La langue française

Armoiries

Sommaire

  • Définitions du mot armoiries
  • Étymologie de « armoiries »
  • Phonétique de « armoiries »
  • Évolution historique de l’usage du mot « armoiries »
  • Citations contenant le mot « armoiries »
  • Traductions du mot « armoiries »
  • Synonymes de « armoiries »

Définitions du mot « armoiries »

Trésor de la Langue Française informatisé

ARMOIRIES, subst. fém. plur.

HÉRALD. Ensemble des emblèmes consacrés par l'art héraldique et constitués par des signes en couleur, distinctifs et symboliques, attribués à des familles nobles des villes, des peuples, des corporations, etc. plus rarement à des individus :
1. La compagnie s'est un peu calmée lorsque le comte de Versterbourg a dit que le Président était allié aux plus grandes maisons de la Cour; mais la satisfaction a été complette lorsqu'il a ajouté que la qualité de Président donnait le droit de mettre sur ses armoiries un manteau pareil à celui des ducs, et que l'écusson de la Duchesse conserverait ce brillant attribut. Sénac de Meilhan, L'Émigré,1797, p. 1834.
2. Ce splendide costume, où se jouait la lumière, semblait glacé de flamme à tous ses plis. L'homme qui le portait avait sur la poitrine ses armoiries brodées de vives couleurs : un chevron accompagné en pointe d'un daim passant. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 486.
3. ... à l'instar des nobles elles avaient leurs armoiries : celle-ci, d'azur à l'aigle d'or, bordées de sinople et papillonnées d'argent; celle-là, de vair, semées de coupes d'or; cette autre, d'or, semées d'aigles noires; cette autre encore, de vair, frétées de campanelles; ... Faral, La Vie quotidienne au temps de saint Louis,1942, p. 63.
4. M. Rezeau, depuis quelque temps, est tout à fait mordu pour la science de D'Hozier. Exactement depuis qu'il a découvert que nous descendions des barons De Cherbaye et de cette autre famille qui portait le nom curieux de De Tanton et avait droit à ces prodigieuses armoiries : d'azur à deux fleurs de lis et demie. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 143.
Rem. Armoiries désigne proprement les signes héraldiques peints sur les armes, c'est-à-dire sur le bouclier, l'écu, la cote d'armes. Puis il désigne les emblèmes figurés sur un écu symbolique (écu armorial), de là l'emploi du mot armes dans le sens d'armoiries. Armoiries convient seul, quand on parle de ces signes en général. Le mot armes convient mieux quand il s'agit d'armoiries particulières (d'apr. Sardou 1877). Par ailleurs ,,il est sensible que le mot armes ne doit pas être employé dans le sens d'armoiries, toutes les fois qu'il formerait équivoque. Ainsi le blason est la science des armoiries et non celle des armes : en général, armoiries est le mot propre de la science; armes, celui de l'usage commun.`` (Guizot 1864).
PRONONC. ET ORTH. : [aʀmwaʀi]. Passy 1914 note une durée mi-longue pour la 2esyllabe du mot. Littré signale que ,,La véritable orthographe serait armoierie, qui vient de l'ancien verbe armoier, signifiant faire la guerre et armorier.``
ÉTYMOL. ET HIST. − Av. 1304 sing. « ensemble des armes peintes aux emblèmes du porteur » (Ciperis, Richel. 1637, fo68 rods Gdf. : Se mandes ad ce prince journee arrengnie D'un chevalier armé de toute armoierie); xives. plur. « id. » (J. Froissart, Chron., I, 473 ds Gdf. Compl. : Et resplendissoit li solaux en ces armoiriez, tant que c'estoit grans depors de l'imaginer et veoir). Dér. de l'a. fr. armoyer (armorier*); suff. -erie*; v. aussi armoirié.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 203. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 358, b) 508; xxes. : a) 212, b) 157.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Blanche 1857. − Bouillet 1859. − Chabat t. 1 1875. − Gay t. 1 1967 [1887]. − Laborde 1872. − Leloir 1961. − Lep. 1948. − Le Roux 1752. − Noter-Léc. 1912. − Pissot 1803. − Plais.-Caill. 1958. − Spr. 1967. − St-Edme t. 1 1824. − Viollet 1875.

