La langue française

Basse

Sommaire

  • Définitions du mot basse
  • Étymologie de « basse »
  • Phonétique de « basse »
  • Évolution historique de l’usage du mot « basse »
  • Citations contenant le mot « basse »
  • Images d'illustration du mot « basse »
  • Traductions du mot « basse »
  • Synonymes de « basse »
  • Antonymes de « basse »

Définitions du mot basse

Trésor de la Langue Française informatisé

BASSE1, subst. fém.

A.− [Dans une œuvre musicale] Partie d'un morceau qui fait entendre les sons les plus graves et sur laquelle s'établissent les accords d'harmonie. Synon. Basse harmonique :
1. ... il [le courrier mélomane] me présentait aussitôt sa polka... pour que j'en ecrivisse la basse et l'harmonie... H. Berlioz, Souvenirs de voyages,1869, p. 231.
2. La Basse ne comportant d'ordinaire qu'une seule note exécutée par la main gauche, ... H. Reber, Traité d'harmonie,1949, p. 9.
1. En partic.
Basse noble, basse profonde. Partie qui exécute les sons les plus graves (plus grave que la basse-taille* et la basse-contre*) :
3. ... s'arrêtant, redressant gravement la tête, prenant une note de basse profonde qu'il tâcha de rendre harmonieuse, il ajouta : « et c'est si loyal! » Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 255.
P. métaph. :
4. ... des thèmes, pour lui [Byron] nouveaux, apparaissaient dans les vers qu'il écrivait alors. Au « vanité des vanités » qui formait la basse profonde de toute poésie byronienne se mêlaient des notes plus douces. A. Maurois, Byron,t. 2, 1930, p. 83.
5. Un raidillon nous mène en moins de rien devant l'évêché, une bien jolie bâtisse du dix-huitième siècle, mélange de grès blond de Salamanque et d'une pierre bleutée qui fait une basse harmonique à cette chanson dorée. T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1933, p. 262.
Basse chiffrée. ,,Au xviiiesiècle (...) on créa des procédés d'enseignement pour apprendre l'Art de composer, parmi lesquels on faisait usage de basses composées de notes au-dessus desquelles on plaçait des chiffres correspondant aux intervalles formant des accords que les élèves devaient écrire ou jouer sur l'orgue ou le clavecin`` (Rougnon 1935).
P. métaph. :
6. ... les condors des Andes qui s'inscrivent comme des coulées de notes noires... entre les portées parallèles des Cordillières, dont les volcans enneigés sont les blanches en arpège ou les accords d'accompagnement, la basse chiffrée, le point d'orgue... Cendrars, Le Lotissement du ciel,1949, p. 155.
Basse continue. ,,Lorsque s'accomplit tant à l'église qu'à la chambre et au théâtre, l'avènement du style monodèque, on adopta la figuration de la partie d'A[ccompagnement] sur une seule portée de basse, chiffrée ou non, dite basse continue ou continuo, que l'accompagnateur développait selon des formules convenues, sur l'instrument qui lui était familier`` (M. Brenet, Dict. pratique et hist. de la musique, 1926, p. 26). Basse contrainte. ,,Partie de basse dans laquelle un sujet, borné à un petit nombre de mesures, se reproduit sans cesse, tandis que le compositeur s'est astreint à varier le chant et l'harmonie dans les parties supérieures`` (Bach.-Dez. 1882). Basse fondamentale. ,,Basse qu'on pourrait appeler théorique, parce qu'elle n'est formée que des sons fondamentaux de l'harmonie`` (Bach.-Dez. 1882).
P. compar. :
7. .., dans une tête philosophique, il n'y a point, et il ne peut y avoir, de questions entièrement indépendantes et substantiellement isolées. On y trouve, au contraire, comme une basse continue, le sentiment, le son fondamental d'une dépendance latente, quoique plus ou moins prochaine, entre toutes les pensées qu'elle contient ou pourrait jamais contenir. Valéry, Variété 3,1936, p. 140.
8. ... ces voix d'enfants, ces cris, ces chocs dans la maison de granit et de sapin près de la mer... Ces sursauts de l'ouïe dont le chant de cuisson et de frisson, le soyeux et homogène froissement forme la base, ou la basse continue, donne aussi l'idée, au possesseur de l'oreille philosophique, − sous l'apparence de vie, de vacarme et de jaillissement, − d'une dissipation, dépense. Valéry, Tel quel II,1943, p. 23.
2. P. anal. Des basses sourdes, caverneuses :
