La langue française

Bouché, bouchée

Définitions du mot « bouché, bouchée »

Trésor de la Langue Française informatisé

BOUCHÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de boucher1*.
II.− Adjectif
A.− [Avec une idée d'emplissage]
1. [Correspond à boucher1* I A; en parlant d'un orifice, d'une cavité] Rempli, comblé. Lézardes bouchées.
2. [Correspond à boucher1* I B]
a) [Correspond à boucher1* I B 1; en parlant d'une ouverture aménagée dans un bâtiment] Fermé. Des façades où, sous un cintre à moitié bouché et maçonné (E. et J. de Goncourt, MmeGervaisais,1869, p. 232);ces fenêtres bouchées, barricadées (Montherlant, Les Jeunes filles,1936, p. 1058):
1. Dans les douces tiédeurs des chambres d'accouchées Quand à peine, à travers les fenêtres bouchées, Entre un filet de jour, j'aime, humble visiteur, Le bruit de l'eau qu'on verse en un irrigateur, Et les cuvettes à l'odeur de cataplasme. Ch. Cros, Le Coffret de Santal,Cœur simple, 1873, p. 117.
b) [Correspond à boucher1* I B 2 b (en parlant du ciel, du temps)] . Couvert, très nuageux, très gris. Un ciel sombre et bouché :
2. Ne permettant pas aux hommes de se réjouir d'un temps bouché, comme d'une invitation au repos, il les tenait en haleine vers l'éclaircie, ... Saint-Exupéry, Vol de nuit,1931, p. 92.
3. Si bien qu'avec son ciel presque toujours bas et bouché, gris de fer uniformément huit mois sur douze, le paysage inspirait dès l'abord une sensation de malaise et d'étouffement. Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 85.
P. métaph. Figures nuageuses, bouchées (Renard, Journal,1887-1910, p. 660);l'avenir paraît bouché. Impossible de rien voir. On avance dans une nuit totale (Green, Journal,1942, p. 268):
4. Un rayon, un éclair qui illumine une destinée bouchée sur laquelle les brouillards se referment. A. Arnoux, Pour solde de tout compte,1958, p. 58.
P. méton. Journée, nuit bouchée :
5. ... tout le long des pentes montagnardes, suintaient de lourdes brumes noires, épaisses comme des forêts; on les voyait gonfler leurs énormes feuillages. Il fallait attendre que le vent les saisisse et les couche. Alors, ce serait la grande nuit sans lune toute bouchée. Giono, Le Chant du monde,1934, p. 270.
6. Le couchant, après cette journée bouchée, resplendissait dans le cuivre rouge ou jaune. A. Arnoux, Paris-sur-Seine,1939, p. 166.
P. anal., PEINT. Ton bouché. Ton ,,qui manque de transparence`` (Hugues, Expressions d'atelier). Rose bouché. Le rose bouché spécial aux nuages nocturnes des villes (M. Butor, Passage de Milan,t. 1, 1954, p. 41).
B.− [Avec une idée d'obstacle]
1. [Correspond à boucher1* II A 1; en parlant d'une bouteille, d'un flacon, etc.] Fermé par un bouchon*. Bouteille bien, mal bouchée. Fiole bouchée à l'émeri*.
P. méton. Vin, cidre bouché (vieilli). Vin, cidre de qualité mis en bouteille (p. oppos. au vin, au cidre ordinaire tiré directement du tonneau). Mod. Cidre bouché. Cidre de bonne qualité. Vin bouché. Vin vieux, de qualité, gardé en bouteille cachetée. Subst. Le bouché. Vin bouché :
7. ... Georgette a décidé de ne plus voir sur sa table de vin ordinaire (...) elle l'a remplacé par un vin bouché (...) le bon sens lui indique que du vin à un franc, un franc vingt la bouteille (...) est plus digne qu'un gros vin bleu pour charretier d'accompagner son gigot d'agneau... Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 246.
2. [Correspond à boucher1* II A 2; en parlant d'un tuyau, d'une conduite, d'une canalisation, etc.] Engorgé, obstrué par un corps étranger gênant ou empêchant le passage de quelque chose, en partic. d'un liquide. Tuyau, lavabo bouché; baignoire bouchée :
8. ... le mufle de lion, qu'on pouvait encore discerner au besoin, ne vomissait plus d'eau, n'en recevant pas des conduits bouchés ou détruits. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 4.
