La langue française

Bassiné

Sommaire

  • Définitions du mot bassiné
  • Phonétique de « bassiné »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bassiné »
  • Traductions du mot « bassiné »
  • Antonymes de « bassiné »

Définitions du mot bassiné

Trésor de la Langue Française informatisé

BASSINE, subst. fém.

Ustensile de cuisine circulaire, sans manche, de dimensions variables, souvent en métal brut ou émaillé, destiné à contenir un liquide. Bassine à friture, à vaisselle, à sirop :
1. Au milieu de la pièce, il y avait une bassine de cuivre remplie de gros vin rouge de l'intendance. Des choses flottaient dedans. − C'est une bassine à confitures, dit Mathieu. Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 107.
P. méton. Le contenu de cette bassine :
2. La vieille lui vide sur le cassis, toute sa bassine entière de flotte... et de la glaciale... Céline, Mort à crédit,1936, p. 670.
P. compar. :
3. Je jette un coup d'œil sur la mer qui, sous la pluie, dégage des vapeurs, comme une grande bassine chaude. Si j'étais en hydravion, je regretterais qu'elle soit si « creuse ». Mais je suis en avion. Creuse ou non, je ne puis m'y poser. Saint-Exupéry, Terre des hommes,1939, p. 210.
Spécialement
Récipient utilisé dans un laboratoire, une pharmacie, pour la préparation de certains produits :
4. ... Homais se délectait dans l'exercice de ses prédilections; aussi l'étourderie de Justin lui paraissait-elle monstrueuse d'irrévérence; (...) : − Oui, du capharnaüm! la clef qui enferme les acides avec les alcalis caustiques! avoir été prendre une bassine de réserve! une bassine à couvercle! et dont jamais peut-être je ne me servirai! Flaubert, Madame Bovary,t. 2, 1857, p. 94.
Rare. Fourneau à bassine. Fourneau muni, au-dessus du foyer, d'un récipient fixe tenant lieu de creuset :
5. David avait adossé au mur mitoyen de cette espèce de cuisine un fourneau à bassine en cuivre, sous prétexte de dépenser moins de charbon pour refondre ses rouleaux, ... Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 553.
Prononc. : [basin].
Étymol. ET HIST. − 1500, 8 mai « petit bassin » (Escrips de leuwier du molin du Sauchoit a Jehan Radoul, chir., S. Brice, A. Tournai dans Gdf. Compl. : Quatre bachines de metal, servans a prendre moture de bled); spéc. début xviies. « vase circulaire, gén. en cuivre rouge, destiné à faire cuire les confitures, les sirops » (O. de Serres, 870, ibid. : Un petit fourneau semblable a ceux des distilleurs, fait avec des briques et de l'argile, pour y asseoir dessus la bassine ou casse pointue). Forme fém. de bassin1*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 89.

BASSINER1, verbe trans.