9. ... au milieu de la canonnade sourde des vagues, sous un rayon de soleil passager, on entendit nasiller un disque et − sur la basse inégale du ressac, au milieu de la grande caisse de résonance des nuages et de l'eau − sans trace aucune de vulgarité. Gracq, Un Beau ténébreux,1945, p. 14.
Un bruit de basse profonde (noble), qui fait entendre des sons très graves :
10. À force de pas et de glissements d'autos dans tous les quartiers s'était élevé un grondement de basse noble qui ondulait sur un mouvement de respiration logique, mais surhumaine. Il soutenait le ténor déchirant des tramways, frottant la courbe des rails dans les détours du boulevard... J. Giono, L'Eau vive,1943, p. 316.
B.− Voix de basse. Voix apte à chanter les parties basses :
11. En un clin d'œil nous arrivâmes à la brasserie où tous les soirs une société chorale d'Allemands graves vient prendre son bock et chante gratis, avec d'effroyables voix de basse et des hurlements qui se marient au bruit du Rhin, les chœurs de tous les opéras de Wagner, de Weber et de Gluck. Villiers de L'Isle-Adam, Correspondance,1869, p. 130.
Spéc. (Voix de) basse noble ou profonde, voix la plus grave. Basse chantante. ,,Voix de basse (...) (qui) ne le cède en rien aux voix aiguës pour le charme et la légèreté`` (Bach.-Dez. 1882).
P. méton. Celui qui a une voix de basse :
12. ... Remorini... belle basse, et qui a une voix très flexible, très travaillée, chose rare dans les basses... Stendhal, Rome, Naples et Florence,t. 1, 1817, p. 19.
C.− Instrument de musique exécutant les parties basses.
Basse de viole, basse de violon. Instruments à cordes, ancêtres du violoncelle. Basse à cordes. Violoncelle :
13. Quatre petits démons, sous un archet de fer, font ronfler et mugir quatre basses géantes. Un gras soprano tord ses mâchoires béantes. T. Gautier, Albertus,1833, p. 181.
Rem. Cf. Ténot 1967 : ,,basse, abréviation de contrebasse``.
,,Instrument de cuivre usité dans les musiques d'harmonie et de fanfare`` (Rougnon 1935).
Les basses d'un instrument. Les grosses cordes.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
Expr. fam. Doucement les basses. Expression qui sert à modérer les paroles ou l'action de quelqu'un :
14. aurélie − Écoute, je vais te dire la vérité. le boulanger − Oh! Doucement les basses, mon petit cœur. C'est encore un truc comme les trucs de M. le Curé, ça : il faut regarder les choses en face... Un peu de vérité, je ne dis pas, mais beaucoup de vérité... Je me fais vieux, qu'est-ce que tu veux, une clarté un peu vive ça me gêne, ça me pique les yeux. Giono, La Femme du boulanger,1943, III, 15, p. 343.
Rem. 1. En arg. la basse, la terre (cf. Michel 1856, Larch. 1880, France 1907, La Rue 1954 et Esn. 1965). 2. Man. ,,Pente douce sur laquelle on dresse le cheval à galoper et à plier les jambes`` (Littré; attesté dans la plupart des dict. généraux).
Prononc. − 1. Forme phon. : [bɑ:s]. 2. Homon. : basse2.
Étymol. ET HIST. − [1512 déjà dans basse-contre*] 1. 1660 « la partie qui fait entendre les sons les plus graves des accords dont se compose l'harmonie » (Oudin, Fr.-Esp.); 2. 1670 « voix d'homme la plus grave » (Molière, Bourg. gent. II, 1 dans Livet, Lex. de la lang. de Molière, Paris, Imprimerie Nationale, p. 220 : Il nous faudra trois voix : un dessus, une haute-contre et une basse, qui seront accompagnées d'une basse de viole); 3. 1670 basse de viole (Id., op. cit.); 1690 « se dit des instruments servant à jouer la partie basse » (Fur.). Empr. à l'adj. ital. basso (fém. bassa) (EWFS2; Dauzat 1968; Bl.-W.5; DEI). L'ital. basso, adj. substantivé, terme de mus. désignant la partie d'un morceau la plus grave en harmonie, est attesté dep. 1561 (A. Citolini, La Tipocosmia, 491 dans Tomm.-Bell.) au sens de « corde au son grave » (Id., op. cit., 494, ibid.); dep. 1640 pour désigner l'instrument qui exécute la partie la plus grave (Doni Giovanbatista [1594-1647] I. IX., ibid.) et av. 1643 pour désigner la plus grave des voix masculines (Id., I, 284 dans Batt.), cf. basso continuo dep. 1640 (Id., 2, 34, 99 dans Tomm.-Bell.).
STAT. − Voir stat. après basse2.
BBG. − Duf. t. 2 1965, p. 362. − Pope 1961 [1952], § 570. − Rougnon 1935, p. 22, 134, 135, 198, 216.

