La langue française

Accueil > Articles invités > Petites astuces pour aider à l'apprentissage du français

Petites astuces pour aider à l'apprentissage du français

Apprendre le français, comme pour n'importe quelle autre langue, nécessite beaucoup de mémorisation, ce qui est souvent une tâche difficile pour les adultes. Pourtant, il existe des astuces simples pour permettre de mieux mémoriser le français et surtout pour que cet apprentissage perdure dans le temps. Être l’écoute de son propre style d'apprentissage est le plus important. Vous aimez écrire pour apprendre ? Ou devez-vous écouter ? Devez-vous lire pour apprendre les choses par cœur ? Peut-être que votre choix d'étude n'est pas adapté à votre rythme personnel. Le budget est parfois un frein à ce choix de la méthode. Pensez à vous renseigner sur des méthodes alternatives d'apprentissage. Certaines associations proposent des cours gratuits de français, et il est possible parfois de dépasser les problèmes d'argent en rémunérant des cours de manière originale, par exemple avec du troc, ou encore avec de l'argent virtuel : Jorge Limón a par exemple commencé à jouer au poker en ligne en étant payé 10 dollars contre une leçon d'espagnol. Toujours apprendre avec de l'audio est essentiel pour progresser. Il faut commencer avec cette règle évidente mais que trop de gens oublient : écrire le français et le parler sont deux choses bien distinctes, on pourrait presque dire que ce sont deux langages différents, entre les lettres muettes, les liaisons, les voyelles... Ils sont partout, y compris dans les conjugaisons françaises de verbes et dans la grammaire. Même lorsque vous étudiez la grammaire, avoir l'audio peut énormément vous aider à bien assimiler la leçon. Cependant, il faut savoir choisir le bon outil audio, adapté à son niveau. Un débutant en français devrait regarder des films français avec ou sans sous-titres dans sa langue maternelle, afin d'obtenir des clés visuelles qui peuvent l'aider dans sa compréhension. Le challenge reste de s'attaquer à un bon livre ou fichier audio français, qui s'avère très difficile au début mais dont le succès d'apprentissage est finalement assez rapide. Il existe de nombreux livres et fichiers audios de qualité, à vous de trouver celui qui vous correspond le mieux.  L'auto-enseignement n'est en revanche pas adapté à tous les profils. Pour ce qui est des études, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Certaines personnes se sentent plus en confiance avec un professeur pour les orienter dans leur travail, pour se sentir motivés et pour développer des outils inventifs lorsque certains points sont difficiles à comprendre. D'autres préfèrent des méthodes basées sur les nouvelles technologies, comme des cours via Skype, ou via des applications de français disponible sur téléphone portable. Certaines d'entre elles proposent même d'organiser des rencontres très intéressantes et utiles, c’est le cas d’applications comme Meetup ou encore Facebook.  Dans l’idéal, traduisez le moins possible de l'anglais à votre langue maternelle. Lorsque vous êtes débutant, la traduction de votre langue maternelle au français semble inévitable pour comprendre, pourtant il vous faut tenter autant que possible de l'éviter. La traduction ajoute une énorme étape dans le processus de parole : « Idée -> Langue maternelle -> Français », versus « Idée -> Français ». Cela vous fait perdre du temps et de l'énergie, et l'éviter vous empêche de faire une erreur lorsque la traduction littérale ne fonctionne pas. Ensuite, liez au maximum votre réflexion vers les images et les situations visuelles, pas les mots en langue maternelle. Si vous ne devez pas traduire, que pouvez-vous faire ? Essayez autant que possible de lier le nouveau vocabulaire français aux images, aux situations, aux sentiments et pas aux mots de votre langue. Par exemple, lors de l'apprentissage de « j'ai froid », visualisez que vous avez froid, assimilez le sentiment, et non pas, pas par exemple les mots anglais « I-am-cold » - qui ne se traduira pas bien puisque les anglais utilisent « je suis », et non pas « j'ai » comme en français. Ne changez jamais la phrase maternelle pour l'adapter au français. Il est beaucoup plus simple et plus rapide de relier le sentiment de froid ou « brrrr » = « j'ai froid ». Si vous faites