La langue française

Calé

Définitions du mot « calé »

Trésor de la Langue Française informatisé

CALÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de caler1*.
II.− Adj. MAR. [En parlant du mât de hune ou de perroquet] Abaissé le long du mât qui les porte :
Le vent vint à fraîchir, et, de bonne brise, il passa à l'état de coup de vent, c'est-à-dire qu'il acquit une vitesse de quarante à quarante-cinq milles à l'heure, et qu'un bâtiment en pleine mer eût été au bas ris, avec ses perroquets calés. Verne, L'Île mystérieuse,1874, p. 407.

CALÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de caler2*.
II.− Adjectif
A.− Mis d'aplomb au moyen d'une cale. Chaise calée.
Pop. Avoir les joues calées. Être rassasié :
1. Mais alors, les joues calées, la panse pleine, le ventre au chaud, les pieds au sec, le pinard regorgeant par les yeux, ayant bu le café, le pousse-café, et la rincette (...) il nous semblait pénible d'avoir à se lever de table... Cendrars, La Main coupée,1946, p. 154.
B.− P. ext.
1. [En parlant d'obj.] Immobilisé. Déjà les voitures, en place, ne bougeaient plus, amarrées pour l'étape, roues calées, à l'ancre pour la journée (P. Vialar, Les 4 Zingari,1959, p. 156).
TECHNOL. Cf. caler2.
MÉCAN. Réglé. Moteur mal calé.
2. [En parlant d'une pers.] Immobilisé, installé confortablement. Être bien calé dans un fauteuil.
3. Au fig., fam.
a) [En parlant d'une pers.] Qui est instruit, qui sait beaucoup de choses. Être calé en géographie :
2. l'examinateur. − ... et maintenant nous allons passer à l'examen des auteurs français. Êtes-vous un peu fort sur ce point? mon petit frère. − Oh! très calé! l'examinateur. − Quoi? mon petit frère, se reprenant. − Très ferré, je veux dire; très ferré. Courteline, Messieurs-les-Ronds-de-cuir,Mon petit frère, 1892, p. 203.
b) [En parlant d'une chose abstr.] Difficile, compliqué. Un problème calé :
3. « Il n'a même pas l'air de faire une différence entre ce qui est à lui et ce qui n'est pas à lui. C'est peut-être ça le plus calé. C'est peut-être ça le plus difficile. » G. Duhamel, Chronique des Pasquier,La Passion de Joseph Pasquier, 1945, p. 139.
C.− Fig., pop., vieilli. Qui est dans une position, une situation bien établie, avantageuse; en partic., qui est riche :
4. Ah! si vous n'aviez pas les moyens, ça serait autre chose; je vous enverrais aux pelotes, ça n'f'rait pas un pli, mais du moment que vous êtes calé, mon joli petit monsieur, − (...), − il n'y a pas à hésiter, faut-y mettre le prix. J. Lévy, Gosses de Paris,1898, p. 37.
Fréq. abs. littér. (part. passé de caler1 et 2) : 131. Bbg. Goug. Lang. pop. 1929, p. 191. − Sain. Lang. par. 1920, p. 186. − Quem. 2es. t. 2 1971, p. 10.

Wiktionnaire

Adjectif

calé \ka.le\ masculin

  1. (Populaire) (Vieilli) (Désuet) Dans l’aisance, riche.
    • Ce pauvre M. Germain, qu’était pas bien calé non plus, faisait semblant de recevoir de temps en temps quelques bonnes bouteilles de vin de chez lui — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
  2. (Familier) Doué d’un grand savoir.
    • En algèbre, sentant mon interlocuteur plus calé que je ne le suis, je reprends mon rôle de disciple attentif. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 123)

Forme de verbe

calé \ka.le\

  1. Participe passé masculin singulier de caler.
    • Réenroulant la corde autour de lui, crochet calé au-dedans, Bill raffermit son revolver dans la ceinture et glissa un coup d’œil à travers la fenêtre. — (John Dickson Carr, Les neuf mauvaises réponses, traduction de Mounette Lewis, 1964, chapitre 20)

Adjectif

calé \kaˈle\ masculin et féminin identiques

  1. Romani.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CALER. v. tr.
T. de Marine. Baisser, en parlant des basses vergues, des mâts de hune ou de perroquet. Caler une voile, une vergue. Absolument, Caler à mi-mât. Caler tout bas. Fig. et fam., Caler la voile, Se relâcher de ses prétentions, se radoucir, parler avec moins de hauteur. Avec lui le plus sûr est de caler la voile. On dit populairement et absolument, dans le même sens, Caler. Il fut obligé de caler. Il est aussi intransitif et se dit d'un Bâtiment dont la carène enfonce plus ou moins dans l'eau. Ce navire cale trop, ne cale pas assez. Dans ce sens il s'emploie aussi transitivement. Ce bateau ne cale qu'un mètre d'eau.

Littré (1872-1877)

CALÉ (ka-lé, lée), part. passé de caler 1.
  • Abaissé. Une voile calée.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « calé »

(Siècle à préciser) De caler pris argotiquement au sens de « bien installé dans un fauteuil »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(Siècle à préciser) Du caló kalo (« sombre, obscur, noir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « calé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
calé kale

Citations contenant le mot « calé »

  • À l'occasion de cette 19e journée de Ligue 1, qui marque la fin de la phase aller, l'Olympique Lyonnais s'est accroché à sa place de leader, arrachant le match nul sur la pelouse de Rennes (2-2). Première victoire pour Mauricio Pochettino à la tête du PSG, tombeur de Brest (3-0) au Parc des Princes. Si Lille a réussi à s'imposer à Nîmes (1-0), Marseille a calé à Dijon (0-0). , Football. Ligue 1 : Lyon s'accroche à la tête, Lille et Paris recollent

Traductions du mot « calé »

Langue Traduction
Anglais stalled
Espagnol estancado
Italien bloccato
Allemand ins stocken geraten
Chinois 停滞不前
Arabe سند او ركيزة
Portugais parado
Russe остановился
Japonais 失速
Basque geldituta
Corse stanciatu
Source : Google Translate API

Antonymes de « calé »

Calé

Retour au sommaire ➦

Partager