BASSE2, subst. fém.

MAR. ,,Banc de roche ou de corail s'approchant très près de la surface de la mer, mais ne découvrant jamais`` (Gruss 1952) :
Certains par une longue expérience de n'y rencontrer [sur cette route marine] ni vigies ni basses, ils [les Espagnols] peuvent naviguer la nuit avec aussi peu de précautions que dans les mers d'Europe. Voyage de La Pérouse,t. 2, 1797, p. 294.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
Prononc. Cf. basse1. Homon. basse1. Étymol. et Hist. 1484 mar. « haut-fond » (Garcie, Le Grant routier, Rouen d'apr. Arveiller dans Fr. mod., t. 25, p. 306 : il y a une basse). Substantivation du fém. de l'adj. bas*.
BBG. − Dainv. 1964, p. 121. − Pope 1961 [1952], § 570.
STAT. − (bas1 et 2, basse1 et 2). Fréq. abs. littér. : 17 260. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 20 072, b) 33 619; xxes. : a) 28 498, b) 21 122. Basse, fém. de bas, basse1 et 2. Fréq. abs. littér. : 6 313. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 6 009, b) 10 486; xxes. : a) 11 655, b) 9 091.

Wiktionnaire

Nom commun 1

basse \bɑs\ féminin

  1. (Musique) Ligne mélodique qui contient les notes les plus graves.
    • Lulli fut le premier en France qui fit des basses. — (Voltaire, Louis XIV, 33)
    • Composer la basse d’un air.
  2. (Musique) Note la plus grave d'un accord.
  3. Voix propre à chanter la partie de basse.
    • Cet homme a une belle basse.
    • Et Gorillon la basse et Grandin le fausset. — (Nicolas Boileau-Despréaux, Lutr. v)
    • Il m’a cité l’exemple d’un chantre de Notre-Dame (je crois que c’était une basse), à qui un rhume avait fait perdre entièrement la voix. — (Jean Racine, Lettr. III, à Boileau.)
    • David Rizzio avait une voix de basse agréable. — (Voltaire, Mœurs, 169)
    • Doucement, les basses !… — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 118)
    • « Si je vous dis : “Doucement les basses !” c’est doucement les basses. Le choléra est une saloperie, mais le reste est un saloperie encore pire. Ne faites pas le cocardier. » — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 125)
  4. (Musique) Personne qui a une voix de basse.
    • C’est la basse qui a le rôle le plus important dans cet opéra.
  5. (Musique) Violoncelle, nommé basse, parce qu’il joue le plus souvent la basse dans les symphonies et les quatuors ou trios. Ou autre instrument, comme un cuivre, qui sert à exécuter la basse dans les morceaux à plusieurs parties.
    • Jouer de la basse.
  6. (Musique) Personne qui joue de cet instrument.
    • C'est une bonne basse.
  7. (Musique) Dans un orchestre de jazz, ellipse fréquemment utilisée pour nommer la contrebasse.
    • Rien de plus drôle et de plus émouvant que ce mariage forcé entre la basse et la batterie, les deux plus gros instruments (portables, ce qui exclut le piano) de l’orchestre. — (Laurent de Wilde, Monk, 1996, collection Folio, pages 54-55)
  8. (Musique) Instrument de musique dérivé de la guitare à quatre, cinq ou six cordes accordé un octave plus bas qu'une guitare.
  9. pluriel Grosses cordes de certains instruments.
    • Les basses de ce piano ne sont pas d’accord.
  10. Banc de rochers affleurant la surface de la mer.
    • Le Gannec était le meilleur pêcheur du Ploc’h, et le plus intrépide marin de toute la côte. Aucun dont la chaloupe fût mieux armée, aucun qui connût comme lui les basses poissonneuses. — (Octave Mirbeau, Le Calvaire, 1886, IX)
  11. (Régionalisme) (Géographie) \Bɑːs\ Une basse est une vallée en langue régionale dans les Vosges lorraines, comtoises et alsaciennes de langue romane. Aujourd'hui essentiellement usitée en toponymie pour les vallons perpendiculaires d'une vallée principale. On dit aussi « Besse ».