des fiches pour étudier le français - ce qui est fortement recommandé - dessinez le mot / la situation chaque fois que cela est possible au lieu d'écrire le mot en langue maternelle. Même si vous n'êtes pas un artiste, vous vous souviendrez de ce que votre dessin voulait dire, et il est beaucoup plus efficace d'apprendre le français de cette façon. Méfiez-vous cependant des mots apparentés. C'est exactement ce pourquoi vous devriez être particulièrement prudent avec les mots apparentés, qui sont identiques entre deux langues, surtout avec l'anglais. Beaucoup d'étudiants les associent en pensant « ah, c'est facile, je le connais ». Mais quand ils ont besoin d'utiliser ce mot, ils ne se souviennent pas que c'est le même mot. En outre, les mots apparentés ont toujours une prononciation différente, et votre cerveau va lutter en prononçant ce mot à la française. Beaucoup d'étudiants ont du mal avec le mot « chocolat ». En français, le sont « ch » est doux, et le « t » final est silencieux, cela donne : shocola. Par habitude de l'anglais, la plupart des étudiants en français le déclarent « tchocolate ». Enfin, il existe de nombreux faux mots apparentés, des mots qui existent dans les deux langues mais qui n'ont pas les mêmes significations, comme le soutien-gorge en anglais (sous-vêtements) et le soutien-gorge en français (dit « bra »). De plus, apprenez le français en faisant des phrases. Il est plus facile d'apprendre le nouveau vocabulaire à l'intérieur d'une phrase bien construite. Comme cela, vous apprendrez « dans le contexte », vous vous souviendrez de la situation et des mots plus longtemps, et vous aurez déjà à portée de main une série de mots qui fonctionnent pour votre prochaine conversation en français. Il est intéressant de les apprendre avec de l'audio qui possède différentes vitesses d'enregistrement et d'énonciation, et en mettant l'accent sur la prononciation à glissement moderne d'aujourd'hui. Imprégnez vos exemples français de votre culture personnelle. Disons que votre professeur vous a dit d'écrire quelques phrases pour les devoirs. Vous voulez apprendre « le chien noir » en français. Au lieu d'écrire « le chien est noir », cherchez un chien noir que vous connaissez personnellement, et écrivez : « le chien de Peter est noir, Fluffy est noir ». Votre cerveau se souviendra d'une phrase décrivant une vérité ou une mémoire beaucoup plus longue qu'elle ne se souviendra d'une phrase de faits inventés. Ne tentez pas d'apprendre tout, sachez prioriser. Il nous arrive de chercher à rendre l'enseignement d'une langue plus ludique en essayant de découvrir un texte entier, ou une petite histoire. Si vous avez une excellente mémoire, faites-vous plaisir et apprenez l'ensemble du texte. Malheureusement, ce n'est pas le cas de la plupart des gens, et il vous faut alors apprendre à prioriser : réfléchissez, quels mots dans cette histoire allez-vous vraiment pouvoir utiliser ? Pensez à d'abord apprendre les mots utiles, et revenez sur le texte seulement lorsque vous les avez maîtrisés. La même logique s'applique aux temps : dans la conversation, nous utilisons généralement le présent de l'indicatif. Restez donc concentrés sur les conjugaisons de verbes au présent, puis passez aux adjectifs, au vocabulaire essentiel, aux questions, aux pronoms, à l'orthographe... Ce sont ces éléments qui amélioreront vivement votre niveau de conversation.  Vous devez aussi étudier le français régulièrement, pendant un court laps de temps. En effet, étudier pendant une longue session est le parfait moyen de s'épuiser, et vous risquez beaucoup de vous frustrer, et d'être moins motivé. Passez 15 min chaque jour à l'apprentissage du français – mais pas en mode multitâches, accordez-y toute votre concentration - vous aurez ainsi une plus grande efficacité qu'en travaillant plusieurs heures d'une traite une fois par semaine. La répétition est le secret de la réussite. C'est souvent l'erreur numéro un des personnes qui étudient les langues. Ils s'appliquent à apprendre des nouveautés et ils négligent de revenir sur leurs anciennes connaissances. La règle d'or est : pour chaque étude concentrée sur l'apprentissage de nouveaux matériaux, vous devriez passer une heure minimum à examiner des choses apprises précédemment.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager