La langue française

Acquise

Sommaire

  • Définitions du mot acquise
  • Phonétique de « acquise »
  • Évolution historique de l’usage du mot « acquise »
  • Citations contenant le mot « acquise »
  • Traductions du mot « acquise »
  • Synonymes de « acquise »
  • Antonymes de « acquise »

Définitions du mot acquise

Trésor de la Langue Française informatisé

ACQUÉRIR, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− [Le suj. du verbe désigne un animé pers.]
1. DR., langue commune. [Le suj. du verbe est un subst. animé ou à valeur coll.; l'obj. désigne un bien concr.] Devenir propriétaire d'un bien, à titre gratuit ou onéreux :
1. L'État permettra, facilitera même dans tous les sujets, le développement de l'industrie honnête, propre à chaque sexe, et l'emploi de tous les moyens naturels et acquis par lesquels tout homme puisse s'occuper, et toute famille acquérir quelque propriété. L.-G.-A. de Bonald, Législation primitive,t. 2, 1802, p. 87.
2. ... elle l'[la coiffe] avait ou achetée de ses deniers, ou trouvée dans son coffre de mariage, ou reçue de quelque galant, tous bons moyens d'acquérir des dentelles. Mais de quelque façon qu'elle les eût acquises, je vois seulement qu'elle en jouissait comme d'un de ces biens de fortune qu'on trouve et qu'on perd d'aventure et sur lesquels on n'a point de droit naturel. A. France, Les Opinions de Monsieur Jérôme Coignard,1893, p. 265.
Rem. Syntagmes fréq. : acquérir une rente, des richesses, un immeuble, une somme, une terre, un terrain, une marchandise, des biens.
Emploi abs. :
3. Ils ne prévoyaient pas, ces vieux fondateurs du domaine de propriété, que le droit perpétuel et absolu de conserver son patrimoine, droit qui leur semblait équitable, parce qu'il était commun, entraîne le droit d'aliéner, de vendre, de donner, d'acquérir et de perdre :... P.-J. Proudhon, Qu'est-ce que la propriété?,préf., 1840, p. 185.
4. Tout être, par cela seul qu'il est lui et non un autre, possède ce que nous appelons l'individualité. Tant qu'il subsiste, il s'appartient; il peut croître ou décroître, perdre ou acquérir; il peut communiquer à autrui quelque chose de soi, mais non pas le soi-même. H.-D. Lacordaire, Conférences de Notre-Dame,1848, p. 51.
Rem. Dans ce dernier ex. on constate que l'acquisition peut avoir pour obj. n'importe quel bien, y compris les biens moraux.
2. Au fig. [Le suj. du verbe est un subst. animé ou à valeur coll.; l'obj. désigne un bien abstr., une qualité] Entrer en possession de ce bien, de cette qualité :
5. Une longue habitude de l'enseignement lui avait fait acquérir une grande clarté dans le style, et sinon le talent de beaucoup approfondir un sujet, du moins celui d'exposer très nettement les idées qu'il s'en était faites. A.-L.-C. Destutt de Tracy, Éléments d'idéologie, Logique, 1805, p. 130.
6. ... leur chef étoit un Bavarois, Weisshaupt, homme d'un esprit supérieur, et qui avoit très-bien senti la puissance qu'on pouvoit acquérir en réunissant les forces éparses des individus, et en les dirigeant toutes vers un même but. G. de Staël, De l'Allemagne,t. 5, 1810, p. 151.
7. « Chaque jour votre peuple se rend davantage digne de la liberté. Il acquiert chaque jour de l'énergie. Il paraîtra sans doute un jour avec gloire sur la scène du monde. E.-D. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 539.
Rem. Syntagmes rencontrés : acquérir des notions, des données, un résultat, la gloire, un talent, une idée, une réputation, de l'empire sur qqn, de l'ascendant sur qqn, de l'influence, un crédit auprès de qqn, de l'expérience, la notoriété, de la raison, un renom, une alliance, la preuve, la certitude, l'assurance que, la conviction que, l'impression que, la confiance, de la sympathie, quelque autorité, une habitude, des facultés, la dignité, une personnalité, des dons, la tranquillité d'esprit, l'indépendance, la sagesse, une gamme de vertus, des défauts, des mérites, la ferveur, des qualités, la conscience, l'humilité, la faculté d'admirer, des connaissances, etc.