Nom commun 2

basse \bɑs\ féminin

  1. (Vendée) (Poitou) Grand baquet utiliser pour porter le raisin pendant les vendanges.
    • La hotte pleine, le porteur de hotte montait par la petite échelle sur la voiture et la vidait dans une basse. — (Aline Calmet, les vendanges, retranscrit par Patrice Le Bail, Patricia Chaumont, in Écris-moi: un siècle de vies, Éd. L'Harmattan, 2001)
  2. (Par métonymie) Le contenu de ce récipient.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BAS, BASSE. adj.
Qui a peu de hauteur ou Qui est au-dessous d'un certain degré d'élévation pris pour terme de comparaison. Un siège bas. Chaise basse. Table basse. Homme de basse stature. La forme de ce chapeau est trop basse. Maison basse. Porte basse. Plafond bas. Appartement bas. Cette partie de la côte, du rivage est fort basse. Un terrain bas et marécageux. La rivière est basse. Les eaux sont basses. Un cheval qui est bas sur jambes ou bas de jambes, Qui a les jambes courtes. Fig. et fam., Les eaux sont basses chez un tel, L'argent commence à lui manquer. La mer est basse en cet endroit, Elle y a peu de profondeur. Voyez BAS-FOND. Basse marée, basse mer, Le moment où la mer s'est retirée, où elle est vers la fin de son reflux. Les marées sont plus basses dans certaines saisons que dans d'autres, Le flux de la mer monte moins haut à certaines époques de l'année. À marée basse. Fig. et fam., Le temps est bas, Le ciel est bas, L'atmosphère est chargée de nuages moins élevés qu'à l'ordinaire et le temps menace de pluie. Fig., Le jour est bas, Le jour est sur son déclin. Fig., Avoir la vue basse, Ne pouvoir distinguer les objets que de près. Il se dit aussi de Certaines choses situées au-dessous d'autres de la même espèce ou à leur partie inférieure. La basse région de l'air. Le bas-ventre. Salle basse. Bas étage. Le plus bas degré. La partie basse d'une maison. Les basses voiles d'un vaisseau. Les basses terres, se dit par opposition à la Partie montagneuse d'un pays. Basse-fosse, Fosse située, dans les châteaux du moyen âge, au-dessous d'une salle et servant ordinairement de prison. Le bas-mât, Le mât placé à la partie inférieure de la mâture et qui en supporte tout le poids. Les bas-côtés d'une église, Les nefs latérales, plus étroites et ordinairement moins élevées que la nef principale. Fig., Ce bas monde, Ce monde où nous vivons. En ce bas monde. Dans ce bas monde. Fig., Le bas bout de la table, La place qui est la plus voisine de la porte d'entrée et la moins honorable dans un festin. En termes de Fortification, Places basses, Les casemates et les flancs de bastions qui servaient à défendre le fossé et la courtine. Il se dit particulièrement des Pays dont le sol est plus bas que celui d'où descendent les rivières qui les arrosent. Tout le pays bas est inondé. Le bas Languedoc. La basse Alsace. La basse Normandie. La basse Bretagne. La basse Égypte, etc. Les Pays-Bas, La Hollande. Les basses Pyrénées, Celles qui sont voisines de l'Océan. Les basses Alpes, Celles qui sont voisines de la Méditerranée. Ces expressions désignent aussi par abréviation les départements où sont situées les basses Pyrénées, les basses Alpes. On écrit Le bas Rhin, la basse Loire, le bas Danube, La partie de ces fleuves qui est plus voisine de l'embouchure que de la source. Par abréviation, en parlant du département auquel le bas Rhin a donné son nom, on écrit Le Bas-Rhin. Préfet du Bas-Rhin. La basse Seine, Toute la partie de la Seine qui est au-dessous de Paris, en allant vers la mer, par opposition à la Partie qui est au-dessus et que l'on nomme La haute Seine. Il signifie quelquefois Baissé, par opposition à Levé, redressé. Marcher la tête basse. Un chien qui porte les oreilles basses, la queue basse. Tapisserie de basse lisse. Voyez LISSE. Fig. et fam., Avoir l'oreille basse, Être fatigué, abattu par le travail, par quelque excès, par quelque maladie. Il signifie aussi Être humilié, mortifié par quelque perte, par quelque mauvais succès, etc. Fig. et fam., Faire main basse, Prendre, enlever. Les écoliers entrèrent dans le jardin et firent main basse sur tous les fruits. Il signifie, en termes de Guerre, Ne point faire de quartier, tuer, passer au fil de l'épée. Les vainqueurs firent main basse sur tout ce qui se présenta, les armes à la main. Il peut signifier aussi, dans le langage ordinaire, Critiquer sans ménagements. Dans le monde, on épargne souvent les vices, mais on fait toujours main basse sur les ridicules.

BAS se dit, en termes de Musique, pour Grave, par opposition à AIGU. Ton bas. Ce morceau est écrit dans un ton trop bas pour ma voix. Vous l'avez pris sur un ton trop bas. Cette corde est trop basse, Elle n'est pas montée à un ton assez haut, relativement aux autres cordes. Cet instrument est trop bas, Il n'est pas monté assez haut, il est au-dessous du diapason. À basse note, Sans élever la voix, à demi-voix. Chanter à basse note. Cela se dit aussi figurément de la Manière de parler, de proférer des paroles. Prier Dieu à basse note. Fam., Dire des injures à quelqu'un à basse note. Il est vieux. À voix basse, d'un ton bas, signifient de même Sans élever la voix. Dire quelques mots à voix basse, d'un ton bas. Ils s'entretenaient, ils parlaient à voix basse.

BASSE-CONTRE, BASSE-TAILLE. Voyez ces mots à leur place alphabétique. Fig. et fam., Forcer quelqu'un à parler d'un ton plus bas, le faire parler d'un ton plus bas, Réprimer son orgueil, son arrogance, rabattre sa fierté. Messe basse, Messe que le prêtre dit sans chanter et où il ne fait que réciter les prières.

BAS signifie aussi, figurément, Qui est inférieur, moindre, subalterne. Les basses classes de la société. Le bas peuple. Un homme de bas lieu, de basse naissance, de basse condition, de basse extraction, de basse origine. Des gens de bas étage. Le bas clergé. On appelait autrefois Bas officiers dans l'armée ceux qu'on nomme aujourd'hui Sous-officiers. Les bas emplois. Les plus basses fonctions. Prov. et fig., Le cœur haut et la fortune basse, Plus de courage que de fortune. Les basses classes d'un collège, Celles par où commencent les écoliers, les classes élémentaires. Basse justice, en parlant des justices seigneuriales, se disait de Celle qui jugeait les délits de peu d'importance, par opposition à Haute et moyenne justice. Ce seigneur avait dans sa terre haute, moyenne et basse justice. On disait aussi Bas justicier, par opposition à Haut justicier. En Angleterre, La Chambre Basse, La Chambre des Communes par opposition à la Chambre Haute, qui est la Chambre des Lords. En bas âge, Dans un âge fort tendre. Un enfant en bas âge. Il était encore en bas âge. Il signifie aussi, dans certaines expressions, Qui remonte à une moins haute antiquité, qui est plus rapproché de nous. Le Bas-Empire, L'Empire romain à son temps de décadence. L'histoire du Bas-Empire. Les révolutions du Bas-Empire. Médaille du Bas-Empire. La basse latinité, L'usage de la langue latine dans les derniers temps de l'Empire et au moyen âge. Il signifie également Qui est de moindre valeur, de moindre prix. Or bas. Bas argent. Or, argent de bas aloi. Les basses cartes du jeu. Bas morceaux, en termes de Boucherie, Morceaux de qualité inférieure, de prix moindre. Bas prix, Prix médiocre, modique, au-dessous du prix ordinaire. J'ai acheté cela à bas prix, à un prix fort bas, à très bas prix. Les fonds publics sont bas, le change est bas, Ils sont au-dessous du cours moyen, du cours ordinaire. Il signifie encore, figurément, Qui est vil, méprisable. Sentiments bas. Une basse flatterie. Faire des actions basses. Il a les inclinations basses. Des goûts bas. Une basse jalousie. Une vengeance basse et cruelle. Vice bas, Vice qui dégrade, qui avilit. Il signifie aussi Qui est sans courage, sans générosité, sans élévation. C'est un homme bas et servile. Avoir l'âme basse. Avoir le cœur bas, l'esprit bas. Figure, physionomie basse, Celle qui semble annoncer des sentiments bas. En parlant de langage, de productions littéraires, etc., il signifie Qui est commun, trivial. Mot, terme bas. Expression basse. Le bas comique. Genre bas. Plaisanterie basse. Style bas, Style rempli de manières de parler populaires et triviales.

