La langue française

Agrammaticale

Sommaire

  • Définitions du mot agrammaticale
  • Phonétique de « agrammaticale »
  • Évolution historique de l’usage du mot « agrammaticale »
  • Citations contenant le mot « agrammaticale »
  • Traductions du mot « agrammaticale »

Définitions du mot agrammaticale

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

agrammaticale

  1. Féminin singulier de agrammatical.

Adjectif

agrammaticale \Prononciation ?\

  1. Agrammatical.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « agrammaticale »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
agrammaticale agramatikal

Évolution historique de l’usage du mot « agrammaticale »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « agrammaticale »

  • 2Dans une première section, les articles se concentrent sur ce qui distingue la langue grammaticalement correcte de celle qui serait, en fonction des différentes normes linguistiques, incorrecte ou agrammaticale. Pour être en mesure de parler de la mauvaise langue, il faut en effet l’opposer à son « double positif » (p. 12), la bonne langue, puisque « […] la langue n’est pas un sujet neutre, elle appelle forcément le jugement de valeur (mauvaise vs bonne) mais son étiquetage est fortement conditionné par un contexte de réception, qui peut varier au gré des époques, des milieux sociaux et culturels de productions, voire des locuteurs », comme l’expliquent Fl. Cabaret et N. Vienne‑Guerrin en introduction (p. 12). Les articles de Catherine Filippi‑Deswelle et de N. Ballier cherchent en ce sens à circonscrire l’objet d’étude du volume d’un point de vue davantage linguistique. Si C. Filippi‑Deswelle statue que la mauvaise langue se doit d’être étudiée puisqu’il est possible d’établir une grammaire associée aux usages linguistiques s’éloignant de la norme en place, N. Ballier avance quant à lui que la « bonne » langue repose en fait sur l’hapax élevé au rang de norme et dont l’utilisation est par la suite généralisée parmi les classes dominantes. En ce sens, la mauvaise langue serait celle de l’usage et serait dénigrée justement parce qu’elle est employée par la majorité. Commencerait ensuite une véritable lutte visant la domination linguistique alors qu’on cherche à combattre la mauvaise langue à coup de prescriptions censées départager les usages acceptés de ceux qui doivent être évités. , Du bon usage de la mauvaise langue (Acta Fabula)
  • C’est à partir de l’effondrement du clocher que la phrase proustienne cède à la fragmentation agrammaticale de l’écrit célinien, tout comme la violation de la crypte mérovingienne correspond à la déchirure du vaste tissu social de la Recherche, donnant ainsi lieu à l’ostracisme universel du monde célinien. (p. 6) , Réécrire le livre de la guerre : Proust & Céline (Acta Fabula)
  • On pourrait penser, à la lecture du livre, à André du Bouchet ou à Cummings, ou encore à Paul Celan, ces trois auteurs, aux œuvres si différentes, ayant pourtant en commun cette même aspiration à une langue radicalement asyntaxique, agrammaticale, elliptique, tendue vers ce qui dans la langue n’est pas dit mais existe par et dans elle : le devenir, le chaos, l’événement. Un silence dans la langue, donc, par lequel la langue est défaite et laissée à ce que son ordre habituel empêche. Une telle écriture, qui est celle de Maël Guesdon, tend ainsi non vers un récit, non un sens, mais une existence qui est à peine une existence, celle d’un murmure deviné, d’un monde trop mobile pour être vu, d’une pensée trop chaotique pour être pensée. Par cette écriture, finalement, ce qui est se voit débordé et effacé par le temps paradoxal du devenir et de l’événement, temps qui donne son rythme à l’écriture poétique qui est le rythme du chaos, le cœur battant de la vie. Club de Mediapart, Maël Guesdon : l’expérience de la poésie | Le Club de Mediapart
  • Derrière cette poésie un brin agrammaticale se cache une admiration pour le langage des hommes et femmes préhistoriques de Far Cry Primal. Ubisoft a apparemment créé un langage de toute pièce et, pour être franc, ça s’entend et on remarque même la récurrence de certains termes, ce qui laisse penser que tout n’a effectivement pas été laissé au hasard. En revanche, pourquoi les sous-titrer comme s’ils étaient des demeurés ? On comprend déjà que leur langue est lointaine, pas besoin d’en faire autant pour leur cerveau. En effet, au fil du jeu, TOUS les personnages seront traduits par des phrases de petits sauvages des temps anciens, alors que le principe d’une traduction, c’est de présenter une version qui fait sens pour son lecteur, non ? Je comprends bien l’idée de renforcer ce côté « sauvage » de l’aube des temps, découvrant à peine le langage, mais bon y’a des limites… Bon, vous me direz, ce n’est pas très grave, et vous aurez raison. Une fois qu’on commencer à leur planter des lances où je pense, c’est nettement moins agaçant puisque cela fait office de vengeance. WarLegend.net, [Test] Far Cry Primal - S(il)exy !

Traductions du mot « agrammaticale »

Langue Traduction
Anglais ungrammatical
Source : Google Translate API
Partager