La langue française

Antiochienne

Définitions du mot « antiochienne »

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

antiochienne

  1. Féminin singulier de antiochien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « antiochienne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
antiochienne ɑ̃tjɔʃjɛ̃n

Évolution historique de l’usage du mot « antiochienne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « antiochienne »

  • Le saint synode de la plus importante Église orthodoxe a appuyé lundi 13 juin la demande des Église bulgare, serbe, géorgienne et antiochienne de reporter le « saint et grand concile » qui doit se tenir en Crète du 19 au 26 juin. La Croix, La Russie ne participera pas au concile panorthodoxe
  • Eglise syriaque orthodoxe antiochienne. À peine a-t-on prononcé son nom que l’on a déjà parcouru l’oratoire qui abrite deux messes mensuelles (1). Un lieu de culte discret logé dans une bâtisse voisine de l’église romane de Jauldes. Une simple indication sur la porte rappelle son existence et les rendez-vous des fidèles. CharenteLibre.fr, La messe comme à la maison à Jauldes - Charente Libre.fr
  • L'avocat Carol Saba, par ailleurs responsable de la communication de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France, a témoigné sur Radio Notre-Dame dimanche 5 juillet avoir été présent dans la délégation antiochienne lors de l'accord conclu au siège du ministère grec des affaires étrangères, en présence du ministre et du représentant du Patriarcat œcuménique de Constantinople, le métropolite Jean de Pergame. La Croix, Le Patriarcat orthodoxe d’Antioche rompt la communion avec le Patriarcat de Jérusalem
  • Il aura fallu, aussi et surtout, quelque chose de l’ordre de la prédestination, une Providence à l’œuvre, pour que se réalise le rêve de Mgr Gemayel, universitaire et historien destiné à être un « bâtisseur » puisqu’il est arrivé à Paris sans autres moyens ni outils que sa foi, sa persévérance, son affabilité et sa capacité à réveiller chez les 100 000 maronites de France le désir de renouer avec leur identité antiochienne. De la « villa des Cèdres » devenue « Beit-Maroun » à Meudon, siège de son éparchie, à l’église Saint-Sauveur qu’il a reconsacrée, Mgr Maroun-Nasser Gemayel trace un chemin chargé de symboles, celui d’un pasteur qui non seulement regroupe une communauté de plus en plus structurée en France, avec ses scouts, ses guides, ses paroisses, sa chorale, ses associations, mais l’engage aussi dans une dynamique quasi missionnaire. La nouvelle paroisse du Saint-Sauveur sera certes mise au service des fidèles maronites des communes d’Issy-les-Moulineaux, de Vanves, de Montrouge, de Malakoff, de Chatillon, de Bagneux, de Clamart, des XIVe et XVe arrondissements de Paris, mais, comme il l’a souligné aussi, « elle préservera l’identité de ceux et celles qui partagent la même foi, ou qui cherchent à rencontrer le Seigneur (…). Je souhaite que son rayonnement culturel et patrimonial illumine le quotidien des nombreux fidèles, touristes ou pèlerins, qui ne manqueront pas de venir l’admirer et y prier.  La spécificité des églises orientalesLa diaspora est devenue » l’expansion «, suivant le terme adopté durant son synode par l’Église maronite (juin 2003-2006), synode auquel Mgr Gemayel a activement participé, et c’est ce terme qu’il a soigneusement utilisé durant son homélie. L’évêque maronite de France, qui a pris pour devise » Authenticité et mission «, n’oublie pas que ses ouailles maronites sont françaises aussi, et des fidèles catholiques relevant souvent de leurs paroisses latines dans leurs quartiers respectifs. Aussi a-t-il prié pour que » Dieu vous aide à faire grandir vos enfants dans un parfait équilibre entre l’insertion dans la société française et l’attachement à nos valeurs d’Orientaux chrétiens. Vous êtes les piliers de l’Église maronite en France et vous êtes les pierres vivantes de cette paroisse «, a-t-il ajouté.L’Église catholique d’Issy-les-Moulineaux ne s’y est pas trompée, puisque son site annonce la » bienvenue à nos frères maronites « et manifeste sa » joie d’accueillir en notre ville et si proche de nous ces frères et sœurs avec lesquels nous sommes en pleine communion «. Depuis