BAS s'emploie aussi comme nom au propre et au figuré. Le bas du visage. Le bas du ventre. Le bas d'une robe. Le bas de l'escalier. Le bas de la rue. Le bas du pavé. Le bas d'une page, d'un tableau. Vers le bas, au bas de la montagne. Tirer de bas en haut. En termes d'Imprimerie, Bas de casse. Voyez CASSE. Fig., Des hauts et des bas se dit des Moments favorables et des moments difficiles d'une existence, d'une carrière, d'une santé, d'une entreprise. Il y a dans la vie des hauts et des bas, La vie est mêlée de biens et de maux. Avant d'être complètement guéri, ce malade aura encore bien des hauts et des bas. Cette affaire a traversé des hauts et des bas avant de se consolider. En termes de Musique, La voix de ce chanteur est belle dans le bas, Elle est propre à bien rendre les sons graves. On dit de même Renforcer les sons dans le bas.

BAS s'emploie aussi comme adverbe, au propre et au figuré. Descendre plus bas. Il est tombé plus bas. Cet oiseau vole bas, très bas. Cela est placé trop bas. Le coup est parti de plus bas. Il demeure deux étages plus bas, trois portes plus bas. Être assis bas. Mettre les armes bas, mettre armes bas, mettre bas les armes, Poser les armes : cela se dit surtout d'une Troupe qui se rend, qui cesse de combattre. Mettre chapeau bas. Être, se tenir chapeau bas, Avoir la tête découverte par déférence. On dit par ellipse et d'une manière impérative Bas les armes! Chapeau bas! Mettre pavillon bas, Baisser le pavillon, et, figurément, Céder, se rendre. Absol., Mettre bas, en parlant des femelles de quelques animaux, Faire un petit, des petits. Cette chienne, cette jument, cette truie a mis bas. En termes de Chasse, Ce cerf a mis bas, Son bois est tombé. Plus bas signifie quelquefois Ci-dessous, ci-après. Comme nous le verrons plus bas. Pris adverbialement, il s'emploie dans quelques phrases figurées, telles que les suivantes : Cette injure vient de trop bas, part de trop bas pour qu'elle puisse vous atteindre. Parvenu à ce degré d'avilissement, on ne saurait descendre plus bas, tomber plus bas. Mettre bas toute honte. Mettre bas tout scrupule, toute considération humaine. Ce malade est bien bas, il est fort bas, il n'a point encore été si bas, Il est très mal. Fam., Il est bien bas, se dit d'un Homme qui a peu d'argent, qui a épuisé presque toutes ses ressources. Ces pertes multipliées l'ont mis bien bas. Fig., C'est un insolent, il faut le tenir bas, Il faut le tenir dans la crainte, dans le respect, dans la soumission.

BAS, adverbe, signifie aussi D'un ton bas, sans élever la voix, ou Dans un ton bas. Parler bas. Parler tout bas. Parlez plus bas, je vous prie, ou elliptiquement, Plus bas. Vous l'avez pris trop bas en commençant. La voix de ce chanteur ne peut pas descendre plus bas que telle note.

À BAS, loc. adv. Il se dit de Personnes et de Choses qui tombent, qu'on renverse, qu'on abat. Mettre à bas. Cette maison n'est bonne qu'à mettre à bas. On dit de même Être à bas. Ces deux expressions s'emploient quelquefois figurément, surtout dans le langage familier. Ils mirent tous les privilèges à bas. Son crédit est à bas. Cette maison de commerce sera bientôt à bas.

À BAS se dit quelquefois, par ellipse et d'une manière impérative, pour Descendez de là. À bas, à bas : il est défendu de monter, de grimper à ces arbres. Il est aussi un Cri d'improbation. À bas l'orateur! À bas la motion! À bas la cabale!

À BAS DE, loc. prép. Se jeter, sauter à bas du lit, Se lever brusquement. Il le mit à bas de son cheval, Il le descendit de cheval.

EN BAS, loc. adv. Dans le lieu qui est plus bas, qui est au-dessous. Où est monsieur? Il est en bas. Rouler du haut en bas. Passer par en bas. Il vient d'en bas. Avoir la tête en bas. Fig. et fam., Traiter quelqu'un du haut en bas. Regarder quelqu'un du haut en bas. Voyez HAUT. Aller par haut et par bas, par en haut et par en bas. Voyez HAUT. Tirer en bas, Tirer vers le bas. On dit aussi Tirer par en bas.

