La langue française

Chausses

Définitions du mot « chausses »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAUSSES, subst. fém. plur.

HABILL. Partie du vêtement masculin qui, autrefois, selon la mode, couvrait le corps de la ceinture jusqu'aux genoux (haut-de-chausses) ou jusqu'aux pieds (bas-de-chausses) :
1. ... la Reine avait un homme dans son lit, la nuit du 5 au 6 octobre; et que cet homme, en se sauvant, perdit ses chausses, qui furent trouvées par elle, MmeCampan. Courier, Pamphlets pol.,Livret de Paul-Louis, vigneron, pendant son séjour à Paris, en mars 1823, 1823, p. 171.
2. Demain ou après-demain vous serez partie pour Mantoue avec votre robe de noce, et moi je serai encore sur ce tabouret avec mes vieilles chausses. Musset, Fantasio,1834, II, 5, p. 224.
Loc. fam.
Aboyer aux chausses de qqn. Le poursuivre de ses attaques :
3. ... à voir les organes de la Résistance si prompts à aboyer aux chausses des ministres résistants (...), les étrangers seraient en droit de croire que la France est demeurée ce royaume divisé contre lui-même dont il est écrit qu'il périra. Mauriac, Le Bâillon dénoué,1945, p. 416.
Être après, coller aux chausses de qqn. Le harceler sans cesse, ne pas quitter les pas de quelqu'un :
4. Petit-Pouce estima qu'il était de son intérêt de coller aux chausses du grand patron afin de ne pas louper le coche. Queneau, Pierrot mon ami,1942, p. 116.
Faire dans ses chausses. Avoir une grande peur :
5. La postérité ne se doutera jamais combien, dans ce siècle de lumières et de batailles, il y eut de savants qui ne savaient pas lire et de braves qui faisaient dans leurs chausses! Courier, Lettres de France et d'Italie,1806, p. 718.
N'avoir pas de chausses. N'être pas fortuné.
Tenir qqn au cul et aux chausses. Ne pas le lâcher.
Tirer ses chausses. S'enfuir au plus vite (cf. tirer ses grègues).
Prononc. et Orth. : [ʃo:s]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. Plur. 1. mil. xiies. chauces « jambières » (Charroi Nîmes, éd. D. Mc Millan, 1038); 2. 1398 « pantalon collant » (Lettres royales pour les chaussetiers de Paris, Rec. des Ordonn., IX, 301 ds Gay); d'où bas-de-chausses*; 1546 hault de chausses (Rabelais, Tiers Livre, ch. 7, éd. Marty-Laveaux, II, 42); p. ext. fig. 1663 (Molière, Le Dép., I, 4 ds Littré : Et me laissez tirer mes chausses sans murmure). B. Sing. mil. xiies. (Charroi Nîmes, 1039); p. anal. de forme 1. ca 1250 « ornement [d'un fourreau (?)] » (Robert de Blois, Beaudous, 616 ds T.-L.); 1740 (Ac. : On appelle aussi, chausse, Une pièce d'étoffe que les Suppôts des Universitez portent sur l'épaule dans les fonctions publiques); 2. xives. « sorte de filtre » (Olla ds T.-L.); 1552 chausse d'Hippocras (Rabelais, Quart Livre, ch. 31, éd. Marty-Laveaux, II, 379); 3. xvies. causse de l'aysement « conduit des latrines » (Cout. de Mante et Meullant ds Nouveau Coutumier général, III, 190 ds Gdf.). De *calcea, forme fém. du lat. class. calceus « chaussure »; au sens A 2 s'est substitué au plus anc. braies (braie*). Fréq. abs. littér. : 70. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 155, 203, 204.

Wiktionnaire

Nom commun

chausses \ʃos\ féminin

  1. (Histoire) (Au pluriel) Partie du vêtement des hommes qui couvrait depuis la ceinture jusqu’aux genoux ou plus bas.
    • […] ; l’autre, son barda sur l’épaule, les chausses lui dégringolant le long des jambes, la tête rejetée en arrière et s'envoyant un jet de sa gourde dans le gosier, a l’allure épaisse et la trogne truculente d’un rustaud des Flandres. — (Rachel Valentino, La formation de la peinture française: le génie celtique et les influences, éd. G.P. Maisonneuve, 1936, page 307)
    • […] ses chausses lui étant tombées sur les jarrets. — (Paul Scarron, Le Roman comique, 1ère partie, chap. XX, 1651)

