La langue française

Austrasienne

Sommaire

  • Définitions du mot austrasienne
  • Phonétique de « austrasienne »
  • Évolution historique de l’usage du mot « austrasienne »
  • Citations contenant le mot « austrasienne »
  • Traductions du mot « austrasienne »

Définitions du mot austrasienne

Trésor de la Langue Française informatisé

AUSTRASIEN, IENNE, adj.

HIST. Qui est relatif, qui appartient à l'Austrasie ou à ses habitants :
1. Il va peupler le monde avec des Lorrains qui seront le ferment de Dieu. C'est un conservatoire du vieil esprit austrasien qu'il veut créer sur la colline sainte, d'où partira une croisade continuelle pour la vraie science contre le rationalisme. Barrès, La Colline inspirée,1913, p. 95.
P. métaph. :
2. Un petit monde posé à l'Est comme un bastion du classicisme reçut son rôle d'une antiquité reculée : qu'il garde conscience de lui-même, au moins par ses meilleurs fils, et qu'en dépit de maladies de l'ensemble cette partie demeure capable de fournir des fruits austrasiens. Barrès, Leurs figures,1901, p. 324.
Emploi subst. Habitant de l'Austrasie ou natif de ce royaume :
3. Il paraît que de semblables dévastations eurent lieu au passage des Austrasiens sur la frontière septentrionale du royaume de Gonthramn, ... Thierry, Récits des temps mérovingiens,t. 2, 1840, p. 34.
ÉTYMOL. ET HIST. − Mil. xvies. adj. hist. Moy. Âge « d'Austrasie » (J. du Bellay, Poésies, éd. Courbet, t. 3, p. 439 d'apr. Vaganay ds Revue du XVIes., t. 8, p. 253 : la gloire Austrasienne De nom et foy Chrestienne Sur toutes reluira); 1578 subst. (Nicefore, Histoire ecclesiastique, trad. D. Hangart, 272 b, ibid.). Dér. de Austrasie « nom du royaume franc de l'Est (opposé à Neustrie) »; suff. -ien*; à rapprocher du b. lat. Austrasii « nom d'un peuple franc » (vies., Grégoire de Tours, Franc., 5, 14 ds TLL s.v., 1561, 73).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 37.
BBG. − Bach.-Dez. 1882.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

austrasienne \ɔs.tʁa.zjɛn\

  1. Féminin singulier de austrasien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « austrasienne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
austrasienne ostrasjɛ̃n

Évolution historique de l’usage du mot « austrasienne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « austrasienne »