EN BAS DE, loc. prép. Au bas de. Il était en bas de la colline.

LÀ-BAS, loc. adv. Voyez LÀ.

ICI-BAS, loc. adv. Voyez ICI.

Littré (1872-1877)

BASSE (bâ-s') s. f.

Terme de musique.

  • 1Celle des parties qui ne fait entendre que les sons les plus graves des accords. Lulli fut le premier en France qui fit des basses, Voltaire, Louis XIV, 33.

    Basse continue, celle qui accompagne un chant depuis le commencement jusqu'à la fin, sans concerter avec lui.

    Fig. et familièrement. C'est la basse continue de son discours, c'est sa basse continue, c'est le sujet dont il parle toujours.

    Basse fondamentale, système imaginé par Rameau et depuis longtemps abandonné, dans lequel toutes les notes d'un chant et ses accompagnements devaient être compris dans les harmoniques d'une basse non écrite, mais supposée, laquelle prouvait ainsi la bonté de toute l'harmonie.

    Basse chiffrée, celle qui n'a, dans la portée musicale, que la note basse d'un accord, et où les autres sont indiquées par des chiffres écrits au-dessus (voy. CHIFFRER).

    Basse contrainte, celle dont le chant est borné à un petit nombre de notes et à une même phrase qu'elle recommence toujours.

  • 2Voix propre à chanter la basse. Cet homme a une belle basse. Et Gorillon la basse et Grandin le fausset, Boileau, Lutr. v. Il m'a cité l'exemple d'un chantre de Notre-Dame (je crois que c'était une basse), à qui un rhume avait fait perdre entièrement la voix, Racine, Lettr. III, à Boileau. David Rizzio avait une voix de basse agréable, Voltaire, Mœurs, 169.
  • 3Violoncelle, nommé basse, parce qu'il joue le plus souvent la basse dans les symphonies et les quatuors ou trios. Jouer de la basse.

    Celui qui joue de cet instrument. C'est une bonne basse.

    Basse de viole, ancien instrument appelé aussi viole de gambe, analogue pour la forme, la grandeur et la manière de le tenir, au violoncelle, qui l'a remplacé. Il vous faudra trois voix, qui seront accompagnées d'une basse de viole, d'un théorbe et d'un clavecin, Molière, Bourg. gent. II, 1.

  • 4 S. f. plur. Les grosses cordes de certains instruments. Ce piano a de belles basses.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

Basse, adj. fém. Voyez Bas.

Basse, adj. pris subst. est celle des parties de la Musique qui est au-dessous des autres ; la plus basse de toutes, d’où vient son nom de basse. Voyez Partition.

La basse est la plus importante des parties ; parce que c’est sur elle que s’établit le corps de l’harmonie : aussi est-ce une espece d’axiome parmi les Musiciens, que quand la basse est bonne, rarement l’harmonie est mauvaise.

Il y a plusieurs especes de basses ; basse fondamentale, dont nous ferons un article particulier.

Basse continue, ainsi appellée parce qu’elle dure pendant toute la piece : son principal usage, outre celui de régler l’harmonie, est de soûtenir les voix, & de conserver le ton. On prétend que c’est un Ludovico-Viana, dont nous en avons un traité, qui au commencement du dernier siecle la mit le premier en usage.

Basse figurée, qui au lieu de s’arrêter sur une seule note, en partage la valeur en plusieurs autres notes sous un même accord. Voyez Harmonie figurée.

Basse contrainte, dont le sujet ou le chant, borné à un petit nombre de mesures, recommence sans cesse, tandis que les parties supérieures poursuivent leur chant & leur harmonie, & les varient de différentes manieres. Cette basse appartient originairement aux couplets de la chaconne : mais on ne s’y asservit plus aujourd’hui. La basse contrainte descendant diatoniquement ou chromatiquement, & avec lenteur, de la tonique à la dominante dans les tons mineurs, est admirable pour les morceaux pathétiques : ces retours périodiques affectent insensiblement l’ame, & la disposent à la tristesse & à la langueur. On en voit de fort beaux exemples dans plusieurs scenes des opera François.

Basse chantante, est l’espece de voix qui chante la partie de la basse. Il y a des basses récitantes & des basses de chœur ; des concordans ou basses-tailles, qui tiennent le milieu entre la taille & la basse ; des basses proprement dites que l’usage fait encore appeller aujourd’hui basse-tailles ; & enfin des basse-contres, les plus graves de toutes les voix, qui chantent la basse sous la basse même, & qu’il ne faut pas confondre avec les contre-basses qui sont des instrumens. Voyez Contre-basse.

Basse fondamentale, est celle qui n’est formée que des sons fondamentaux de l’harmonie ; desorte qu’au-dessous de chaque accord, elle fait entendre le vrai son fondamental de cet accord ; par où l’on voit qu’elle ne peut avoir d’autre contexture que celle de la succession fondamentale de l’harmonie.

