La langue française

Captive

Définitions du mot « captive »

Trésor de la Langue Française informatisé

CAPTIF, IVE, adj.

A.− [En parlant d'une pers., d'une collectivité, de leur comportement] Qui est privé de liberté pendant une période plus ou moins longue.
1. [La privation de liberté a pour origine une capture notamment pour faits de guerre]
a) Qui est retenu prisonnier à l'étranger pour une durée indéterminée. Emmener qqn captif; princesse captive, flotte captive. La délivrance du peuple captif (Dict. de théol. cath.t. 4, 1repart., 1920, p. 1002):
1. As-tu pensé quelquefois à un soir de triomphe, quand les légions rentraient, que les parfums brûlaient autour du char du triomphateur et que les rois captifs marchaient derrière? Flaubert, Correspondance,1846, p. 206.
Par hypallage :
2. Le prêtre se souvint que, dans le monastère, Une fois, en tremblant, on se parla tout bas D'un prisonnier d'État que l'on ne nommait pas; (...) Et de ses jours captifs sous un masque cachés. Vigny, Poèmes antiques et modernes,La Prison, 1837, p. 159.
En partic., HIST. Qui est fait prisonnier, retenu en esclavage par les Musulmans. Racheter les chrétiens captifs (Ac. 1835, 1878).
P. métaph. :
3. Ordener. (...) Qui sait si les âmes délivrées de leur prison matérielle ne peuvent pas quelquefois revenir veiller sur les âmes qu'elles aiment, commercer mystérieusement avec ces douces compagnes encore captives... Hugo, Han d'Islande,1823, p. 493.
b) Emploi subst. Délivrer un captif; belle, jeune captive.
P. méton. Œuvre représentant une personne privée de liberté, généralement chargée de chaînes. Sur une table que supportaient des captifs liés par les coudes, sculptés (T. Gautier, Le Roman de la momie,1858, p. 309).
2. [La privation de liberté est le fait de circonstances partic.] Qui est retenu prisonnier dans un lieu déterminé pour différentes raisons (maladie, travail, dette), en particulier dans un lieu fermé qui prive de liberté d'action ou de mouvement :
4. « Je vous écris, madame, de cette belle rade de Gênes où nous sommes captifs sur notre bateau pour deux jours [à cause du choléra]; ... » J.-J. Ampère, Correspondance[avec Mme Récamier], 1834, p. 56.
Emploi subst. Captives de harem (J. Lorrain, Sensations et souvenirs,1895, p. 28).Le nombre de ces captifs volontaires [les oblats] fut considérable (Huysmans, L'Oblat,t. 1, 1903, p. 175).
P. anal. [En parlant d'un animal, d'une partie de son corps, de son comportement, d'une plante] Qui est prisonnier de l'homme, d'un élément, d'un obstacle naturel. Oiseau captif, bêtes captives. Aile de passereau captive dans la glu (Genevoix, La Boue,1921, p. 176).Une marche de lion en cage, (...) captive (A. Arnoux, Roi d'un jour,1956, p. 292).
Emploi subst. :
5. À Phœbé, sur sa mésange... O ma blanche Phœbé, donne d'un doigt prudent Le millet et l'eau pure à ta frêle captive. A. France, Clio,1900, p. 86.
B.− Emplois fig.
1. [En parlant d'une pers.] Littér. Être captif de qqn, de qqc. Bientôt nous sommes captifs de la lecture (Valéry, Variété 4,1938, p. 149).
Emploi abs. Il aime, voyez-vous? c'est un captif (Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 287).
2. [En parlant d'une chose]
a) [D'une chose concr.] Littér. Qui ne peut pas se mouvoir, se déployer librement. L'océan libre, (...) l'eau captive dans le bassin du port (R. Martin du Gard, Les Thibault,La Belle saison, 1923, p. 1046).
Usuel, AÉRON. [Ballon] captif. Aérostat relié au sol par un câble et ne pouvant ainsi s'élever au-delà d'une certaine hauteur (cf. L. Marchis, Leçons sur la nav. aérienne, 1904, p. 188).Il chiffrait (...) 1422 ascensions! Sans compter celles en « captif » (Céline, Mort à crédit,1936, p. 455).
b) [D'une chose abstr.] Retenu par des liens abstraits, moraux. Vérité captive. Le succès [de Folantin], longtemps captif, se déchaîne (Bloy, La Femme pauvre,1897, p. 140).
Prononc. et Orth. : [kaptif], fém. [-iv]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1450 subst. « tombé au pouvoir de qqn qui le prive de sa liberté » (Viel Testament, 8143, A.T. cité par Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 6, p. 293 : Puisque vous estes noz captifs); 1450 adj. (Id., 39450, ibid. : En Ninive sommes captis); 2. 1488 fig. (La Mer des Histoires, I, 18c, édit. 1491 cité par Vaganay ds Rom. Forsch., t. 32, p. 25 : âme captive, prisonnière, maleureuse ou mortifiée); 1671 « qui se laisse dominer par un sentiment, une passion » (Pomey); 1675 (Bossuet, La Vallière ds Littré : L'âme, devenue captive du plaisir, devient ennemie de la raison). Empr. au lat. captivus 1 adj. dep. Plaute ds TLL s.v., 371, 15; subst. dep. Naevius, ibid., 34, 50; 2 empl. fig. Sénèque, ibid., 373, 57 surtout en lat. chrét., St Augustin, ibid., 373, 71; a supplanté au sens de « prisonnier » chétif*, de formation pop. qui, dès lors, s'est spécialisé au sens de « malheureux ». Fréq. abs. littér. : 1 184. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 938, b) 1 809; xxes. : a) 1 639, b) 1 425. Bbg. Flutre (L. F.). De Qq. termes de la lang. comm. R. Ling. rom. 1961, t. 25, p. 286.