P. anal., MUS. Tuyaux (d'orgue) bouchés. Tuyaux (d'orgue) fermés à leur partie supérieure à une hauteur fixée en fonction du ton que l'on veut obtenir. (cf. H. Bouasse, Instruments à vent, 1930, p. 278).Jeux (d'orgue) bouchés. Anton. Jeux (d'orgues) ouverts(cf. M. Brenet, Dict. pratique et hist. de la mus., 1926, p. 216).Sons bouchés (du cor). Sons assourdis par l'introduction de la main du musicien dans le pavillon de l'instrument et variant en fonction du mouvement imprimé à la main. Anton. sons naturels ou ouverts(cf. A. Lavignac, Musique et les musiciens, 1895, p. 132 et Rougnon 1935, p. 225).
[D'où] Trompette bouchée :
9. La légende des bruits excentriques produits sur le saxophone a probablement pris naissance ... dans certains effets de trompette bouchée... H. Panassié, Le Jazz hot,1934, p. 37.
3. [Correspond à boucher1* II B]
a) [Correspond à boucher1* II B 1; en parlant d'une voie de circulation] Encombré, barré par des obstacles rendant le passage difficile ou impossible. Chemin, passage bouché.
Figuré :
10. ... il s'aperçut, (...) que pendant tout ce temps il avait en quelque sorte oublié sa femme, pour s'appliquer tout entier à la recherche d'une ouverture dans les murs qui le séparaient d'elle. Mais c'est à ce moment aussi que, toutes les voies une fois de plus bouchées, il la retrouva de nouveau au centre de son désir, ... A. Camus, La Peste,1947, p. 1344.
Vie bouchée. Vie sans perspectives :
11. ... comme il n'y a dans la vie la plus bouchée que de fausses impasses, comme des carrefours les plus étroits il faut sortir en définitive, bon gré, mal gré, sinon sans avaries, tu sortiras de celui-ci, ... Fromentin, Dominique,1863, p. 144.
b) [Correspond à boucher1* II B 2]
Oreilles bouchées. Oreilles obturées par la pression d'un doigt ou par un bouchon* de cérumen. Avoir les oreilles bouchées.
Fig. [Pour signifier que qqn ne veut pas entendre, ne veut pas savoir qqc.; pour signifier sa volonté d'ignorer] :
12. ... la troublante indifférence du cœur humain à l'universalité du malheur; une indifférence qui n'était pas calcul, ni même égoïste, qui n'était peut-être pas autre chose que l'instinct de survivre, oreilles bouchées, yeux fermés, de survivre dans sa pauvreté quotidienne. G. Roy, Bonheur d'occasion,1945, p. 65.
Rem. 1. Pour bien rendre compte du refus de savoir, du refus de la réalité, de l'évidence, cette loc. se rencontre associée à cette autre : les yeux fermés. 2. Lar. 20eet Lar. encyclop. attestent l'emploi de la loc. avoir les oreilles bouchées au fig. avec le sens « ne pas être capable de saisir, de comprendre quoi que ce soit ».
Nez bouché. Narines comprimées par la pression des doigts (pour ne pas respirer quelque odeur désagréable) ou obstruées du fait d'un rhume. Avoir le nez bouché. Costals, le nez bouché, éternue et se mouche. Est-ce la rhinite (Montherlant, Les Lépreuses,1939, p. 1487).
C.− Fig., péj., fam.
[P. oppos. à ouvert; en parlant d'une pers.] Dont l'esprit n'est pas ouvert, ou s'ouvre difficilement; dont l'esprit est fermé, étroit, borné :
13. ... il devient un petit bourgeois, fermé de tous les côtés de l'intelligence et de son autre vie; une espèce de petit boutiquier en goguette, aplati, bouché, méconnaissable, hébété par les ragots de femmes et bercé par les âneries et les rabâchages imbéciles... E. et J. de Goncourt, Journal,1867, p. 365.
14. ... il avait distingué les petits élèves les plus fermés, les plus bouchés, et les avait interrogés pour faire éclater leur incapacité, ... Barrès, Mes cahiers,t. 6, 1907-08, p. 167.
[À l'oppos. ouvert/fermé, s'ajoute une allusion aux bouteilles bouchées à l'émeri, c'est-à-dire fermées hermétiquement. Cf. supra B 1] Bouché à l'émeri. Dont l'esprit est tout à fait, − et irrémédiablement − fermé. Ma petite cousine, bouchée à tout, fermée à tout, morte à tout. Une seule corde, une seule âme, le chic (E. et J. de Goncourt, Journal,1865, p. 136):
15. Ah! Ma future belle-mère pouvait s'éreinter! Bouché à l'émeri sur ces matières, j'écoutais tout sans comprendre et elle en était pour ses paraboles. Léautaud, In memoriam,1905, p. 196.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 360. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 194, b) 643; xxes. : a) 621, b) 642.