Rare. Acquérir qqc. à qqn.L'aider à obtenir, lui procurer cette chose par un effort soutenu :
8. Que j'aime les héros dont je conte l'histoire! Et qu'à m'occuper d'eux je trouve de douceur! J'ignore s'ils pourront m'acquérir de la gloire; Mais je sais qu'ils font mon bonheur. J.-P.-C. de Florian, Fables,Le Savant et le fermier, 1792, p. 132.
3. Rare. [Le suj. et l'obj. désignent une pers.] Acquérir qqn.S'attacher quelqu'un, dont la sympathie et les services sont assurés :
9. − En somme, si elle se marie, « c'est qu'il n'y a pas d'autre carrière pour une fille ». Il lui faut un homme pour sortir, voyager; c'est un serviteur indispensable, un chambellan, un ordonnateur, un porte-respect. Sans doute, « l'état d'homme serait le plus agréable ». Ne pouvant acquérir l'état, on acquiert l'homme. H. Taine.Notes sur Paris,Vie et opinions de Monsieur Frédéric-Thomas Graindorge, 1867, pp. 203-204.
10. L'homme aux lèvres de bronze se retire. Quel était son but? Acquérir un ami à toute épreuve, assez naïf pour obéir au moindre de ses commandements. Lautréamont, Les Chants de Maldoror,1869, pp. 345-346.
B.− [Le suj. du verbe est une chose; l'obj. désigne une qualité] En venir à posséder cette qualité. Acquérir de l'importance. Devenir important.
1. [Le suj. est plus ou moins en rapp. avec la catégorie de l'animé; il désigne un attribut de l'homme, une de ses facultés, un produit de son travail,...] :
11. M. disait, à propos de l'utilité de la retraite et de la force que l'esprit y acquiert : « malheur au poète qui se fait friser tous les jours! » S. Chamfort, Caractères et anecdotes,1794, p. 173.
Rem. 1. Cet emploi est une ext. de l'emploi A 2, où il aurait pu figurer tout aussi bien. 2. Autres syntagmes relevés : une doctrine acquiert de l'importance; les jugements acquièrent du poids; les honneurs et les plaisirs acquièrent un grand prix; la médecine acquiert de l'influence; l'amour acquiert le charme de l'abandon, de nouvelles forces, etc.
2. Plus rare, littér. [Le suj. est sans rapp. immédiat avec la catégorie de l'animé] :
12. Le mur a peu d'épaisseur; mais il en acquiert davantage du côté des tours de Marboré, qui s'élèvent majestueusement au dessus de la porte... J. Dusaulx, Voyage à Barège et dans les Hautes-Pyrénées, t. 2, 1796, p. 174.
Rem. 1. Il s'agit dans cet emploi d'une espèce de personnification du suj. 2. Autres syntagmes relevés : les fibres acquièrent la dureté du fer; l'enveloppe pierreuse acquiert la dureté du granit; le fluide acquiert du mouvement; le liquide acquiert de la chaleur; le cylindre de pâte acquiert une longueur qui...; le fer acquiert la propriété de l'aimant; les saumons boucanés acquièrent la dureté du bois.
En emploi absolu, vx. Devenir meilleur. Ce vin acquiert en vieillissant (Littré); ce vin acquiert (Ac.)
II.− Emploi pronom. (correspond à I A 1 ou, plus gén. à I A 2, rarement à I B)
A.− Emploi pronom. réfl.
1. S'acquérir qqc.
(Corresp. à I A 1). Devenir, par son action personnelle, propriétaire d'une chose matérielle :
13. − Mais, animal, lui criait le parrain, si ces choses n'existaient pas, tu serais maître forgeron comme moi depuis longtemps; tu te serais acquis du bien, tu pourrais vivre à ton aise. Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 1, 1870, p. 30.
(Corresp. à I A 2). Posséder, grâce à son action personnelle, un bien non matériel, une certaine qualité :
14. ... en donnant asile à Mohsèn et à sa compagne, il s'acquérait une belle réputation de générosité, ... J.-A. de Gobineau, Nouvelles asiatiques,Les Amants de Kandahar, 1876, p. 285.
2. S'acquérir qqn.S'attirer, par son action personnelle, les sympathies, gagner les services (de qqn). (Corresp. à I A 3) :
