La langue française

Amiraux

Définitions du mot « amiraux »

Trésor de la Langue Française informatisé

AMIRAL1, AUX, subst. masc.

A.− Grade le plus élevé dans la marine de guerre :
1. ... je reçus une invitation signée du nom d'un comte jadis célèbre et dont la famille avait donné des ministres aux rois de France, des évêques au clergé et des amiraux à notre Marine nationale. Bref, un insigne personnage et qui me priait en termes excellents de bien vouloir me rendre chez lui pour parler du passé... L.-P. Fargue, Le piéton de Paris,1939, p. 247.
2. Il était évident que les Anglo-saxons étaient en train d'élaborer le plan d'une vaste opération sur le théâtre occidental. Le général Marschal, chef d'État-major de l'armée américaine, et l'amiral King, commandant en chef de la flotte de l'Atlantique, avaient séjourné à Londres au mois de mai en évitant de me voir. Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre,L'Appel, 1954, p. 207.
Titre donné aux amiraux, contre-amiraux, vice-amiraux.
Rem. Selon Le Clère 1960, on écrit Monsieur l'Amiral, Monsieur le Vice-Amiral d'Escadre x; dans la langue parlée, on dit Amiral pour Amiral, Vice-Amiral, etc., non précédé de Monsieur ou de mon; cf. aussi Amirale subst. fém., réduction de Madame l'Amirale, titre de la femme d'un amiral.
Amiral de la Flotte. ,,Titre assumé par l'Amiral chef d'État-major de la marine française en juin 1939.`` (Gruss 1952).
B.− Dignité équivalente à celle de Maréchal de France.
En partic., HIST. Grand Amiral, Grand-Amiral, Grand-Amiral de France ,,Dignité de la Couronne. (...) Chef de toute la Marine (guerre et commerce)`` (Gruss 1952); Amiral de France ,,Dignité correspondant à celle de Maréchal de France, mais qui n'a pas été rétablie comme cette dernière l'a été en 1916.`` (Gruss 1952) :
3. Cependant les principaux seigneurs du Parlement et du Conseil s'empressèrent à venir le voir, l'assurant que tout irait bien, et qu'il serait vengé d'une injure qui touchait à l'honneur de la Couronne. L'Amiral de France, le sire de Coucy, le sire de Saint-Pol, lui conseillèrent de se retirer dans son château de Montlhéry et de les laisser conduire cette affaire. P. de Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 1, 1821-1824, p. 371.
4. À Madrid, je me rappelle, le coup des obsèques du Grand Amiral, qu'est-ce que j'ai pu rigoler... J. Audiberti, Le Mal court,1947, III, p. 182.
Rem. En sc. naturelles, le mot désigne : a) un papillon qui est une variété de vanesse (cf. H. Coupin, Animaux de nos pays, dict. pratique, 1909, p. 267), b) un ,,oiseau d'une espèce rare et énorme, ayant sur ses longues pennes les trois étoiles dessinées en noir`` (P. Loti, Mon frère Yves, 1883, p. 78), c) une coquille de la classe des gastéropodes (cf. Privat-Foc. 1870).
Prononc. ET ORTH. : [amiʀal], masc. plur. [amiʀo]. Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 1 1787 signalent une forme anc. admiral.
Étymol. ET HIST. − 1. Vers 1100 a. fr. amiralt « émir chez les Sarrazins » (Ch. de Rol., éd. Bédier, vers 1503 : En Val Metas li dunat uns diables, Si li tramist li amiralz Galafes); 1200 a.fr. m.fr. amiral (J. Bodel, Jeu de Saint Nicolas, éd. Jeanroy, vers 315 : Mahom saut l'amiral del Coine, De par le roy qui sans essoigne Li mande qu'en s'aïe viegne!); 2. av. 1212 amiral « chef de flotte » (Villehardouin, Chron., 476 ds Quem. t. 1 1959 : Et lors li vint une novele que Esturiens qui ere amirals des galies Toldre d'Ascre ere entrez a X et XII galies en Boque d'Avie, el Braz sain George). Empr. à l'ar. amīr al-' ālī « très grand chef » (EWFS2, FEW t. 19, s.v. amīr, Brüch, Z. rom. Philol. t. 42, pp. 226-227) et non de l'ar. amīr-al-(bahr) « commandant de la mer » (Dauzat 1968) ou amīr-ar-rahl « commandant de la flotte » (Lok. 1927), en raison du sens des premières attest. Le sens 2 est apparu d'abord à la cour normande de Sicile, et de là en France (voir FEW, loc. cit.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 976. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 2 097, b) 721; xxes. : a) 544, b) 1 646.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Arv. 1963, pp. 281-282. − Bach.-Dez. 1882. − Blanche 1857. − Bouillet 1859. − Esn. 1966. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 214, 298. − Gruss 1952. − Jal 1848. − Jossier 1881. − Kemna 1901, pp. 57-59. − La Rue 1954. − Lasnet 1970. − Le Clère 1960. − Leloir 1961. − Lep. 1948. − Mét. 1955. − Mont. 1967. − Pissot 1803. − Privat-Foc. 1870. − Spr. 1967. − Will. 1831.

