La langue française

Calvinienne

Sommaire

  • Définitions du mot calvinienne
  • Phonétique de « calvinienne »
  • Évolution historique de l’usage du mot « calvinienne »
  • Citations contenant le mot « calvinienne »
  • Traductions du mot « calvinienne »

Définitions du mot « calvinienne »

Trésor de la Langue Française informatisé

CALVINIEN, IENNE, adj.

THÉOL. Qui concerne la personne ou les écrits de Calvin (p. oppos. à calviniste*). La pensée, la doctrine calvinienne.
[Avec non-répétition du subst. déterminé] Ces bibliothèques formidables : la luthérienne, la zwinglienne, la calvinienne (L. Febvre, Combats pour l'hist.,1927, p. 76).
Prononc. Seule transcr. ds Littré : kal-vi-niin, fém. -niè-n' (niin = [njε ̃]). Étymol. et Hist. 1560 (Ronsard, Discours à Louys des Masures ds Œuvres, éd. P. Blanchemain, Paris, 1866, t. 7, p. 56 : Le voyant Manichée, et tantost Arrien, Tantost Calvinien, et tantost Lutherien). Dér. du nom de Jean Calvin (1509-1564), réformateur français et propagateur de la Réforme en France et en Suisse; suff. -ien*.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

calvinienne \kal.vi.njɛn\

  1. Féminin singulier de calvinien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « calvinienne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
calvinienne kalvɛ̃jɛ̃n

Évolution historique de l’usage du mot « calvinienne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « calvinienne »