15. ... il se mêla à la conversation d'une manière discrète, mais qui indiquait en même temps le désir de nouer relation. (...). La tentation de s'acquérir des compagnons de route, désir qui poignait évidemment l'inconnu, me prit aussi, et je vis que Lanze n'y répugnait pas; j'engageai donc de plus près l'entretien, et je suis ravi de l'avoir fait, car notre nouvelle connaissance nous a fort aidés à passer aujourd'hui de bonnes heures. J.-A. de Gobineau, Les Pléiades,1874, p. 14.
B.− Emploi pronom. passif. Qqc. s'acquiert (par..., d'une certaine manière...). Devient la propriété ou la possession (par...) :
16. (690). Les servitudes continues et apparentes s'acquièrent par titre, ou par la possession de trente ans. Code civil,1804, p. 126.
Rem. Syntagmes fréq. : la propriété des biens, la qualité de..., ces notions, la science, les vertus, les qualités, les connaissances... s'acquièrent.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [akeʀi:ʀ], j'acquiers [ʒakjε:ʀ]. Enq. : /akje2 ʀ, akeʀ-/. Conjug. s'enquérir. 2. Dér. et composés : acquéreur, acquêt, acquis, acquisitif, acquisition, acquisitivité, coacquéreur (cf. Rob.). Cf. quérir. 3. Forme graph. − Selon R. Thimonnier (Principes d'une réforme rationnelle de l'orthographe, 1968, p. 34), la graph. acq- est rég. : dans les verbes en [ak-] (cf. aussi acquitter), le 2ec se transforme normalement en qu devant é, i (p. oppos. avec les verbes en acc- du type accabler). 4. Hist. − Fér. Crit. t. I 1787 : ,,plusieurs auteurs écrivent aquérir``. Littré recommande de ne pas prononcer ,,a-krir comme en quelques provinces``. DG mentionne : ,,autrefois a-ke-rir [avec e « muet »]. Ac. ne met l'accent aigu qu'en 1762.``
Étymol. ET HIST. − 1148 acquerre, trans. « aller chercher, gagner (obj. animé) » (Prise d'Orange ds Guill. d'Orange, éd. Jonckbloet, 1627 ds T.-L. : Vos nos avez... Sus el palés aconduis et aquis); apr. 1174 id. « se procurer (obj. inanimé) » (Chron. d. Norm., éd. Fahlin, 627 : De lor païs erent mis fors Por metre en abandon lor cors, D'aquerre aveir, terre et vitaille); 1165 id. « gagner » intrans. (Chrét. de Troyes, Guill. d'Angleterre, éd. Wilmotte, 1963 : Si va gaaigner et aquerre En Flandres u en Engleterre); 1370 acquerir « id. » (Oresme, Politiques, fol. 17a ds Gdf. Compl. : Industrie d'acquerir par bataille est aucunement naturelle.) Acquérir (dep. 1370, cf. sup.) réfection par chang. de conjug. et sur le modèle de querre (xies.), quérir (fin xiiies.) de l'a. fr. aquerre, du lat. vulg. *acquaerere, forme recomposée du lat. class. acquīrere, forme apophonique (cf. formes en -qu(a)e- du lat. médiév. ds Mittellat. W., s.v., 122, 63-66); cf. a. fr. conquerre − m. fr. conquérir, enquerre − (s')enquerir, requerre − requerir (Rheinfelder, II, § 625). Lat. acquirere (dep. Cicéron, passim ds TLL s.v., 425, 32 « ajouter (à qqc.), obtenir qqc. (en plus) » au sens de « se procurer (obj. inanimé) ») dep. Sénèque (Epist., 95, 3, ibid., 426, 25 : divitiae per summum adquisitae sudorem), empl. fréquemment en ce sens comme terme jur. en b. lat. et en lat. médiév. (Mittellat. W. s.v., 123, 15-53); même sens avec obj. animé dep. époque impériale en relation avec servus, ancilla; empl. en lat. chrét. (cf. Ves. Faustus Reinsis, De gratia, 1, 11 ds TLL s.v., 427, 60 : adquisitus [Deo] homo), en lat. médiév. comme terme jur. « mander, aller chercher » (1076, Bertholdus, Annales, 285, 12 ds Mittellat. W. s.v., 124, 68 : induciae... pro acquirendis testibus ac defensoribus necessariae); intrans. dep. Sénèque (Dialogi, 9, 8, 3, ds TLL s.v., 427, 65 : tolerabilius... est... non adquirere quam amittere).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1 984. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 4 759, b) 1 770; xxes. : a) 1 788, b) 2 352.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Caput 1969. − Dem. 1802. − Fér. 1768. − Foulq.-St-Jean 1962. − Goblot 1920. − Hanse 1949. − Julia 1964. − Lafon 1963. − Lal. 1968. − Lav. Diffic. 1846. − Le Breton Suppl. 1960. − Littré-Robin 1865. − Moor 1966. − Sommer Suppl. 1882. − Thomas 1956. − Spr. 1967.