CAPTIVER, verbe trans.

[Le suj. désigne une pers., ou un attribut, une œuvre d'une pers.]
A.− Vieux
1. [Le compl. désigne une pers., une partie du corps] Faire, retenir prisonnier. J'essayais de dégager des frêles liens qui les captivaient mes mains (Nodier, Smarra,1821, p. 99).
P. métaph. Ce fleuve armé qu'aucun rivage ne captive (Claudel, La Cantate à trois voix,1913, p. 332):
1. ... ils [les brames] sont liés des chaînes de la superstition dont ils veulent captiver leurs compatriotes; ... Bernardin de Saint-Pierre, La Chaumière indienne,1791, p. 135.
Emploi pronom. réfl. Quoi de plus tragique qu'une âme qui se captive alors qu'elle croit se délivrer? (Gide, Feuillets,1916, p. 609).
2. Synon. de capter*.Captiver le suffrage de qqn. P. métaph. J'ai été en sentinelle (...) il fallait étudier l'air, les sons, les odeurs, captiver l'invisible (G. d'Esparbès, Le Briseur de fers,1908, p. 141).
B.− Au fig., usuel. [Le compl. désigne une pers. ou une manifestation de l'activité personnelle] Gagner et retenir l'intérêt de quelqu'un par une sorte de fascination quasi irrésistible. Les beaux-arts et les belles-lettres captiveront mes loisirs (Mmede Staël, Lettres de jeunesse,1791, p. 441):
2. Joseph a repris possession de ma pensée. Il la retient, il la captive, il l'obsède... Il me trouble, m'enchante et me fait peur, tour à tour. Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900, p. 272.
SYNT. Captiver qqn, captiver l'attention, le regard, l'imagination de qqn; captiver un auditoire.
Emploi abs. Une beauté qui caresse sans captiver (Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 185).
Prononc. et Orth. : [kaptive], (je) captive [kapti:v]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début xves. se captiver « se soumettre » (Gerson ds le dict. de Dochez d'apr. Littré), qualifié de ,,vieilli`` par DG; 2. [1488 « faire prisonnier » d'apr. FEW t. 2, 1, p. 331b]; 1540 (B. de La Grise, trad. de Guevara, L'Orloge des Princes, 1. I, ch. 24 ds Hug.) − 1665 « maintenir prisonnier » (La Fontaine, Contes, éd. H. Regnier, t. IV, Paris, 1887, p. 369), noté comme ,,tombé en désuétude`` par Littré; 3. av. 1559 « charmer, séduire » (Du Bellay, VII, 21, verso ds Littré : L'or des cheveux me captive). Empr. au b. lat. captivare iiie-ives. au sens 2, Itin. Alex. 11 ds TLL s.v., 369, 72, au sens 1, Rufin, ibid., 370, 80. A évincé l'a. fr. chaitiver, de formation pop. (xiiies. « assujettir, rendre esclave » ds Gdf.). Fréq. abs. littér. : 296. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 826, b) 181; xxes. : a) 352, b) 242. Bbg. Tracc. 1907, p. 123.

CAPTIVÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de captiver*.
II.− Emploi adj.
A.− P. fig. étymol., littér. [En parlant d'un inanimé abstr.] Qui est enfermé dans des limites abstraites. L'idée captivée tout entière dans l'argument s'impose à nous (Claudel, Connaissance de l'Est,1907, p. 86).
B.− [En parlant d'une pers., d'un attribut de la pers., parfois d'une collectivité] Intéressé, gagné, séduit. Air, regard captivé; sembler captivé :
Oui, porte envie aux yeux vrais qui nous laissent, En se voilant, captivés d'autant mieux; ... Sully Prudhomme, Les Vaines tendresses,Une larme, 1875, p. 211.
Fréq. abs. littér. : 78.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

captive

  1. Féminin singulier de captif.

Forme de verbe

captive \kap.tiv\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe captiver.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe captiver.
    • Si nous avons eu l’irrévérence de détecter certains tours d’escamotage du réel à des fins narcissiques, il nous faut aussi admirer la façon dont l’écrivain s’auto-fascine et nous captive dans le même mouvement. — (Patrizio Tucci, Chateaubriand réviseur et annotateur de ses œuvres, 2010, page 189)
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe captiver.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe captiver.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe captiver.

