La langue française

Boulotte

Définitions du mot « boulotte »

Trésor de la Langue Française informatisé

BOULOT1, OTTE, adj.

A.− Fam. [En parlant d'une pers., surtout d'une femme] Petite et rondelette :
1. Le prince Gabrielli, qu'on appelle ici le Prince Charmant, brunit les duretés d'une eau-forte, représentant le profil de sa femme, qui dans la berceuse, paresseuse et inoccupée, grasse, boulotte, toute ronde, rappelle la Doudou du sérail de Lord Byron. E. et J. de Goncourt, Journal,1867, p. 374.
2. Sa femme, toute émue par la robe à filets d'or de Raphaële, s'était placée entre elle et Fernande. La boulotte Rosa trottait derrière... Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, La Maison Tellier, 1881, p. 1190.
3. ... en face, une sorte de commodore américain, boulot et trapu, les chairs boucanées et le nez en bulbe, s'endormait, ... Huysmans, À rebours,1884, p. 176.
Emploi subst. :
4. Encore une petite boulotte − décidément, c'est le pays des grosses femmes... Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900. p. 63.
B.− BOULANGERIE. Pain boulot. De forme arrondie :
5. Dans cette économie difficile, Olivier posait maints problèmes. Pour se donner une illusion d'amélioration du niveau de vie, le couple était passé du pain fendu avec pesée au pain boulot, puis au fantaisie, et de faibles moyens pécuniaires obligeaient à de constantes rétrogradations. Atteindrait-on jamais au luxe de la baguette! R. Sabatier, Les Allumettes suédoises,Paris, Albin Michel, 1969, p. 41.
Emploi subst. :
6. Le pain que fabrique votre boulanger est-il rond ou fendu, est-ce de la miche ou du boulot? Huysmans, L'Oblat,t. 1, 1903, p. 53.
Prononc. − 1. Forme phon. : [bulo], fém. [-ɔt]. 2. Homon. bouleau.
Étymol. ET HIST. − Ca 1830 « courtaud, rondelet » ([L'Héritier], Suppl. aux Mémoires de Vidocq, t. 2, p. 323). Dér. de boule*; suff. -ot*.
BBG. − Wexler (P. J.). Pour l'ét. du vocab. des vaudevilles. In : [Mél. Cohen (M.)]. The Hague-Paris, 1970, p. 215.

BOULOTTER1, verbe.

Arg. Manger :
1. « Je n'ai pas boulotté », répéta-t-il avec l'insistance de la faim, d'une faim de dix-sept ans. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 371.
2. Dans la salle à manger, l'homme qui l'attendait s'était fait servir les restes du dîner et boulottait voracement. Queneau, Pierrot mon ami,1942, p. 189.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [bulɔte], (je) boulotte [bulɔt]. Pt Lar. 1968 transcrit la 2esyll. avec [o] fermé [bulote]. 2. Forme graph. − Noter la forme bouloter avec un seul t dans E. et J. de Goncourt, Germinie Lacerteux, 1864, p. 223; E. Villars, Les Précieuses du jour, 1866, p. 37; A. Dauzat, L'Arg. de la guerre, 1918, p. 184; A.-L. Dussort, Des Preuves d'une existence, ms. dép. par G. Esnault en 1938, 1927, p. 26; G. Esnault, Notes complétant et rectifiant « L'Arg. des tranchées » (Sainéan), 1954.
Étymol. ET HIST. − [1843 (Dict. d'arg. mod. d'apr. Esn.)] 1878 au fig. « dépenser » boulotter de l'argent (L. Rigaud, Dict. du jargon parisien, p. 50). Soit dér. de boulot « pain en forme de boule » (G. Delesalle, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896) et « repas, nourriture » (A. Bruant, Dict. fr.-arg., 2eéd., Suppl., 1905, p. 459), sens qui pourrait être d'orig. dial. (cf. FEW t. 1, p. 610a); soit de même orig. que boulotter2avec une contamination de boulot; quelle que soit la dér. précise proposée, elle ne peut rendre compte de tous les liens sém. existant entre ces différents mots, cf. p. ex. l'ambiguïté de sens de boulotter « assister (qqn en prison) » c.-à-d. aussi bien « aider à mieux vivoter, permettre de se laisser vivre » que « aider à se nourrir » attesté en 1835 ([Raspail], Réforme pénitentiaire, p. 2 : Mon dabe me boulote au clou. Mon père m'assiste en prison).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 22.
BBG. − Sain. Lang. par. 1920, p. 48, 148, 363, 424.

BOULOTTER2, verbe intrans.