ACQUIS, ISE, part. passé, adj. et subst. masc.

I.− Emploi part. et adj.
A.− DR., lang. commune. Être acquis par, grâce à... :
1. À la coemptio correspond l'usus; ce sont deux formes d'un même acte. Tout objet peut être acquis indifféremment de deux manières, par achat ou par usage; il en est de même de la propriété fictive de la femme. N.-D. Fustel de Coulanges, La Cité antique,1864, p. 405-406.
B.− Être acquis à
1. [En parlant d'une chose] Appartenir à. Qqc. est acquis à qqn :
2. (1583). Elle [la vente] est parfaite entre les parties, et la propriété est acquise de droit à l'acheteur à l'égard du vendeur, dès qu'on est convenu de la chose et du prix, quoique la chose n'ait pas encore été livrée ni le prix payé. Code civil,1804, p. 293.
Au fig., rare. Qqc. est acquis à qqc. :
3. Metz et Bazaine, c'est acquis à l'histoire. M. Barrès, Scènes et doctrines du nationalisme,t. 1, 1902, p. 28.
Rem. Cet emploi est quelque peu recherché, pour le plus usuel : appartient à; avec cette nuance que appartenir à l'histoire serait laud. (« ils sont une des gloires du passé »), alors que M. Barrès a voulu simplement exprimer cette constatation : « on ne peut plus les rayer de l'histoire ».
2. Au fig. [En parlant d'une pers.] Être entièrement dévoué à.
a) [À qqn] Qqn est acquis à qqn :
4. Malgré notre souffrance, S'il est grand par l'idée ou par la délivrance, Nous l'aimons! Nous aimons sa lyre! Nous aimons Son glaive flamboyant dans l'ombre sur les monts! Nous pourrions lui garder rancune de vous autres; Mais non, nous devenons ses soldats, ses apôtres, Ses légions, son camp, sa tribu, ses amis. Nous lui sommes acquis, nous lui sommes soumis, Il peut faire de nous ce qu'il veut... V. Hugo, La Légende des siècles,t. 6, 1883, p. 302.
b) [À qqc., à une cause] Qqn est acquis à qqc. :
5. ... le docteur était le seul des Rougon qui lui serrât la main dans les rues et qui lui témoignât une sincère amitié. Aussi, en le voyant couvert encore de la poussière de la route, et le croyant acquis à la cause républicaine, le jeune homme montra-t-il une vive joie. É. Zola, La Fortune des Rougon,1871, pp. 211-212.
P. iron. [À un obj. matériel] Synon. être aliéné :
6. Ces cinq cents francs chaque jour plus me pesèrent; je voudrais m'en débarrasser et je ne sais pas comment faire. Car enfin..., ou si quelqu'un me les a donnés sans erreur, au moins mérite-t-il une reconnaissance. Reconnaissant, je voudrais l'être, − mais je ne sais pas envers qui. Dans l'espoir d'un nouveau hasard qui me tirerait de ma peine, je porte sur moi le billet. Ni jour ni nuit je ne le quitte. J'y suis acquis. − Avant j'étais banal mais libre. A présent j'appartiens à lui. Cette aventure me détermine; j'étais quelconque, je suis quelqu'un. A. Gide, Le Prométhée mal enchaîné,1899, pp. 309-310.
C.− Être acquis
1. C'est acquis. Il est acquis que... Cela est incontestable, considéré comme un fait sur lequel on ne reviendra plus :
7. Celui-ci [M. Bertulus], comme on sait, a déclaré qu'il n'y avait pas lieu de poursuivre, reconnaissant par là qu'il n'y a pas eu de faux commis. En effet, le faux constaté, l'instruction restait ouverte jusqu'à la main mise sur le coupable. Le non-lieu, c'est l'attestation judiciaire de l'authenticité de la lettre infâme signée Esterhazy. Voici qui est acquis. G. Clemenceau, L'Iniquité,1899, p. 369.
2. Subst. + acquis
a) (Cf. acquérir I A 1).Dont on a la propriété :
8. La patrie, pour eux, fut dans le maintien de leurs honneurs, la garantie de leurs richesses, la jouissance paisible de tous les biens acquis;... E.-D. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 2, 1823, p. 315.
