avantures de quelque héros. A ce personnage unique Eschyle en ajoûta un second, & diminua les chants pour donner plus d’étendue au dialogue.

On nomma épisodes, ce que nous appellons aujourd’hui actes, & qui se trouvoit renfermé entre les chants du chœur. Voyez Episode & Acte.

Mais quand la tragédie eut commencé à prendre une meilleure forme, ces récits ou épisodes qui n’avoient d’abord été imaginés que comme un accessoire pour laisser reposer le chœur, devinrent eux-mêmes la partie principale du poëme dramatique, dont à son tour le chœur ne fut plus que l’accessoire : mais ces chants qui étoient auparavant pris de sujets différens du récit y furent ramenés ; ce qui contribua beaucoup à l’unité du spectacle.

Le chœur devint même partie intéressée dans l’action, quoique d’une maniere plus éloignée que les personnages qui y concouroient : ils rendoient la tragédie plus réguliere & plus variée ; plus réguliere, en ce que chez les anciens le lieu de la scene étoit toûjours le devant d’un temple, d’un palais, ou quelqu’autre endroit public : & l’action se passant entre les premieres personnes de l’état, la vraissemblance exigeoit qu’elle eût beaucoup de témoins, qu’elle intéressât tout un peuple, & ces témoins formoient le chœur. De plus, il n’est pas naturel que des gens intéressés à l’action, & qui en attendent l’issue avec impatience, restent toûjours sans rien dire : la raison veut au contraire qu’ils s’entretiennent de ce qui vient de se passer, de ce qu’ils ont à craindre ou à espérer, lorsque les principaux personnages en cessant d’agir leur en donnent le loisir ; & c’est aussi ce qui faisoit la matiere des chants du chœur. Ils contribuoient encore à la variété du spectacle par la musique & l’harmonie, par les danses, &c. ils en augmentoient la pompe par le nombre des acteurs, la magnificence & la diversité de leurs habits, & l’utilité par les instructions qu’ils donnoient aux spectateurs ; usage auquel ils étoient particulierement destinés, comme le remarque Horace dans son art poétique.

Le chœur ainsi incorporé à l’action, parloit quelquefois dans les scenes par la bouche de son chef, qu’on appelloit choryphée : dans les intermedes il donnoit le ton au reste du chœur, qui remplissoit par ses chants tout le tems que les acteurs n’étoient point sur la scene ; ce qui augmentoit la vraissemblance & la continuité de l’action. Outre ces chants qui marquoient la division des actes, les personnages du chœur accompagnoient quelquefois les plaintes & les regrets des acteurs sur des accidens funestes arrivés dans le cours d’un acte ; rapport fondé sur l’intérêt qu’un peuple prend ou doit prendre aux malheurs de son prince. Par ce moyen le théatre ne demeuroit jamais vuide, & le chœur n’y pouvoit être regardé comme un personnage inutile.

On regarde comme une faute dans quelques pieces d’Euripide, de ce que les chants du chœur sont entierement détachés de l’action, comme isolés, & ne naissent point du fond du sujet. D’autres poëtes, pour s’épargner la peine de composer des chœurs & de les assortir aux principaux évenemens de la piece, se sont contentés d’y insérer des odes morales qui n’y avoient point de rapport ; toutes choses contraires au but & à la fonction des chœurs : tels sont ceux qu’on trouve dans les pieces de nos anciens tragiques, Garnier, Jodelle, &c. qui par ces tirades de sentences prétendoient imiter les Grecs, sans faire attention que ceux-ci n’avoient pas uniquement imaginé le chœur pour débiter froidement des sentences.

Dans la tragédie moderne on a supprimé les chœurs, si nous en exceptons l’Athalie & l’Esther de Racine : les violons y suppléent. M. Dacier blâme avec raison ce dernier usage, qui ôte à la tragédie une partie de son lustre : il trouve ridicule que l’action tragique soit coupée & suspendue par des sonates de musique instrumentale, & que les spectateurs qui sont supposés émûs par la représentation, tombent dans un calme soudain, & fassent diversion avec l’agitation que la piece leur a laissée dans l’ame, pour s’amuser d’une gavotte. Il croit que le rétablissement des chœurs seroit nécessaire, non-seulement pour l’embellissement & la régularité du spectacle, mais encore parce qu’une de ses plus utiles fonctions chez les anciens étoit de rectifier par des réflexions qui respiroient la sagesse & la vertu, ce que l’emportement des passions arrachoit aux acteurs de trop fort ou de moins exact ; ce qui seroit assez souvent nécessaire parmi les modernes.