  • Le lieu a été restauré, après que l'église a failli être démolie vers 1830, sur un projet mêlant (à la genevoise) les idées sages de l'architecte local Blavignac avec celles, nettement plus exubérantes, d'Eugène Viollet-le-Duc. Ce dernier prévoyait notamment une flèche, qui n'avait bien sûr jamais existé. L'homme a cependant réussi à introduire des tonalités fortes. Un élément en phase avec le thème de l'année. Il s'agit de traverser les siècles en gardant comme seule idée les «Couleurs». Un élément avec lequel Genève ne se voit guère associée. La grisaille calvinienne (ou calviniste) tient de l'antienne. Il y aura donc du jaune, du rouge, du vert ou du bleu dans toutes les visites prévues par les organisateurs, en tête desquels se trouvent à Genève Claire Delaloye Mogado et Valérie Müller. Je vous ai du reste déjà raconté tout cela au mois d'août. Le public ira du Grand Théâtre, restauré à prix d'or, jusqu'aux immeubles des Avanchets, que je trouve toujours aussi moches (1). Question de génération, sans doute. Les jeunes sont très «seventies». On a l'âge d'or que l'on peut. Bilan, Genève a lancé hier ses Journées du Patrimoine. Je me suis posé quelques questions - Bilan
  •             Car, malgré tout le charme de la petite lune, le système politique néo-calvinien, en plus d'être un monolithe patriarcal, était d’un ennui mortel, les quatre vieux sages décrépis de la Réforme monopolisant tout le pouvoir décisionnel. En effet, dans la cosmologie néo-calvinienne, c’est la machine rationnelle-bureaucratique abstraite qui est censée s’exprimer directement à travers leurs voix, énonçant la vérité de la grande raison instrumentale qui organise toutes les institutions politiques et la vie socio-économique du satellite. Chacun, dès la naissance, y a une place fixe et les destins sont tracés par des calculs algorithmiques qui déterminent la position de tous les agents sur l’espace social lunaire. Ce que cachent en fait les quatre sages, c’est un immense bio-ordinateur fonctionnant à une puissance de calcul quasi infinie. Par la vérité du chiffre, ils réglementent tous les aspects de la vie néo-calvinienne : de la naissance à l'éducation, jusqu'à la carrière, la retraite et la mort. Toutefois, de multiples failles peuvent dérégler ses calculs, et c’est pourquoi la machine choisit avec une extrême précision et à chaque génération les enfants qui formeront la caste privilégiée des Diplomates. Ils sont ceux qui sillonnent la galaxie à la recherche du précieux Data, qui comblent les vides et omissions des méta-équations, et qui permettent au bio-ordinateur d’atteindre une omniscience presque complète. Presque complète, car il y a de cela 75 années standards, la Diplomate et Politiste Béatrice Hibou formula une critique dévastatrice de ce qu’elle nomma “ la néo-bureaucratisation de la galaxie à l'ère post-néolibérale ”, une critique qui lui permit de déjouer les inflexibles suites algorithmiques et s’extraire de la domination machinique. Les rumeurs disent qu’elle sillonne toujours la galaxie, sur cette ligne de fuite qu’elle a ouverte et qui l’emporte encore dans des devenirs incertains ; vers des systèmes solaires obscurs et trop lointains pour qu’aucun bio-ordinateur n’arrive à l'intégrer dans des calculs. Notre héroïne a depuis son enfance la plus grande admiration pour cette figure historique étrange et solitaire, qui a réussi l’exploit de sortir de la structure totalitaire algorithmique. Car, en réalité, la caste des Diplomates s'avère être une force à double tranchant pour le pouvoir bio-cyber-politique. Outil nécessaire mais périlleux, et surtout paradoxal. En comblant les vides structurels que les équations produisent malgré elles, elle y introduit dans le même mouvement une composante aléatoire qui peut créer des dérèglements. Club de Mediapart, Sociologie historique du politique et science-fiction | Le Club de Mediapart
  • Les Croix protestantes de Lucas Cranach. Contrairement à la Réforme calvinienne, celle de Martin Luther tolérait une certaine peinture religieuse. Cranach produisait par ailleurs aussi pour une clientèle demeurée catholique dans une Allemagne divisée. Rien ne distingue le bon du mauvais larron dans une réalisation adoptant les modes du temps. Notez le crâne sous la Croix. Il rappelle que celle-ci aurait été faite de l’arbre de la Connaissance du Jardin d’Eden. Les ossements seraient donc ceux d’Adam. Mais là on entre dans des arguties théologiques n’ayant jamais fait l’unanimité. Bilan, C'est aujourd'hui Vendredi Saint. Et si l'on parlait des "Trois Croix" en peinture? - Bilan
  • Contrairement à la Réforme calvinienne qui accorde une grande importance à l’éducation et qui, surtout, n’attribue à la jeunesse aucune mission particulière, le monde catholique lui réserve une place particulière. L’infantia, du fait de son innocence, est considérée comme plus proche de Dieu. L’enfance possède une nature christique, ce qui la rend mieux capable d’accomplir la vérité de Dieu. Cette sacralité l’autorise à se saisir d’un pouvoir de juger auquel la société adulte renonce «afin que la justice relève d’un accomplissement sacral». C’est aussi pour les plus âgés une manière de se protéger car tuer l’impur, c’est encourir soi-même d’être contaminé par l’impureté, phobie qui explique l’espace laissé à des enfants protégés, comme par magie, grâce à leur pureté christique. Libération.fr, «Les Enfants bourreaux», mauvaise graine de haine - Culture / Next
  • Le projet eBalzac propose une relecture « calvinienne » de La Comédie humaine en se posant la question suivante : que se passe-t-il lorsqu’un classique relit d’autres classiques ? De nombreux érudits ont œuvré depuis des siècles pour répondre à cette question par des moyens empiriques. Or, il est désormais possible d’accroître ces connaissances par les moyens techniques et informatiques récents. La Comédie humaine constitue un objet idéal pour ce type de recherche expérimentale : la bibliothèque balzacienne regroupait sans aucun doute un vaste corpus d’écrits de nature variée : les textes littéraires de ses contemporains, comme Chateaubriand, Sand ou Gautier, les recueils collectifs des tableaux de mœurs de l’époque, les essais scientifiques… The Conversation, Relire Balzac à l’ère des humanités numériques
  • Cité austère par grande tradition calvinienne, mais aussi proche des réalités matérielles (centre mondial de la gestion de fortune…), Genève est une ville d’une insaisissable beauté. Dans son quartier de Plainpalais, un parc magnifique d’environ trois hectares, appelé cimetière des Rois, incarne ses paradoxes. La Croix, « Open End », une expo à Genève, au cimetière des Rois, par Metin Arditi
  • Si l'édit d'Ecouen était une réplique à ceux qui refusaient désormais de se cacher (en mai 1558, cinq mille à six mille personnes s'étaient assemblées à Paris, au Pré-aux-Clercs, en priant et en chantant des psaumes, sous la protection de nobles en armes), il faut surtout y voir une réaction immédiate à la réunion à Paris, entre le 26 et le 29 mai 1559, du premier synode national des Eglises réformées et à l'adoption d'une «confession de foi» d'inspiration calvinienne. Celle-ci remettait directement en cause l'unité de foi du royaume, contredisant de ce fait l'adage «une foi, une loi, un roi» qui légitimait le fonctionnement de la monarchie de la Renaissance: tout royaume divisé religieusement ne pouvait qu'être conduit au chaos, puisque nier l'unité de foi revenait à nier l'autorité d'un roi tenant son pouvoir de Dieu et édictant la loi en son nom pour protéger la foi. Le Figaro.fr, Pourquoi Henri II avait-il estimé, à travers l'édit d'Ecouen, que l'unité de foi est indispensable à son royaume ?
  • Il a pris par la suite des formes multiples en liaison avec l’évolution historique des sociétés ouest-européennes. Bénéficiant de la déculpabilisation du prêt à intérêt introduit dès 1540 par la Réforme calvinienne, il a grandi avec l’affirmation de l’état monarchique et, par conséquent, sous sa tutelle. Ce que les historiens nomment le mercantilisme et qui caractérise la pratique capitaliste du XVI° au XVIII° siècle n’est autre qu’une sorte de dirigisme étatique, protectionniste et qui, tout en encourageant l’initiative privée et la prise de risques, en subordonne l’application à l’intérêt supérieur du monarque, donc de l’Etat. Histoire de le dire, Le capitalisme a-t-il un avenir ? | Histoire de le dire

Traductions du mot « calvinienne »

Langue Traduction
Anglais calvinist
Source : Google Translate API
Partager