Fam., vieilli. Mener un train de vie tranquille, sans surprise. Enfin, cahin-caha, ça boulotte (A. Arnoux, Paris-sur-Seine,1939, p. 186):
... elle entendait ne pas être taquinée. Pourtant, maman Coupeau était remise. Pendant une année encore, la maison boulotta. L'été, naturellement, il y avait un peu plus de travail... Zola, L'Assommoir,1877, p. 644.
Prononc. ET ORTH. − Cf. boulotter1.
Étymol. ET HIST. − 1. 1837 « se laisser vivre, vivoter, aller son train » (Balzac, Les Employés, p. 133); 2. 1844 « faire boule de neige, travailler » (Balzac, Modeste Mignon, p. 246 : cent mille francs à faire boulotter). Dér. de bouler* « rouler » (cf. bouler attesté au sens de « se laisser vivre, aller son train » dans un écrit anonyme de 1800 d'apr. Esn.); le sens de « travailler », qui pourrait être à l'orig. de boulot « travail » (Esn.), a été concurrencé par le sens de boulotter1« manger » et repris par le verbe boulonner* (cf. Dauzat, Les Arg., caractères, évolution, influence, Paris, 1929, p. 107).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 5.
BBG. − Darm. 1877, p. 121. − Quem. 2es. t. 3, 1972, p. 26. − Sain. Lang. par. 1920, p. 363. − Wexler (P. J.). Pour l'ét. du vocab. des vaudevilles. In : [Mél. Cohen (M.)]. The Hague-Paris, 1970, p. 215.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

boulotte \bu.lɔt\

  1. Féminin singulier de l’adjectif boulot.

Nom commun

boulotte \bu.lɔt\ féminin (pour un homme on dit : boulot)

  1. (Familier) Femme petite et rondelette.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Forme de verbe

boulotte \bu.lɔt\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe boulotter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe boulotter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe boulotter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe boulotter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe boulotter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BOULOT, OTTE. adj.
Qui est gros et court. Un petit boulot. Cette femme est un peu boulotte. Il est familier.

Phonétique du mot « boulotte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
boulotte bulɔt

Évolution historique de l’usage du mot « boulotte »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « boulotte »

  • Dire de Mary Tilford qu’elle est une peste est un euphémisme. Cette fillette boulotte et renfrognée, pensionnaire de l’institution scolaire pour jeunes filles Dobie-Wright, est un danger public. Le titre anglais, Children’s Hour (« l’heure des enfants »), de ce film, tourné après le triomphe de William Wyler avec Ben-Hur (1959), semble ironiquement suggérer que les adultes vont passer un sale quart d’heure – c’est peu dire, puisque ce sont des vies entières qui seront ruinées par les ragots de cette gamine envieuse et hystérique. Le Monde.fr, DVD : « La Rumeur », ou comment un soupçon d’homosexualité ébranle une pension de jeunes filles
  • La population du choucas des tours, petit corvidé protégé, grossit d’années en années en Bretagne. Au point que l’oiseau, qui boulotte les cultures, est devenu l’ennemi à abattre pour les agriculteurs. Sa prolifération témoigne pourtant d’un modèle agricole à bout de souffle. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Il boulotte les champs de maïs, énerve les agriculteurs... En Bretagne, l’indésirable choucas
  • Il fallait voir la tête de mon guide Théodore, hébété par tant de bêtise, fulminant par tant de sottises instillées par cette bigote boulotte, à qui j’étais allé parler en reconnaissant l’accent bien de chez nous qui piquait sa langue épaisse. L’actualité, Bénin : Remonter la côte de l’Esclave | L’actualité
  • « Elle n'est pas si mûre que ça mais ça va, elle est mûre quand même », lâche la bouche pleine Théo, 4 ans. Hugo, 2 ans et demi, a lui aussi une fringale de diablotin que leur mère peine à contenir. On boulotte un peu dans les rangées… « On a VRAIMENT le droit d'en manger ? » s'interroge Victor, 11 ans, qui s'applique à les choisir bien rouges. leparisien.fr, Tous aux fraises : c’est le temps de la cueillette - Le Parisien
  • Et cette sécheresse soudaine a réveillé l’insecte le plus difficile à réguler dans un jardin de week-end. Il s’agit d’une altise, un tout petit coléoptère qui appartient à la même famille que la chrysomèle du romarin ou le doryphore, qui boulottent le feuillage des pommes de terre. D’à peine quelques millimètres de longueur, doté de pattes arrière qui lui permettent de sauter dès qu’on le dérange, l’altise naît et grandit dans la terre sous les feuilles mortes, les tas d’herbe ou les mottes de terre. Il sort de son hibernation vers la mi-mai à la recherche de sa plante hôte. L’altise qui a poinçonné notre roquette s’intéresse aux crucifères. D’abord à la ravenelle ou la cardamine, fleurs sauvages connues de cette famille botanique. Mais pour pondre, la femelle cherche de meilleurs plants, de roquette, chou Mizuna ou chou, au pied desquels elle pourra pondre ses œufs par dizaines. Pour cela, elle peut voler sur plus d’un kilomètre, aidée par les petites ailes cachées sous ses élytres. Une dizaine de jours plus tard, les larves commencent à ronger les racines et une douzaine de jours plus tard encore, parvenue à l’âge adulte, les attises s’attaquent aux feuilles… Toute la roquette qui avait miraculeusement germé est criblée de minuscules trous. Autant dire que l’animal ne fait pas dans la dentelle ! Reporterre, le quotidien de l'écologie, Alerte à l’altise, qui boulotte les salades du jardin sans pétrole

Traductions du mot « boulotte »

Langue Traduction
Anglais gobbled up
Espagnol gordita
Italien tozza
Allemand pummelige
Portugais gordinha
Source : Google Translate API

Synonymes de « boulotte »

Source : synonymes de boulotte sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « boulotte »

Boulotte

Retour au sommaire ➦

Partager