A.− Passer la bassinoire dans un lit, entre les draps, pour le chauffer :
1. L'empereur, pour faire bassiner son lit, n'a trouvé d'autre moyen que de faire percer une de ces grandes boules d'argent dont on se sert pour tenir les plats chauds à table, et d'y faire introduire des charbons. Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 2, 1823, p. 227.
P. métaph. :
2. ... Philis vivait très retiré, servi par une seule bonne, une blonde énorme, « la bassinoire », comme la nommaient les méchantes langues, qui l'accusaient de bassiner chaque soir de ses rotondités opulentes le lit du maître, et d'y rester. Zola, Vérité,1902, p. 255.
B.− Humecter, mouiller légèrement une plaie ou un endroit douloureux :
3. Le traitement dont ces peuples font usage pour guérir les plaies et les ulcères, ne diffère point de leur traitement ordinaire, dans les cas simples : ils en abandonnent la guérison à la nature. (...) si l'ichorosité que produisent les ulcères, cause de la douleur et ronge les parties, ils les bassinent avec une lotion faite avec des plantes ou des graines émollientes; ... Voyage de La Pérouse,t. 4, 1797, p. 58.
Emploi pronom. réfl. :
4. − Quien! c'est donc que vous avez pleuré? fit cette enfant [Anita la blanchisseuse] (...) Cozal se dit : − J'ai été bête. J'aurais dû me bassiner les paupières à l'eau fraîche. Courteline, Les Linottes,1912, II, p. 35.
P. métaph. (cf. se rincer l'œil, pop.) :
5. « L'ami Flaubert » s'est bassiné l'œil cet après-midi avec vos albums japonais. Mais je ne voudrais pas me livrer souvent à de pareils régals de couleurs, car je tombe plus gémissant sur mon roman philosophique!!! Flaubert, Correspondance,1880, p. 381.
1. BOULANGERIE, VANNERIE. Répandre un peu d'eau sur la matière à travailler pour l'assouplir. Bassiner des joncs, de la pâte (Ac. 1932).
2. Spéc., HORTIC. Arroser superficiellement une plante, une plantation.
Prononc. : [basine].
Étymol. ET HIST. − 1. Fin xives. « humecter doucement » (Taillevent, Viandier, 11, Pichon et Vicaire, cité par Delboulle dans R. Hist. litt. Fr., t. 4, p. 137 : Et le bassinent aulcuns de telle saulce); 2. fin xves. « chauffer au moyen d'une bassinoire » (Coquillart, Monol. des perruq., II, 271 dans Gdf. Compl. : Beau lit paré, la chambre belle, Les draps bacinez a souhait). Dér. de bassin1*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 28.

BASSINER2, verbe trans.

Fam. Ennuyer quelqu'un par des propos oiseux, des questions insistantes ou des requêtes sans cesse réitérées (cf. bassin2, bassinoire2) :
Cependant les jours passèrent, et les courriers ne lui apportaient rien, ni des personnes à qui il avait écrit, ni de son oncle, à qui il n'osait récrire, crainte de le bassiner. Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 812.
Prononc. : [basine].
Étymol. ET HIST. − 1858 (L. Larchey, Les Excentricités de la lang. fr. en 1860, p. 377 : Bassiner : ennuyer, accabler quelqu'un de questions oiseuses ou indiscrètes). Mot d'arg. issu de bassiner « ennuyer », terme utilisé dans différents dial. (Anjou, Verr.-On.; Normandie, Moisy; Suisse romande, Pat. Suisse rom.). Évolution de sens de bassiner « faire un charivari; taper sur des ustensiles de cuisine pour ennuyer les jeunes mariés » (1807, J.-F. Michel, Dict. des expr. vicieuses, p. 19 : si vous vous remariez, on vous fera charivari trois jours de suite, et non pas, on vous bassinera), lui-même issu du m. fr. baciner « frapper sur un bassin de cuivre pour faire quelque annonce » (1414, Journal d'un bourg. de Paris, Michaud dans Gdf.), dér. de bacin « sorte de tambour » (début xiiies. Chev. au cygne, 7312 dans Gdf. Compl.), même mot que bassin1*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 5.
BBG. − Duch. 1967, § 57. − Rog. 1965, p. 83. − Sain. Lang. par. 1920, p. 369. − Wexler (P.-J.). Pour l'ét. du vocab. des vaudevilles. In : [Mél. COHEN (M.)]. The Hague-Paris, 1970, p. 212.

Wiktionnaire

Forme de verbe

bassiné \ba.si.ne\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe bassiner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BASSINER. v. tr.
Chauffer avec une bassinoire. Bassiner un lit. Il signifie aussi Humecter, fomenter en mouillant avec un liquide tiède ou chaud. Bassiner une plaie. Se bassiner les yeux. Bassiner les jambes d'un cheval. En termes d'Horticulture, il signifie Arroser légèrement. En termes d'Arts, il signifie Humecter pour assouplir. Bassiner des joncs, de la pâte.

Littré (1872-1877)

BASSINÉ (ba-si-né, née) part. passé.
  • 1Chauffé avec une bassinoire. Un lit bassiné.
  • 2Humecté. Les yeux ayant été bassinés avec une décoction de guimauve.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bassiné »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bassiné basɛ̃e

Évolution historique de l’usage du mot « bassiné »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « bassiné »

Langue Traduction
Anglais getting old
Source : Google Translate API

Antonymes de « bassiné »

Partager