Wiktionnaire

Nom commun

armoiries \aʁ.mwa.ʁi\ féminin au pluriel uniquement

  1. (Héraldique) Ensemble des signes héraldiques qui figurent sur l’écu d’une ville, d’une famille, une confrérie, une personne, etc.. Les armoiries s’inscrivent dans le cadre d’un blason (ensemble des règles de constitution des armoiries).
    • Ce drapeau ne portait aucun emblème indiquant la naissance et le rang du défunt ; car les armoiries, qui étaient encore une nouveauté parmi les chevaliers normands eux-mêmes, étaient totalement inconnues aux Saxons. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Non, la gloire, noblesse dont les armoiries ne se vendirent jamais, n’est pas la savonnette à vilain qui s’achète, au prix du tarif, dans la boutique d’un journaliste ! — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Le 20 juin 1790 furent abolis non-seulement ces titres, mais encore les armoiries, les livrées, les ordres de chevalerie, tous les hochets de la vanité. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
  2. Symbole d'une ascendance noble, bien que l’étude historique des armoiries contredise une quelconque prérogative nobiliaire.
    • Par malchance, Mlle Francou ne prêtait qu'à court terme, et rien sur les armoiries. — (Angelo Rinaldi, L'éducation de l'oubli, Denoël, 1974, p. 217)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARMOIRIES. n. f. pl.
Synonyme d'ARMES, en termes de Blason. Faire peindre, sculpter ses armoiries.

Littré (1872-1877)

ARMOIRIES (ar-moi-rie) s. f. plur.
  • En termes de blason, signes symboliques qui distinguent les personnes, les familles, les peuples, les villes, etc.

SYNONYME

ARMOIRIES, ARMES. Armes, quand il a le sens de signes symboliques, est synonyme d'armoiries ; mais c'est un sens détourné ; au lieu qu'armoiries est le mot direct. Aussi on se gardera de substituer armes à armoiries, toutes les fois que quelque doute pourra exister sur le sens. Ainsi on dira : Le blason est la science des armoiries ; et non, ce qui aurait une signification toute différente : la science des armes.

HISTORIQUE

XVe s. Enrichi de entailleures, paintures, armoiries, et autres menueries plaisans à l'ueil, Chartier, Quadrilogue.

XVIe s. Il fist mettre les armairies de tous les deux aux verrieres des salles, Carloix, III, 23. Comme les criminels poursuivis ont recours aux autels et sepulchres des morts, ainsi ceux-cy, destitués de tout merite, ont recours à la memoire et armoiries de leurs majeurs, Charron, Sagesse, I, 61.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ARMOIRIES, s. m. pl. (Blason.) marques de noblesse & de dignité, composées régulierement de certaines figures & d’émaux, données ou autorisées par les Souverains, pour la distinction des personnes & des maisons. On les nomme armoiries, parce qu’on les portoit principalement sur le bouclier, sur la cuirasse, & sur les bannieres ; & qu’elles ont pris leur origine des armes. Les plus belles armoiries, selon l’art, & les plus belles à voir, sont les moins chargées, & celles dont les figures sont faites de simples traits, comme les partitions, & les pieces honorables. Il n’y a que quatre couleurs & deux émaux qui entrent dans les armoiries. Ce mot vient d’armure, à cause qu’on peignoit autrefois sur les écus, les casques, & les cottes d’armes des Chevaliers, les marques qu’ils avoient prises pour se distinguer les uns des autres, tant à la guerre, que dans les tournois. Voyez Tournois.

Les savans ne sont point d’accord sur l’origine des armoiries. Favyn prétend qu’elles ont été dès le commencement du monde ; Segoin, du tems des enfans de Noé ; d’autres, du tems d’Osiris, ce qui est appuyé par quelques passages de Diodore de Sicile ; d’autres, du tems des Hébreux, parce qu’on a donné des armes à Moyse, à Josué, aux douze tribus, à Esther, à David, à Judith, &c. & d’autres, dès les tems héroïques, & sous l’empire des Assyriens, des Medes, & des Perses, s’appuyant sur Philostrate, Xenophon & Quinte-Curse. Quelques-uns prétendent qu’Alexandre régla les armoiries & l’usage du Blason. Le P. Monet veut qu’elles ayent commencé sous l’empire d’Auguste ; d’autres, pendant les inondations des Goths ; & d’autres, sous l’empire de Charlemagne. Chorier, dans son Hist. du Dauphiné, tome I. pag. 97. remarque que les tires étoient les boucliers des Gaulois, qui les couvroient entierement ; que chaque soldat y faisoit peindre quelque marque qui lui étoit propre, & par la vûe de laquelle il pouvoit être reconnu entre ses compagnons : il cite sur cela Pausanias, qui le dit en effet ; & c’est-là, selon Chorier, l’origine des armes des familles nobles. Il dit ailleurs qu’il y auroit de l’ignorance à croire que les Romains ayent entierement manqué d’armoiries ; mais qu’il n’y en auroit guere moins à soûtenir qu’ils en ayent eu de propres à chaque famille. Spelman dit que ce sont les Saxons, les Danois & les Normands, qui les ont apportées du Nord en Angleterre, & de-là en France. Il est certain que de tems immémorial, il y a eu parmi les hommes les marques symboliques pour se distinguer dans les armées, & qu’on en a fait des ornemens de boucliers & d’enseignes : mais ces marques ont été prises indifféremment pour devises, emblèmes, hyéroglyphes, &c. & ce n’étoient point des armoiries comme les nôtres, qui sont des marques héréditaires de la noblesse d’une maison, réglées selon l’art du Blason, & accordées ou approuvées par les Souverains. Ainsi, avant Marius, l’aigle n’étoit point l’enseigne perpétuelle du général des Romains ; ils portoient indifféremment dans leurs étendarts, ou un loup, ou un léopard, ou un aigle, selon le choix de celui qui commandoit. On remarque la même diversité à l’égard des François ; ce qui fait que les auteurs sont partagés lorsqu’ils parlent des armoiries de France.