Les principales raisons qu’on apporte pour justifier la suppression des chœurs, sont que bien des choses doivent se dire & se passer en secret, qui forment les scenes les plus belles & les plus touchantes, dont on se prive dès que le lieu de la scene est public, & que rien ne s’y dit qu’en présence de beaucoup de témoins ; que ce chœur qui ne desemparoit pas du théatre des anciens, seroit quelquefois sur le nôtre un personnage fort incommode : & ces raisons sont très-fortes, eu égard à la constitution des tragédies modernes.

M. Dacier observe encore que dans l’ancienne comédie il y avoit un chœur que l’on nommoit grex ; que ce n’étoit d’abord qu’un personnage qui parloit dans les entre-actes ; qu’on y en ajoûta successivement deux, puis trois, & enfin tant, que ces comédies anciennes n’étoient presque qu’un chœur perpétuel qui faisoit aux spectateurs des leçons de vertu. Mais les Poëtes ne se continrent pas toûjours dans ces bornes ; & les personnages satyriques qu’ils introduisirent dans les chœurs, occasionnerent leur suppression dans la comédie nouvelle. V. Comédie.

Donner le chœur, c’étoit, chez les Grecs, acheter la piece d’un poëte, & faire les frais de la représentation. Celui qui faisoit cette dépense s’appelloit à Athenes chorege. On confioit ce soin à l’archonte, & chez les Romains aux édiles. Voyez Dissert. de M. l’abbé Vatri. Mém. de l’Acad. des Belles-Lett. tome VIII. (G)

Chœur, est dans nos églises cette partie la plus voisine du grand autel, séparée de la nef par une division, & ordinairement environnée d’un ou deux ranges de siéges ou stales où se tiennent les chanoines, prêtres, & habitués, pour chanter l’office divin. Le chœur est ordinairement devant le grand autel du côté du peuple ; cependant il est quelquefois derriere, sur-tout dans les églises d’Italie ; on voit même deux chœurs en plusieurs églises, l’un derriere le grand autel, & l’autre sur le devant.

Ce mot vient, selon Isidore, à coronis circonstantium, parce qu’autrefois on se plaçoit en rond autour de l’autel pour chanter. C’est encore aujourd’hui la maniere dont les autels des Grecs sont bâtis.

Le chœur est séparé du sanctuaire où l’on offre le sacrifice, & de la nef où est le peuple qui y assiste. Voyez Sanctuaire, Église, Temple. (G)

Les gros décimateurs sont obligés à réparer le chœur & cancel des églises dont ils ont les grosses dixmes. Le cancel est l’enceinte du chœur. Dans cette matiere le chœur comprend aussi le sanctuaire.

Le patron même ecclésiastique n’est pas obligé aux réparations du chœur & cancel, lorsqu’il y a un gros décimateur ; mais s’il n’y en a point, en ce cas il est obligé aux réparations, du moins du chœur & cancel.

Les armoiries à la voûte ou à la principale vitre du chœur, ne sont pas seules un titre pour se dire seigneur de la paroisse.

Le patron a droit de banc fermé dans le chœur, & à son défaut le seigneur haut justicier ; les simples seigneurs de fief ni les nobles ne peuvent y avoir de banc.

Le curé, le patron, & le seigneur haut justicier, ont droit de sépulture au chœur. Voyez le tr. du droit de patronage par Simon, & celui des droits honorifiques par Maréchal ; & Droits honorifiques. (A)

Le chœur n’a point été séparé de la nef jusqu’au tems de Constantin ; depuis ce tems le chœur a été fermé d’une balustrade, il y a eu des voiles tirés sur les balustres, & on ne les ouvroit qu’après la consécration.

Dans le xij. siecle on commença à fermer le chœur de murailles ; mais depuis la beauté des églises & de l’architecture a ramené l’ancien usage des balustrades. Le chantre est le maitre du chœur. V. Chantre.

Dans les monasteres de filles, le chœur est une grande salle attachée au corps de l’église, & séparée par une grille, où les religieuses chantent l’office.

Chœur se dit aussi de l’assemblée de tous ceux qui doivent chanter dans le chœur ; & alors on distingue le haut chœur formé par les chanoines & les dignités du clergé qui se placent dans les stalles élevées, & le bas chœur composé du reste du clergé, musiciens, & enfans-de-chœur, dont la place est aux stalles d’en-bas. (G)

Chœur, est, en Musique, un morceau d’harmonie complete, à quatre parties ou plus, chanté à la fois par toutes les voix, & joüé par tout l’orchestre. On cherche dans les chœurs un bruit agréable & harmonieux qui charme & remplisse les oreilles : un beau chœur est le chef-d’œuvre d’un habile compositeur. Les François passent pour réussir mieux dans cette partie qu’aucune autre nation de l’Europe.