Pour bien entendre ceci, il faut savoir que tout accord, quoique composé de plusieurs sons, n’en a qu’un qui soit fondamental : savoir celui qui a produit cet accord, & qui lui sert de base. Or la basse qui regne au-dessous de toutes les autres parties, n’exprime pas toûjours les sons fondamentaux des accords : car entre tous les sons d’un accord, on est maître de porter à la basse celui qu’on croit préférable, eu égard à la marche de cette basse, au beau chant, ou à l’expression. Alors le vrai son fondamental, au lieu d’être à sa place naturelle, qui est la basse, se transporte dans les autres parties, ou même ne s’exprime point du tout ; & un tel accord s’appelle accord renversé. Dans le fond, un accord renversé ne differe point de l’accord direct qui l’a produit ; car ce sont toûjours les mêmes sons : mais ces sons formant des combinaisons différentes, on a long-tems pris ces combinaisons pour autant d’accords fondamentaux, & on leur a donné différens noms, qu’on peut voir au mot accord, & qui ont achevé de les distinguer ; comme si la différence des noms en produisoit réellement dans les choses. M. Rameau a fait voir dans son traité de l’Harmonie, que plusieurs de ces prétendus accords n’étoient que des renversemens d’un seul. Ainsi l’accord de sixte n’est que l’accord parfait dont la tierce est transportée à la basse : en y portant la quinte, on aura l’accord de sixte quarte. Voilà donc trois combinaisons d’un accord qui n’a que trois sons ; ceux qui en ont quatre, sont susceptibles de quatre combinaisons ; car chacun des sons peut être porté à la basse : mais en portant au-dessous de celle-ci une autre basse, qui sous toutes les combinaisons d’un même accord, présente toûjours le son fondamental, il est évident qu’on réduit au tiers le nombre des accords consonans, & au quart le nombre des dissonans. Ajoûtez à cela tous les accords par supposition, qui se réduisent encore aux mêmes fondamentaux ; vous trouverez l’harmonie simplifiée à un point qu’on n’eût jamais espéré de l’état de confusion où étoient ses regles jusqu’au tems de M. Rameau. C’est certainement, comme l’observe cet auteur, une chose très-étonnante qu’on ait pû pousser la pratique de cet Art jusqu’au point où elle est parvenue, sans en connoître le fondement, & qu’on ait trouvé exactement toutes les regles, avant que de trouver le principe qui les produit.

La marche ou le mouvement de la basse fondamentale se regle sur les lois de la succession harmonique ; de sorte que si cette basse s’écarte de l’ordre prescrit, il y a faute dans l’harmonie.

Bien moduler & observer la liaison, sont les deux plus importantes regles de la basse fondamentale. Voyez Harmonie & Modulation. Et la principale regle méchanique qui en découle, est de ne faire marcher la basse fondamentale que par intervalles consonans, si ce n’est seulement dans un acte de cadence rompue, ou après un accord de septieme diminuée, qu’elle monte diatoniquement. Quant à la descente diatonique, c’est une marche interdite à la basse fondamentale, ou tout au plus tolérée dans le cas de deux accords parfaits séparés par un repos, exprimé ou sous-entendu ; cette regle n’a point d’autre exception. Il est vrai que M. Rameau a fait descendre diatoniquement la basse fondamentale sous des accords de septieme, mais nous en dirons la raison aux mots Cadence & Dissonance.

Qu’on retourne comme on voudra une basse fondamentale ; si elle est bien faite on n’y trouvera jamais que ces deux choses : ou des accords parfaits sur les mouvemens consonans, sans lesquels ces accords n’auroient point de liaison ; ou des accords dissonans dans des actes de cadence ; en tout autre cas, la dissonance ne sauroit être ni bien placée ni bien sauvée.

Il s’ensuit de-là que la basse fondamentale ne peut jamais marcher que d’une de ces trois manieres : 1°. monter ou descendre de tierce ou de sixte ; 2°. de quarte ou de quinte ; 3°. monter diatoniquement au moyen de la dissonance qui forme la liaison, ou par licence sur un accord parfait. Toute autre marche de la basse fondamentale est mauvaise.

Quoique la basse fondamentale doive régner généralement au-dessous de la basse continue, il est pourtant des cas où celle-ci descend au-dessous de la fondamentale ; tels sont ceux des accords par supposition, ainsi appellés, parce que la basse continue suppose au-dessous de l’accord un nouveau son qui n’est point de cet accord, qui en excede les bornes, & qui ainsi se trouve au-dessous de la basse fondamentale. Voyez Supposition.

La basse fondamentale, qui n’est faite que pour servir de preuve à l’harmonie, se retranche dans l’exécution, & souvent elle y feroit un fort mauvais effet. Elle produiroit tout-au-moins une monotonie très-ennuyeuse par les retours fréquens du même accord, qu’on deguise & qu’on varie plus agréablement, en le combinant différemment sur la basse continue. (S)

En général, les regles rigoureuses de la basse fondamentale peuvent se reduire à celles-ci.

1°. Il doit toûjours y avoir au moins un son commun dans l’harmonie de deux sons fondamentaux consécutifs. Voyez Liaison.

2°. Dans toute dominante la dissonance doit être préparée, à moins que la dominante ne soit tonique.

3°. Toute dominante doit descendre de quinte, & toute sous-dominante doit monter de quinte. V. Dissonance, Dominante, Sous-dominante, Préparer, &c. On trouvera à ces articles les raisons de ces regles.