Forme de verbe

chausses \ʃos\

  1. Deuxième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe chausser.
  2. Deuxième personne du singulier du subjonctif présent du verbe chausser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHAUSSER. v. tr.
Mettre des bas, des souliers, etc. Chausser ses bas. Chausser ses souliers. On dit de même Chausser des bas, des souliers à quelqu'un. Chausser le cothurne. Voyez COTHURNE. Par analogie, en termes de Manège, Chausser les étriers, Enfoncer ses pieds dans les étriers. Chausser les éperons à quelqu'un signifiait autrefois Lui mettre les éperons en le faisant chevalier. Avec un nom de personne pour complément, il signifie Mettre une chaussure à quelqu'un. Il faut chausser cet enfant. Faites-vous chausser par votre domestique. Il ne sait donc pas encore se chausser. Il signifie encore Fournir quelqu'un de chaussures. Ce cordonnier chausse un tel, chausse toute la famille. Absolument, Ce cordonnier chausse bien, et, par extension, Ce bas, ce soulier chausse bien, Il va bien sur la jambe, sur le pied. Ces bottines vous chaussent bien. Cette personne n'est pas aisée à chausser, Il est difficile de lui faire des chaussures qui lui aillent bien. Prov. et fig., Les cordonniers sont les plus mal chaussés, On néglige ordinairement les avantages qu'on est le plus à portée de se procurer par son état, par sa position, etc. Fig. et fam., Se chausser une opinion dans la tête, ou Se chausser d'une opinion, d'une idée, S'entêter d'une opinion, d'une idée. Il se prend toujours en mauvaise part. Par analogie, en termes d'Agriculture, Chausser un arbre, une plante, Entourer de terre le pied d'un arbre, d'une plante pour les soutenir et favoriser leur accroissement. On dit aussi ENCHAUSSER.

Littré (1872-1877)

CHAUSSES (chô-s') s. f. plur.
  • 1Ancienne espèce de vêtement. Les chausses étaient un caleçon ; on les appelait haut-de-chausses quand elles n'atteignaient que le genou ; la partie qui continuait s'appelait bas de chausses ; le pied se nommait chausson.
  • 2Culotte, caleçon. Prendre, mettre ses chausses. Chausses de velours. Je ne trouvai pas à propos de lui faire mettre chausses bas, Sévigné, 492. C'est la première chose qu'ils font de délier leurs chausses, Sévigné, 434.

    Chausses de page, chausses courtes et plissées que portaient les pages et qu'on appelait aussi trousses. Prendre les chausses, quitter les chausses, se disait pour entrer dans les pages, cesser d'être page. Le maréchal de Bellefond totalement ridicule, parce qu'il avait négligé de mettre des rubans au bas de ses chausses de page, de sorte que c'était une vraie nudité, Sévigné, 502.

    Familièrement. N'avoir pas de chausses, être fort pauvre. Mme de Mailly était une demoiselle de Poitou qui n'avait pas de chausses, fille de St-Hermine, cousin issu de germain de Mme de Maintenon, Saint-Simon, 3, 54.

    Fig. Tirer ses chausses, détaler, s'en aller au plus vite. Et me laissez tirer mes chausses sans murmure, Molière, le Dép. I, 4. Oui, Seigneur, ce n'est point raillerie, j'en suis ce qui s'appelle disgracié ; il m'a fallu tirer mes chausses au plus vite, et jamais vous n'avez vu un emportement plus brusque que le sien, Molière, la Princ. d'Él. V, 1. La conversation finirait mal, ne l'entamons point, tirons nos chausses, Dancourt, Vacances, I, 4.

    Familièrement. Elle porte les chausses, se dit d'une femme qui est maîtresse dans la maison. Sa femme [au fils de Saumery] était une grande créature qui portait les chausses et devant qui il n'osait pas souffler, Saint-Simon, 71, 172. On dit plus souvent aujourd'hui porter la culotte ou les culottes.

    Très familièrement. Tenir quelqu'un au cul et aux chausses, le serrer de si près qu'il ne peut s'échapper, et aussi examiner de près sa conduite, en dire tout le mal qu'elle mérite. Je vous dirai franchement que l'on n'est point plus ravi que de vous tenir au cul et aux chausses, Molière, l'Avare, III, 5.

    Être après les chausses de quelqu'un, le poursuivre vivement. Ils étaient une douzaine de possédés après mes chausses, Molière, Pourc. II, 4.

    Prendre son cul pour ses chausses, se méprendre grossièrement.

    Faire dans ses chausses, avoir une grande peur.

    Il a la clef de ses chausses, se disait d'un jeune homme qui était hors d'âge de recevoir le fouet.

HISTORIQUE

XIIe s. Chauces de fer blanches come auqueton, Ronc. p. 182. Chauces de paile qui mult font à proisier, Raoul de C. 219.

XIIIe s. Quiconques est chauciers à Paris, il puet fere chauces de soie et de toile, sanz chaux [souliers] et chauçons, Liv. des mét. 139.

XIVe s. À Jehan de Saumur, cordouanier, pour avoir semelé des paires de chausses, au pris de six sous la paire, De Laborde, Émaux, 210.