Le chœur s’appelle quelquefois grand-chœur, par opposition au petit-chœur qui est seulement composé de trois parties ; savoir, deux dessus, & la haute-contre qui leur sert de basse. On fait entendre de tems en tems séparément ce petit chœur, dont la douceur contraste agréablement avec la bruyante harmonie du grand. (S)

Le grand chœur est composé de huit basses, qui sont en haut des deux côtés de l’orchestre. La contre-basse est du grand chœur, ainsi que les violons, les hautbois, les flûtes, & les bassons. C’est l’orchestre entier qui le forme. Voyez Orchestre. (B)

On appelle encore petit chœur, dans l’orchestre de l’opéra, un petit nombre des meilleurs instrumens de chaque genre, qui forme comme un orchestre particulier autour du clavecin & de celui qui bat la mesure. Ce petit chœur est destiné pour les accompagnemens qui demandent le plus de délicatesse & de précision.

Il y a des musiques à deux ou plusieurs chœurs qui se répondent & chantent quelquefois tous ensemble : on en peut voir un exemple dans l’opéra de Jephté. Mais cette pluralité de chœurs qui se pratique assez souvent en Italie, n’est guere d’usage en France ; on trouve qu’elle ne fait pas un bien grand effet, que la composition n’en est pas fort facile, & qu’il faut un trop grand nombre de musiciens pour l’exécuter. (S)

Il y a de beaux chœurs dans Tancrede ; celui de Phaéton, Allez répandre la lumiere, &c. a une très grande réputation, quoiqu’il soit inférieur au chœur O l’heureux tems, &c. du prologue du même opéra. Mais le plus beau qu’on connoisse maintenant à ce théatre, est le chœur Brillant soleil, &c. de la seconde entrée des Indes galantes. M. Rameau a poussé cette partie aussi loin qu’il semble qu’elle puisse l’être : presque tous ses chœurs sont beaux, & il en a beaucoup qui sont sublimes. (B)

Chœurs, (les) qui se dit toûjours au plurier : on appelle ainsi en nom collectif les chanteurs & les chanteuses qui exécutent les chœurs de l’opéra. Ils sont placés en haie sur les deux ailes du théatre ; les hautes-contre & les tailles forment une espece de demi-cercle dans le fond. Les chœurs remplissent le théatre, & forment ainsi un fort agréable coup d’œil ; mais on les laisse immobiles à leur place : on les entend dire quelquefois que la terre s’écroule sous leurs pas, qu’ils périssent, &c. & pendant ce tems ils demeurent tranquilles au même lieu, sans faire le moindre mouvement.

L’effet théatral qui est résulté des actions qu’on leur a fait faire dans l’entrée d’Osiris, des fêtes de l’Hymen & de l’Amour, doit faire sentir quelles grandes beautés naîtroient de leurs mouvemens, si on les exerçoit à agir conformément aux choses qu’on leur fait chanter. Voyez Opéra (B)

Chœurs, les chœurs de danse. On les appelle plus communément corps d’entrées, ou figurans. Voyez Corps d’entrée & Figurant (B)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « choeur »

Le latin chorus, de χορὸς, danse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « choeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
choeur ʃœr

Évolution historique de l’usage du mot « choeur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « choeur »

  • J’ai été enfant de choeur et militant socialiste. C'est dire si j'ai entendu des conneries... De Michel Audiard
  • Chanter ensemble en restant chacun chez soi: la période de confinement a été propice aux expériences, comme l'a montré la chorale Efice (École Figaro Choeur d'Enfants), qui a diffusé sur Youtube deux étonnants morceaux chantés en choeurs virtuels (taper Efice dans la barre de recherche du site). Le choeur des adultes interprète le Cantique de Jean-Racine de Gabriel Fauré, accompagné par une harpiste... depuis Lille. Le choeur des enfants et jeunes filles reprend « Candle on the Water », la musique du film Peter et Elliott le Dragon. Centre Presse, Centre Presse : Ils ont pris à choeur la musique en confinement
  • Pour commencer cette semaine spéciale musique, nous sommes avec Sofi Jeannin, directrice artistique de la Maitrise de Radio France et cheffe de choeur principale des BBC Singers à Londres. Elle nous parle insertion, épanouissement et pédagogie grâce à la musique - en particulier le chant choral. France Culture, Sofi Jeannin : "Tout enseignant comme tout musicien doit souvent se remettre en question"

Traductions du mot « choeur »

Langue Traduction
Anglais choir
Espagnol coro
Italien coro
Allemand chor
Portugais coro
Source : Google Translate API

Synonymes de « choeur »

Source : synonymes de choeur sur lebonsynonyme.fr
Partager