Adjectif

captive \Prononciation ?\

  1. Captif.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAPTIF, IVE. adj.
Qui a été fait esclave à la guerre. Il se dit proprement en parlant des Guerres de l'antiquité. Il se disait aussi des Esclaves faits par les Mahométans. Les Grecs, ayant pris la ville, passèrent les hommes au fil de l'épée et emmenèrent les femmes captives. Un roi captif. Un peuple captif. Rome rendit sa liberté à la Grèce longtemps captive. Il est souvent employé comme nom dans les deux sens. À Rome, les captifs suivaient le char du triomphateur. Il se dit aussi, par extension, dans le style élevé, de Toute sorte de prisonniers. C'était l'unique passe-temps du pauvre captif. Un oiseau captif. Il signifie encore, tant au propre qu'au figuré, Qui est dans une grande contrainte, dans une grande sujétion. Il tient sa femme captive. Il tient ses enfants captifs, Il ne leur laisse aucune liberté. Ballon captif. Voyez BALLON.

Phonétique du mot « captive »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
captive kaptiv

Évolution historique de l’usage du mot « captive »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « captive »

  • Le vin, c'est la lumière du soleil captive dans l'eau. De Galilée
  • Il n’y a point d’assujettissement si parfait que celui qui garde l’apparence de la liberté ; on captive ainsi la volonté même. De Jean-Jacques Rousseau / Emile ou de l’éducation
  • Pendant que l'âme demande une chose, le plaisir en exige une autre ; ainsi l'âme, devenue captive du plaisir, devient en même temps ennemie de la raison. De Jacques-Bénigne Bossuet / Oraison funèbres de Louise de La Vallière
  • Certains mots sont si grands et si vides qu'on peut y garder captives des nations entières. De Stanislaw Jerzy Lec
  • Tel est le miracle de l'école. Un bon professeur peut captiver les classes rétives et rendre vivants les enseignements les plus mal conçus. Il peut tout sauver. De François de Closets / Le Bonheur d’apprendre et comment on l’assassine
  • Depuis le 30 décembre 2019 un total de 331 foyers a été identifié (325 foyers en élevage de volaille, 3 foyers en avifaune captive et 3 foyers en avifaune sauvage). Le point sur les foyers de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N8) en Europe, Le point sur les foyers de grippe aviaire hautemen... - MesVaccins.net
  • Le redressement du marché des grands risques signe le retour de la captive d’assurance. Plusieurs grandes entreprises et ETI ont réveillé ces structures ou bien réfléchissent à leur création pour optimiser le coût du risque. argusdelassurance.com, Grands risques : les captives d'assurance reprennent vie
  • Après quinze ans de baisse des primes, le retournement du marché de l'assurance favorise le réveil des « captives » des grands groupes. Le régulateur vient de délivrer son premier agrément depuis vingt ans. Les Echos, Worldline signe le retour des captives de réassurance en France | Les Echos
  • L’ACPR vient de délivrer le premier agrément en 20 ans pour une captive de réassurance au groupe Worldline. D’autres entreprises pourraient lui emboîter le pas. argusdelassurance.com, Réassurance : les captives sont de retour en France !
  • En saison, on a une patientèle captive qui, généralement, est victime d’accident de ski, donc de traumatologie. C’est rémunérateur, c’est facile, ça va vite, on a un effet immédiat très gratifiant. On ne les revoit jamais donc pas de contraintes. Alors que c’est plus difficile de soigner des personnes à l’année. » , Santé | "On est un peu à un stade de dispensaire" pour Docteur Joncquiert-Latarjet à Courchevel
  • Il y a un an, Jayme Closs parvenait à se tirer des griffes de son bourreau. A 13 ans, cette jeune américaine venait de passer 88 jours captive, retenue par l’homme qui a tué ses parents devant ses yeux. Après avoir réussi à s’en sortir, la courageuse jeune fille vit désormais avec ses proches sur qui elle peut compter à chaque instant. Dans un communiqué adressé ABC News, elle affirme être «plus forte chaque jour». «Je veux vraiment remercier tout le monde pur sa gentillesse et l’inquiétude que chacun a montré à travers le pays. Je suis très heureuse d’être à la maison et de reprendre les activités que j’aime. J’adore sortir avec tous mes amis et je me sens plus forte chaque jour !», peut-on lire. , Captive pendant 88 jours, Jayme Closs est plus forte chaque jour

Images d'illustration du mot « captive »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « captive »

Traductions du mot « captive »

Langue Traduction
Anglais captive
Espagnol cautivo
Italien vincolato
Allemand gefangen
Portugais cativa
Source : Google Translate API

Synonymes de « captive »

Source : synonymes de captive sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « captive »

Captive

Retour au sommaire ➦

Partager