Wiktionnaire

Nom commun

bouchée \bu.ʃe\ féminin

  1. Morceau d’aliment solide qu’on met dans la bouche en une seule fois.
    • De Paris au Havre, les prisonniers n’eurent pas une bouchée de pain, pas un verre d’eau. — (Émile Zola, Le Ventre de Paris, Georges Charpentier, Paris, 1873)
    • Il leva la tête, surpris, les deux mains sur la table, tenant de l’une son couteau, la pointe en l’air, et de l’autre une bouchée de pain, et il regarda fixement sa servante. — (Guy de Maupassant , Histoire d’une fille de ferme, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 102.)
    • Il trempait son pain dans sa soupe et il en mordait d’énormes bouchées, […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 246 de l’éd. de 1921)
    • Elle tira du réfrigérateur une assiette de fromage. Il coupa une tranche d’emmental et la mâcha lentement, alternant une bouchée de fromage et une de pain. — (Gerald Messadie, Un espoir aussi fort , tome 3 : Les années d'or, Éditions de L'Archipel, 2009, chap. 4)
  2. (Par extension) Un certain type de pâtisserie.
    • Bouchées à la reine.

Forme d’adjectif

bouchée \bu.ʃe\

  1. Féminin singulier de bouché.

Forme de verbe

bouchée \bu.ʃe\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe boucher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BOUCHÉ (bou-ché, chée) part. passé.
  • Bouteille bien bouchée. Le trou dans la haie est bouché. Que ne puis-je aller à mon gré Dans l'Olympe… Mais le chemin m'en est bouché, Voltaire, Épîtres, 48.

    Fig. Voilà encore une source de vices bouchée dans le cœur d'Émile, Rousseau, Ém. II. C'est en vérité avoir l'esprit trop bouché aux choses célestes, Bossuet, Messe.

    Être bouché, manquer d'intelligence. Avoir l'esprit bouché, ne rien comprendre. Ils avaient l'esprit si bouché qu'ils ignoraient…, Bossuet, Avert. 6. Esprit bouché ! dit le chevalier, Hamilton, Gramm. 3. Je n'étais pas assez bouché pour ne pas sentir cela, Rousseau, Prom. 4. Je n'ai supposé ni un génie transcendant, ni un entendement bouché, Rousseau, Ém. IV.

    En termes de musique, sons bouchés, sons qu'on tire du cor en introduisant la main dans le pavillon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bouché »

Participe passé du verbe boucher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bouché »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bouché buʃe

Citations contenant le mot « bouché »

  • Les bouchées apéritives de Noël, à picorer du bout des doigts, ont tout bon. Conseils et recettes.  , 15 idées de bouchées apéritives de Noël à faire à la maison - Elle
  • Parce que la cause n’est pas toujours un banal rhume, le docteur Yves-Victor Kamami, oto-rhino-laryngologiste a accepté de revenir avec nous sur les diverses causes pouvant expliquer un nez bouché. Au-delà de l’inconfort, le nez bouché peut entraîner une baisse d’oxygène dans le sang qui peut générer un sommeil non réparateur et un mal de tête au réveil. Doctissimo, Nez bouché tout le temps (sans rhume) : quelles causes ?
  • Si avoir le nez bouché la journée n’est jamais très agréable, c’est encore pire la nuit ! Le nez se bouche encore plus lorsqu’on s’allonge, on inspire alors par la bouche, qui très vite se dessèche et irrite la gorge. Difficile dans ces conditions de trouver le sommeil. Pas de panique, il existe des astuces et des solutions pour vous aider à passer une bonne nuit. Le Dr Patrick Aidan, chirurgien ORL à Paris, et le Dr Jean-Michel Morel, fondateur de l’IFTAC (Institut de Formation à la phyto-aromathérapie et aux Thérapeutiques Alternatives et Complémentaires), auteur du Traité pratique de phytothérapie (Grancher, 2008) et La Phyto-aromathérapie dans la collection "Que sais-je ?" (2020), nous livrent quelques pistes pour mieux dormir malgré le nez bouché. Doctissimo, Nez bouché la nuit : nos solutions pour mieux dormir
  • Un accident s'est produit sur l'autoroute A86 mardi 22 décembre 2020 à hauteur de Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Le trafic est bouché jusqu'à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). , Accident entre quatre voitures sur l'A86, trafic bouché entre Gennevilliers et Saint-Denis | Actu Hauts-de-seine
  • La langue n’est pas seule à jouer un rôle dans le système physique de production de la parole. La mandibule et le nez ont également un rôle dans cette machinerie qui donne une forme au conduit vocal. La luette, la petite « goutte » que l’on peut apercevoir au fond de la bouche, est une sorte de clapet qui s’abaisse et se relève. En s’abaissant elle connecte le conduit nasal et le conduit vocal donnant lieu à des sons utilisant les deux conduits, comme dans le "m" ou dans le "an". Si notre nez est bouché il ne peut pas résonner et donc un « b » est produit à la place d’un "m". Ainsi nous ne parlons pas du nez mais plutôt sans le nez quand nous sommes enrhumés. , La parole, ou l’art des gestes invisibles. | ECHOSCIENCES - Grenoble
  • Elle leur en a bouché un coin Voici.fr, PHOTO Frédérique Bel se dévoile entièrement nue, les internautes sont bouche bée - Voici

Traductions du mot « bouché »

Langue Traduction
Anglais mouth
Espagnol boca
Italien bocca
Allemand mund
Chinois
Arabe فم
Portugais boca
Russe рот
Japonais
Basque ahoa
Corse bocca
Source : Google Translate API

Bouché

Retour au sommaire ➦

Partager