  • De Thierry Ier à Childéric III, « déposé » en 751 par Pépin III, leurs rois s’appelaient Dagobert, Theodebert, Clotaire… et ne furent pas tous des rois fainéants incapables de mettre leur culotte à l’endroit, même s’ils finirent pas être supplantés par les « maires du palais », sorte de chefs du gouvernement dont Charles Martel est le représentant le plus connu. Sous leurs règnes, l’Austrasie développa une société hiérarchisée en fonction du statut social. « On est “pauvre “ou “puissant “, “homme illustre “ou “dame très excellente “», expliquent les historiens. Mais la société austrasienne paraît relativement apaisée. « Les armes sont partout », reconnaît Anaïs Boucher, « pour parer à toute éventualité, mais on ne vit pas dans une atmosphère de violence ». Une aristocratie riche et raffinée, progressivement convertie au christianisme, exerçait le pouvoir, tandis que prospéraient l’agriculture et l’artisanat. « Pour autant que l’on sache », insiste Anaïs Boucher, « les deux cent quarante années de l’Austrasie ne furent marquées par aucune famine ». Les familles riches étaient aussi ouvertes sur le vaste monde, avec lequel elles commerçaient volontiers. Loin, très loin, par la route de la soie ou les voies maritimes, via le port de Fos-sur-Mer dont elles s’étaient assuré le contrôle. On admire à Saint-Germain-en-Laye un bijou serti de grenats, dont l’analyse a révélé qu’ils ne pouvaient provenir que du Rajasthan, en Inde ! On importait aussi des esclaves, et l’on vendait des armes d’une grande qualité, la métallurgie étant un art où les Austrasiens excellaient. Jusqu’au jour où un roi plus perspicace que ses aïeux s’avisa qu’il n’était peut-être pas très judicieux d’équiper de potentiels ennemis… , Le Mag | L'Austrasie, ancêtre du Grand Est
  • Le territoire de souche des Carolingiens est celui des ancêtres de Pépin le Bref : de son grand-père, qui fut maire du palais royal d’Austrasie (Francs de l’Est), Pépin d’Herstal, lui-même petit-fils du maire du palais Pépin de Landen. Herstal et Landen sont les noms de possessions en Basse-Meuse – aujourd’hui en Belgique – de cette famille de l’aristocratie austrasienne, au départ de l’ascension carolingienne. La Croix, En Belgique, la naissance du roi Charlemagne et d’un mythe
  • En 575, Sigebert brise une nouvelle offensive de Chilpéric Ier. Il lance ses armées en direction de Paris, pénètre en Gaule, établit Brunehaut et son fils à Paris puis, longeant la seine, il s’empare de toutes les places jusqu’à Rouen. Chilpéric, coupé de ses arrières et ayant perdu son fils Théodebert, tué pendant la bataille de Paris, est contraint de se réfugier à Tournai, dans le nord de la Gaule. La cité est alors assiégée par les troupes austrasiennes et les aristocrates de Neustrie, soucieux de sauvegarder leurs titres et leurs possessions, demandent à Sigebert de devenir leur roi. Ainsi, en fin d’année 575, le roi d’Austrasie est élevé sur le pavois à Vitry-en-Artois, cette cérémonie consacrant de facto la déchéance de Chilpéric mais, Sigebert n’a pas le temps de savourer sa victoire puisqu’immédiatement après la cérémonie il est assassiné par des esclaves de Frédégonde. , La succession de Clotaire ou la faide royale
  • CAMBRÉSIS. La revue commence par un article d’Arnaud Gabet et Christine Duthoit sur une bataille complètement oubliée de nos jours : la bataille de Vinchy. Elle s’est tenue le 21 mars 717 aux Rues-des-Vignes, et vit s’opposer l’armée austrasienne de Charles Martel à l’armée neustrienne de Chilpéric II et Ragenfried. La Voix du Nord, PARUTION Cambrésis Terre d’Histoire: de la bataille de Vinchy aux karettes à kiens
  • Quant à la Bibliothèque nationale de Luxembourg, elle participera à cette exposition très européenne, pour ne pas dire « austrasienne », en présentant des fac-similés. , La boîte à archives du RL | Le retour de la bible de Charles le Chauve à Metz après 300 ans d'absence
  • En fait Charles Martel ne venait pas de nulle part. Il faut remonter à Saint Arnoul de Metz, maire du palais et fondateur de la dynastie des carolingiens, par le mariage de son fils Ansegisel avec une pippinide. http://fr.wikipedia.org/wiki/Arnoul_de_Metz C'était la fondation d'une dynastie chretienne (à l'époque où la plupart des germains étaient soit paiens (saxons) soit ariens (wisigoths) et austrasienne (contre les neustriens). Donc même si Charles Martel avait des qualités personnelles, son histoire est à resituer dans une dynamique beaucoup plus large. Amicalement Pascal Millet Bibliobs, Depuis quand Charles Martel est-il un héros de l'histoire de France ?
  • Dans l’histoire des Niebelungen, écrite en Allemagne à la fin du douzième siècle, ce mythe est bien changé. Tous les héros sont chrétiens et ont été identifiés avec des personnages historiques du quatrième, du cinquième et du sixième siècle. Gunther est localisé en Bourgogne, où nous savons qu’en 435 un Gundicarius ou Gundaharius fut roi ; c’est le même qui, selon Cassiodore, fut vaincu d’abord par Aétius, et ensuite par les Huns d’Attila. À cause de cela, Atli, frère de Brunhild et second mari de Gudrun (ou Krimhild) est identifié à Attila, le roi des Huns (453), et même le frère d’Attila, Bleda, devient Blodelin, le premier qui attaqua les Bourguignons et fut tué par Dankwart. D’autres personnages historiques sont entraînés dans le tourbillon de l’histoire populaire, personnages qui n’ont aucun précédent dans 1’Edda. Ainsi nous trouvons dans les Niebelungen Dietrich de Bern, le même que Théodoric le Grand (454-525), qui vainquit Odoacre à la bataille de Ravenne (la fameuse Rabenschlacht), et vécut à Vérone, en allemand Bern. On a reconnu également que Irenfried, le landgrave de Thuringe qui figure dans le poème, était Hermanfried, roi de Thuringe, marié à Amalaberge, nièce de Théodoric. La coïncidence la plus extraordinaire toutefois est celle de Sigurd, l’amant de Brunhild, identifié avec Sigebert, roi d’Austrasie, qui régnait de 561 à 575, qui fut marié à la fameuse Brunehaut, qui défit les Huns, et fut enfin assassiné, dans les circonstances les plus tragiques, par Frédégonde, la maîtresse de son frère Chilpéric. Cette coïncidence entre le mythe et l’histoire est si grande, que quelques critiques évhéméristes font dériver toute la légende des Niebelungen de l’histoire austrasienne, et font du meurtre de Sigebert par Frédégonde la base du meurtre de Sigfrid, ou Sigurd, par Brunhild. Mais il est plus facile de répondre à ces évhéméristes germains qu’aux anciens évhéméristes grecs ; nous trouvons, en effet, que Jornandès, dont l’histoire fut écrite au moins vingt ans avant la mort de l’Austrasien Sigebert. connaissait déjà la fille du mythique Sigurd, Swanhild, née, suivant l’Edda, après le meurtre de son père, et tuée ensuite par Jormunrekr, personnage que le poème a rendu historique sons le nom de Hermanicus, roi goth du quatrième siècle. , Max Müller - Essai de mythologie comparée (Deuxième partie) - Psychanalyse-Paris.com

Traductions du mot « austrasienne »

Langue Traduction
Anglais austrasian
Espagnol austrasiano
Italien austrasia
Allemand österreichisch
Chinois 奥地利人
Arabe النمساوي
Portugais austrasiano
Russe austrasian
Japonais オーストラリア人
Basque austrasian
Corse austrasianu
Source : Google Translate API
Partager