La langue française

Chemineaux

Sommaire

  • Définitions du mot chemineaux
  • Phonétique de « chemineaux »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chemineaux »
  • Citations contenant le mot « chemineaux »
  • Images d'illustration du mot « chemineaux »
  • Traductions du mot « chemineaux »
  • Synonymes de « chemineaux »

Définitions du mot chemineaux

Trésor de la Langue Française informatisé

CHEMINEAU1, CHEMINOT2, subst. masc.

Vieilli. Homme qui erre par les chemins et vivant de menus travaux, de charité, ou de larcins. Synon. mod. vagabond.Tous les vagabonds et tous les chemineaux errant bien loin à la ronde (A. France, L'Orme du mail,1897, p. 210).Il y a plus de trente ans qu'il a quitté le pays et qu'il marche, chemineau ou mendiant (Renard, Journal,1905, p. 996).
Rem. 1. Nouv. Lar. ill. précise ,,Nom donné, dans les ateliers de construction, aux ouvriers terrassiers qui vont d'un chantier à l'autre et aux ouvriers travaillant aux déblais et remblais de chemin de fer.`` Pour Lar. encyclop. et Quillet 1965 il s'agit d'un ouvrier agric., d'un journalier. 2. On rencontre ds la docum. a) Le fém. cheminaude. Hors d'ici, la gueuse! Au bois, la cheminaude! Gardons-nous de la vagabonde (M. Lefèvre, Les Gestes de la chanson, 1896, p. 100). b) Le fém. cheminote, signalé ds Rheims 1969 qui cite M. Schwob, Cœur double, O.C., p. 15 : Joues flétries, mollets tordus, dos courbé par les panerées de sardines, c'était une cheminote bonne à marier, et qui donne au terme le sens de vagabonde.
Prononc. et Orth. : [ʃ(ə)mino]. Pour [ə] muet cf. chemin. Nouv. Lar. ill. traite, s.v. chemineau, le terme qui désigne un vagabond et celui qui désigne l'employé des chemins de fer. Il signale : ,,S'écrit aussi cheminot.`` Pt Lar. 1906 admet chemineau ou cheminot. Ac. n'admet le mot qu'à partir de 1932 et distingue chemineau (vagabond) et cheminot (employé des chemins de fer). Cf. déjà Lar. 20epuis, apr. Ac., Rob., Lar. encyclop., Lar. Lang. fr. Étymol. et Hist. A. 1896 cheminaude (M. Lefèvre, Les Gestes de la chanson, p. 100); 1897 (J. Richepin, Le Chemineau [titre]). B. 1899 cheminot (Nouv. Lar. ill.). Dér. de chemin* « sentier », suff. -(e)au*; le fém. est formé p. anal. avec les mots en -aud, fém. -aude (maraude, ribaude); cheminot par substitution de suff., peut-être sous l'infl. de cheminot1*. Fréq. abs. littér. Chemineau1: 58. Bbg. Pauli 1921, pp. 20-21.

CHEMINEAU2, CHEMINOT3, subst. masc.

Région. (ouest de la France). ,,Gâteau spécial à pâte lourde, que l'on mange dans certaines fêtes; c'est une sorte de petit pain`` (Nouv. Lar. ill.) :
... ce bon Homais (...) tenait à sa main (...) six cheminots pour son épouse. Madame Homais aimait beaucoup ces petits pains lourds, en forme de turban, que l'on mange dans le carême avec du beurre salé... Flaubert, Madame Bovary,t. 2, 1857, p. 152.
Prononc. et Orth. : [ʃ(ə)mino]. Pour [ə] muet cf. chemin. Écrit cheminot ds Lar. Lang. fr. Étymol. et Hist. 1421-80 chemineau (Registres aux bans, BB 4, fo150 ds R. Marquant, Vie économique à Lille sous Philippe le bon, Paris, 1940, p. 124, note 5); 1428 cheminel (Reg. de N.D. de S. Lô, Arch. Manche ds Gdf., s.v. seminel); 1721 chemineau (Trév.); 1855 cheminot (Flaubert, Corresp., III, 12 et MmeBovary, 579 ds Quem. Fichier). Forme dial. norm. (FEW t. 11, p. 622a; v. aussi Moisy) et pic. (Gossen, p. 107) de l'a. fr. simenel (1remoitié xiies. agn. ds T.-L.) du lat. *siminellus, forme dissimilée de *similellus, dér. de simila « fleur de farine », v. semoule.

chemineau .« Personne qui parcourt les chemins, en vivant au jour le jour »

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHEMINEAU. n. m.
Ouvrier qui parcourt les campagnes, et, plus ordinairement, Vagabond, rôdeur, qui vit de petites besognes, d'aumônes ou de larcins. Cette région était infestée de chemineaux.

Phonétique du mot « chemineaux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chemineaux ʃœmɛ̃o

Évolution historique de l’usage du mot « chemineaux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chemineaux »

  • On retrouve cette forme d’exploitation partout et depuis longtemps. Naguère, c’était les « chemineaux » ou les « trimards », qui vendaient leurs bras d’une récolte à l’autre, des pommes aux betteraves, des moissons aux vendanges, exploitables et corvéables à merci, le baluchon au bout d’un bâton sur le dos. Là-bas si j'y suis, QUELS BRAS POUR NOS ASSIETTES ? | Reportages | Là-bas si j'y suis
  • Ainsi en est-il du gâteau offert par Homais à son épouse, un «cheminot» également orthographié «chemineau». Cela étant, à une exception près - justement ledit gâteau -, c'est bien du «chemin» et en empruntant des voies différentes, que sont issus les divers chemineaux ou cheminots, «chemin» étant issu du celtique et repris en latin populaire sous la forme camminus pour aboutir audit chemin dès 1080. Le Figaro.fr, Les cheminots : du gâteau au rail

Images d'illustration du mot « chemineaux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chemineaux »

Langue Traduction
Anglais drifters
Espagnol vagabundos
Italien vagabondi
Source : Google Translate API

Synonymes de « chemineaux »

Source : synonymes de chemineaux sur lebonsynonyme.fr
Partager