AMIRAL2, ALE, AUX, adj.

A.− Emploi adj. Navire amiral, vaisseau amiral, navire, vaisseau à bord duquel un amiral exerce son commandement. Avec trait d'union : vaisseau-amiral (P. Claudel, Le Soulier de satin, 1929, p. 786), bâtiment-amiral (P. Claudel, Le Soulier de satin, 1929, p. 834), bateau-amiral (P. Claudel, Le Livre de Christophe Colomb, 1929, p. 1162); au fém. barque amirale (V. Hugo, Ruy Blas, 1838, p. 383; F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 2, 1848, p. 555; Ch. Péguy, La Tapisserie de Notre-Dame, 1913, p. 676), galère amirale (E.-D. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, 1823, p. 704; J. Gracq, Le Rivage des Syrtes, 1951, p. 33); cf. aussi avec trait d'union, le subst. en appos. : maison-amiral (G. Flaubert, Salammbô, 1863, p. 117).
B.− Par ell. L'amiral, subst. masc. Vaisseau monté par l'amiral ou principal vaisseau d'une flotte, d'une escadre.
Spéc., ART CULIN. [Se dit d'une préparation de poissons] À l'amirale. Richement garni (cf. Ac. Gastr. 1962).

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

amiraux

  1. Masculin pluriel de amiral.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMIRAL. n. m.
Dignité la plus élevée dans la marine militaire en France. Être promu au grade d'amiral. Nommer des amiraux. On dit Monsieur l'amiral. Madame l'amirale. Voyez VICE-AMIRAL et CONTRE-AMIRAL. Le vaisseau amiral, ou simplement L'amiral, Le vaisseau monté par un amiral, ou Le principal vaisseau d'une escadre, d'une flotte. Il a servi toute la campagne sur l'amiral. C'est aussi, dans les ports militaires, la dénomination du Vaisseau disposé pour servir de corps de garde principal et de prison aux officiers punis. Il se disait encore du Chef suprême des forces navales d'un État. Grand amiral, amiral de France. La charge d'amiral de France était une des grandes charges de la couronne. Il s'est dit aussi de l'Officier qui commandait une armée navale, une escadre, une flotte, quoiqu'il n'eût point la charge d'amiral. Il était amiral de cette flotte.

AMIRAL, en termes d'Histoire naturelle, désigne un Coquillage univalve qui se trouve sur les côtes de la mer des Indes.