XVe s. Souliers, chausses à housser, bottines, esperons, Froissart, II, III, 35. Ceux de Mortaigne n'avoient ni chausses, ni souliers au pied, Froissart, II, II, 30. Il avoit prins son pere prisonnier à ung soir comme il se vouloit aller coucher, et mené cinq lieues d'Allemaigne à pied sans chausses par un temps très froit, Commines, IV, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « chausses »

→ voir chausse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, chase ; namur. chause ; rouchi, cauche ; picard, cauches, keuches, chausses, bas ; norm. cauches, bas ; provenç. calsa, caussa ; catal. calsas ; espagn. calza ; portug. calças ; ital. calzo, calza ; du latin calceus, qui est devenu féminin dans les langues romanes ; cependant l'italien a calzo, et le vieux français dit quelquefois chaux, s. m. Il y avait, comme on voit à l'historique, des chausses de fer, sorte d'armure.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chausses »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chausses ʃos

Évolution historique de l’usage du mot « chausses »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chausses »

  • L’ÉLABORATION de ce document a été faite en toute liberté par 150 citoyens et n’a fait l’objet d’aucune de ces critiques ou contestations qui sont si fréquentes dans notre pays. Elle a été voulue par l’exécutif, ce qui lui assure crédibilité et consensus pour au moins une large partie de ses propositions. Les deux présidents de la Convention ont émis le souhait qu’au moins deux de leurs suggestions fassent l’objet d’un référendum. S’il est vrai que tout recours à l’avis populaire est historiquement plein de chausses-trappes, la complexité d’une politique environnementale nouvelle nécessite une forte majorité pour son application. Ce qui est frappant dans ce processus, c’est qu’il n’y a aucune dissension entre le gouvernement et les membres de la Convention : le pouvoir ne s’est pas focalisé sur des projets susceptibles de l’importuner ou de l’agacer, il a voulu que la Convention s’exprime sans lui poser des conditions. Dans sa démarche, la sincérité abonde et dans celle de la Convention, il y a toute une série de points qui seront rejetés , par exemple, par de nombreux automobilistes (limitation des vitesses et suppression de la publicité pour les SUV). L’essentiel est que soit établie cette synergie entre Convention et exécutif, sans laquelle le programme indiqué n’aurait pas la moindre chance de trouver un début de réalisation. Les signataires du document demandent deux avancées importantes : que le respect de l’environnement soit inscrit dans la Constitution et que soit adopté le terme de « écocide ». , Une écologie apaisée | Le blog de Richard Liscia
  • Il souligne, également, l’impératif de mobiliser des agents d’accueil au niveau des points d’entrée de l’établissement pour le prélèvement de température (du personnel et des curistes) et de mettre à la disposition du personnel et des curistes, les moyens de protection individuelles (masques, gants, coiffes, sur chausses, gel hydro-alcoolique, sur blouses …)en quantité suffisante. Webmanagercenter, Thermalisme et hydrothérapie : L'ONTH lance son protocole sanitaire anti-propagation de la Covid-19 | Webmanagercenter
  • Il est dans son cabinet privé, il est prêt à sortir, on l’attend, mais il hésite… Il ne cesse de fixer ses pieds, il joue avec le bas de sa tunique, il marche un peu, il doute, mais en même temps il se pavanerait presque. Sauf la chaînette, il n’est pas très sûr… Mais la pointe qui se dresse avec tant d’insolence, il adore. Oh et puis la chaînette finalement, c’est pas si mal, ça tintinnabule un peu quand il marche et puis ça brille…  Elles pouvaient être en cuir, en toile ou en tissu précieux, parfois bicolores ou même brodées pour les plus raffinées. On les portait à l'intérieur, et pour sortir, on les chaussait avec des socques de bois pour ne pas les abîmer. Les poulaines étaient des chaussures étroites et dont la pointe, au fur et à mesure des années, s’est allongée et recourbée jusqu'à faire comme une corne. Parfois, elle est si longue qu'il faut bourrer l'extrémité de chanvre, de paille, d’étoupe ou de laine pour ne pas se prendre les pieds dedans. Les jeunes gens de la cour de Charles V au XIVe siècle, qui sont plutôt arrogants, les arborent avec fierté et un certain sens de la provocation puisqu'ils portent aussi des manches fendues qui traînent  jusqu'au sol, des tuniques terriblement courtes et des chausses bicolores et moulantes... Mais le temps passe encore et la pointe se recourbe de plus en plus au point de s'enrouler sur elle même en une improbable spirale.   France Culture, De poulaines en perruques, des modes excentriques pour temps de crise
  • Elle et sa co-fondatrice d’Uzuri K et Y ont vendu plus de 50.000 paires de chausses écologiques à travers le monde. Elle est convaincue qu’elle peut contribuer à la transformation sociale au sein de sa communauté. afriqueactudaily, Rwanda: Kevine Kagirimpundu, les convictions d'une jeune rwandaise qui a imposé sa marque de chaussure - afriqueactudaily

Traductions du mot « chausses »

Langue Traduction
Anglais hose
Espagnol calzas
Italien pantaloni alla zuava
Allemand beinlinge
Portugais calças
Source : Google Translate API

Synonymes de « chausses »

Source : synonymes de chausses sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chausses »

Chausses

Retour au sommaire ➦

Partager