Il n’y avoit originairement que les seules nobles qui eussent le droit d’avoir des armoiries : mais Charles V. par sa charte de l’an 1371, ayant annobli les Parisiens, il leur permit de porter des armoiries ; & sur cet exemple, les bourgeois les plus notables des autres villes en prirent aussi. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « armoiries »

(Date à préciser) Du verbe en ancien français armoier, armoyer (« combattre ») (v. 1180) qui avait pris au XIVe siècle (1381) le sens de « garnir (un écu) des figures du blason », d’après une des valeurs figurées d’arme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

La véritable orthographe serait armoierie, qui vient de l'ancien verbe armoier, signifiant faire la guerre et armorier (voy. l'historique de ARMORIER). Les armoiries ont été ainsi nommées parce qu'elles se peignaient sur les armes, sur le bouclier ou écu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « armoiries »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
armoiries armwari

Évolution historique de l’usage du mot « armoiries »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « armoiries »

  • Plusieurs fois par an, les marins-pompiers de la ville de Marseille affichent les armoiries de la ville sur l'Hôtel de la Préfecture. Ce dimanche 7 juin, c'est pour la journée nationale d'hommage aux morts pour la France en Indochine. Cérémonie qui aura lieu demain. Cette année, elle devrait se dérouler à huis clos en raison du contexte sanitaire www.maritima.info, Marseille - Vie des communes - Marseille : Les marins-pompiers affichent les armoiries de la ville sur l'Hôtel de la Préfecture - Maritima.Info
  • La gravité de la célébration de ces événements, et les restrictions sanitaires, n’ont pas empêché les gestes de convivialité entre les délégations et les familles de déportés. Le Président allemand a offert au Maire de Murat les armoiries de la ville de Brême en échange d’un livre de photos de Pierre Soissons et invité les Muratais à venir visiter la belle cité libre et hanséatique de Brême, à l’instar du Maire de Murat qui, en Allemagne, ne manque pas une occasion de promouvoir son territoire. , Cantal. Des cérémonies à Murat sous le signe de la réconciliation franco-allemande  | Actu Cantal
  • Club emblématique du paysage footballistique allemand, le VfL Wolfsbourg se distingue depuis quelques années déjà grâce à son maillot. Désormais vert fluo en lieu et place du mélange de noir et de vert de la saison dernière, le maillot domicile 2020-2021 se démarque par la présence d’une teinte plus claire et par un X plus large. Imaginé sous un motif « rayon laser » l’an dernier, ce graphisme propre au VfL Wolfsbourg est également accompagné par un dégradé de liserés sur l’ensemble de la face avant. À l’intérieur du cou, on retrouve les armoiries de la ville de Wolfsbourg comme c’était déjà le cas sur les tenues précédentes. C’est ce maillot qui sera notamment porté face au Bayern Munich. footpack., Nike et le VfL Wolfsbourg dévoilent les maillots 2020-2021
  • Le fronton de la mairie, qui portait avant les armoiries d’Auxerre, a, lui, été refait pour qu’y figure la mention de son usage : "Hôtel de Ville". Une mention d’autant plus nécessaire que le bâtiment semble petit pour une ville-préfecture, de plus de 30.000 habitants. www.lyonne.fr, Alors que se décidera demain l’avenir de la Ville d'Auxerre, on vous raconte le passé de son hôtel - Auxerre (89000)

Traductions du mot « armoiries »

Langue Traduction
Anglais coat of arms
Espagnol escudo de armas
Italien stemma
Allemand wappen
Chinois 徽章
Arabe معطف الاذرع
Portugais brazão
Russe герб
Japonais 紋章
Basque armarria
Corse stemma
Source : Google Translate API

Synonymes de « armoiries »

Source : synonymes de armoiries sur lebonsynonyme.fr
Partager