Au reste la basse fondamentale prend quelquefois des licences ; on peut mettre de ce nombre les accords de septieme diminuée, & les cadences rompues, dont on peut cependant donner la raison. Voyez Septieme diminuée & Cadence

Regles de la basse continue. La basse continue n’est qu’une basse fondamentale, renversée pour être plus chantante. Ainsi dès que la basse fondamentale est faite, on trouvera une basse continue par le renversement des accords. Voyez Accord. Par exemple, cette basse fondamentale monotone ut sol ut sol ut sol ut, peut donner cette basse continue plus chantante ut si ut ré mi fa mi. La basse continue n’est obligée de se conformer à la basse fondamentale, que lorsqu’elle approche des cadences, ou qu’elle s’y termine. La basse continue admet aussi les accords par supposition. Voyez Accord & Supposition. Toute note qui porte dans la basse continue l’accord de fausse quinte, doit monter ensuite diatoniquement ; & toute note qui porte l’accord de triton, doit descendre diatoniquement. Voyez Fausse-quinte & Triton. On trouvera les raisons de toutes ces regles à leurs différens articles.

Regles que doit observer le dessus par rapport à la basse fondamentale. Toute note du dessus qui fait dissonance avec la note qui lui répond dans la basse fondamentale, doit être préparée & sauvée. Voyez Harmonie, Dessus, Composition, Préparer, Sauver, &c.

La connoissance de la basse fondamentale, ou la regle pour trouver la basse fondamentale d’un chant donné, dépend beaucoup de celle du mode, ou de la modulation. Voyez Mode. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « basse »

Bas, adjectif.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) Dérivé de l’adjectif français « bas » au féminin.
(Nom commun 2) : Du latin baccia (« récipiant »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « basse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
basse bas

Évolution historique de l’usage du mot « basse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « basse »

  • On ne met pas impunément plusieurs coqs dans une même basse-cour. De Madeleine Ferron / Sur le chemin Craig
  • Il vaut mieux s’en aller la tête basse que les pieds devant. De Michel Audiard / Archimède le Clochard
  • On doit avouer ses qualités à voix basse et sa défaite à haute voix. De Shafique Keshavjee / Le Roi, le sage et le bouffon
  • Il n’est pas dans l’amitié de peste comparable à l’adulation, la flatterie, la basse complaisance. De Cicéron / De Amicitia
  • On doit avouer ses qualités à voix basse, et ses défauts à haute voix. De Le Talmud
  • Une émission de jeux est la forme la plus basse de la vie animale. De Groucho Marx
  • La pierre la plus solide d'un édifice est la plus basse de la fondation. De Khalil Gibran
  • L'art de vivre consiste à sacrifier une passion basse à une passion plus haute. De François Mauriac
  • Etre amoureux, c'est avoir la cervelle à marée basse. De Pierre Perret
  • Qui bâtit sur la grand-place fait maison trop haute ou trop basse. De Proverbe italien
  • Sur la plage, à marée basse tout ce qu’on ramasse bouge. De Kaga No Chiyo
  • Ce qui fait plaisir aux femmes, c'est une basse flatterie sur leur intelligence. De Jules Renard / Journal
  • Un nain assis sur la plus haute marche est plus haut qu’un géant dressé sur la plus basse. De Adage arabe
  • Le chien vaincu n'a d'autre choix que de retourner à la niche la queue basse. De Lao She / Quatre générations sous un même toit
  • Un roi doit parfois savoir baisser la tête, surtout quand la poutre est trop basse. De Dario Fo / La Fille du Pape (2015)
  • Les mini subwoofers performants sont rares. Il est difficile de ménager petit volume de charge et grave de qualité. Les basses nécessitent habituellement un encombrement important pour que le haut-parleur puisse s'exprimer correctement. Alors Velodyne contourne les limites en multipliant les membranes. , Velodyne MicroVee MKII : le micro caisson de basse parfait en appartement - ON mag
  • Le chef du Fianna Fail, Micheal Martin, a été élu Premier ministre de l'Irlande dans un vote organisé samedi lors d'une session extraordinaire de la chambre basse du parlement irlandais. , Micheal Martin élu nouveau Premier ministre irlandais
  • Rapport sur le marché mondial de Guitare basse Pickguards 2020 – rapport de 2026 fournit un aperçu de base de la part de marché de Guitare basse Pickguards, du segment des concurrents avec une introduction de base des principaux fournisseurs, régions principales, types de produits et industries finales. Identifie et analyse également les tendances émergentes ainsi que les principaux moteurs, défis, opportunités et stratégies d’entrée pour diverses entreprises de l’industrie Guitare basse Pickguards. Ce rapport donne un aperçu historique des tendances du marché Guitare basse Pickguards, des revenus, de la capacité, de la croissance, de la structure des coûts et de l’analyse des principaux moteurs. , Guitare basse Pickguards Industrie 2020 Marché Croissance, Taille, Partager, Demand, Les tendances and Manufacturers Analysis Recherche Report 2026 – InFamous eSport

Images d'illustration du mot « basse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « basse »

Langue Traduction
Anglais low
Espagnol bajo
Italien basso
Allemand niedriger
Portugais baixo
Source : Google Translate API

Synonymes de « basse »

Source : synonymes de basse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « basse »

Partager