Vatican II, ce processus de reconnaissance de la spécificité des Églises orientales et de leur liturgie est en marche. Le 27 janvier 2018, en l’église Saint-Sauveur, » l’unité de l’Église dans la diversité « y a trouvé sa pleine expression.Médailles de reconnaissanceÀ l’issue de la célébration liturgique, Mgr Gemayel a remis une médaille de reconnaissance à des personnes ayant rendu de grands services au Liban et à la communauté libanaise de France, parmi lesquels le donateur Bernard Azzi, le maire d’Issy-les-Moulineaux André Santini, les ambassadeurs de France René Ala, Bernard Emié et Philippe Lecourtier, Najwa Bassil Pietton, en mémoire de son époux feu l’ambassadeur Denis Pietton, le maire du 5e arrondissement de Paris où se trouve Notre-Dame du Liban, Florence Berthout, le maire du 6e arrondissement de Paris, Jean-Pierre Lecoq, le sous-préfet d’Antony et de Boulogne-Billancourt, Philippe Maffre, Frédérique Deniau, le curé de la paroisse St-Benoît à Issy, Christophe Witko. L’évêque a également adressé ses remerciements chaleureux au comité de pilotage de la cérémonie, dirigé par Kinda-Marie Élias, et au dévouement de ses membres.La cérémonie a été suivie d’un vin d’honneur et d’un banquet, pour marquer l’importance du sentiment de fraternité entre les membres d’une même paroisse qui partagent ensemble les moments importants de leur vie: baptêmes, mariages, funérailles. Comme le souligne Mgr Gemayel, » une église que l’on consacre est une église vivante ». L'Orient-Le Jour, Une chapelle du XIXe siècle à Issy-les-Moulineaux acquise par le diocèse maronite de France - L'Orient-Le Jour
  • II - Aujourd'hui, l'Église maronite peut-elle encore sauver son âme ?La crise identitaire qui secoue le monde entier nous touche en profondeur. L'invasion barbare secoue de nouveau les fondations premières de notre Église au Liban. Les trahisons de soi-même se multiplient, les rancunes se répandent, pourtant, la sirène d'alerte raisonne continuellement. La menace vient aussi de cet éparpillement dans des cultures diverses. L'âme des maronites est capable de s'intégrer à tel point qu'elle se dilue dans les tissus des sociétés vivantes. Dans tous les cas, la question demeure, si l'Église maronite peut sauver son âme et comment ? Notre réponse prend racine dans l'Évangile à la méthode antiochienne dans laquelle sont ancrées sa théologie et sa tradition. Dans l'évangile de Matthieu, chapitre 10, verset 28, le Seigneur dit « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne. » Ici, cette parole de vie nous indique toute une théologie concrète incarnée pour notre Église et pour la survie de l'âme maronite. Il s'agit clairement de s'enrichir d'un des dons de l'Esprit Saint qui est le courage. D'autre part, nous sommes appelés à honorer parfaitement Celui qui tient le destin de l'âme par sa main. Deuxièmement, la Bible nous offre aussi une inspiration à laquelle l'Église peut se baser pour ressusciter son âme. Dans le Livre des proverbes, nous pouvons lire : « L'âme du paresseux a des désirs qu'il ne peut satisfaire ; mais l'âme des hommes diligents sera rassasiée. » Cette leçon demeure incontournable pour notre société d'aujourd'hui, pour la construction des civilisations, comme une méthode d'éducation pour les jeunes et surtout pour nous comme un radeau de sauvetage.Pour conclure, nous sommes une petite Église en marche, sous la direction d'une âme « céleste » qui ne cesse de nous soutenir et de nous diriger, à travers les vicissitudes de l'histoire et les tragédies humaines, vers la Vie et la Vérité. Une simple voie nous est proposée par Jésus lui-même : « Par votre persévérance, vous sauverez vos âmes » (Luc 21/19). La meilleure méthode réside alors dans ce mot clé « persévérer ». Cette voie se révèle plus clairement par d'autres attitudes, la loyauté, la fidélité, la véracité et la profondeur. L'Orient-Le Jour, Saint Maron, un grand directeur d’âmes - L'Orient-Le Jour

Traductions du mot « antiochienne »

Langue Traduction
Anglais antiochene
Espagnol antioquena
Italien antiocheno
Portugais antioquena
Source : Google Translate API

Synonymes de « antiochienne »

Source : synonymes de antiochienne sur lebonsynonyme.fr

Antiochienne

Retour au sommaire ➦

Partager