La langue française

Bakhtinienne

Phonétique du mot « bakhtinienne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bakhtinienne baktɛ̃jɛ̃n

Évolution historique de l’usage du mot « bakhtinienne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bakhtinienne »

  • 4Le principal mérite de la préface de P. Sériot et de l’ouvrage de J.‑P. Bronckart et Cr. Brota est de montrer que le succès de la thèse de l’omni-paternité et l’héroïsation de la figure intellectuelle et humaine de Bakhtine n’auraient pas pu être possibles l’un sans l’autre. D’une part, la conviction que Bakhtine était un penseur de premier rang a permis d’accréditer la thèse d’une paternité bakhtinienne des ouvrages signés par Volochinov et Medvedev. D’autre part, l’inclusion de ces textes dans le corpus des œuvres de Bakhtine a considérablement augmenté le prestige du théoricien russe, aussi bien sur le plan intellectuel que moral. C’est en effet dans les textes disputés qu’on trouve une première élaboration des notions qui ont fait la gloire de Bakhtine auprès des spécialistes de la littérature : la polyphonie, le dialogisme, la responsivité, les genres du discours. De plus, la légende d’un maître qui aurait laissé à ses jeunes élèves les droits d’auteur sur ses œuvres a largement contribué à diffuser l’image d’un Bakhtine dévoué à ses amis, désintéressé de la publication et insoucieux de sa gloire personnelle. , Bakhtine & sa critique : enjeux de paternité, enjeux d’autorité (Acta Fabula)
  • A partir de la théorie bakhtinienne (1993), on peut définir le roman comme une chambre d’échos, une caisse de résonnances, qui laisse entendre les différents discours sociaux qui environnent son auteur ; ou plutôt il est un espace de jeu pour l’écrivain qui orchestre la symphonie de ces discours pour s’en jouer ou s’en défier. Le roman francophone, dès lors, doit-il se comprendre comme ce fameux miroir que le narrateur stendhalien promène le long du chemin ? Justement, toute la question semble bien résider dans le chemin pour le roman francophone. , Penser le roman francophone contemporain (Paris)
  • Il est clair que le débat a été depuis toujours entre une littérature du dehors et une littérature du dedans, les marxistes, derniers en date de la théorie du reflet et de leur préalable idéologique-dénoncé par Sartre dans Questions de Méthode-, des formalistes russes ou de leurs homologues français structuralistes de surcroit, ayant cédé à la tentation du démon de la forme qui fascine selon un Derrida clairvoyant, qui, en 1967 a déjà mis en garde dans les préambules de l’Ecriture et la Différence, contre les restrictions graves du structuralisme à vouloir penser le sens dans la forme. Ce rêve de Totalité ne se détourne pas seulement du réel et du monde, mais de la force elle-même qui fait toute la complexité du signifié et il va à l’encontre de l’esthétique bakhtinienne fondée sur un dialogisme fécond avec la société, l’histoire et le monde. La fin de la représentation et la mort de l’auteur n’étaient qu’une illusion et une restriction du champ humaniste de l’altérité car le « je » n’est pas un autre aspect du moi selon la formule rimbaldienne, mais tous les autres et les discours étrangers qui viennent nourrir l’imagination artistique. , Littérature(s) et Représentation(s) (Guelma, Algérie)
  • Une conception courante privilégie la dimension axiologique et la visée pragmatique, en identifiant souvent la voix satirique à celle de l'auteur, et en réduisant la polymorphie à un catalogue de supports. La critique anglo-saxonne, dans le sillage de Frye et de la réflexion bakhtinienne sur la ménippée et le dialogisme, a tenté de dresser une poétique de la satire comme mode de représentation et de conceptualiser sa confusion interne, son ambiguïté et son caractère protéen au sein d'une esthétique propre. Ces travaux ont ouvert la possibilité d'analyser le mode satirique dans des oeuvres qui semblent échapper à toute saisie conceptuelle ou qui ne sont pas nécessairement considérées d'emblée comme des satires. , La satire litteraire depuis la révolution
  • Très brièvement, j'ai cherché à montrer que dans les romans de transfuges abordés ici, la question bakhtinienne de la guerre des langages se pose en permanence, non seulement dans la thématique des dialogues entre personnages, mais également dans la langue narrative même, truffée d'effets de plurivocalisme social conflictuel[24]. Alors que chez Vallès, Calet, Cherpillod ou Nessi, ce plurivocalisme engage une critique de la phraséologie bourgeoise, chez Annie Ernaux il se décrit lui-même, faisant apparaître les limites inhérentes à chaque langage social, qu'il soit populaire ou scolaire. Dans le récent «roman» d'Édouard Louis, enfin, prisonnier d'un argumentaire misérabiliste dénué de réflexivité, l'effet polyphonique glisse vers une caricature du parler populaire présenté sur le seul mode de l'aliénation et du manque. , Fabula, Atelier littéraire : Transfuge social

Traductions du mot « bakhtinienne »

Langue Traduction
Anglais bakhtinian
Espagnol bakhtinian
Italien bachtiniano
Allemand bakhtinian
Chinois 巴赫丁语
Arabe باختينيان
Portugais bakhtiniano
Russe бахтинский
Japonais バフティニア人
Basque bakhtinian
Corse bakhtiniana
Source : Google Translate API

Bakhtinienne

Retour au sommaire ➦

Partager