Rem. En emploi adj., acquis correspond plus rarement au sens I A 2 ou I A 3 de acquérir (en dehors de la nuance de sens définie inf. sous b). Il tient alors gén. la fonction d'un attribut de l'obj. : elle croyait ces connaissances bien acquises.
DR. Prescription acquise. Dont les délais sont écoulés :
9. (2222). Celui qui ne peut aliéner, ne peut renoncer à la prescription acquise. Code civil,1804, p. 407.
b) [P. oppos. à ce qui est inné, en parlant d'un bien moral inexistant à la naissance] Obtenu au bout d'un minimum de temps par un effort d'apprentissage ou par l'expérience personnelle :
10. Ne croyant qu'à lui-même et non à la science, l'empirique peut se vanter de tout ce qu'il voudra et affirmer qu'il guérit tous les maux. Il trouvera toujours assez de gens qui le croiront pour l'encourager dans son charlatanisme; car l'humanité est ainsi faite qu'elle a besoin d'être trompée, qu'on aime mieux le merveilleux que le réel et qu'on préfère croire à la science infuse plutôt que croire à la science acquise. De même qu'aussi on est souvent plus porté à tirer vanité des facultés qu'on a apportées en naissant que de celles qu'on a acquises par le travail. C. Bernard, Principes de médecine expérimentale,1878, pp. 47-48.
BIOL. Caractère acquis. ,,Caractère apparu dans le soma au cours de la vie individuelle, en réaction au jeu d'un facteur externe (...). Ces caractères sont acquis par le soma et non par le germen. Ils disparaissent donc obligatoirement lors de la mort.`` (Encyclopédie de la Pléiade, Biologie, 1965, p. 1674) :
11. En somme, l'hérédité d'une particularité acquise pourrait s'expliquer, dans les expériences de Brown-Séquard, par une intoxication du germe. La lésion, si bien localisée qu'elle paraisse, se transmettrait par le même processus que la tare alcoolique, par exemple. Mais n'en serait-il pas de même pour toute particularité acquise qui devient héréditaire? Il y a un point, en effet, sur lequel s'accordent ceux qui affirment et ceux qui nient la transmissibilité des caractères acquis : c'est que certaines influences, comme celle de l'alcool, peuvent s'exercer à la fois sur l'être vivant et sur le plasma germinatif dont il est détenteur. En pareil cas, il y a hérédité d'une tare, et tout se passe comme si le soma du parent avait agi sur son germen, quoiqu'en réalité germen et soma aient simplement subi, l'un et l'autre, l'action d'une même cause. H. Bergson, L'Évolution créatrice,1907, pp. 82-83.
II.− Subst. masc. [P. oppos. aux dons naturels] Connaissances, savoir-faire résultant de l'étude du travail, de l'expérience :
12. Non seulement j'avais la confiance la plus absolue en Saint-Loup, en la loyauté de son amitié, et il l'avait trahie (...), mais il me semblait que, de plus, il eût dû être empêché de le faire (...) par cet extraordinaire acquis d'éducation qui pouvait pousser la politesse jusqu'à un certain manque de franchise. M. Proust, À la recherche du temps perdu,Le Côté de Guermantes 2, 1921, p. 399.
Prononc. − 1. Forme phon. : [aki], fém. [i:z]. Enq. : /aki/. 2. Homon. : acquit, Aqui (ville).
Étymol. ET HIST. − 1601 subst. « savoir faire; fruit de l'expérience (opposé à l'inné) » (Charron, Sagesse, II, 3 ds DG : Le naturel vaut mieux que l'acquis). Substantivation du part. passé de acquérir* « se procurer (obj. inanimé) », empl. fig. (cf. lat. médiév. acquisitus, part. passé. adjectivé; Albert le Grand, De causis et processus universitatis, 2, 2, 20 p. 509 b, 13 ds Mittellat. W. s.v. acquiro, 125, 10 : acquisitus [intellectus appellatur]... quia per studium acquisitur vel virtutis vel scientiae).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 2 933. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 5 287, b) 2 786; xxes. : a) 3 738, b) 4 220.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

