La langue française

Bardé

Définitions du mot « bardé »

Trésor de la Langue Française informatisé

BARDÉ, ÉE1 et 2, part. passé et adj.

I.− Part. passé de barder1 et 2*.
II.− Emploi adj. Bardé de.
A.− [En parlant d'un cheval de bataille] Couvert d'une barde :
1. ... apothéose de Félix Faure casqué d'un aigle d'argent à quatre têtes sur un cheval bardé de fer. Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 374.
B.− P. ext. [En parlant d'un combattant] Recouvert d'une armure :
2. − Nous allions par les bois pleins de monstres hybrides, Toi de pourpre vêtue et moi bardé de fer. Sous mon épée − alors − plus prompte que l'éclair, Crânes fendus, les dos troués, les yeux stupides, Tombaient les nains félons et les géants cupides. Moréas, Les Cantilènes,1886, p. 127.
3. L'homme qui creuse sa couronne Allume un brasier dans la cloche, Un beau brasier-nid-de-fourmis. Et le guerrier bardé de fer Que l'on fait rôtir à la broche Apprend l'amour et la musique. Éluard, Capitale de la douleur,1926, p. 66.
Rem. Noter le jeu de mot de l'ex. 3 où bardé évoque le sens de barder « garnir une viande, une volaille, un gibier, de bardes de lard ».
C.− P. métaph. ou au fig.
1. [En parlant d'une pers.] Solidement protégé par; garni, pourvu avec abondance de...
a) [Le compl. prép. est un subst. concr.] :
4. J'ai rencontré, chez le prince, Ch. His. en grand sautoir de commandeur, l'Auxerrois, mon ancien camarade, bardé d'ordres turcs; ... E. Delacroix, Journal 1,1852, p. 191.
5. Tout conspirait donc pour la fortune du petit journal. (...) Le produit de ses annonces suffit à faire ses rédacteurs gras comme des chanoines et bardés de louis. E. et J. de Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 25.
b) [Le compl. prép. est un subst. abstr.] :
6. D'Aubigné était une copie de ces jeunes grands seigneurs dont les derniers sont morts de vieillesse sous Charles X, vieillards bien bardés de prétentions ridicules et débitant des maximes cruelles que, par bonheur, ils n'avaient pas la force d'appliquer. Stendhal, Lamiel,1842, p. 179.
7. ... de bonnes gens hérissés de politesse, bardés de civilité − tout autre chose que les jeunes aristocrates qui se laissent coudoyer dans l'étroite boutique de Lock, tandis qu'ils attendent, debout, qu'on ait repassé leur chapeau. Larbaud, A. O. Barnabooth,1913, p. 290.
8. Dix précautions valent mieux qu'une, pensent ces inquiets souscripteurs de polices successives, et ils marchent au réel si bardés de garanties qu'ils périront cloués sur place dans leur trop lourde armure, comme périrent les chevaliers d'Azincourt sous la première manœuvre moderne. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 438.
2. [En parlant d'une chose]
a) Environné, entouré de... :
9. C'était la « bodéga ». Des Esseintes s'égara dans une grande salle qui s'allongeait, en couloir, soutenue par des piliers de fonte, bardée, de chaque côté de ses murs, de hautes futailles posées tout debout sur des chantiers. Huysmans, À rebours,1884, p. 174.
b) Lourdement chargé :
10. Nous mangeons à déjeuner un bifteck d'hippopotame, fort bon ma foi! Puis nous repartons dans les baleinières bardées de chair. L'odeur est infecte; ... Gide, Le Retour du Tchad,1928, p. 905.
Emploi abs. Recouvert de métal :
11. ... et il pleurait, les mains jointes contre la lourde porte romane, bardée, cloutée, percée d'un judas; ... Adam, L'Enfant d'Austerlitz,1902, p. 436.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 116.

Wiktionnaire

Adjectif

bardé \baʁ.de\

  1. (Architecture) Qualifie un élément de construction muni d’un bardage.
    • Arrivée au milieu du lotissement en question, les modestes maisons lui parurent des plus classiques, une sorte de petit pavillon sur deux étages à la façade bardée de cannexel posé au cœur d'autres bâtiments en tous points semblables. — (L'espèce Schengen Livre 1 : Parallèles et bipèdes, Melvil Roume, 2012, consultable sur GoogleBooks)
  2. (Héraldique) Se dit d'un cheval utilisé comme meuble dans les armoiries et représenté avec tout son harnachement.
    • D'azur au cavalier contourné d'argent armé, casqué et cuirassé du même, tenant de sa main dextre une lance pavillonnée de sinople, au cheval d'or, bardé et cuirassé aussi d'argent, qui est de Hiermont dans la Somme → voir illustration « cheval bardé »

Forme de verbe

bardé \baʁ.de\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe barder.
  2. Entouré de quelque chose.
    • Son bras, bardé de fer, lui fut pourtant tranché.
    • Et, à droite, ce gentilhomme tout bardé de fer, sur un cheval qui se cabre, est son petit-fils Louis de Brézé. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BARDER. v. tr.
Charger sur un bard. Barder du bois, du fumier. Barder des briques.

Littré (1872-1877)

BARDÉ (bar-dé, dée) part. passé de barder 1
  • Porté sur un bard. Les pierres ayant été bardées.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bardé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bardé barde

Citations contenant le mot « bardé »

  • Méfiez-vous des gens bardés de diplômes, ce sont, statistiquement, les plus lâches. De Frédéric Beigbeder / Mémoires d’un jeune homme dérangé

Traductions du mot « bardé »

Langue Traduction
Anglais bard
Espagnol bardo
Italien bardo
Allemand barde
Chinois 诗人
Arabe الشاعر
Portugais bardo
Russe бард
Japonais バード
Basque bardo
Corse bardu
Source : Google Translate API

Antonymes de « bardé »

Bardé

Retour au sommaire ➦

Partager