La langue française

Alleux

Sommaire

  • Définitions du mot alleux
  • Phonétique de « alleux »
  • Évolution historique de l’usage du mot « alleux »
  • Citations contenant le mot « alleux »
  • Traductions du mot « alleux »

Définitions du mot alleux

Trésor de la Langue Française informatisé

ALLEU, ALEU, subst. masc.

DR. FÉOD. Propriété acquise par héritage et libre de toute obligation ou redevance :
1. Toutes les propriétés, dans la féodalité, se divisent en deux grandes classes : l'aleu ou le franc-aleu, le fief et l'arrière-fief. F.-R. de Chateaubriand, Études historiques,1831, p. 371.
2. L'homme libre pouvait se dire et était réellement dans son alleu, roi, administrateur et juge, seul et unique industriel. P.-J. Proudhon, De la Création de l'ordre dans l'humanité,1843, p. 88.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [alø]. 2. Dér. et composés : alleutier (cf. Lar. encyclop.), allodial, allodialité. 3. Forme graph. − Le mot s'écrit avec un l ou 2 l et prend un x au plur. (cf. Ortho-vert 1966). − Rem. Ac. Compl. 1842 cite les formes ,,aleu ou aleuf (anc. jurispr.)`` comme vedette de renvoi à alleu. Littré forme le plur. en s : des alleus (Gattel 1841 : au plur. alleux ou alleus). Ac. dès l'éd. de 1835 emploie dans ses ex. la forme au plur. avec x.
Étymol. ET HIST. − 1085-1110 dr. féod. aloe « domaine héréditaire possédé en pleine propriété, exempt de toute redevance » (Fragment de Gormund et Isembard, éd. Heiligbrodt, 166 ds T.-L. : tint Pontif E les aloez saint Valerin); 1131 id. alloeuf « id. » (Ch. ann. 1131 inter Probat. tom. 2 Hist. Lothar., col. 295 ds Du Cange s.v. alodis, t. 1, 196 a : Ont aussi donné leurs pescheurs avec toute la pescherie de leurdit Allœuf, comme aussi l'Allœuf de Moranges... Item l'Alœuf de Luringe); ca 1150 id. alue « id. » (La Vie de saint Alexis, rédaction interpolée du xiies., éd. Paris et Pannier, S 104 : Quant çou fu cose que il l'ot espousée, De ses alues moult gentement douée) [et non ca 1050, Vie de St Alexis, selon FEW t. 151, s.v. *alôd, version où l'on trouve aux vers 78 et 545 un part. passé au sens de « logé, placé »]; xiies. id. alot « id. » (Glossaire de Tours, éd. Delisle, 330 ds T.-L. : fundus : alot); ca 1180 id. aleu « id. » (G. de Saint-Pair, Roman du Mont-Saint-Michel, éd. Michel, 1672, ibid. : Toz cels qu'il a fait baptizier A lor aleuz fist reparier); 1252 id. aluef « id. » (Ch. ann. 1252, ex Chartul. Campan., fo394 col. 2 ds Du Cange, loc. cit.), forme ayant subi l'influence de fief. De l'a. bas frq. *alôd « pleine propriété », composé de al « plein, entier » et *ōd, corresp. frq. du germ. *auda- « bien, propriété » attesté dans les formes de même sens got. auda-, a. nord. auodr, ags. ēad, a. sax. ōd, a. haut all. ōt (Kluge 1967). Cet a. bas frq. est transcrit alodis dans la Loi Salique, rédigée entre 507 et 596 (Lex. Sal. Merov. titre 59 ds Mittellat. W. s.v. alodis, 495, 7 : de alodis). Le mot est aussi attesté dans les lois barbares et dans les formulaires francs du vieau xes. dont le Formulaire de Marculf (vers 650) (Alf Uddholm, Formulae Marculfi, 1953, p. 199), etc. Les formes lat. sont variées : alodus, alodum, al(l)odium, alotis, alotus (K.-J. Hollyman, Le Développement du vocab. féod. en France pendant le Haut Moy. Âge, Paris, Minard, 1957, p. 51); cf. aussi Du Cange, loc. cit.; selon Mittellat. W., loc. cit., 494, 71 l'on rencontre alodis (-us) jusqu'au xies., alodium dep. le ixes., allodium dep. le xies. Le sens premier de « propriété entière, bien héréditaire » est bien attesté (1088, Hariulf., Chron., 1, 15, p. 25, 6 ds Mittellat. W., loc. cit., 495, 53 : paternae haereditati, quam nostrates alodium vel patrimonium vocant, sese contulit). En lat. médiév. le mot a signifié « bien possédé en propre », ces biens étant « meubles » puis « meubles et immeubles » et enfin uniquement « immeubles » (Mittellat. W. et FEW, loc. cit.). En fr. avec le développement de la féod. apr. l'époque franque, alleu a pris le sens de « bien exempt de tout droit féodal ». − Alleu a été concurrencé par franc-alleu dès la fin du xiies. (1177, Chrétien de Troyes, Chevalier au Lion, éd. W. Foerster, 1404 var. ds T.-L., emploi par image : Amors... Logiee s'est an franc alue Dont nus ne li puet feire tort).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 2.
BBG. − Barr. 1967. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Fér. 1768. − Lep. 1948. − Pope 1961, § 25. − Prév. 1755. − Romeuf t. 1 1956.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALLEU. n. m.
T. de Droit féodal. Il n'est guère usité que dans la locution Franc-alleu, Fonds de terre, soit noble, soit roturier, exempt de tous droits seigneuriaux. Toutes ces terres étaient des francs-alleux. On disait de même Tenir, posséder une terre en franc-alleu.

Phonétique du mot « alleux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alleux alø

Évolution historique de l’usage du mot « alleux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « alleux »

  • Renseignements : mairie tél. 02 99 39 38 15 ou [email protected]alleux.fr , Saint-Ouen-des-Alleux. Le lotissement du Parc est en construction - Redon.maville.com

Traductions du mot « alleux »

Langue Traduction
Anglais alleux
Espagnol alleux
Italien alleux
Allemand alleux
Chinois 阿勒克斯
Arabe الوكس
Portugais alleux
Russe alleux
Japonais alleux
Basque alleux
Corse alleux
Source : Google Translate API
Partager