acquise \a.kiz\

  1. Féminin singulier de acquis.

Forme de verbe

acquise \a.kiz\

  1. Participe passé féminin singulier de acquérir.
    • La pratique actuellement fort étendue de la sérothérapie a permis à l’auteur de recueillir de nombreux faits dont il conclut : […] 2° Qu’il est extrêmement difficile d’enlever à l’homme la sensibilisation anaphylactique, une fois qu’il l’a acquise, c’est-à-dire de le désanaphylactiser; — (Revue neurologique, n° 7-8, juillet-août 1918)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACQUÉRIR. (J'acquiers; nous acquérons. J'acquérais. J'acquis. J'acquerrai. Acquiers. Que j'acquière. Que j'acquisse. Acquérant. Acquis.) v. tr.
Devenir possesseur par suite d'un achat, d'un contrat, etc. Il se dit particulièrement en parlant d'Immeubles et d'autres choses qui procurent des profits ou des avantages d'une certaine durée. Acquérir une terre, une maison, un pré, une rente. Acquérir de ses deniers, des deniers d'autrui. Acquérir du bien légitimement. Acquérir quelque chose en son nom, au nom d'autrui, sous le nom d'un autre. Acquérir les droits de quelqu'un. Acquérir un nouveau droit sur quelque chose. Du bien mal acquis. Il s'emploie aussi figurément en parlant de Toutes les choses qui peuvent être mises au nombre des biens et des avantages réels. Acquérir de l'honneur, de la réputation, du crédit, de l'autorité, de la science, du savoir. Il s'est acquis quantité d'amis. Il s'est acquis les bonnes grâces de son supérieur. Vous avez acquis de la gloire dans cette occasion. Acquérir des droits à l'estime publique. Il y a des qualités naturelles et des qualités acquises. Il signifie par extension Obtenir. Acquérir la preuve, la certitude d'un fait. Il s'emploie dans le sens de Gagner, s'améliorer. Cet enfant a beaucoup acquis depuis quelque temps. Ce domaine acquiert de la valeur. Ce vin acquiert de la force. On dit absolument Ce vin acquiert. Ce droit m'est acquis, Il m'appartient incontestablement, il ne peut m'être disputé. Je vous suis acquis, Vous êtes assuré de mon attachement, de mon zèle à vous servir. Le participe passé

ACQUIS est aussi nom masculin et se dit des Connaissances acquises. Cet avocat, ce médecin a de l'acquis, beaucoup d'acquis. Cet élève a beaucoup de dispositions mais pas assez d'acquis.

Phonétique du mot « acquise »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
acquise akiz

Évolution historique de l’usage du mot « acquise »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « acquise »