Phonétique du mot « amiraux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
amiraux amiro

Évolution historique de l’usage du mot « amiraux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « amiraux »

  • Dans ce pays-ci, il est bon de tuer de temps en temps un amiral pour encourager les autres. François Marie Arouet, dit Voltaire, Candide
  • Trois noms circulent dans les coursives et aucune décision n’est prise. Il s’agit des amiraux Pierre Vandier, chef du cabinet militaire de la ministre des Armées, Jean-Philippe Rolland, commandant de la Force d’action navale (Alfan) et Bernard-Antoine Morio de l’Isle, commandant de la Force océanique stratégique (Alfost), c’est-à-dire les sous-marins. L'Opinion, Mercato des amiraux : qui sera le prochain chef d’état-major de la Marine ? | Secret Défense | L'Opinion
  • Powell s'est dit "fier" de ce qu'un certain nombre d'anciens généraux, amiraux et diplomates ont dit au sujet de la réponse de Trump la semaine dernière aux protestations généralisées, ajoutant qu'il n'avait pas publié de déclaration publique dénonçant la réponse de Trump parce qu'il estimait avoir démontré son mécontentement avec Trump en 2016 quand il avait voté contre lui. , Politique | Colin Powell, un des républicains les plus influents, étrille Trump et votera Biden
  • L’association des anciens marins et familles de Mers-el Kébir, créée le 14 septembre 1984 par la veuve de Xavier Grall, ingénieur mécanicien mort sur le Dunkerque, a son siège national à Brest, au Cercle naval. « Parmi nos 200 adhérents à jour, 65 sont finistériens, dont vingt sont domiciliés à Brest. Les décès d’adhérents âgés (rescapés, veuves, enfants de victimes) sont depuis l’année dernière équilibrés par l’adhésion de sympathisants et de gens de la jeune génération qui s’intéressent à cette période, avec une sensibilité particulière pour le drame de Kébir. Un fait remarquable, les adhésions depuis quelques années d’anciens officiers supérieurs (amiraux etc.) », se réjouit Pascal Landuré, secrétaire général de l’association. Le Telegramme, Il y a 80 ans, le drame de Mers-el Kebir - Brest - Le Télégramme
  • Chez les républicains, treize candidats souhaitent concourir. Plusieurs renoncent avant même le caucus de l’Iowa, faute d’argent, y compris Robert Dole, le candidat contre Clinton en 1996, donné un temps favori. La compétition pour la candidature n’oppose que deux candidats, George W. Bush, gouverneur du Texas, fils de son père l’ancien président qui avait succédé à Reagan, soutenu par l’establishment et John McCain, fils et petit-fils d’amiraux, vétéran de la guerre du Vietnam, sénateur de l’Arizona et assez indépendant. Bush, un politicien né dans la marmite. McCain, un combattant gagnant chacune de ses batailles. McCain ne manque pas de caractère mais de réseaux. Bush, c’est l’inverse. Qui va l’emporter ? McCain gagne les premiers scrutins, mais le vent se retourne après sa défaite en Caroline du Nord. Bush arrive à la Convention avec une majorité de délégués. Sa désignation est une formalité. Il choisit pour son ticket Dick Cheney, ancien chef de cabinet de Ford à la Maison blanche puis secrétaire à la Défense, ministre donc, de Bush père au moment de la première guerre du Golfe.  Europe 1, Qui a (vraiment) gagné l’élection présidentielle de 2000 ?
  • Jusque-là, seuls les petits établissements, dont le public venait des environs, avaient repris une activité. Ils l’avaient fait en ordre dispersé, mais la suppression de la règle des 100 kilomètres devrait leur permettre de renouer avec une fréquentation honorable. Le Louvre, le Centre Pompidou, le Musée d’Orsay et les grands vaisseaux amiraux peuvent aussi faire leur réapparition, si tant est qu’ils mettent au point une organisation pour les agents et pour l’accueil du public. Le Figaro.fr, Coronavirus: la fin d’un long tunnel pour la culture

Traductions du mot « amiraux »

Langue Traduction
Anglais admirals
Espagnol almirantes
Italien ammiragli
Allemand admirale
Portugais almirantes
Source : Google Translate API

Synonymes de « amiraux »

Source : synonymes de amiraux sur lebonsynonyme.fr

Amiraux

Retour au sommaire ➦

Partager