  • Mon livre raconte des moments de ma vie : de ma naissance jusqu’à la rencontre avec mon conjoint. A cette époque, je croyais encore, comme toutes les filles de ma génération et des suivantes, que l’égalité était acquise et qu’il n’y avait plus qu’à attendre que les comportements s’ajustent. Alors pourquoi militer ? J’avais participé à quelques manifestations pour la légalisation de l’IVG et ensuite pour sa prise en charge par la sécurité sociale et comme je le raconte dans le livre nous donnions régulièrement pour des filles du lycée qui devaient aller à l’étranger, mais pour le reste il n’y avait plus de sujet. Du moins c’est ce que nous pensions. , Brigitte alias Olympe : « L’égalité est encore loin d’être acquise » – Les Nouvelles NEWS
  • Marché de traitement de l’hémophilie A acquis 2020-2026 offre des informations analytiques précises sur le traitement de l’hémophilie A acquise. Les experts du marché et les analystes compétents génèrent des informations basées sur la situation passée et actuelle du traitement de l’hémophilie A acquise, divers facteurs affectant la trajectoire de croissance, les ventes mondiales, la demande, les revenus totaux générés et la capitalisation du marché. De plus, le rapport fournit une évaluation résumée de l’impact des politiques et des règlements fédéraux sur les opérations du marché. Il comprend également des informations détaillées sur la dynamique actuelle du traitement de l’hémophilie A acquise. Le traitement mondial de l’hémophilie A acquise agit comme une immense plate-forme qui offre plusieurs opportunités à de nombreuses entreprises, organisations, fabricants et fournisseurs réputés de se concurrencer pour devenir l’un des principaux chefs d’entreprise à l’échelle mondiale et régionale. Electroziq, Impact de COVID-19 sur le marché du traitement de l’hémophilie A acquis 2020 | Aperçu de l’industrie, taux de croissance et applications 2026 – Electroziq
  • L’écrasante avance acquise par la liste Ziburu Bizi au premier tour place le trentenaire abertzale grand favori. Confiant, le candidat issu de l’opposition municipale reste néanmoins prudent SudOuest.fr, Municipales à Ciboure : "Rien n’est acquis", sait Eneko Aldana-Douat
  • Cette confrontation animée a permis de figer une situation inédite, tendue. La large avance acquise au premier tour par la liste Ziburu Bizi (près de 30 points sur chacun des poursuivants) fait trembler Ciboure, ou du moins certains des candidats. Et les ego des distancés… SudOuest.fr, Municipales au Pays basque : Ziburu fait trembler Ciboure
  • Dans le cas d’un couple marié sous le régime de la séparation des biens, si la maison n’a qu’un propriétaire, elle lui reviendra automatiquement au moment de la séparation. Dans le cas où la maison a été acquise en indivision, chacun des époux prendra la part qui lui revient. Si l’un des époux souhaite conserver la maison, il devra ainsi racheter la part de l’autre. MySweetimmo, Divorce : Tout connaître sur le partage des biens immobiliers - MySweetimmo
  • En tenant compte de cette variable et de la répartition des groupes d’âge dans la société, l’immunité collective, acquise de manière naturelle, serait atteinte avec un pourcentage de la population plus faible qu’on le croyait – pourvu que la COVID-19 génère effectivement une réponse immunitaire satisfaisante. Le Journal de Québec, Moins de cas pour viser l’immunité collective? | JDQ
  • SAINT-LEU. La victoire étant sans péril, le triomphe de Bruno Domen devrait être sans gloire. L'actuel maire n'a rien à craindre du scrutin de dimanche soir. Faute d'opposant, sa victoire est d'ores et déjà acquise. La seule qui était à même de lui disputer la victoire ayant décidé de jeter l'éponge dans l'entre-deux tours. Sylvie Comorassamy, candidate soutenue par Thierry Robert, créditée de 1 957 voix (16 %), a refusé de participer à ce second tour au motif que les conditions sanitaires ne sont pas réunies. Ce faisant, ce n'est plus une élection classique qui se déroulera dimanche à Saint-Leu, mais plutôt une sorte de plébiscite autour de la personnalité du maire sortant. Même s'il est acquis que Bruno Domen sera élu avec 100 % des suffrages, le comptage des voix en dira long sur le niveau de confiance que lui accorde la population. Lors du premier tour, l'ex-premier adjoint de Thierry Robert, ancien député-maire déchu et inéligible jusqu'à la mi-2021, avait réussi à rassembler près de 5 000 voix. Dans le contexte particulier lié à l'ingérence du Covid-19 dans l'élection. En mars, plus de 53 % des 27 000 électeurs inscrits ne s'étaient pas déplacés aux urnes. Combien seront-ils dimanche à faire le déplacement pour un vote sans enjeu, après trois mois de confinement ? Le risque d'une participation molle est réel et aura forcément une traduction politique. Quoi qu'il advienne, Bruno Domen sera maire pour six ans. Reste à mesurer avec quelle assise ? Lors de son installation, il n'aura aucun opposant déclaré face à lui. Ce qui ne veut pas dire que son mandat sera un long fleuve tranquille. Les alliés de Bruno Domen sont celles et ceux qui avaient prêté allegence, avec la même ferveur, à Thierry Robert. Clicanoo.re, [Politique] Saint-Leu : Bruno Domen et le risque du plébiscite | Clicanoo.re

Traductions du mot « acquise »

Langue Traduction
Anglais acquired
Espagnol adquirido
Italien acquisito
Allemand erfahrungen
Portugais adquirido
Source : Google Translate API

Synonymes de « acquise »

Source : synonymes de acquise sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « acquise »

Partager